Soutenance de thèse d’Amicie Pélissié du Rausas (20 novembre 2020)

Amicie Pélissié du Rausas a soutenu le 20 novembre 2020 une thèse de doctorat en histoire intitulée De guerre, de trêve, de paix : les relations franco-anglaises de la bataille de Taillebourg au traité de Paris (années 1240 – années 1260). Le jury était composé de Martin Aurell (professeur à l’université de Poitiers), David Carpenter (professeur au King’s College de Londres), directeurs de la thèse, Frédéric Boutoulle (professeur à l’université Bordeaux Montaigne, président du jury et rapporteur), Stéphane Péquignot (directeur de recherches à l’EPHE, rapporteur), Frédérique Lachaud (professeur à l’université Paris Sorbonne) et Nicholas Vincent (professeur à l’université d’East Anglia).

Référence pour la miniature : Cambridge, CCC MS D 16II, f. 163r. Reproduction d’un accord de trêve dans la Chronica de Matthieu Paris (c. 1243).

 

Le président ouvre la soutenance et donne la parole à Amicie Pélissié du Rausas pour une présentation de ses recherches. Elle évoque les défis rencontrés pendant sa thèse, son choix de revenir systématiquement aux originaux, et ses trois chapitres de thèse. Ceux-ci sont organisés autour de la question suivante : comment, à quelles conditions, et pourquoi, France et Angleterre passent-elles d’une relation de conflit militaire à la construction de la paix ? Après un premier chapitre sur la bataille de Taillebourg, étudiée comme un « événement-observatoire » à la manière du dimanche de Bouvines de Georges Duby, Amicie Pélissié du Rausas a décortiqué les dix-sept années de trêves séparant cette bataille du traité de Paris de 1259. Ce dernier, objet de la troisième partie, a été étudié à nouveaux frais, grâce à une analyse serrée de la documentation. Elle dresse enfin plusieurs constats à l’issue de ces quatre années de recherche : la vitalité de l’étude de la diplomatie médiévale et ses rapports avec l’histoire politique, l’importance de l’étude des originaux, le caractère encore peu travaillé du règne de Louis IX.

Au cours de leurs prises de parole respectives, les membres du jury félicitent Amicie Pélissié du Rausas pour son travail remarquable, présenté dans un style clair, précis et imagé. Ils soulignent le souci constant d’Amicie de retourner voir les originaux, ce qui, grâce à sa très grande maîtrise du latin et de la paléographie et à des analyses rigoureuses, lui a permis de faire d’importantes découvertes. Des documents inédits ont été exhumés et mis en valeur. Les annexes sont de grande qualité. Tous appellent à la publication rapide d’une thèse brillante. Enfin, les directeurs de thèse d’Amicie ainsi que Nicholas Vincent font le constat d’une thèse qui réunit le meilleur de l’empirisme anglais et de l’approche conceptualisée à la française. 

Les lignes qui suivent reprennent certains des points mis en avant par les différents membres du jury. Par souci de fluidité, certaines des réponses d’Amicie Pélissié du Rausas ont été intégrées entre crochets dans le corps des interventions.

David Carpenter rappelle le parcours d’excellence de cette dernière et son travail de master remarqué sur le procès de Simon de Montfort, « un brillant travail de détective ». Amicie Pélissié du Rausas a produit un récit complètement nouveau de cette période charnière pour l’étude des relations anglo-françaises allant de la bataille de Taillebourg au Traité de Paris. David Carpenter passe en revue quelques éléments particulièrement bien traités : le récit nouveau de l’implication des Lusignan, appuyé sur un traité d’alliance redécouvert dans les archives britanniques ; la campagne de 1242 éclairée grâce aux enquêtes de Louis IX et où apparaît la culture de l’époque, oscillant entre la brutalité et le respect de Louis IX pour les liens féodaux ; l’étude des acteurs des trêves ; la description des célébrations à Paris et notamment l’identification du Vieux-Temple comme lieu de séjour d’Henri III ; l’attention portée à la paléographie dans l’étude du traité de Paris ; la redécouverte des négociations autour du comté de Richmond. Il souligne l’importance de l’amitié entre les rois, sans laquelle le traité n’aurait pas été possible et s’interroge sur ce qui rend possible ou empêche la négociation d’un traité. Il note qu’il n’est pas tout à fait d’accord avec l’interprétation d’Amicie quant à la question du sort complexe du comté anglais de Richmond et de l’Agenais, dont on dispose en marge du traité du 1259, ce qui ouvre des discussions à venir. David Carpenter revient sur les redécouvertes documentaires importantes faites par Amicie Pélissié du Rausas, notamment le texte de la proclamation des pouvoirs du conseil baronnial d’octobre 1258, dont une copie dans les archives françaises survivait, ignorée jusqu’à ce jour. Il conclut en soulignant qu’il s’agit d’un travail extraordinaire, merveilleux, formidable, brillement écrit, faisant preuve d’une extraordinaire compréhension de la manière dont la diplomatie fonctionnait. L’ouvrage tiré de la thèse sera une lecture essentielle pour toute personne intéressée par l’histoire de la paix.

Martin Aurell souligne sa joie devant cette excellente thèse qui termine un parcours d’excellence, à cheval entre la France et l’Angleterre. Il souligne lui aussi l’attention portée aux documents, grâce à une grande maîtrise du latin et de la paléographie : ce travail sur les documents a livré des idées essentielles à la thèse, et Amicie Pélissié du Rausas a bien maîtrisé le problème lié à l’important décalage entre les archives anglaise et française. Parmi les trouvailles documentaires, Martin Aurell évoque les annales d’un Parisien anonyme,  conservées à la British Library et qu’il espère voir édité, les sondages dans la gigantesque collection Joursanvault, rassemblant des milliers de pièces françaises à la British Library, la collaboration avec Katy Bernard et Joël Miro Lozano, de l’université de Bordeaux-3, aboutissant à belle présentation de la seule version occitane médiévale connue du traité de Paris en annexe 11. Martin Aurell indique que le plan chrono-thématique de la thèse est classique, mais s’imposait et est très équilibré. Tandis qu’Amicie Pélissié du Rausas aborde sans a priori la bataille de Taillebourg et le traité de Paris, la deuxième partie, sur les trêves, est la plus originale et représente un apport capital à l’étude de la diplomatie médiévale. Il espère une publication au plus vite de la thèse, qui viendra apporter de nouveaux éclairages au siècle de Saint Louis, parent pauvre de l’historiographie française, et remercie vivement Amicie Pélissié du Rausas.

Nicholas Vincent parle d’une thèse extraordinaire, Amicie Pélissié du Rausas étant un digne successeur de Charles Bémont et Charles Petit-Dutaillis. À propos de la première partie, il souligne le poids du passé sur les belligérants et les ombres des précédents rois gravitant autour d’Henri III et de Louis IX. Il pointe quelques manques possibles de la thèse : l’étude des zones d’influences, des familles gravitant autour des Capétiens et Plantagenêt notamment. Il revient ensuite sur l’importance à ses yeux de la distribution par Louis IX de certains titres qui étaient encore attribués en Angleterre, notamment ceux de comte et Poitou et de comte d’Anjou : il y voit une provocation importante à l’encontre d’Henri III. Amicie Pélissié du Rausas approuve et indique qu’elle n’avait pas pensé à lier ce point avec la période de glaciation diplomatique qu’elle avait observée à partir d’autres éléments. Nicholas Vincent indique enfin plusieurs éléments méritant enquête, notamment la question des titres en Provence, le problème de la Savoie, de Toulouse ainsi que la question des relations avec l’empire. [Amicie Pélissié du Rausas précise qu’elle s’est beaucoup intéressée aux Lusignan, sans doute au détriment de l’étude du titre de comte de Poitou, ce qu’elle nuancera en reprenant sa thèse pour publication.] Il conclut par de nouvelles félicitations pour cette thèse raffinée, brillante, précise.

            Frédérique Lachaud salue l’excellent travail d’Amicie Pélissié du Rausas. Elle suggère de réfléchir à une publication de chaque partie séparément, en apportant un peu plus de contextualisation. Les documents sont nombreux, font l’objet d’analyses fines et équilibrées, et outre les originaux, il faut souligner l’utilisation de sources moins évoquées comme les coutumiers ou les miroirs au prince. Parmi les passages particulièrement bien menés, Frédérique Lachaud relève les développements sur l’argumentaire autour de la restitution des terres Plantagenêt, le cas des Lusignan dans le jeu diplomatique triangulaire, l’analyse des trêves, le développement sur l’étiquette et la mise en scène de la rupture, le récit de la politique de la terre brûlée menée par les Gascons, l’analyse des opérations maritimes et les développements sur la sécurité lors des opérations côtières. La troisième partie renouvelle considérablement les points de vue sur la fabrique de la paix, tandis que la question des hommages est traitée avec brio. Frédérique Lachaud pointe quelques éléments intéressants à creuser : la question de la hiérarchisation des fiefs (les Capétiens développant une politique consistant à transformer la hiérarchie féodale), celle des pratiques qui semblent relever de la guerre, mais que l’on trouve en temps de paix, comme la pourvoyance, le sauf-conduit. On pourrait enfin s’attendre à des considérations plus développées sur la langue du traité. Frédérique Lachaud conclut qu’il s’agit d’un travail exceptionnel. Dans ses réponses, Amicie Pélissié du Rausas souligne que l’emboîtement des enjeux locaux, indiqué par Frédérique Lachaud comme une question à creuser, est un champ de recherches à investiguer. Elle n’a pas eu le temps de le faire pendant sa thèse, mais étendra ses recherches sur la question, tout comme sur celle de la hiérarchisation des fiefs, notamment autour de la dialectique féodalité/souveraineté. Elle indique en outre ne pas avoir été plus loin sur la question des sauf-conduits et du droit de pourvoyance en temps de paix, voulant notamment éviter le risque de produire une monographie d’histoire anglaise en l’absence de sources équivalentes en France.

 

Stéphane Péquignot voit dans cette thèse un travail important et neuf qui contribue au renouveau des études sur la guerre et libère le traité de Paris de divers biais historiographiques. Amicie Pélissié du Rausas a su intégrer de nouvelles méthodes et utiliser une perspective diachronique longtemps délaissée afin de se défaire du stigmate de l’histoire événementielle. Il souligne à propos de la deuxième partie l’intérêt accordé aux pratiques et acteurs de la trêve, insuffisamment étudiés jusque-là et les nombreuses mises au point très utiles, notamment sur le processus de ratification des traités. Il indique que la prise en compte de la bibliographie ibérique, italienne et allemande sur les trêves et les ruptures de paix aurait permis de nuancer l’idée d’une nouveauté de l’objet « trêve » dans l’historiographie ainsi que quelques montées en généralité à partir des cas anglais et français présentes dans la thèse [Amicie Pélissié du Rausas répond qu’elle étendra ses recherches à d’autres espaces, en intégrant ces bibliographies complémentaires, et indique en outre l’intérêt du dossier de trêves anglo-gallois, piste de recherche qu’elle compte explorer dans les années à venir.]. La troisième partie permet enfin de réinterpréter le traité de Paris en montrant le souci commun chez Henri III et Louis IX d’une paix juste et durable, relativisant ainsi la valeur et la signification de l’hommage prêté par Henri III pour la Gascogne. En dépit de rares coquilles et de quelques affirmations générales, il s’agit d’un travail de toute première importance, faisant preuve d’un souci de contextualisation, de mise à distance critique de sources, parmi lesquelles figurent des pièces exceptionnelles. Stéphane Péquignot pose enfin plusieurs questions pour prolonger la réflexion, auxquelles Amicie Pélissié du Rausas répond de la façon suivante :  à la question de savoir s’il existe des termes techniques pour qualifier les acteurs des trêves, elle dit n’en avoir rencontré aucun au cours de ses recherches. Une comparaison entre le traité de Paris et le traité de Corbeil qui précède de dix jours la première version des articles de la paix de Paris serait intéressante : elle a déjà identifié une main de chancellerie commune aux documents, et indique qu’il serait intéressant de prolonger ce travail. Enfin, à propos du patchwork linguistique relevé dans la documentation autour du traité de Paris (les documents liés aux trêves étant en latin et le texte du traité de Paris en français), elle propose de creuser la piste familiale et celle des enjeux de la proclamation d’une paix que l’on veut largement connue. 

 

Le président du jury, Frédéric Boutoulle, clôt la séance en soulignant le remarquable travail réalisé par Amicie Pélissié du Rausas qui évite les écueils de l’histoire événementielle, de l’histoire bataille et de l’histoire par les grands hommes. Il se demande si faire commencer la thèse en 1224 ou en 1219 (première fois qu’un Capétien atteint la vallée de la Garonne) n’aurait pas été pertinent [Amicie Pélissié du Rausas répond qu’elle a fait le choix de 1242 et non de 1219 afin de travailler sur la relation entre Louis IX et Henri III, elle souhaitait aussi se limiter à deux décennies afin d’éviter une histoire trop événementielle et de pouvoir traiter pendant la thèse une masse déjà considérable de sources]. Il voit dans le souci de légaliser l’entrée en guerre une manifestation du monopole de la violence légitime, dont la politique de Louis IX est une bonne illustration. Frédéric Boutoulle marque son intérêt pour la non-bataille de Taillebourg/Sainte et la manière dont Amissie Pélissié du Rausas déconstruit les récits, et donne de l’épaisseur et du relief aux éléments en les traitant indépendamment, sources et historiographie à l’appui. Plusieurs remarques sont faites, notamment à propos de l’absence de la convocation du 25 mai 1242 concernant l’ensemble de la Gascogne dans l’étude. Le chapitre deux est une analyse très fine des trêves et de la charge symbolique qui lui est attaché. Le corps de négociateurs étudiés est impressionnant et le travail de prosopographie qui l’accompagne permet de montrer que l’on choisit des personnes ayant déjà une expérience des affaires gasconnes. Le dernier chapitre est une apothéose, une étude à nouveaux frais du traité de Paris qui montre que les motivations des rois ne sont plus les mêmes : Henri III se préoccupe de son engagement en Sicile tandis que Louis IX est marqué par le désir de restituer les biens. Amicie Pélissié du Rausas décrit très bien l’exceptionnelle longueur des négociations, les réticences des déçus de la paix, prend à bras le corps les passages abscons et très contradictoires du traité de Paris. Frédéric Boutoulle termine par souligner l’intérêt de l’hommage, pour la première fois intégré dans un traité de paix, prêté à Paris et par un roi déjà couronné. Il conclut en rappelant qu’il s’agit d’un travail tout à fait novateur, apportant un regard nouveau sur un grand nombre de sujets et mettant à l’honneur une belle collaboration franco-britannique qu’il espère voir se prolonger. Amicie Pélissié du Rausas répond à plusieurs remarques, notant notamment qu’elle avait travaillé sur la convocation anglo-gasconne avant d’oublier de l’intégrer dans son manuscrit, et indique à propos des trêves avoir essayé de voir s’il y avait un rapprochement possible entre la captation princière de la trêve et les trêves de Dieu, sans résultats concluants, mais la question mériterait discussion.

Après brève délibération, Frédéric Boutoulle annonce qu’au terme d’une très riche soutenance, le jury décerne unanimement le grade de docteur à Amicie Pélissié du Rausas. S’il n’existe plus de mentions honorifiques, le jury n’en exprime pas moins ses plus chaleureuses félicitations pour un travail qu’il espère voir rapidement publié et qu’il souhaite ouvrir les portes d’un bel avenir professionnel. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.