Appel à communications : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

English version bellow

Voir version PDF

 

 Marges (XIe-XVIIe siècles) : 5e Journées doctorales internationales de Transitions

(Université de Liège, Belgique)

 

L’Unité de recherches (UR) Transitions. Moyen Âge et première Modernité de l’Université de Liège s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).

Mises en œuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.

Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) », les bornes chronologiques de cet appel s’inscrivant dans celles explorées par Transitions.

Argumentaire

De l’histoire à la linguistique, en passant par l’histoire de l’art, la philologie et la musicologie, la notion de marge est omniprésente, et la tendance actuelle de la recherche dans ces disciplines est à la reconsidération de sa définition. Le concept de marge, qu’il soit envisagé dans son acception première ou figurée, suscite aujourd’hui encore la réflexion des chercheur·se·s, lesquel·le·s interrogent les potentialités multiples qu’il offre en vue de renouveler l’approche de leur objet d’étude.

L’idée traditionnelle de « frontière » et le couple notionnel « centre/périphérie » soulèvent d’importantes interrogations : quelles relations le centre entretient-il avec « sa » périphérie ? Quelles en sont les dynamiques, en matière de pouvoir et de domination (politiques, religieux, culturels, artistiques ou linguistiques) ? Quelle valeur convient-il encore d’accorder au concept de Kunstgeographie ? La frontière géographique tend aussi à déterminer certains domaines d’étude : comment la langue et la littérature évoluent-elles en territoire limitrophe ? Comment ces marges sont-elles représentées dans l’art et dans les lettres ? Quelles sont les limites des mondes fictionnels ? Comment peuvent-elles être dépassées, pour peu qu’elles doivent l’être ?

La marge peut aussi être explorée en rapport avec une norme. Elle devient alors un espace de contrainte ou de liberté dont l’artiste et l’homme de lettres s’emparent pour créer des œuvres alliant tradition et innovation. Comment auteurs, peintres, sculpteurs et architectes détournent-ils les codes et modèles afin de développer des formules inédites ? Comment les grammairiens établissent-ils les normes d’une langue, quelles en sont les conséquences sur les pratiques, littéraires mais aussi sociales (sociolectes), de cette langue ? Quelles résistances ces normes suscitent-elles ?

La marge peut aussi être interrogée dans sa matérialité, en tant que séparateur spatial, entre monde réel et espace fictif. Grotesques, architecture en trompe l’œil, tapisseries feintes – l’artiste transgresse avec ingéniosité la limite imposée par le cadre. C’est également dans l’espace paratextuel que le copiste ou l’imprimeur interagit avec les autres intervenants du processus de création et de réception du livre (corrections, gloses, instructions à destination de l’enlumineur, du graveur ou du lecteur ; colophons, lettres au lecteur) ; que le possesseur peut se faire connaître (marques d’appartenance, commentaires) ; que remanieurs et maîtres d’atelier, enfin, créent un véritable apparat destiné à faciliter l’interaction entre texte et lecteur (rubriques, tables des matières, titres courants).

À partir des objets et des disciplines qui leurs sont propres, les participant·e·s sont invité·e·s à proposer une réflexion sur la notion de marge et sur les notions sœurs que sont celles de limites, de confins ou de frontières, de même que sur la place que celles-ci occupent au sein de leurs recherches.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Au terme de chaque session sera engagée, avec le public présent, une discussion que le comité organisateur souhaite résolument transdisciplinaire.

Modalités pratiques

Les propositions des doctorant·e·s, belges ou étranger·ère·s, sont attendues pour le 31 août 2019, sous forme d’un dossier pdf à adresser par courriel à l’UR Transitions (transitions.jd2020@gmail.com), en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom) du/de la doctorant·e et celles du/de la (des) directeur·rice(s) de recherche, le titre de la thèse et l’année d’inscription en thèse, l’intitulé de la communication, et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français, en anglais, en allemand, en espagnol ou en italien. Les doctorant·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection le 15 septembre 2019.

À l’issue des deux journées, une attestation de participation sera délivrée sur demande.

L’UR Transitions est heureuse d’annoncer que les déjeuners et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport et au logement seront en revanche à charge des participant·e·s.

Comité organisateur : Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Comité scientifique : Renaud Adam, Giulia Barison, Émilie Corswarem, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Quelques mots à propos de Transitions

Du Moyen Âge aux bouleversements engendrés par la science galiléenne, l’Europe vit d’incessants questionnements qui remettent en cause ses équilibres politiques et leurs légitimations, qui ébranlent les fondements de l’unité confessionnelle et déplacent les limites du savoir et de la création. En tentant de transcender les clivages hérités d’une longue tradition historiographique, l’UR Transitions de l’Université de Liège (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) se penche sur ces mutations continuelles en Occident et dans le bassin méditerranéen. Ouverte aux médiévistes et aux modernistes, elle encourage la confrontation des pratiques de recherche, les collaborations inédites et le partage des résultats dans une perspective interdisciplinaire. Par ailleurs, elle tente de mettre en lumière les multiples facteurs qui ont concouru à la construction des cadres sociaux et culturels dans lesquels nous nous définissons encore aujourd’hui.

       


Margins (XIth-XVIIth Century)

5th International Postgraduate Symposium

Transitions (University of Liege, Belgium)

Call for papers

The Research Unit Transitions (Research Department on the Middle Ages and the Early Modern Period, University of Liège), in collaboration with the CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, University of Poitiers) and the Center for Medieval Literature (University of York and University of Southern Denmark, Odense) is pleased to open the call for its biennial postgraduate symposium, divided in three sessions.

These meetings are organized by PhD candidates and constitute a platform for exchange between junior researchers and senior colleagues of different fields, such as History, Philology, Linguistics, Art History, Literature, Codicology, Paleography, or Book History.

The first session will be held in Liège, Belgium, on February 5th-6th  2020 and will be dedicated to the notion of margins (XIth-XVIIth centuries).

Themes

From History to Philology, to Art History, to Codicology, and Linguistics, the notion of margin is omnipresent. This meaningful concept, both in its literal and figurative acceptions, has remained at the heart of critical thought for a long time, as scholars have sought to reflect on its particular potentialities whilst attempting to renew approaches to their own subjects of study.

The traditional idea of “border” and the fertile notional duo “centre/periphery” still raise central questions: what are the relations between the so-called centre and “its” periphery? What are the dynamics in terms of power and supremacy (in the political, religious, cultural, artistic or linguistic domains)? Is the concept of Kunstgeographie still relevant today? Moreover, we know that the geographic border tends to determine some fields of study. But how do language and literature evolve in bordering territories? How do art and literature play with these borders? What are the limits of fictional spaces and fictional worlds? How can one work beyond these limits, and do they need to be overcome?

The margin can also be interpreted in relation to a norm. It might then become a space of either constraint or freedom to be used by artists and authors in the creation of works that synthesize both tradition and innovation. How do authors, painters, sculptors, and architects engage with codes and norms to conceive novelty? Can we identify any resistances or opposition to these rules? In which ways do grammarians establish the norms of a language? What is the impact of their prescriptions on writing practices and language productions, above all on literature and on specific strata of society (e.g. the concept of sociolect)? Do rules lead to resistance or opposition to the rule, and how can the latter be described?

Margins can be also be studied for their materiality, e.g. when separating real and fictional worlds. Marginalia, grotesques, trompe l’œil – the artist cleverly transgresses the structural limits imposed by the frame.  In the paratext, the copyist or the printer interacts with other contributors to the making or the reception of a book (corrections, glosses, instructions for the illuminator, engraver or reader). This space is also where the owner makes himself known (ex libris, comments), and where redactors and planners of manuscripts create a setup to facilitate the interaction between text and reader (titles, summaries).

Participants, starting from their specific subjects and disciplines, are invited to reflect on the notion of margin, on the similar notions of limit and border, and on the place they hold in their own research.

Presentations (c. 20 min.) can be given in either English, French, German, Spanish or Italian. At the end of each presentation, there will be time for questions and comments; the organizers strongly encourage all participants to engage in transdisciplinary discussions.

Practical Informations

Proposal must be submitted by August 31th 2019 at the latest, in pdf format, and sent by e-mail to RU Transitions (transitions.jd2020@gmail.com). The proposal will include the name and surname of the PhD candidate and those of their advisor(s), as well as the title of the thesis, the starting year of their PhD, the title of the lecture and a fifteen-line abstract, written in French, English, German, Spanish or Italian.

Applicants will be contacted by September 15th 2019, after the committee completes the selection process. At the end of the symposium, a certificate of participation will be released on request.

RU Transitions is delighted to offer lunches and coffee breaks to the participants. Travel and accomodation costs, however, will be at the expense of participants or of their research centres.

Organising committee: Giulia Barison, Alexandre Goderniaux, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

Scientific committee: Renaud Adam, Émilie Corswarem, Giulia Barison, Laure Fagnart, Alexandre Goderniaux, Marie-Élisabeth Henneau, Julie Piront, Eva Trizzullo, Gaylen Vankan, Véronique Winand.

About Transitions

From the Middle Ages until the upheavals brought about by Galilean science, Europe underwent a period of unceasing questioning which challenged the political stability and its legitimacy, shook the foundations of confessional unity, and expanded the limits of knowledge and creation. In an attempt to transcend the inherited divisions of a long historiographical tradition, the Research Unit Transitions at the University of Liege (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) explores these constant transformations in the Western and in the Mediterranean Basin. Open to Medievalists and Modernists, it promotes confrontation between research practices, original collaborations, and the sharing of results in an interdisciplinary fashion. Furthermore, it attempts to elucidate several factors which have contributed to the construction of the social and cultural frameworks by which we define ourselves even today.

       


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.