Axe 3 : Programme collectif sur la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines

Cliché Lisa-Oriane Crosland (CESCM)

L’ année de délégation au CNRS accordée à Cécile Voyer, Professeur d’histoire de l’art au CESCM, au titre de l’année universitaire 2020-2021, sera propice à développer le programme collectif de recherche consacré à l’étude de la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers et ses chanoines; un projet qu’elle coordonne avec Éric Sparhubert (Maître de Conférences en Histoire de l’Art médiéval CRIHAM). L’objectif de ce projet est bien sûr d’étudier le monument et son décor (deux états à restituer, l’église du XIe siècle avec sa nef charpentée, et celle du début du XIIe siècle avec sa nef voûtée), mais aussi de restituer son décor peint (relevés archéographiques et restitution des couleurs) avec Carolina Sarrade (archéographe-CESCM) pour les relevés et l’équipe d’Xlim, dirigée par Noël Richard (Maître de conférence Xlim) pour les couleurs et pigments. L’idée est aussi de réfléchir aux aménagements liturgiques en lien avec le culte de saint Hilaire, mais aussi d’étudier dans la mesure du possible l’histoire de communauté canoniale et ses liens les comtes et les évêques (avec les historiens, Émilie Kurdziel (maître de conférences en histoire-CESCM), Hélène Caillaud, membre associée au CRIHAM-Limoges…), bref la place de cet établissement canonial dans l’espace de la cité au premier Moyen Âge.

Cécile Voyer va également continuer à développer un projet de recherche plus personnel autour du scriptorium de Saint-Bertin et de la personnalité de l’abbé Odbert (fin du Xe siècle- début du XIe siècle). Ces recherches s’inscrivent dans la poursuite de ses précédents travaux sur les Évangiles de l’Arsenal (Paris, Arsenal, ms 592) – Orner la parole de Dieu, éd. Classiques Garnier, 2018 –  et sur les manuscrits de Flandres de cette période singulière, qualifiée souvent à tort de « charnière ». Ce projet est au cœur de l’actualité de la recherche : Charlotte Denoël, conservatrice des manuscrits anciens à la BnF, a lancé une vaste enquête sur l’enluminure du livre en France aux Xe et XIe siècles.

Détail manuscrit Boulogne 11

C. Voyer a entamé une recherche sur les Évangiles de Saint -Bertin (Boulogne, BM, ms. 11) ainsi que sur les autres manuscrits peints sous l’abbatiat d’Odbert. Plus particulièrement, la créativité du scriptorium de Saint-Bertin est certes liée à la personnalité brillante de son abbé, à la fois peintre et concepteur d’images, mais aussi aux liens étroits entretenus avec l’Angleterre. Si la circulation des peintres et des scribes entre Saint-Bertin et Canterbury est connue, l’assimilation du répertoire visuel anglais, issu d’une histoire bien différente de celle des Flandres, par les moines bertiniens mérite d’être analysée. Il semble que ce projet pourrait éclairer à la fois la vie culturelle et visuelle de la communauté monastique à un moment de son histoire mais être également un observatoire idéal de la manière dont elle se pense dans le monde composite auquel elle appartient (l’importance prise par les cycles christologiques, la construction d’une mémoire de la fondation entre le Xe et le XIe siècle grâce à une rhétorique visuelle). Les réformes à l’œuvre et l’esprit de renovatio dans ces monastères dans la seconde moitié du Xe siècle pourraient permettre de penser à nouveaux frais les réformes du XIe siècle et le rôle que l’historiographie leur attribue pour « l’âge roman ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.