L’enluminure au Moyen Âge

Sur la surface unie et blanche du parchemin qui composait un codex prenaient place deux éléments : le corps de texte calligraphié et le décor appelé enluminure. Ce terme, découlant/dérivant du verbe latin illuminare – littéralement mettre en lumière – « rassemble plus largement tous les éléments décoratifs et les représentations imagées exécutées dans un manuscrit pour l’embellir »1.

Couleurs et métaux

L’enlumineur débutait son travail par une ébauche plus ou moins soignée qui, le plus souvent à la mine de plomb, s’effaçait sous la couche de peinture finale. Le choix de la technique ou des procédés utilisés dans un manuscrit était déterminé par divers facteurs comme le choix du support ou le prix assigné à sa réalisation. A l’intérieur d’un même manuscrit pouvaient se succéder et se côtoyer diverses manières (peinture, dessin, esquisse, croquis, jeu de plume) mais également plusieurs matières2.

L’étude chimique, possible grâce aux techniques modernes d’analyse, recense les différents composants de la matière colorée. Les pigments, souvent difficile à obtenir, étaient une matière précieuse qu’il fallait parfois faire venir de loin. Ils pouvaient être d’origine végétale : noix de galle (noir), indigo, bleuet, guède, sureau (bleu), iris, lys, baies de mures ou de chèvrefeuille (vert) ; d’origine animale : khermès et murex (rouge), os calcinés (noir) ; ou d’origine minérale : blanc de plomb, craie (blanc), minium et vermillon (rouge), vert-de-gris (vert), orpiment ou jaune d’arsenic (jaune), lapis-lazuli ou azurite (bleu)3.

Les métaux – or, argent, cuivre, étain, plomb – étaient également souvent employés dans l’enluminure, comme pigment de la peinture, de l’encre ou encore comme feuille, et révélaient /relevaient d’une production luxueuse plus rare et fastueuse. L’or, métal largement privilégié pour enluminer ces objets, aussi bien de grande que de moyenne valeur, était destiné à « mettre en lumière » aussi bien les décors des manuscrits que les écritures qu’ils contenaient. Il pouvait être utilisé de deux manières, soit en poudre selon la technique dite à la coquille, soit à partir de feuilles dont il est souvent possible d’observer les plis [renvoi Ms 53 (292) f 40r]. L’usage d’un métal précieux, induisant nécessairement une illustration plus coûteuse qu’un décor simplement peint ou encré, était à la fois un révélateur de la valeur du livre à l’époque médiévale, une manifestation de son statut au sein de la société, mais également une source d’informations sur la richesse de son commanditaire.

Peintres et ateliers

La partie du décor la plus ambitieuse (les lettrines, les miniatures ainsi que les pleines pages ou cycles d’illustrations – pouvant recevoir un décor ornemental, géométrique, aniconique, factice, architectural, habité, animé ou historié) était systématiquement confiée à des spécialistes. Pour ce faire, ils remplissaient les espaces préalablement laissés vierges par le ou les copistes4 en suivant les indications et signes d’attente qui, notés au bord de la feuille de parchemin, disparaissaient souvent lors de la rognure des cahiers5. Travaillant comme de véritables professionnels, ces enlumineurs, artisans laïcs établis au cœur des villes, étaient organisés en ateliers selon une hiérarchie stricte6. Chacun exécutait une partie du décor à la hauteur de sa qualification ; le maître, le plus expérimenté de tous, se réservait les peintures en pleine page ainsi que les grandes miniatures et déléguait à ses compagnons et apprentis, moins chevronnés que lui, l’exécution des marginalia, des lettrines, des lettres ornées ou filigranées7 [renvoi Ms 51 (332) f 15r].

Ainsi, chacun apportait son savoir faire pour qu’avec soin et plus ou moins d’habileté soient ornés ces précieux livres. En effet, dans plusieurs des livres d’heures constituant cette riche collection peuvent être observés des travaux de qualités différentes. Sur des thèmes iconographiques identiques, il est possible de distinguer des ateliers aux artisans particulièrement adroits et avertis [renvoi Ms 55 (334) f 53r], tandis qu’au contraire, d’autres semblent être, au regard de leur maladresse certaine et un peu grossière, constitués d’artisans moins habiles voire inexpérimentés [renvoi Ms 44 (267) f 38v].

MAE -ANNONCEAUXBERGERS
Annonce aux bergers, Ms 55 (334) f° 53v / Cliché BM Poitiers

Le décor, élément essentiel au manuscrit médiéval, faisait du livre un objet complexe et luxueux régi par un ensemble de codes, de motifs et de formules, empreint à la fois de valeurs esthétiques, religieuses, intellectuelles et sociales. Exécuté à une époque particulière, (produit par des hommes,) son décor est le reflet de la mentalité d’un groupe d’individus assurément limité à une classe sociale privilégiée de la société8. Pivot de la culture pendant tout le Moyen Age, le livre continua, contrairement aux idées reçues, à être enluminé bien après l’invention de l’imprimerie [renvoi D Inc. 4 f 24r, et Imp. CR 48 bis f 36v].

Glossaire

Animé : Constitué principalement d’êtres vivants.

Architectural : Représentant un édifice ou une partie d’édifice.

Anionique : Qui ne comporte la représentation d’aucun être ou objet.

Codex : Livre formé de feuilles pliées et assemblées en un ou plusieurs cahiers cousus par un fil le long de la pliure.

Dessin : Représentation sur une surface à l’aide d’outils graphiques (crayon, plume, etc.).

Dorure à la coquille : Technique de dorure utilisant une poudre d’or finement broyée qui, mélangée à un liant, se fixera au support.

Dorure à la feuille : Technique de dorure utilisant des feuilles d’or obtenues grâce au martelage du métal brut.

Croquis : Dessin simplifié, exécuté rapidement.

Cycle d’illustrations : Suite de représentations illustrant les phases successives d’un récit ou les différentes parties d’un texte.

Esquisse : Dessin léger, ne représentant que les lignes principales du sujet figuré.

Factice : Qui n’est ni figuratif, ni strictement géométrique.

Figuratif : Représentant des objets ou des êtres existant dans la réalité ou en imagination.

Géométrique : Formé de figures susceptibles d’être dessinées à la règle ou au compas.

Habité : Constitué d’éléments inanimés au milieu desquels apparaissent quelques êtres vivants.

Historié : Qui représente une scène, un personnage ou un objet significatif, relatif au texte ou non.

Iconographie : Ensemble des représentations d’un objet, d’un personnage, d’un thème, etc. Étude de ces représentations.

Jeu de plume : Dessin ornemental qui, exécuté à l’aide d’une plume, présente de multiples courbes et contre-courbes enchevêtrées et imbriquées les unes dans les autres.

Lettrine : a. [Sens restreint :] Initiale se détachant sur un fond peint (ornemental ou historié) qui l’encadre.

                    b. [Sens large :] Initiale décorée par un procédé quelconque.

Lettre filigranée : Initiale décorée d’un réseau plus ou moins dense et régulier de fioritures exécutées à la plume, à l’encre noire ou de couleur, sans fond peint.

Marginalia : Notes manuscrites ou décoratives placées dans les marges de la page de parchemin.

Mine de plomb : Matière minérale traçante dont est fait le crayon.

Miniature : Peinture exécutée dans un manuscrit, et plus particulièrement celle qui appartient à l’illustration proprement dite.

Parchemin : Peau d’animal dépilée et effleurée ayant subi un traitement non tannant (ou très peu tannant) puis un séchage sous tension le rendant propre à recevoir l’écriture sur ses deux faces.

Pigment : substance qui confère sa couleur à une préparation.

Pleine page : Peinture exécutée dans un manuscrit sur la totalité d’une page de parchemin.

Rognure des cahiers : action qui, effectuée après la collation (assemblage des cahiers constituant un manuscrit), vise à découper les bord des feuilles de parchemin afin de les égaliser.

  1. J. DALARUN, Le Moyen Age en lumière, Paris, Fayard, 2002, p. 370 []
  2. P. GEHIN (dir.), Lire le manuscrit médiéval – Observer et décrire, Paris, A. Colin, 2007, p. 134 []
  3. R. CLEMENS et T. GRAHAM, Introduction to manuscript studies, Ithaca, London, Cornell University Press, 2007 , p. 30-33 []
  4. J. DUFOUR, « Comment on fabriquait les manuscrits », dans Dossier de l’archéologie, Enluminure carolingienne et romane, numéro 14, 1976, pp. 8-15 , p. 8 []
  5. Idem. []
  6. W. ROWAN W, Illuminated manuscripts and their makers, London, V & A Publications, 2003, p. 8 []
  7. C. GAUVARD, La France au Moyen Age du Ve au XVe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 263 []
  8. H. TOUBERT, « Formes et fonctions de l’enluminure », dans Histoire de l’édition française – Le livre conquérant du Moyen Age au milieu du XVIIe siècle, Tome 1, Paris, Promodis, 1982, pp. 87-129, p. 87 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *