Aspects sociaux d’un ouvrage de piété

Indicateur du statut social

Le livre d’heures est initialement utilisé par les personnalités les plus fortunées de la société de la fin du Moyen Âge. C’est un objet de prestige, parfois offert en cadeau diplomatique : sa qualité renseigne sur son propriétaire. Protégé d’une reliure ou conservé dans un coffre, le livre est soigné, comme le chante Eustache Deschamps à la fin du XIVe siècle :

Heures me fault de Nostre Dame
Si comme il appartient a fame
Venue de noble paraige
Qui soient de soutil ouvraige
D’or et d’azur, riches et cointes,
Bien ordonnées et bien pointes,
De fin drap d’or tres bien couvertes (Œuvres IX)

La poésie met en parallèle le statut noble du client (paraige noble) et l’excellence du travail (soutil ouvraige). La richesse et l’élégance du livre sont célébrées (d’or et d’azur, riches et cointes). Progressivement pourtant, la production stimulée par la demande des bourgeois s’oriente aussi vers des livres de moindre qualité1.

canvas.1
Armes René et Jeanne, tourterelles, Ms 41, f° 22 / Cliché BM Poitiers

Marques de possessions

Support de dévotion personnelle, cet objet de luxe participe au prestige de son propriétaire, roi, seigneur ou bourgeois, homme ou femme, lequel fait apposer parfois armoiries [C1] , devises, emblèmes ou ex-libris. L’étude de ceux-ci, dans le ms. 53, révèle un ouvrage passé de mains de femmes en mains de femmes ; le livre d’heures est un marqueur de l’identité familiale et fait partie des héritages. Toutes les marques de possession apportent un état civil au manuscrit, permettant d’identifier le commanditaire ou le destinataire, de déterminer date et lieu de production, de retracer l’histoire du livre, ainsi que les aspects sociaux de la possession et de la bibliophilie2.

Iconographie de l’histoire sociale

L’image a une grande richesse documentaire et esthétique. Le livre peint dans l’enluminure insiste sur la valeur du manuscrit comme instrument dévotionnel privé [C2]. De petit format, maniable et utilisé dans l’intimité, il reflète les traits sensibles de la prière liée à une pratique religieuse individuelle (devotio moderna) et empathique. L’image propose aussi des informations concrètes. La chambre de la Vierge meublée de tissus lourds contextualise la vie bourgeoise du XVe siècle [C3]. L’actualisation de portraits, tels les Mages nomades du Proche-Orient parés de manteaux nobles de la fin du Moyen Âge, bordés d’hermine ou de galons d’or [C4], démontre que les scènes enluminées sont loin d’être anecdotiques. Elles sont outils de compréhension de l’histoire sociale3.

 

 [C1][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 41, f 22, armes René et Jeanne, + tourterelles]

 [C2][fig. Ms 1097, f 74v].

 [C3][fig. Ms 53, f 18] ou [Ms 50, f 17]

 [C4][fig. ms. 1106, f. 32]

  1. Léon Marie Joseph DELAISSE, « The importance of books of hours for the history of medieval books », dans Gatherings in honour of Dorothy E. Miner, Baltimore, The Walters Art Gallery, 1974, p. 203-224, Isabelle DELAUNAY, « Livres d’heures de commande et d’étal : quelques exemples choisis dans la librairie parisienne, 1480-1500 », dans L’artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge : XIIIe-XVIe siècles, éd. F. Joubert, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2001, p. 249-270. []
  2. Michel Pastoureau, « L’héraldique au service de la codicologie », dans Codicologica. Towards a science of handwritten books. Vers une science du manuscrit. Bausteine zur Handschriftenkunde., éd. A. Gruys et P. Gumbert, Leyde, E. J. Brill, 1978, vol. 4 Essais méthodologiques, p. 75-88. []
  3. Virginia REINBURG, French books of hours : making an archive of prayer, c. 1400-1600, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 2012. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *