Un “ex-pirate” au CESCM, pour nous parler d’Ingeburge la Danoise.

Thomas Heebøll-Holm, professeur adjoint au Centre for Medieval Literature d’Odense (Danemark), est au CESCM pour un mois (jusqu’au 13 avril), nous lui avons posé quelques questions :

Cher Thomas, vous arrivez du Danemark, racontez-nous votre parcours :

J’ai travaillé sur la piraterie médiévale et ai obtenu ma thèse en 2011 à l’Université de Copenhague. Mon sujet portait sur le piratage anglo-français de c. 1280-c.1330 et a été publiée par Brill en 2013 sous le titre Ports, piraterie et guerre maritime : La piraterie Manche et Atlantique, c.1280- c. 13301.

Depuis, j’ai travaillé à un projet sur les relations Franco-Danoises au Moyen Âge central, notamment sur le saint Guillaume d’Aebelholt, qui était d’origine francaise. De son vivant il a aussi assisté au mariage de Philippe Auguste et de la princesse danoise Ingeburge. C’est donc de là que j’ai fait la connaissance la première fois de ce mariage, qui vite tourne en scandale car Philippe répudie la princesse très peu après le mariage, elle refuse et sera enfermée dans des châteaux en France les vingt années qui suivent. Bref, c’est une histoire passionnante, mais à l’époque j’avais peu de temps pour l’étudier en profondeur, puis sont venus d’autres projets.

Alors, je suis devenu professeur adjoint au Centre for Medieval Literature (CML) à l’Université du Danemark du Sud (SDU). Ce centre étudie la littérature médiévale à l’échelle européenne ainsi que la culture textuelle du Moyen Âge, c’est pourquoi on m’a conseillé de m’orienter vers ce domaine de recherche et comme je voulais me renouveler dans mes recherches j’ai accepté.

Je me suis donc penché sur le cas d’Ingeborg du Danemark, mariée à Philippe Auguste de France, ce qui m’a permis d’étudier les réseaux sociaux de l’époque entre le Danemark et la France. Le projet porte alors sur les liens entre Ingeburge et ceux qui se sont investis pour que sa disgrâce prenne fin et qu’elle reprenne officiellement son titre de reine de France en 1213. C’est donc une histoire qui traite de l’histoire sociale et politique mais aussi culturelle et du domaine des émotions. Ce genre d’études qui permet la combinaison de nombreuses approches historiques m’intéresse beaucoup.

C’est la première fois que vous venez à Poitiers, pourquoi ce choix du CESCM ?

D’abord c’est un peu le goût de l’aventure et le besoin de me changer les idées qui m’ont mené à ce choix, mais la première raison de ma venue est la très bonne réputation de votre centre. Le Danemark, à l’époque auquel je l’étudie est lié à des intérêts avec l’Angleterre et donc les Plantagenêts : les études menées par Martin Aurell dans le domaine des reines, de la culture de la cour royale et princière et notamment ses études sur Aliénor d’Aquitaine et les relations entre les Plantagenets et les Capétiens, m’ont amené à le contacter. Alors je suis venu ici dans l’espoir de pouvoir bien commencer mes études, de plus approfondir sur Ingeburge. La visite m’a alors servie de débouché sur cette étude qui finalement est assez complexe et exige des comparaisons avec d’autres reines et femmes nobles : c’est ici que se trouve l’expertise.

J’ai aussi voulu venir pour établir des contacts et trouver une inspiration sur la manière de gérer un centre, bien qu’on ne puisse faire l’équivalent au Danemark, mais c’est intéressant de voir les outils, les revues, et le fonctionnement général et je trouve que c’est bien organisé. À l’avenir on pourrait envisager des collaborations. L’existence du Centre for Medieval Literature est prévue jusqu’en 2022 et la suite dépend des financements, et nous n’avons pas de centre d’une telle dimension.

J’ai voulu trouver de plus de nouvelles pistes autour de l’étude des émotions : ça a été très intéressant pour moi de rencontrer Thomas Labbé (ARTeHIS/Université de Bourgogne) qui est venu au CESCM début avril, présenter son livre Les catastrophes naturelles au Moyen Âge2. Il parle des victimes et on voit souvent Ingeborg du Danemark  comme une victime : ça m’a permis de voir son histoire sous un nouvel angle. Et j’ai la chance aussi d’être là pendant un colloque, Dante et Shakespeare, qui parle aussi de ce sujet.

Je vais moi-même faire une conférence au CESCM, le mercredi 10 avril à 18h30, sur La reine captive ? Les conditions de vie d’Ingeburge de Danemark en France, 1193-1213.

Quels sont vos projets ?

Je dois écrire deux ouvrages sur Ingeborg du Danemark : le premier sera pour une collection danoise un peu dans le style des « Que sais-je », qui est destiné au grand public, et un second toujours sur Ingeborg, en anglais et de niveau plus académique.

C’est pourquoi à Poitiers et au centre je peux trouver de l’inspiration, dans le calme et cette belle ville de Poitiers, et tous ces édifices aident. J’ai passé des bonnes semaines ici et j’ai fait beaucoup de progrès dans mes études – mission accomplie !


 

  1. Thomas Heebøll-Holm, Piracy in the English Channel and the Atlantic, c. 1280-c. 1330 Medieval Law and Its Practice, 15), Leyde, Brill, 2013 – ISBN : 978-90-04-24816-8 []
  2. Thomas Labbé, Les catastrophes naturelles au Moyen Âge, Paris, CNRS Edition, 2017 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.