[15 mai 2020] Table ronde

Stemmata quid faciunt ? Noblesse d’âme ou de sang au Moyen Âge

Table ronde, CESCM (Poitiers), le vendredi 15 mai 2020

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

La dialectique entre le sang et la vertu sera au cœur de notre journée d’études. On y abordera les comportements attendus pour prétendre à la prééminence sociale, la déchéance du noble transgressif et la damnation de la mémoire des siens, l’ascension sociale par le mérite socialement reconnu, l’anoblissement par les études, mais aussi la persistance d’une conception plus étroitement généalogique, voire génétique, dans un monde en pleine mutation intellectuelle.

Programme

 

Matinée

Martin Aurell et Clément de Vasselot (Université de Poitiers) : Introduction

Michel Fauquier (ESM Saint-Cyr) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

Guy Perry (Université d’Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

Gregory Lippiatt (Université d’Exeter) : Créer de vraies dynasties de croisés : les Montfort et les Brienne autour la Méditerranée au XIIIe siècle

 

Après-midi

Rodolphe Billaud (ICES) : Famille, noblesse et liens de parenté dans l’apanage du futur Edouard Ier d’Angleterre (1254-1272)

Charles de Miramon (CNRS, Maaike van der Lugt, Université de Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

Adriane Boussac (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

Thierry Dutour (Sorbonne Université) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.