Retour d’Oslo

Fin septembre 2013, Vincent Debiais, chargé de recherche au CESCM, s’est rendu à l’Université d’Oslo pour le colloque Between Image and Text: The Early Medieval ‘Iconology’ of Graphic Representational Signs.

Organisée par Ildar Garipzanov, professeur à l’Université d’Oslo, et pensée comme un séminaire ouvert, cette rencontre scientifique avait pour objectif l’exploration des formes limite de la scripturalité médiévale : emploi des lettres comme motifs ornementaux, compositions alphabétiques sans possibilité de lecture, mélanges des écritures/mélanges des langues… Autant de sujets qui intéressent depuis toujours les paléographes et les épigraphistes, mais aussi les historiens de l’art et des pratiques dévotionnelles ou les spécialistes de la magie.

Epitaphe de Bernard au Musée des Augustins de Toulouse. Cliché Eva Caramello

L’épigraphie était (pour une fois !) aux premières loges et les inscriptions analysées au cours des quatre sessions de communications ont montré combien les médiévaux ont su inventer des formes et des pratiques graphiques mettant en avant les qualités esthétiques ou symboliques des matériaux : pierre, bois, métal, os…

Ildar Garipzanov avait invité les participants à réfléchir sur la notion de graphicacy, point de rencontre de la visualité et de la scripturalité, et sur ses implications cognitives.

Les communications, suivies de très longs temps de discussion, ont montré combien il est difficile de repérer, dans les sources graphiques médiévales, les traces éventuelles de ces usages « interstitiels » de l’écriture, et ont donc invité les organisateurs à prolonger la recherche dans le cadre d’autres rencontres en 2014 et 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *