D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français : 1100-1250

couv003
Brepols

 Marcello Angheben

 D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat

 Turnhout : Brepols, 2013. – 686 p. (Culture et société médiévales – CSM, 25)

 ISBN: 978-2-503-54764-0

 
 
Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.
[4e de couv.] Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique.

La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes.

Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

__________________________________________________

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

Collection dirigée par Édina Bozoky.
Membres du comité de lecture : Claude Andrault-Schmitt, Anne-Marie Legaré, Marie Anne Polo de Beaulieu et Jean-Jacques Vincensini

Collection publiée par les Éditions Brepols


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *