[26 mars 2021] : Atelier interdisciplinaire du CESCM

 Atelier interdisciplinaire du CESCM « à distance »

Date : Vendredi 26 mars,  10h-12h

Adresse du jour : https://univ-poitiers.webex.com/meet/Pierre.Marie.Joris

 

Louisa Foroughi, Assistant Professor, Lafayette College, USA (chercheuse invitée au CESCM)

« Devenir un ‘Yeoman’ : Statut et identité en Angleterre (c. 1350-1538) »

Les « yeomen » sont bien connus par les historiens spécialistes du Moyen Âge tardif en Angleterre, mais néanmoins mal compris. Ils sont décrits comme des paysans riches et puissants, voire proto-capitalistes. L’examen des sources originales écrites par et pour des hommes qui s’identifient en tant que « yeomen », comme les dossiers des tribunaux, les testaments et les livres de raison, révèle la nature et le mode d’expression de ces figures qui apparaissent comme un exemple de culture et de pouvoir paysans à la fin du Moyen Âge.


Pierre Darnis, Maitre de conférences, Université de Bordeaux 3 (en délégation au CESCM)

« Aurait-on découpé l’histoire en tranches ? Interrogations autour de Cervantès et de Don Quichotte, un auteur et un roman « modernes » »

Les fées de l’Histoire semblent s’être montrées particulièrement prodigues avec Miguel de Cervantès (1547-1616). L’homme est né en pleine « Renaissance », au moment précis où, dans la phase tardive de cette période, il put récolter les bienfaits de ses prédécesseurs. De la même manière, sa grande oeuvre, Don Quichotte (1505-1515), reçut le soutien de la critique. Elle voit dans le récit du célèbre chevalier errant non seulement le « premier roman » européen mais, plus encore, l’expression inaugurale de la « modernité ». En somme, dans une quasi-révolution, l’Âge « Moyen » s’achevait avec Cervantès et son Don Quichotte. Mais ce beau roman chronologique issu d’une histoire soigneusement coupée « en tranches », tient-il l’épreuve du regard critique ? La question n’est pas aisée pour le cervantiste. Quelle attitude adopter ? Après tout, plus que tout autre chercheur, le cervantiste ne doit-il pas savoir se faire « l’avocat du diable » ? Peut-être, derrière cette formule de Carlo Ginzburg, pourrait-on trouver une épistémè qui refuse de s’aveugler comme don Quichotte et qui sache retrouver dans ces héros modernes le paradoxal scintillement de l’Ancien ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.