Le projet collectif « Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial » financé par le programme Horizon H2020

Le programme Horizon H2020 a choisi de financer le projet collectif Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial.

Interview de Cécile Voyer, partenaire au titre du CESCM-UMR 7302 de la bourse Research and Innovation Staff Exchange (RISE), du programme A.M.S.C. du pilier Excellence Scientifique d’Horizon 2020.

Bonjour Cécile. Qu’est-ce que ce programme A.M.S.C ?

Il s’agit d’un dispositif européen qui vise à encourager des collaborations internationales et pluridisciplinaires à travers des échanges de personnel de recherche et innovation, ainsi que le partage de savoirs et d’idées de la recherche pour l’avancement de la science et le développement de l’innovation.

Il s’inscrit dans le programme phare du financement des activités de Recherche et Développement en Europe (Horizon 2020 ou H2020). Les programmes H2020 sont divisés en trois piliers, qui dépendent des objectifs, de la portée et de la maturité de la recherche proposés : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux. Le projet « Conques in Global World » dépend du premier.

Quel est l’objectif de projet Conques in Global World: Transferring Knowledge from Material to Immaterial ?

L’objectif de ce projet est de promouvoir la recherche interdisciplinaire, en réunissant cinq spécialités différentes (l’histoire de l’art, l’histoire, la philologie, l’archéométrie et l’acoustique) afin d’étudier l’abbatiale Sainte-Foy de Conques (Conques-en­-Rouergue) et ses ornements au sens large. Il s’agira aussi d’observer, grâce à ce monument emblématique, « l’invention » d’un Moyen Âge européen aux XIXe et XXe siècles. En somme, il s’agira de déconstruire l’image de l’abbatiale de Conques forgée au XIXe siècle et durant la première partie du XXe siècle pour retrouver l’édifice du Moyen Âge.

Les résultats du projet seront largement accessibles au public universitaire afin que la recherche collaborative puisse se renforcer au sein bien sûr du consortium CONQUES mais aussi au-delà en s’adressant aux spécialistes du patrimoine culturel matériel et immatériel. De nombreuses activités pour sensibiliser le public seront menées avec la production de films documentaires, de livres de vulgarisation scientifique et l’organisation de conférences publiques.

Une monographie sur l’abbatiale de Conques et ses images entre Moyen Âge et XXe siècle couronnera cette enquête au long cours.

Que va faire concrètement le consortium CONQUES pendant les 4 ans ?

Le financement permet d’organiser dans des conditions très appréciables la rencontre des chercheurs sur des temps longs. C’est une opportunité fantastique pour les chercheurs confirmés et pour les jeunes chercheurs que de disposer de temps de réflexion en commun, de lieux d’échanges et de partage au service de la compréhension d’un édifice ainsi que de l’imaginaire qu’il draine. Pour faciliter ce partage entre les périodes de mobilité, une plateforme de recherche collaborative sera mise en œuvre. L’objectif de cette bourse est aussi de former des chercheurs aux approches et aux méthodes des autres disciplines scientifiques.

Un des enjeux majeurs consiste également à confronter, croiser les analyses issues des différentes disciplines afin de produire un discours apte à restituer l’état de l’abbatiale aux XIe-XIIe siècles et son fonctionnement (environnement sensoriel). L’abbatiale Conques sera étudiée par des historiens, des historiens de l’art, des archéologues du bâti mais aussi par des ingénieurs experts en acoustique par exemple et des chercheurs en physique, spécialistes de métrologie optique (Xlim).

Comment ce projet a-t-il été préparé ?

Le projet a été pensé par Ivan Foletti et porté par l’Université de Masaryk (Centre for Early Medieval Studies). Le CESCM et son partenaire XLim qui ont, bien sûr, été associés à la rédaction du projet appartiennent au Consortium avec l’Université du New Jersey – Rutgers (EU) le Max-Planck institute (All.), le Max Werber institute (All.), l’École doctorale de l’Université de la ville New York – CUNY Graduate Center – (EU), l’Association pour le Développement Économique et Culturel de Conques (ADECC) et l’éditeur Viella (Italie).

Un mot de conclusion ?

C’est une expérimentation dans tous les sens du terme (autant pédagogique que scientifique). Nous espérons vivre une belle aventure intellectuelle et humaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.