Soutenance de thèse de Caroline Lambert (30 nov. 2019)

Le 30 novembre 2019, dans la Salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Madame Caroline Lambert soutenait sa thèse de doctorat, Entre traduction, translation et création : Le Livre des douze perilz d’enfer. Étude et édition, devant un jury composé par Claudio Galderisi (Université de Poitiers, Directeur de thèse) Cinzia Pignatelli (Université de Poitiers, Co-directrice de thèse), Françoise Laurent (Université de Bourgogne/Franche-Comté, Rapporteur), Tania Van Hemelryck (Université Catholique de Louvain, Rapporteur) et Jean-Marie Fritz (Université Clermont Auvergne, Président de jury).

Inspiré par les recherches autour des translations médiévales – et plus particulièrement par le grand projet de recensement Transmedie – le travail de Caroline nous fournit l’édition critique d’un texte inédit du XVe siècle, Le Livre des douze perilz d’enfer, complétée par une étude du contexte de production et de réception. 

Œuvre probable de Robert Blondel, composée à la demande et à l’intention de la reine Marie d’Anjou vers 1450, le Livre des douze perilz d’enfer est « un ouvrage moral, voire pieux, à caractère didactique, dispensant des conseils pour éviter lesdits périls et ayant l’ambition de dissuader les pécheurs, en recourant au rappel des finalités infernales » (p. xxiv).

L’un des plus grands mérites de cette thèse – comme l’ont à plusieurs reprises souligné les membres du jury – est, sans doute, d’avoir identifié le texte-source, un sermon latin du franciscain Bernardin de Sienne  (De duodecim periculis quae superveniunt peccatoribus in ultimo fine), saint prédicateur très proche du frère de Marie, René d’Anjou.

L’étude comparative menée par Caroline a montré qu’entre traduction, translation et création, l’auteur du Livre s’approprie, avec originalité, une œuvre-matricielle qui finalement « sert de modèle et d’inspiration bien plus que de texte-source » (Conclusion générale, p. cdlxxxiv).

À la fois traducteur, translateur et auteur, Robert Blondel fait donc d’un texte homilétique un traité d’édification morale et politique où les renvois intertextuels se multiplient.

Après quelques ajustements, la thèse de Caroline fera l’objet d’une publication qui permettra aux futurs lecteurs non seulement de disposer d’une édition critique solide qui demeurait attendue et souhaitée, mais également d’avoir accès à un texte passionnant, de grand intérêt linguistique et littéraire, qui pourra ouvrir la voie à d’autres études et approfondissements.

Finalement, à la suite d’une discussion animée par les plus riches échanges, Caroline a obtenu le grade de Docteur de l’Université de Poitiers.

Nos plus sincères félicitations, Caroline ! Ad maiora !

 

 

Alessia Chapel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.