La croisade de Sini au CESCM

Bonjour Sini, nous avons le plaisir de t’accueillir au CESCM jusqu’en juin 2022. Peux-tu nous dire qui tu es ?

Je viens de l’Université de Tampere en Finlande et je suis chercheuse enseignante depuis plus de quinze ans. Je travaille sur les thèmes de la croisade et de l’idéologie de la guerre sainte chrétienne.

 Quand on vit en Finlande, qu’est-ce qui amène à vouloir travailler sur un tel sujet ?

J’ai visité le Proche-Orient quand j’étais enfant car mon père travaillait en Israël et en Syrie et j’ai vu les traces des croisades, les villes, les châteaux et les champs de bataille et c’est devenu important pour moi. C’est incroyable de voir tout ce que les gens ont fait et font encore par croyance.

Quels sont tes thèmes de recherches ?

Mes thèmes de recherches sont la religion, les enfants, l’histoire idéologique de la guerre sainte et la violence dans la tradition chrétienne, en particulier autour de l’endoctrinement et la création de concepts dans la société médiévale en Occident au XIIe siècle. Actuellement, j’écris un livre sur la violence religieuse car ma thèse (2007) était autour de ce thème et la question fondamentale qui me tracasse toujours est : pourquoi on tue pour la religion ?

Au CESCM, je vais travailler sur un projet nouveau dont l’idée principale est d’examiner l’endoctrinement des croisades dans le cercle familial et le culte collectif dans l’Occident aux XIIe et XIIIe siècles, c’est à dire, la présence de l’idéologie de croisade dans la vie “normale” des personnes qui ont participé au mouvement au niveau spirituel, rituel, et pécuniaire mais qui n’ont jamais quitté la maison pour combattre ou partir en pèlerinage vers l’Orient.

Alors, pourquoi le choix de Poitiers ?

J’avais le choix entre l’Angleterre et la France et j’ai choisi Poitiers sur l’invitation de Martin Aurell, parce qu’au fil des ans, je suis devenue de plus en plus intéressée par les chansons des croisades, qui sont un ensemble de sources essentielles pour comprendre les normes, les conceptions et les idéaux des croisés nobles. Les chansons comme matériel de recherche n’avaient pas été sérieusement utilisées par les historiens des croisades il y a encore vingt ans mais depuis, les idées des chercheurs ont graduellement changé.

En plus de compiler des sources et de préparer le nouveau projet autour du soutien quotidien que représente la guerre sainte dans la France médiévale, je voulais faire connaissance avec le monde académique francophone. Géographiquement, Poitiers est bien située car la plupart des sources les plus importantes pour mon travail sont composées pour, ou par, les seigneurs de la France de l’Ouest ou du Nord. De plus, les bibliothèques sont superbes ici. J’avais donc plusieurs raisons pour choisir Poitiers.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.