Soutenance de thèse d’Élise Vernerey (11 décembre 2020)

Élise Vernerey a soutenu sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers « Voir ne consiste à ne pas voir : la sculpture du portail et la théologie apophatique au XIIe siècle (Saint-Denis, Moissac, Aulnay) » devant un large jury en semi-présentiel, compte tenu de la situation sanitaire actuelle. Composé de sept chercheurs en histoire de l’art, des images et de la liturgie, ainsi qu’en en histoire et en histoire des textes, ce jury reflète toute la richesse de la thèse défendue en ce jour du 11 décembre 2020 : Marcello Angheben (maître de conférences HDR, CESCM / Univ. Poitiers, co-directeur de thèse), Vincent Debiais (chargé de recherches, EHESS/CNRS, rapporteur et président du jury), Bruno Hass (maître de conférences, Univ. Paris 1-Panthéon Sorbonne), Éric Palazzo (professeur, CESCM/Univ. Poitiers, rapporteur), Dominique Poirel (directeur de recherches, IRHT/CNRS), Daniel Russo (professeur émérite, Univ. Bourgogne Franche-Comté) et Cécile Voyer (professeure, CESCM/Univ. Poitiers, co-directrice de thèse).

Le président du jury commence par donner la parole à l’impétrante qui, durant trente minutes, présenta rigoureusement sa thèse relevant de l’étude des images du XIIe siècle (un premier volume d’écriture de cinq-cents quarante-et une pages contenant une bibliographie d’une trentaine de pages et un second volume de cent-quatre planches de couleur, dont le jury eu à cœur de signaler la belle qualité des clichés personnels). D’emblée, Élise Vernerey met un point d’honneur à souligner la nature pluridisciplinaire de son propos par la mise en relation d’une analyse formelle et discursive de l’image avec les discours épistémologiques sur la nature attribuée à l’image par certains théologiens, héritiers de la tradition néoplatonicienne. L’intérêt de cette démarche est double, précise-t-elle, car « l’étude de leurs présupposés théoriques permet de penser les décors dans la confrontation à l’homme, tant de celui qui en fait l’expérience au seuil de l’église que de celui qui en est le créateur ». Sur la base de ses travaux de master (les peintures murales de Saint-Martin de Fenollar et la sculpture du portail de Saint-Lazare d’Autun), la candidate explique avec brio les raisons qui l’ont amené à privilégier dans sa thèse une approche monographique (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) plutôt qu’une analyse sérielle qui n’aurait pas permis d’appréhender pleinement le fonctionnement et la relation de l’homme aux images. Le découpage de la thèse en trois parties monographiques et indépendantes est motivé par la volonté d’articuler les analyses iconographiques avec les théories de l’image. Le lien établi dans le travail d’Élise Vernerey entre la théologie et l’image repose pourtant sur une problématique classique en histoire de l’art, celle des enjeux de la création plastique au Moyen Âge. C’est dans cette perspective qu’elle interroge l’articulation entre le prototype et l’image en tant qu’objet, les rapports entre le sujet figuré et la figuration du sujet, ou encore le statut de l’image au Moyen Âge. Les trois études de cas (Saint-Denis, Moissac et Aulnay) mettent ensemble en exergue « la nature défective absolue de l’image artificielle ». De plus, la considération matérielle des œuvres d’art l’invite à penser la technique de la sculpture – par la soustraction ou la « purification » de la matière pour atteindre une forme idéelle – comme le reflet de l’homme dans son cheminement à Dieu, en quête de la Ressemblance autrefois perdue. Aussi, la sculpture fait-elle écho au « procédé » de la théologie négative ou théologie apophatique qui accorde une place fondamentale à la mise en exergue de « l’impossibilité de comprendre Dieu, perçue comme quelque chose de total ». Les trois dossiers monographiques soulèvent plusieurs questionnements propres à l’étude de l’image médiévale que l’on pourrait ici résumer en trois points : les moyens de la mise en images de chaque décor (voire de chaque partie du décor) ; le rôle du regardeur (car « l’appréhension de l’homme face au décor est dépendante de ses capacités visuelles et de son mouvement, ce qui est signifiant dans la zone de franchissement d’un portail ») ; et enfin, la finalité de leur création (autrement dit « le mouvement vers Dieu qu’elles suscitent chez le regardeur »). En cela, Élise Vernerey définit son approche comme « téléologique ». La candidate poursuit ensuite son exposé sur les choix originaux des auteurs convoqués pour chacun des décors étudiés – plusieurs fois débattus au cours de la soutenance (Jean Scot Érigène, le Pseudo-Denys, Grégoire de Nysse et Maxime le Confesseur pour Saint-Denis ; Jean Scot Érigène et Grégoire de Nysse pour Moissac ; Boèce et Gilbert de la Porée pour Aulnay). Elle est longuement revenue sur le carolingien Jean Scot Érigène dont la pensée aurait, selon elle, exercé une influence considérable à Saint-Denis compte tenu de ses liens avec le réseau clunisien, et surtout, en raison de l’impact de sa condamnation au début du XIIIe siècle. Ses écrits seraient tributaires du Pseudo-Denys et de Grégoire de Nysse, c’est pourquoi il lui est apparu judicieux de lire ces auteurs avec attention. Pour finir, Élise Vernerey délivre sa nouvelle lecture des trois portails de Saint-Denis, de Moissac et d’Aulnay en résumant les trois chapitres de son étude et ses conclusions. Ses interprétations originales sont ici justifiées par des analyses iconographiques et des liens historiques qui semblent se dessiner entre les théoriciens de l’image et leurs éventuels concepteurs. De ces trois grands dossiers, il en ressort plusieurs considérations sur l’image du XIIe siècle. En fait, l’image sculptée susciterait un procédé mental et dynamique favorisant le « mouvement intellectuel du regardeur » qui s’inscrit en parallèle de « son mouvement physique ». Les détails dans la sculpture reflèteraient non seulement la portée réflexive de l’image, mais également le procédé de négation que l’autrice a tenté de mettre en lumière dans sa thèse. L’image ne serait donc pas « en position de transmettre une vérité » mais induirait « un exercice spirituel chez celui qui la contemple ».

Après un exposé clair et précis, salué par Vincent Debiais lors de son intervention finale, celui-ci invite successivement les membres du jury à débattre avec la candidate. Au cours des échanges, cette dernière est félicitée de manière générale pour le sérieux de son travail (la finesse de ses analyses iconographiques, l’ampleur de ses lectures, son aisance rédactionnelle, etc.), et en particulier, pour le courage dont elle a fait preuve en se lançant dans une recherche très ambitieuse.

D’abord, Marcello Angheben rappelle que les travaux d’Élise Vernerey s’inscrivent dans la continuité de ses recherches en master où elle avait déjà montré « des aptitudes exceptionnelles » à convoquer des textes – jusque-là ignorés par les historiens de l’art – pour les confronter aux images médiévales. D’après lui, son travail de doctorat reflète une curiosité intellectuelle naturelle, doublée d’une attention remarquable accordée aux images. Il regrette toutefois que la question de l’anagogie n’ait pas suffisamment été traitée au regard de l’importance accordée aux conceptions de Grégoire de Nysse, du Pseudo-Denys et de Jean Scot Érigène dans sa thèse. Toujours est-il que les recherches de sa doctorante lèvent le voile sur bon nombre de questions laissées en suspens par les historiens de l’art en donnant une belle visibilité au portail d’Aulnay.

C’est avec le même enthousiasme que les discussions se poursuivent avec l’intervention de Cécile Voyer. En revenant sur son parcours doctoral, elle valorise l’efficacité et l’engagement de sa doctorante d’une part dans le monde de la recherche (l’obtention d’un contrat doctoral en 2016, une participation active à de nombreuses manifestations scientifiques, la parution de plusieurs articles scientifiques et de vulgarisation) et d’autre part, dans la vie du laboratoire (représentante des doctorantes et des doctorants, membre active de JANUA). Élise Vernerey est par la suite largement complimentée pour sa disposition évidente à la conceptualisation et sa grande sensibilité pour les images, leur matière, leur forme et ce qu’elles donnent à voir. Les points discutés par Cécile Voyer sur le degré d’intentionnalité prêté aux concepteurs des images ont donné lieu à de beaux échanges intellectuels qui illustrent parfaitement bien la grande force de cette thèse selon la professeure, à savoir de susciter de nouvelles réflexions sur des œuvres très connues.

La parole est ensuite donnée à Dominique Poirel pour son rapport qui est orienté sur son champ d’expertise et un point mineur de la thèse d’Élise Vernerey : la circulation des textes et des idées. S’il lui témoigne toute son admiration pour le travail impressionnant de lecture et d’assimilation de textes théologiques, philosophiques et littéraires, il émet quelques réserves sur le recours à certains théoriciens de l’image en se basant sur l’état de la circulation des textes au XIIe siècle. Malgré ses désaccords sur la définition de la théologie apophatique et l’influence du Pseudo-Denys dont la candidate prend note, Dominique Poirel affirme toutefois qu’il a pris un grand plaisir à lire cette thèse.

Après avoir une nouvelle fois félicité Élise Vernerey pour son courage et son travail intellectuel, Éric Palazzo exprime alors sa perplexité sur le choix des sites étudiés, lui donnant l’impression d’une hésitation entre plusieurs thèses. Une brève discussion est engagée sur la question du visible et de l’invisible dans la théologie, puis sur le chapitre consacré à Moissac et les développements portant sur la liturgie. En dépit des lacunes principalement d’ordre d’érudition, le professeur signale néanmoins avec insistance que l’autrice a démontré toutes ses capacités d’iconographe.

L’intervention de Bruno Haas vient compléter les précédentes remarques formulées par les membres du jury. Tout en saluant le caractère interdisciplinaire de l’approche d’Élise Vernerey jugée « très méritoire », il considère que l’ensemble de la thèse manque d’une assise plus solide en matière de méthode et de théorie de l’image. En revanche, l’examinateur se réjouit de l’interprétation ingénieuse des détails iconographiques qui renouvelle le regard porté sur ces trois portails. Il a particulièrement été sensible au premier chapitre sur Saint-Denis ; il s’agit d’une « une belle réussite », selon ses propres mots, qui nécessiterait une publication à part entière « pour sans doute s’imposer dans la littérature ».

À l’instar de ses collègues, Daniel Russo complimente Élise Vernerey pour la qualité générale de son travail. Il est revenu sur l’ensemble de la thèse en l’agrémentant de nombreuses références bibliographiques pour approfondir davantage encore sa réflexion en attirant son attention sur la nécessité de contextualiser les différentes figures intellectuelles convoquées dans son étude. Le chercheur insiste sur la valeur ajoutée de cette thèse dans l’étude des portails romans en la remerciant vivement pour la pertinence de sa recherche conceptuelle.

L’examen de la thèse se termine enfin par l’appréciation de Vincent Debiais. À maintes occasions, le président du jury exprime son enthousiasme à propos de ce travail de doctorat « stimulant et novateur » au regard de l’ambition et de l’audace des choix intellectuels adoptés par Élise Vernerey. Il lui fait part de son admiration pour avoir présenté une « véritable thèse » avec ses paris, ses réussites et parfois certaines limites. Il critique en effet une « une histoire des images coupée du social » qui ne permet pas de résoudre la question même du sens de l’art abordée par l’autrice. Des défis d’ordre anthropologique restent encore à être relevés pour l’aboutissement de cette recherche. Il n’en demeure pas moins que la thèse qui en est issue est « importante pour l’histoire de l’art médiéval et pour une meilleure compréhension du geste d’image au Moyen Âge » comme déclaré en guise de conclusion de son rapport.

C’est donc sans surprise à l’issue d’une brève délibération que le jury a décerné le titre de docteure en histoire de l’art médiéval à Élise Vernerey en soulignant de nouveau ses grandes capacités intellectuelles, la pertinence de ses analyses iconographiques et tout le travail lui restant à poursuivre sur les points d’érudition. Pour paraphraser les membres du jury, nous lui souhaitons la bienvenue dans le labyrinthe, et enfin, le meilleur pour l’avenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.