L’imprimerie au XVe siècle et les incunables

L’imprimerie au XVe siècle

À la fin du Moyen Âge, les échanges de l’Europe avec l’Asie ont permis l’introduction de l’art de l’estampe, une ancienne technique orientale permettant de multiplier les textes et les images sur papier à partir d’une planche gravée. Vers 1450 à Mayence, Johannes Gutenberg adapte ce principe pour inventer la presse typographique afin de satisfaire la demande croissante en livres. Cette invention révolutionnaire transforme les conditions techniques de la fabrication des livres et leur diffusion. Grâce à ses caractères mobiles (petites baguettes avec un signe typographique à l’une de ses extrémités), l’imprimerie permet de reproduire plusieurs exemplaires d’un même texte dans un temps court et à un prix très avantageux. Jusqu’alors en effet, les manuscrits, laborieusement copiés à la main durant de longs mois, coûtaient fort cher.

C’est donc grâce à la presse manuelle associée à la gravure sur bois et à des caractères typographiques très solides, mobiles et de taille identique que, pour la première fois en Europe, textes et images sont multipliés à une grande échelle. Véritable révolution en terme de technologie (reproduction en série) et de communication, mais aussi dans le rapport à l’écrit, l’invention du livre imprimé permet de développer le marché du livre et de satisfaire les attentes des nouvelles élites, bourgeois et commerçants, et leur goût pour l’information, la culture et la lecture.

Les incunables

Les incunables (du mot latin incunabula qui signifie « berceau ») sont les premiers livres imprimés de l’invention de l’imprimerie à l’année 1500. Le format des incunables est à l’origine calqué sur celui des manuscrits : aucune page de titre, mais un incipit (ou début du texte) et un colophon [Image D inc 53, folio 88v] où l’on trouve généralement des informations telles que la date, le lieu et le nom de l’imprimeur ; les premiers caractères imprimés imitent les écritures manuscrites. Puis la page de titre [Image D inc 53, folio 1r] fut introduite : elle contenait parfois une marque d’imprimeur-libraire ou une présentation du contenu du manuscrit. L’art de l’enluminure, hérité des manuscrits, est toutefois préservé dans les incunables [Image D inc 4, folio 33r, folio 19v]. Certains d’entre eux pouvaient aussi contenir des gravures avec des scènes colorées après l’impression. Les livres d’Heures ont fait partie de ces premiers livres imprimés et enluminés.

D Inc, f° 33r / Cliché BM Poitiers
St Jean-Baptiste et St Pierre entourés de scènes diverses, D Inc 4, f° 33r
Cliché BM Poitiers

L’apparition des livres d’Heures imprimés date de 1486. Ils sont vendus avec grand succès jusqu’à la moitié du XVIe siècle. En 1488 paraît le premier livre d’Heures imprimé à l’usage de Poitiers, quelques années après l’installation du premier atelier d’imprimerie poitevin, vers 1478, à proximité de l’abbaye de Saint-Hilaire-le-Grand.

Avec l’aimable collaboration de Anne-Sophie Traineau-Durozoy, Responsable du Fonds Ancien et du Pôle Moyen Âge du SCD de Poitiers.

 

 

 


3 réflexions au sujet de « L’imprimerie au XVe siècle et les incunables »

    1. Bonjour, et merci pour l’intérêt que suscite auprès de vous notre centre. Votre analyse est bonne et complète, nous avons un site qui vous donnera tous les renseignements nécessaires. Blanca Angeles a soutenu sa thèse en décembre 2015. Vos remarques vont être éclairantes pour apporter des modifications à notre carnet. N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez des renseignements (vanessa.ernst.maillet@univ-poitiers.fr)

Répondre à Vanessa Ernst-Maillet Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *