Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.