Mission épigraphique dans le Loiret, du 5 au 7 novembre 2013

Du 5 au 7 novembre 2013, l’équipe d’épigraphie médiévale du CESCM s’est rendue dans le Loiret pour effectuer une mission de terrain sur les sites d’Orléans (cathédrale, collégiale Saint-Aignan, Musée des Beaux-Arts et Musée historique et archéologique), Germigny-des-Prés (oratoire) et Saint-Benoît-sur-Loire (abbaye de Fleury).

Chapiteau corinthien avec l'inscription « VNBERTVS ME FECIT », tour-porche de l'église abbatiale de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). (cliché É. Mineo)
Chapiteau corinthien avec l’inscription « VNBERTVS ME FECIT », tour-porche de l’église abbatiale de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). (Cliché É. Mineo)

En raison de la forte dispersion de la documentation épigraphique et de l’inégalité ou insuffisance de données dans la bibliographie antérieure, ce type de mission constitue une étape fondamentale en vue de la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). L’examen in situ s’avère en effet indispensable pour vérifier ou corriger des éditions plus anciennes et pour recueillir des informations trop souvent lacunaires sur les aspects matériels des inscriptions. La bonne réussite de la mission dépend donc d’un long travail en amont (dépouillement bibliographique, prise de contact avec les institutions locales de conservation, préparation des notices) assuré par Estelle-Ingrand Varenne, ingénieur d’étude en charge de la publication du CIFM.

Estelle Ingrand-Varenne dépoussiérant délicatement une inscription au Musée historique d'Orléans (Cliché É. Mineo)
Estelle Ingrand-Varenne dépoussiérant une inscription au Musée historique et archéologique d’Orléans
(Cliché É. Mineo)

02_
Vincent Debiais et l’équipe d’épigraphistes au travail dans les réserves du Musée historique et archéologique d’Orléans
(Cliché É. Mineo)

Une fois sur place, il faut en premier lieu repérer l’inscription et vérifier son état de conservation. Cette quête s’apparente parfois à une véritable chasse au trésor car les informations sur la localisation de l’objet, souvent anciennes, peuvent être approximatives ou erronées. En cela, les conservateurs ou responsables de site sont des guides et des aides précieux permettant aussi, comme à l’occasion de cette mission, de dénicher des inscriptions inédites. Étudier des plaques boucles et autres ornements métalliques entreposés dans les réserves du Musée historique et archéologique d’Orléans et découvrir, à Saint-Benoît-sur-Loire, une épitaphe cachée par la végétation dans un lieu normalement inaccessible aux visiteurs ou, encore, des fragments inscrits d’une crosse pastorale ont été autant de hors-programme rendus possibles grâce à la sollicitude de Mme Catherine Letellier-Gorget et Frère Joseph (OSB) – et  très appréciés des participants à la mission (Sébastien Biay, Eva Caramello, Vincent Debiais, Estelle-Ingrand Varenne, Émilie Mineo).

04_
Estelle Ingrand-Varenne et Frère Joseph mesurant une inscription cachée dans l’espace du cloître de Saint-Benoît-sur-Loire (Cliché É. Mineo)

Il s’agit donc d’un franc succès pour cette mission au cours de laquelle près de 40 inscriptions (allant de la mosaïque. à la sculpture monumentale sur pierre et à la petite pièce d’orfèvrerie) ont été mesurées, déchiffrées, analysées et photographiées. La publication définitive demandera encore plusieurs mois de travail mais les plus curieux pourront aller frapper à la porte du CIFM pour découvrir les superbes clichés (réalisés par Vincent Debiais) et le reste de la documentation recueillie lors de ces trois intenses journées de travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *