Steven Isaac, un nouveau regard sur le mercenariat au Moyen Âge

Steven IsaacLors de la séance du 3 octobre 2013 de la conférence annuelle de la SEMA (Southeastern Medieval Association), Steven Isaac (Longwood University, Virginie), Richard Barton (University of North Carolina at Greensboro), et Stephen D. White (Emory University, Georgie) ont animé un atelier consacré aux « Perspectives nouvelles de la guerre et de la violence dans la France médiévale ».

À cette occasion, Steven Isaac a présenté une communication intitulée « What if the Riff-Raff Weren’t so Rough? A look at Mercenary Origins in the 1100s », dans laquelle il a exposé ses travaux sur l’histoire sociale des mercenaires au xiie siècle.

En juin et juillet 2013, il a mené au CESCM des recherches sur leurs origines supposées en Gascogne et au Pays basque. Dressant à partir des chartes et fors (coutumes locales) régionaux un tableau de la situation militaire et politique dans les communautés urbaines, Steven Isaac a replacé les mercenaires au sein de ces communautés en prêtant un intérêt plus particulier à la stratification sociale. Insistant sur la perméabilité de ces strates, il a proposé l’hypothèse que ces villes étaient un environnement particulièrement propice pour donner naissance à un nouveau type de guerriers particulièrement bien intégrés dans tous les aspects de la vie urbaine (militaire, politique, sociale).

Steven Isaac établit ainsi que l’approche historiographique traditionnelle selon laquelle ces mercenaires constitueraient un important facteur de  désordre social, s’est surtout fondée sur les critiques de leurs détracteurs. En fait, ils importèrent dans le Nord de la France des pratiques sociales normalisées dans le Midi. L’origine de leur succès sur le champ de bataille serait donc à rechercher dans la vie des villes où il durent s’organiser, défendre leur indépendance vis-à-vis des seigneurs, assurer la cohésion sociale du groupe et les conditions d’intégration de nouveaux membres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *