Enquêtes croisées : les coulisses de l’ouvrage collectif sur la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

Claude Andrault-Schmitt, pourquoi avoir choisi ce titre Enquêtes croisées ?

J’ai voulu créer une démarche différente de celle de la publication d’actes de colloques, en ne juxtaposant pas les contributions, mais en modulant chacune en fonction des autres, et en fonction des échanges par groupes avec les auteurs d’autre part.

Ve-03d
Clocheton sud et « gros clocher » (cliché Éva Avril/CESCM)

On peut parler d’enquêtes croisées car certaines opinions ont été modifiées en cours de route ; par exemple, des groupes de 5 ou 6 personnes sont montés plusieurs fois dans les combles, afin de comprendre quelle avait été l’intention du premier architecte pour la conception de la toiture : ce débat a donné lieu au chapitre 22, qui a été rediscuté sans arrêt par la suite. Les opérations d’archéologie des combles – la lecture de ces espaces a été mise en place par Marie-Thérèse Camus, et la démarche est en quelques sorte spécifique à l’équipe du CESCM «Le monument religieux et son décor » – ont elles aussi modifié les avis. Le chapitre 21 est quant à lui le résultat d’une analyse archéologique complète de la charpente avec relevés, je vous en reparlerai.

Il y a eu aussi des échanges entre auteurs : la note 3, p. 154 donne une idée des réflexions de bon sens qui ne nous apparaissent pas au premier abord.

Cb2-01
Voûtes orientales du vaisseau central dans les combles (cliché Éva Avril/CESCM)

J’avais écrit que les procédés de restauration des voûtes actuelles ne pouvaient révéler les techniques médiévales, en raison de la différence des outils et des matériaux, mais c’est aussi parce qu’une restauration ne concerne jamais qu’un compartiment de la voûte, qu’il faut donc étayer très fortement, alors qu’au moment de la construction on monte tout en même temps, assise après assise.

Enquêtes croisées parce que de nouveaux chapitres, non prévus à l’origine sont apparus, comme le chapitre 20 sur les gargouilles et le système d’évacuation des eaux de pluie.

Géographiquement aussi, car nous avons fait appel à des collègues angevins et lyonnais pour qu’ils présentent leurs propres monuments et que l’on échange sur ce qui se faisait à la même époque en matière d’édifices religieux à Angers ou Lyon (chap. 24 et 25).

BTsN-mN-Mo-02
Visage grimaçant du bras nord, mur nord
(cliché Éva Avril/CESCM)

Plusieurs chapitres sont collectifs, certains avec un auteur principal entouré de ceux qui l’ont aidé, c’est donc bien une enquête croisée. La collaboration s’exprime aussi dans les notes, avec des remerciements pour les idées avancées mais aussi quelques remarques qui montrent que le débat n’est pas clos …

À qui s’adresse cet ouvrage ?

C’est un projet attaché à une équipe scientifique, enregistré dans la programmation du CESCM depuis plus de 10 ans, mais pour lequel l’aspect grand public se devait d’être essentiel et se fait de deux façons :

J’ai d’une part préféré organiser régulièrement des journées d’études ouvertes au public – parmi lesquelles une journée à l’Espace Mendès France de Poitiers, sur les techniques de construction – plutôt qu’un colloque. Mon second souhait était de faire un bel objet, pas trop onéreux et c’est ce qui a été le plus difficile : faire « un beau livre » tout en essayant d’approfondir, objectif que je me suis d’ailleurs fixé pour l’écriture de mes précédents ouvrages sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers1 et Saint-Martial de Limoges2

Nous n’avons pu réaliser cet ouvrage que grâce à quelques financements complémentaires : la conservation régionale des monuments historiques (CRMH) de la Direction régionales des affaires culturelles (DRAC) du Poitou-Charentes et un mécénat de la Mutuelle de Poitiers. Je vous parlais en début d’entretien des relevés, CRMH est aussi intervenue pour financer les missions archéologiques et a profité du projet autant que des programmations de travaux de restauration pour commander des relevés lasergrammétiques (plans et coupes enfin justes) (chap. 1 et 14). Voir par exemple le relevé de façade page 123, qui est très parlant et passe bien à l’édition. C’est aussi par l’intervention des professionnels que l’on peut parler d’enquêtes croisées.

Vous disiez précédemment que le débat n’est pas clos, on a une réelle impression de travail évolutif, de « work in progress » lorsque vous nous parlez de cet ouvrage :

Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva  Avril/CESCM)
Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva Avril/CESCM)

C’est vrai et l’enquête n’est pas finie. Par exemple, nous pensions il y a deux ans pouvoir publier les peintures murales du bras sud du transept, mais le calendrier de restauration n’a pas permis qu’elles soient dégagées (chap. 29). Un autre exemple concerne les vitraux (chap. 28), puisque le travail de ce chapitre s’est fait en même temps que l’enquête du Corpus vitrearum (UMR rattachée à Paris IV qui publie des inventaires et des monographies), sur les vitraux en Poitou-Charentes.

Nous avons de plus souhaité travailler avec des chercheurs confirmés mais aussi avec de jeunes chercheurs qui venaient de soutenir leur thèse et qui se sont vus confier un chapitre (chap. 32, 37 et 38). Cet ouvrage a été également l’occasion de publier le contenu de thèses inédites (chap. 5, 31 et 34).

Quels sont les liens avec l’axe de recherche que vous dirigez au CESCM ?

Parmi les 26 auteurs, 15 sont membres du CESCM. Cette entreprise est liée au projet « Le monument religieux et son décor », à l’intérieur de l’axe «  Territoires, monuments et techniques », avec des caractéristiques existant depuis les années 90 :

– l’intégration complète de jeunes chercheurs,

– une interdisciplinarité notoire,

– un intérêt particulier pour la lecture des combles,

– la collaboration avec des professionnels comme la CRMH et également l’architecte en chef des monuments historiques,

– la volonté de fournir de belles photos pour faire connaître les œuvres, grâce au travail d’Éva Avril pour ce qui concerne la cathédrale.

Il faut savoir que de nombreuses photos ont révélé des détails qu’on ne connaissait pas, soit pour les procédés de construction (chap. 18), soit pour découvrir de la peinture sur les clefs de voûte (chap. 36 et 37), soit pour faire ressortir des détails toujours à contre-jour en temps normal (chap. 30).

L’architecte (satlle) (cliché Éva Avril/CESCM)
L’architecte (stalle) (cliché Éva Avril/CESCM) 

À tel point où nous avons fait un chapitre sans texte (chap. 33) avec les clichés des sculptures non étudiées.

On peut préciser que les droits d’auteurs reviendront à l’association « Faire connaître les monuments médiévaux de l’Ouest », qui a avancé de petites sommes pour permettre les rencontres entre les auteurs, grâce aux droits d’auteurs touchés pour les précédentes publications sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers3 et la cathédrale de Tours4 : ainsi nous réinvestissons les (petits) bénéfices d’une opération dans la suivante.

En conclusion, je dirais que c’est une monographie, mais le sous-titre implique une originalité ; l’articulation des parties a été volontairement « provocatrice » dans l’ordre accordé aux chapitres. Et comme je le note dans l’introduction de l’ouvrage « … le sous-titre Enquêtes croisées est à prendre à la lettre. De nombreuses questions se sont entrechoquées au cours de discussions, dans le monument, autour d’une table ou par internet, avant même la relecture mutuelle des chapitres. Si bien que nous avons pris un grand plaisir à l’exercice. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il soit partagé… »

  1. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, Paris : Picard, Poitiers, CESCM, 2002,344 p. []
  2. Claude ANDRAULT-SCHMITT, Saint-Martial de Limoges : ambition politique et production culturelle, Xe-XIIIe siècles, actes du colloque tenu à Poitiers et Limoges du 26 au 28 mai 2005 au CESCM, Limoges : PULIM, 545 p. []
  3. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, ibid. []
  4. Claude ANDRAULT-SCHMITT, La cathédrale de Tours, La Crèche : Geste éditions, 2010, 291 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *