Les « yeomen » vus par une doctorante

Louisa Foroughi, doctorante à l’université de Fordham, vient terminer sa thèse cette année comme chercheur invité à Poitiers. Nous l’avons rencontrée.

 

Quel est votre parcours universitaire ?

J’ai fait mon Master d’études médiévales au Centre d’Études Médiévales à l’Université de Fordham, New York City, de 2012 à 2013. Pour mon mémoire, dirigé par Richard Gyug et J. Patrick Hornbeck, j’ai travaillé sur un commonplace book, un recueil de textes variés – des poèmes, des Écritures, des comptes domaniaux. Il provient d’une famille de paysans Anglais aisés, qui appartiennent à la catégorie sociale des yeomen. Je termine actuellement un doctorat en histoire médiévale qui porte sur cette catégorie sociale, celle des yeomen, et dans lequel j’étudie comment leur identité s’est développée au XVe siècle. Je réalise ce travail sous la direction de Maryanne Kowaleski à l’Université de Fordham.

Parlez-nous de ces yeomen ?

Le terme yeoman désignait un statut social intermédiaire dans l’échelle sociale de la société rurale anglaise au Moyen Âge. Les historiens ont longtemps débattu sur leur rôle dans la vie économique du pays : étaient-ils les premiers capitalistes ? La première classe moyenne ? J’ai choisi de me concentrer plutôt sur leur culture et leur identité. Il est rare de trouver des archives permettant d’appréhender la mentalité des paysans médiévaux, mais les yeomen offrent un exemple de  groupe de paysans qui se distinguaient des autres par leur culture matérielle, leur piété, et les offices et postes administratifs qu’ils occupaient souvent.

Je travaille à partir d’un corpus de documents juridiques, religieux, et administratifs qui me permettent de dégager les façons dont les yeomen ont cherché à se distinguer des autres paysans.

 Quelle est la raison de votre venue en France ?

J’ai rencontré Harmony Dewez il y a quelques années au Anglo-American Seminar on the Medieval Economy and Society, un groupe de recherche qui se réunit périodiquement. Nous travaillons sur des questions similaires, sur l’identité et l’administration en Angleterre au Moyen Âge, et nous voulions travailler ensemble sur nos manuscrits. Quand j’ai reçu une bourse de mon Université cette année pour finir ma thèse, j’ai demandé à rejoindre le CESCM pour rencontrer d’autres spécialistes et travailler avec Harmony. J’envisage aussi, après mon doctorat, d’explorer l’histoire comparée entre l’Angleterre, la France et les Flandres au Moyen Âge, et je commence dès maintenant à chercher de nouvelles pistes pour étudier les “yeomen” du royaume de France.

Je suis très reconnaissante au CESCM pour son accueil chaleureux !

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.