Un doctorant Entre Poitiers et Jérusalem

Bonjour Clément, vous commencez un doctorat entre Poitiers et Jérusalem : pouvez-vous nous expliquer quel est votre sujet de thèse et en quoi consiste le contrat doctoral CNRS que vous avez obtenu ?

Il s’agit d’étudier les graffitis en caractères latins et autres marques laissées par les pèlerins dans les lieux saints en Palestine entre le XIe et le XVIe siècles. Ces vestiges n’ayant suscité qu’un intérêt limité, il est nécessaire de prospecter pour pouvoir ensuite les inventorier, en faire un relevé, les déchiffrer et les expliquer, c’est ce en quoi consiste la partie dite « de terrain ». Afin de mieux comprendre ces traces, il est également nécessaire de pouvoir les situer dans le contexte plus vaste des pèlerinages en Orient et des marques de dévotion. Il serait souhaitable de pouvoir, à terme, mieux appréhender la diversité des pratiques rassemblées par commodité sous l’étiquette « graffitis », d’une extraordinaire diversité graphique (arabe, arménien, latin, géorgien, guèze, etc.) dans les lieux saints mais également attestés dans d’autres contextes très différents (domestiques, carcéraux, etc.) de l’Occident latin.

Pour ce faire, le contrat doctoral CNRS est idéal puisqu’il implique une mobilité internationale qui me permettra de travailler à temps égal en France au CESCM dont les ressources en histoire médiévales sont incontournables et au centre de recherche français de Jérusalem, actuellement dirigé par Vincent Lemire (CRFJ) pour toute la partie dite de terrain.

Qu’est-ce qui vous a amené à l’étude des graffitis ? avez-vous suivi une formation particulière ?

J’étais déjà sensible à la question de l’écriture avant d’entrer à l’École nationale des chartes. C’est grâce à l’initiative de M. Marc Smith, professeur de paléographie que j’ai découvert l’univers des graffitis médiévaux. Le sujet était de taille, quasi vierge, et il connaissait un site d’exception : le château de Selles à Cambrai. M. Nicolas Melard, archéologue et conservateur du patrimoine au C2RMF avait lancé des campagnes d’étude de grande ampleur sur les graffitis de ce monument, en utilisant notamment des techniques de relevé par scan 3D. C’est ainsi que j’ai commencé, sous leur direction, mon mémoire de master (à l’EPHE) puis ma thèse de l’École des chartes.

Ces travaux m’ont permis de prendre goût à l’étude de ce matériau historique original, mais aussi de réaliser leur fragilité et les a priori négatifs qui pèsent encore sur eux. Travailler sur les graffitis de Terre Sainte me semble être la suite bienvenue et logique à ces premières découvertes.

La formation d’archiviste paléographe et la participation à plusieurs campagnes archéologiques ont continué d’alimenter mon intérêt tout en me permettant d’acquérir les compétences requises pour ce genre d’étude.

Je crois que vous revenez d’une mission à Jérusalem, pouvez-vous nous en dire deux mots ?

J’ai effectivement passé une semaine à Jérusalem avec mes 2 directrices de thèse Cécile Treffort, professeur d’histoire médiévale au CESCM et Estelle Ingrand-Varenne, chercheuse au CNRS et détachée désormais au CRFJ à Jérusalem. Il s’agissait tout d’abord de se rendre compte de l’ampleur du travail à accomplir. Beaucoup de données manquaient : la localisation des graffitis, leur concentration, leur intérêt, pour permettre de définir sur quels monuments se focaliserait cette étude. Par la même occasion j’ai pu rencontrer les principaux acteurs de ce champ d’études complexe, en raison de la conjoncture actuelle, réaliser mes futures conditions de travail (des lieux densément fréquentés, partagés entre différentes communautés) et organiser les futures missions puisque je repars en janvier 2020 pour 2 mois.

Est-ce facile d’étudier les graffitis du Moyen Âge ? Y a-t-il une méthodologie particulière ?

Les graffitis médiévaux ont jusqu’ici été très peu étudiés en raison de leur fréquente assimilation à du vandalisme, mais aussi de la difficulté à les lire et à les appréhender de manière plus générale. Souvent mal conservés, leur contenu ne correspond à aucun formulaire prédéfini, ce qui rend les restitutions quasi impossibles ; en outre, la forme des lettres varie selon le support tandis que la graphie est parfois surprenante. 

C’est en étudiant ces graffitis que l’on met au point une méthodologie : la collaboration avec Nicolas Melard a été particulièrement décisive sur ce point puisque sa formation d’archéologue préhistorien nous a permis une approche très originale du sujet. Au fil des missions et des cas rencontrés s’élabore une méthode de prospection, relevé, signalisation, description et d’édition de ces graffitis.

Quel est le but final de votre thèse ?

Cette étude devrait permettre de documenter un type de pratique très peu attesté dans les sources écrites et de s’interroger de manière plus générale sur l’écriture personnelle, en particulier dans ce contexte de pérégrinations. Qui étaient ces pèlerins, pourquoi ont-ils choisi de laisser leur marque, leur nom, à ces endroits précis, quid des illettrés ? Est-il possible de les identifier grâce à l’étude d’autres sources ? S’agit-il d’une pratique vraiment personnelle ou faut-il l’associer en faire un phénomène de groupe ? Les pèlerins de toutes nations sont-ils également représentés ? Faut-il y voir le signe matériel d’une concurrence dans la prise de possession spirituelle des lieux saints ou au contraire d’une cohabitation harmonieuse des différentes communautés ?

Enfin, il semble nécessaire de signaler et prouver l’intérêt historique réel d’une source encore trop peu considérée dont la disparition est si menaçante.

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.