Johannes Junge Ruhland se raconte comme étudiant de Stanford

Interview de Johannes Junge Ruhland, doctorant à l’université de Stanford, et qui est venu présenter une communication ‘The Manuscript as Agent (London, British Library, Additional 15268)‘ au colloque Stanford (avril 2019).

Bonjour Johannes, peux-tu te présenter rapidement et nous dire quel est ton sujet de thèse ? Et qui est ton directeur ? Pourquoi l’avoir choisi spécifiquement comme directeur ?

Bonjour, je suis en première année dans le programme ‘graduate’ (i.e. post-bachelor) de Français à Stanford. Dans les institutions américaines, les étudiants prennent deux à trois années de cours avant de commencer leur recherche, et s’ils n’en ont pas, obtiennent un Master ce faisant ; en effet, le programme dure au moins cinq ans. Par conséquent, je n’ai pas encore déclaré de sujet de thèse, mais j’aimerais travailler à cheval sur l’ancien français et l’ancien occitan. Je m’intéresse aux manuscrits dans ces langues, produits en dehors du territoire que nous appelons « France ». C’est la raison pour laquelle j’ai voulu collaborer avec Marisa Galvez, parce qu’elle aussi travaille dans les deux traditions. Ce n’est pas souvent le cas ici.

Tu es doctorant à Stanford, mais peux-tu raconter ton parcours en quelques mots ?

J’ai obtenu un BA à l’Université de Genève en Français et Latin. Pendant ce temps, j’ai effectué une année d’échange à King’s College London. Ça m’a tellement plu que j’y suis retourné pour un MA. C’est d’ailleurs là que j’ai découvert la littérature médiévale. Avec Simon Gaunt et Charlie Samuelson, j’ai découvert des textes d’une subtilité et d’une sophistication redoutables, et j’ai développé une manière de les lire avec plaisir. Initialement, je pensais faire des études en deux branches qui s’enseignent dans le secondaire. J’ai cependant décidé de poursuivre des études doctorales. Mais il me fallait des subventions. À King’s, j’ai obtenu la bourse d’excellence Sévigné. À Stanford, comme dans la grande majorité des universités américaines, le doctorat est entièrement financé. Cela n’aurait pas été le cas en Europe, ou alors pas avec des sommes aussi généreuses.

As-tu dû passer le GRE (Graduate Record Examination) ? Et le TOEFL ? A quel point ces tests sont importants pour l’université ? Sont-ils décisifs pour pouvoir s’inscrire en thèse ?

Oui, les deux. Il faut garder en tête qu’on ne « s’inscrit » pas en thèse, on postule et le processus de sélection est extrêmement sélectif. Il faut donc exceller dans tout – lettre de motivation, travaux soumis, GRE, TOEFL, lettres de recommandation – mais il faut aussi se dire que chaque institution a sa propre manière de faire des choix.

Comment fonctionne l’accès aux bourses d’études ? Quels sont les critères pour en avoir une ? Un doctorat sans bourses à Stanford est-ce possible ?

Comme dit, une place d’études aux USA signifie une bourse. Cela couvre les frais de scolarité, l’assurance maladie, et les coûts de la vie. Sans bourse, il est très difficile de vivre, surtout à Stanford, parce que la vie, les assurances, les frais de scolarité, sont très chers. De même, il y a un mythe qu’il faut être riche ou alors s’endetter pour faire des études « undergraduate » (BA, BSc, etc.) dans les universités américaines. À Stanford, c’est faux, parce que l’université s’est fixé d’éradiquer l’endettement des étudiant-e-s, et subventionne tous ceux et toutes celles qui en ont besoin.

Est-il possible pour un doctorant de travailler sur le campus en même temps que sa thèse ? Et en dehors du campus ? Est-ce autorisé ?

Cela dépend du visa et du statut du ou de la doctorant-e. Mais comme dit, les études sont payées. Souvent, la bourse que nous recevons est constituée en partie d’un salaire d’assistant, de recherche ou d’enseignement. Dans mon cas, j’ai reçu une formation de pédagogie de langue secondaire et je vais commencer à enseigner le français cet automne.

Quels sont les avantages d’une thèse aux États-Unis concernant la période médiévale ?

Beaucoup d’Européens ont le préjugé maladif qu’on étudie mieux une langue, une littérature, ou un sujet sur place. Tant qu’il n’y a pas de fouilles ou de recherches d’archives à faire, cela est entièrement faux. Même, avec la distance, on prend du recul et on voit les choses autrement. Le genre de questions que je pose dans ma recherche ici ou au Royaume Uni n’ont rien à voir avec celles que je posais à Genève, et c’est tant mieux. Ensuite, il y a l’avantage financier. Les universités américaines sont très bien dotées et ont foi en leurs doctorants. Nous recevons donc beaucoup d’aides au voyage, à la recherche, à l’acquisition de documents, qui paradoxalement facilitent la recherche sur le Moyen Âge européen.

Pourquoi un médiéviste choisit-il de faire sa thèse en particulier à Stanford et pas dans une autre Université ?

Il faut garder en tête que dans le cadre du programme doctoral tel que je l’ai décrit, les cours donnés font partie intégrante de la formation. Ensuite, il faut tenir en compte un grand nombre de facteurs, tels que le directeur/la directrice de thèse, les ressources, la collection de la bibliothèque, la communauté de médiévistes, et plein de choses très importantes comme par exemple si l’on pense qu’on sera heureux dans tel ou tel endroit sur la planète. Un doctorat, c’est dur, et il faut penser à cela.

Selon toi faut-il des qualités particulières pour être doctorant aux USA ? Quels sont les changements majeurs que tu as constatés entre l’Europe et les États-Unis ?

Cela dépend beaucoup des programmes. Dans les différentes universités où j’ai été accepté, j’ai constaté que les étudiant.e.s avaient un profil assez homogène, dans le sens où le département fait un tri selon un type intellectuel qu’il veut intégrer en son sein. A Stanford, c’est souvent le contraire ; ils aiment les personnalités très fortes, les individus très proactifs et aventuriers… C’est la Silicon Valley après tout, et c’est une université connue pour former des entrepreneurs. Une des grandes différences – et je parle pour les Lettres, le reste je ne sais pas -, c’est qu’ici on peut faire des études sérieuses sans tomber dans le piège de la spécialisation excessive. Un terme qui revient, c’est « holistic ». Et je tiens à souligner que ce n’est pas un défaut, pour autant qu’on fasse son travail avec sérieux.

As-tu un bureau personnel ou partages- tu un espace avec d’autres doctorants où tu peux travailler (ou rester au calme) et où tu peux venir sans contraintes horaires ?

Les doctorant-e-s ont une salle commune qui leur est réservée et accessible toute l’année à n’importe quelle heure. En bibliothèque, nous pouvons obtenir des salles de lecture individuelles.

Quelle formation dois-tu suivre pendant ton doctorat ? Peux-tu ou dois-tu donner des cours ?

Voir plus haut : 135 crédits de cours (2-3 ans), cinq trimestres d’enseignement, divers examens de spécialisation. Mais cela peut varier selon le programme.

Peux-tu nous décrire une journée type s’il y en a une ?

Cela dépend beaucoup des personnes. En général, je travaille de 8h à 23h chaque jour de la semaine. Certains jours j’ai cours, d’autres jours non. J’essaie de préparer mes lectures obligatoires immédiatement ; comme ça, j’ai le reste de la semaine pour ma recherche. J’ai aussi des engagements administratifs : chaque semaine, nous invitons un.e médiéviste d’une institution américaine ou internationale, et je suis chargé de cela.

Comment consultes-tu les sources ? Quelles sources as-tu à disposition ?

La bibliothèque de Stanford est une des bibliothèques les mieux garnies des États-Unis, et nous avons des ressources financières infinies. Ainsi, nous avons une jolie collection de manuscrits et de cartes anciennes. Quand il me faut des documents que je n’ai pas, il y a un système de prêts inter- bibliothèques, ou alors notre bibliothécaire se charge de nous fournir des scans faits en Europe. Le lis les manuscrits en ligne, et quand ils ne sont pas numérisés, je demande une bourse de voyage pour aller les voir sur place. C’est assez facile à obtenir, mais il y a un prix corporel et écologique à payer pour tous ces déplacements.

Les américains ont souvent un fort sentiment d’appartenance à leur université. En échange ils citent souvent avant tout leur université. Est-ce le cas également pour les doctorants de Stanford ?

Si tu parles de citer dans les travaux académiques, c’est faux. Si tu parles de prendre son université comme référence, oui, peut-être, mais il faut se rappeler qu’il est très mal vu de rester dans la même institution pour toutes ses études (enkystement intellectuel), donc plus les gens sont avancés dans leurs études, plus ils ont vu d’institutions différentes.

As-tu suivi la tradition qui veut que les étudiants « tombent » dans la fontaine (the claw) de l’Université ? Si non est-ce juste un mythe véhiculé par les séries et les films selon toi ?

Aucune idée, jamais entendu parler de ça.

D’ailleurs y a-t-il des clichés sur les universités américaines que tu voudrais briser ?

J’aimerais souligner que nous ne faisons pas le même travail et qu’il est naïf de juger d’après ses propres critères. Cela dit, il y a un grand danger à ce que les chercheurs du monde anglophone (Royaume-Uni y compris) et du Vieux Continent (Royaume-Uni exclus) ne se parlent plus. C’est un gâchis.

En tant que doctorant je suppose que la bibliothèque est un lieu important, mais est-il possible de manger sur le campus ? D’aller en salle de sport ?

Oui, nous avons de nombreux restaurants, cafés, et cafétérias, et Palo Alto n’est pas loin. Nous avons deux centres sportifs gigantesques et gratuits ; natation, course, basket, volley, tennis, golf, équitation, il n’y a qu’à choisir.

Combien de temps dans les transports en commun ? Est-ce que c’est facile d’être étudiant à San Francisco ?

Stanford n’est pas à San Francisco. Les étudiants vivent en général sur le campus. Le trajet le plus long prend probablement vingt minutes à vélo, et il y a un système de bus gratuits sur le campus.

On entend souvent que c’est une ville très chère ? Est-ce qu’il est facile pour les doctorants de se loger ? Les doctorants peuvent-ils être en résidence étudiante sur le campus ?

Le logement subventionné est garanti la première année, et prioritaire les autres années (garanti pendant toutes leurs études aux étudiant.e.s de bachelor). Cela dit, certaines personnes choisissent de vivre à SF quand elles ont fini d’enseigner chaque jour ; San Francisco, c’est quand même plus amusant.

Y’a-t-il une association de doctorants à Stanford ? Si oui regroupe-t-elle tous les doctorants ou est-elle spécifique ?

Il y a un nombre gigantesque d’associations et un petit nombre de faîtières. C’est donc au cas par cas. Ce qui est bien, c’est que ces associations sont financées par Stanford ; nous pouvons donc faire des choses importantes grâce à cela.

Quelles sont les possibilités pour un doctorant américain de donner des conférences dans d’autres universités aux USA ? Est-ce courant ? Bien vu ? Valorisé ?

Il y a mille et une occasions, et, en tout cas à Stanford, beaucoup de sous pour y aller. En général, cela fait partie du processus de « professionnalisation », de même que les publications. Quelqu’un qui n’a pas donné de conférence et pas publié n’a aucune chance d’obtenir un poste académique, son CV passe à la poubelle directement.

Y’a-t-il des séminaires ou des semaines de colloques impliquant principalement les jeunes chercheurs qui se regroupent pour discuter de leurs recherches ?

Oui, mais là encore, c’est spécifique au programme et au domaine d’études. 

Est-ce facile pour un doctorant de voyager aux Mexique, au Brésil ou au Canada pour des conférences par exemple ?

Oui, si le visa le permet.

Est-il facile de venir en Europe pour consulter des ouvrages ? Et pour assister à des conférences comme celle sur les transferts culturels ?

Oui, tout à fait ; voir plus haut.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.