Soutenance de thèse de Mélanie Riveault, CESCM (22 nov. 2019)

Le 22 novembre 2019, à l’Hôtel Berthelot, en salle Crozet du CESCM, Mélanie Riveault soutenait sa thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval.

Son travail, intitulé L’iconographie des bréviaires monastiques en usage en France ; le décor enluminé et historié du bréviaire de Montiéramey (Paris, BnF, ms. Latin 796), XIIe siècle, a été présenté devant un jury composé d’Éric Palazzo (Université de Poitiers, directeur de thèse), Cécile Voyer (Université de Poitiers), Vincent Debiais (Chargé de recherche CNRS, rapporteur) et Daniel Russo (Université de Bourgogne Franche-Comté, président du jury, rapporteur).

Comme le rappelle l’impétrante lors de l’ouverture des échanges, la thèse de Mélanie Riveault s’inscrit en prolongement des travaux de recherche menés dans le cadre de son master en histoire de l’art médiéval. Initialement consacré à l’analyse des décors de quinze bréviaires-manuscrits d’usage monastique en France médiévale du XIe à la fin du XIVe siècle, ce travail de doctorat a finalement été focalisé sur l’étude des vingt-et-une initiales historiées et de la peinture du bréviaire de Montiéramey. La pertinence de cette approche monographique a été soulignée par le jury, eu égard à l’absence d’étude de ces images et cela en dépit de l’originalité et de l’importance, dorénavant manifeste, de ce manuscrit du XIIe siècle.

Organisé en six chapitres, le volume de 347 pages, richement illustré, s’ouvre sur une large remise en contexte du manuscrit dans l’histoire des bréviaires en occident, du point de vue textuel comme de celui des décors. Le propos de Mélanie Riveault se concentre ensuite sur l’étude de son environnement de création immédiat et la définition de son usage probable au sein du monastère de Montiéramey, monastère dont elle démontre, par ailleurs, toute l’importance et le rayonnement historique.

 Le cœur de l’étude, que constitue l’analyse discursive des décors du manuscrit, est introduit par une nécessaire synthèse d’ordre stylistique de ces derniers. La « démarche iconographique » est organisée de façon thématique et selon une approche sélective des images permettant des développements scientifiques jugés appréciables et perspicaces par le jury, bien que reposants sur un argumentaire qui gagnerait, toujours selon ses membres, à être approfondi. Au-delà d’une analyse justifiée du décor, mettant en lumière le développement d’une véritable « pensée ecclésiologique et sacrificielle », le travail Mélanie Riveault lui permet d’avancer l’hypothèse d’une commande du manuscrit en l’honneur de la translation, dans le monastère, des reliques du saint Victor d’Arcis au XIIe siècle.

Si des défauts de nature formelle ont pu être relevés concernant le corps du texte, la finesse de la réflexion est corroborée par un minutieux examen codicologique, sous la forme d’une base documentaire détaillée et constituée de notices placées en annexe, un travail très solide, amplement salué par le jury pour son irréprochable rigueur et la grande qualité de son contenu.

Ce travail de doctorat sérieux et intéressant, qui participe pleinement à l’approfondissement de la connaissance des manuscrits du XIIe siècle, a fait l’objet d’échanges enrichissants entre la candidate et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury a accordé de manière unanime le titre de docteur à Mélanie Riveault.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.