Les Stratégies Matrimoniales (IXe-XIIIe siècle)

Stratégie
Brepols

 Edité par Martin Aurell 

 Les Stratégies Matrimoniales (IXe-XIIIe siècle)

 Turnhout : Brepols, 2013. – 363 p.

(Histoires de famille. La parenté au Moyen Age – HIFA, 14)

 ISBN: 978-2-503-54923-1

[4e de couv.] Depuis une soixantaine d’années, le structuralisme a mis l’alliance au coeur de l’étude de la parenté. S’inspirant de l’anthropologie, les historiens tentent ainsi de dégager les règles qui président à l’échange de femmes entre les familles médiévales.

Ils sont cependant conscients de la spécificité du Moyen Âge, où le mariage est fortement influencé par le christianisme, par le droit romain, et plus généralement par des normes écrites et abstraites dépassant le pragmatisme quotidien des chefs lignagers. Il est vrai qu’au sein de l’aristocratie, les pratiques matrimoniales ont longtemps obéi à des logiques patrimoniales. Le douaire, apporté par le mari, ou la dot, cédée par les parents de la mariée, « font » traditionnellement le mariage. Du reste, l’alliance est trop souvent conclue pour entériner une trêve entre deux troupes ennemies, pour faciliter l’ascension d’un guerrier fidèle que son seigneur récompense par la main de sa fille ou pour obtenir un parti prestigieux. Elle participe donc de l’effort d’une parentèle pour prendre et pour conserver le pouvoir. Elle réduit la future épouse, et peut-être aussi son jeune fiancé, au rôle de l’actrice passive des décisions prises par les aînés de la maison. Aussi solide et enraciné qu’il puisse paraître, ce modèle cède, du moins en partie, aux valeurs évangéliques véhiculées par le clergé savant : unicité, indissolubilité, consensualisme, exogamie extrême… Une telle acculturation (ou plutôt « inculturation », adaptation du christianisme à une société donnée) ne se fait pas sans heurts. Il en va de même avec le remplacement des coutumes germaniques par le droit romain renaissant, qui impose la dot au détriment du douaire. Ces mutations n’interviennent pas seulement dans les pratiques des nobles, mais aussi dans leur imaginaire et dans leurs mentalités. Elles sont particulièrement à l’oeuvre entre les IXe et XIIIe siècles où l’alliance prend à jamais un nouveau visage.

Professeur d’Histoire du Moyen Age à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302), Martin Aurell dirige la revue Cahiers de Civilisation Médiévale. Il a été membre de l’Institut Universitaire de France (IUF) (2002-2012) et de l’Institute for Advanced Studies (IAS) de Princeton (1999). Ses recherches portent sur la parenté, les relations entre la littérature de fiction et la société, la chevalerie et les structures du gouvernement au Moyen Age.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *