Les secrets du Graal

les-secrets-du-graal

Les secrets du Graal

Edina Bozoky

Paris : CNRS éditions, 2016, 224 p.

ISBN : 978-2-271-08312-8

 

Le graal – un plat de matière précieuse – apparaît pour la première fois dans le Perceval de Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Il est porté en procession avec une lance qui saigne devant le jeune Perceval au château du Roi Pêcheur. Le sens de cette scène et la fonction des objets restent énigmatiques, car le roman n’a pas été achevé.

Dès la fin du XIIe siècle, une littérature abondante se forme autour de ces deux objets merveilleux, mêlant aventures chevaleresques et éléments religieux. Identifiés avec des reliques de la Passion du Christ, le Graal et la lance gardent toutefois certains aspects qui renvoient à un fonds païen. Les chevaliers du roi Arthur qui se lancent à leur quête cherchent à comprendre leurs « secrets », leur « vérité » qui ne peuvent être dévoilés qu’au meilleur d’entre eux.

L’ouvrage propose une introduction aux romans français médiévaux du Graal. Après l’esquisse de l’évolution de cette littérature, une approche globale présente ses principaux éléments : les personnages, les aventures, les objets merveilleux. L’évocation du contexte social et religieux de l’époque ainsi que celle des principales théories d’origine du thème du Graal complètent cette synthèse originale, destinée tout autant aux étudiants qu’au grand public.

Edina BOZOKY est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale. Elle est spécialiste de l’histoire religieuse et s’intéresse en particulier aux légendes et croyances du Moyen Âge.

Constant Mews au CESCM, l’Australie à l’honneur

Nous accueillons avec plaisir pour 3 semaines le Professeur Constant Mews, Directeur du Centre for Religious Studies de L’université de Monash (Australie) …. Un nom de chercheur qui nous est familier.

constant

Cher Constant Mews, dans quel cadre êtes-vous au CESCM ?

Je suis invité par le Professeur Éric Palazzo et par Marika Rasanen, chercheure finlandaise invitée au CESCM, pour participer à la journée d’étude Space and Sanctity: Sensory experience of devotion (1000-1500) le 20 mai 2016 et surtout, je travaille avec M. Palazzo pour un projet sur le culte de Thomas d’Aquin et l’histoire du transfert de ses reliques d’Italie vers la France … et l’histoire commence en Australie.

Il existe une belle collection de manuscrits médiévaux en Australie, dont un qui se nomme l’antiphonaire de Poissy, et un collègue, Jeff Richards (Université de Wuppertal), a découvert au cours d’une visite au State Library of Victoria, qu’il y existe le plus ancien témoin de la liturgie de la translation des reliques de Thomas d’Aquin ; j’en ai parlé à Patrick Geary à Los Angeles (UCLA) qui m’a dit qu’une chercheure finlandaise s’intéresse au sujet, c’est ainsi que j’ai connu Marika Räsänen : Jeff Richards, Marika Räsänen et moi-même sommes devenus une équipe.

Puis j’ai découvert un autre manuscrit à Bologne que j’ai donné à Marika en 2008 dans le cadre de sa thèse, ça l’a aidé à la terminer. J’ai été dans le jury pour la soutenance de sa thèse à l’université de Turku. Ces jours-ci nous terminons une édition de ce texte, c’est une des raisons de ma venue au CESCM.

La deuxième raison est que je termine une monographie sur mon sujet principal qui est « la révolution de la scolastique », l’évolution de la pensée religieuse au Moyen Âge. Et saint Thomas d’Aquin est l’un des principaux penseurs des XIIIe et XIVe siècles. Nous cherchons principalement autour des conditions sociales et politiques ayant permis l’évolution de cette pensée religieuse, et autour des critiques de la période de la patristique comme Augustin.

Mais on vous connaît plutôt pour vos travaux sur Abélard et Héloïse ?

Oui, c’est le sujet qui m’intéresse depuis très longtemps, cela a commencé avec mes études à l’Université de Auckland, en Nouvelle-Zélande de 1972 à 1976. Ensuite, à Oxford (1977 à 1980), j’ai fait une thèse de doctorat sur l’évolution de la dialogia, texte de Pierre Abélard dont j’ai fait une édition critique. Puis, j’ai vécu 5 années à Paris (1980 à 1985) où j’ai enseigné la civilisation britannique tout en faisant des recherches sur Abélard. Ensuite, après deux ans  à Sheffield, travaillant avec Prof. David Luscombe sur une édition de la Theologia de Pierre Abélard (1985-1987), j’ai par la suite obtenu un poste à Monash University en Australie en 1987. Là, j’ai découvert qu’on aimait pas trop Pierre Abélard à cause de son comportement envers Héloïse. Je me suis intéressé au sujet d’Hildegarde de Bingen, abbesse visionnaire du XIIe siècle. Pendant que j’écrivais un petit ouvrage sur Abélard, je suis tombé sur les Epistolae duorum amantium, une collection de lettres d’amour du XIIe siècle, lettres qui pourraient être une correspondance entre Pierre Abélard et Héloïse, mais personne n’a poursuivi cette question. En les lisant, j’ai été frappé par le vocabulaire spécialisé, par exemple : la femme, qui est une élève d’un philosophe célèbre, utilise l’expression si une « guttula scibilitatis (un néo-logisme, qui signifie « un goût de connaissabilité »)  puisse tomber de ta bouche, elle ne pouvait jamais trouver mots pour déclarer son amour pour lui. De mes études, je me suis rendu compte que la seule personne ayant utilisée ce terme c’est Abélard.

Ces lettres sont maintenant traduites en français par Sylvain Piron1 qui me suit dans l’hypothèse que ces lettres sont de vrais échanges de leur liaison. Le livre que j’ai écrit sur ces lettres, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France2 a été traduit en français : La voix d’Héloïse chez les éditions du Cerf en 20053. J’ai provoqué un grand débat sur l’authenticité de ces lettres.

J’ai aussi écrit sur la culture philosophique, religieuse et historique du XIIe siècle et je commence à beaucoup travailler sur les XIIIe et XIVe siècles.

D’où vous vient cet attachement pour le CESCM ?

J’ai beaucoup de respect pour les travaux effectués au centre. J’avais invité le professeur Éric Palazzo en Australie, et nous nous sommes découverts des intérêts communs car je m’intéresse beaucoup  à l’histoire de la liturgie et de la musique au Moyen Âge. En Australie nous avons une équipe qui travaille sur les textes de la théorie de la musique des XIIIe et XIVe siècles. J’aime beaucoup ce côté interdisciplinaire du CESCM qui me paraît très important : le fait de mettre en lien art, musique, histoire, littérature … c’est rare en France de faire de tel. J’aimerais beaucoup voir se développer des contacts avec les chercheurs australiens et ceux de Poitiers.

Je suis venu à Poitiers en mars 2015, donner une conférence pour rendre l’invitation faite à Éric Palazzo, sur invitation de ce dernier et du Professeur Martin Aurell. De plus, Martin Aurell m’a invité à donner une conférence pour les Semaines d’études médiévales 2017, encore une occasion dont je me réjouis pour revenir à Poitiers, en compagnie de mon épouse.

Pour finir, la semaine prochaine nous allons tourner un film avec le documentariste Jean-Pierre Gibrat à Troyes à l’abbaye du Paraclet, abbaye qu’Abélard a créé pour Héloïse.

 

  1. Sylvain PIRON, Lettres des deux amants attribuées à Héloïse et Abélard, Paris, Gallimard, 2005, 217 p. []
  2. Constant MEWS, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France, New York, Saint-Martin press, 1999, 378 p. []
  3. Constant MEWS, Émilie CHAMPS (trad.), La voix d’Héloïse : un dialogue de deux amants, Fribourg, Acad. Press, Paris,  éditions du Cerf, 2005, 347 p. []

La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

galderisi (2016) La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

 Turnhout : Brepols, 2016 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 3), 200 p.


ISBN: 978-2-503-56726-6

Les différentes contributions du présent volume sujets révèlent toutes un rapport problématique à la mémoire, à la « littera » en tant que imago du passé et sème premier de la lettre vernaculaire.

Après un premier volume consacré à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne, ce deuxième ouvrage d’un projet en trois volets, portant sur des aspects peu étudiés de la translatio studii médiévale, se propose d’aborder dans une même réflexion les questions de la traduction empêchée et de la traduction manipulée. Les chapitres qui le composent étudient selon des approches complémentaires aussi bien des sources manipulées que des sources non traduites. Ils permettent de révéler des différences typologiques et génériques et de distinguer plus clairement ces deux frontières de la traduction médiévale.

Se dégage ainsi de la diversité des approches et des sujets un enseignement majeur : l’activité de sélection, de philtre, de mystification, de dissimulation est à la fois le résultat d’un acte individuel et d’une stratégie plurielle. Celle-ci n’est pas seulement le fruit d’un oubli plus ou moins volontaire, plus ou moins conscient, de pans entiers de la culture, des sciences, des lettres exprimées dans d’autres langues et qui ne franchissent pas le seuil de leur idiome d’origine. Elle est aussi à l’origine d’un certain nombre d’ouvrages revendiquant une filiation littérale qui apparaît aujourd’hui comme fantaisiste ou fictive, comme c’est le cas avec le « topos du livre source ». Comment interpréter cette disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Comment expliquer que ces auteurs ne manifestent aucune réserve critique devant les supercheries qu’ils accumulent avec une évidente délectation ou une peur inquiète du vide ? Comment analyser le recours évident au stéréotype propre à l’art littéraire de leur temps : la « nostalgie du passé » ?

Au terme de ce parcours critique, on constate que la traduction empêchée et la traduction manipulée font apparaître plus clairement les confins et les différences structurelles entre une translatio studii identitaire et une traduction en français savante.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

Table of Contents

Le livre absent et son simulacre. Essai de définition
Claudio Galderisi, Le miroir de la source et les seuils de la traduction médiévale
Jean-Jacques Vincensini, Les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention des sources. Nostalgie littéraire, horror vacui et pensée magique

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 1. Les sources cachées
Anna Maria Babbi, La source cachée du Roman d’Eneas
Julie Métois, Sources revendiquées et modèles souterrains de deux traductions françaises médiévales du De excidio Troiae historia

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 2. Manipulations et falsifications
Olivier Delsaux, Traductions empêchées et traductions manipulées chez Laurent de Premierfait, premier traducteur humaniste français
Jean-Marie Fritz, Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …)

La source entre mirage et recherche
Vladimir Agrigoroaei, La traduction perdue de la Bible faite pour l’usage de Valdès : supercherie savante involontaire?
Daniel E. O’Sullivan, Supercheries lyriques dans les traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum d’Adam de la Bassée
Françoise Laurent, Le manuscrit volé de la Vie de saint Thomas Becket par Guernes de Pont-Sainte-Maxence

Soutenance de thèse de Guillaume Yatté, CESCM ( 4 mai 2016)

Le mercredi 4 mai 2016, a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat de Guillaume Yatté, dans le cadre d’une cotutelle entre l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et l’Université de Poitiers. La thèse s’intitulait : « La politique extérieure du roi Charles V de Valois : instrument d’édification de l’État monarchique (1364-1380) » et le jury était composé comme suit : Stéphane Boissellier et Laurent Hablot (co-directeurs de recherche), M’Bra Simon-Pierre Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, cotutelle), Jean-Marie Moeglin ( Université de Paris IV-Sorbonne, rapporteur), Xavier Hélary ( Université de Lyon III, rapporteur) et Jacques Paviot ( Université de Paris-Est Créteil)

Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v
Gestes et actes des pairs de France au cours du sacre : Les pairs tiennent ensemble la couronne sur la tête de Charles V
Source British Library, Ms Cotton Tiberius B. VIII, fol. 59v

La thèse de 527 pages s’articule autour de 3 parties équilibrées qui tiennent compte à la fois de la chronologie du règne et des grands enjeux « diplomatiques » de la politique de Charles V. Elle est fondée sur des sources originales et appuyée sur une importante bibliographie.

Dans une introduction très claire et dense, l’auteur situe les cadres généraux de l’étude, présente sa problématique, analyse les différentes sources et définit son sujet comme l’étude de « l’ensemble des décisions et des actions mises en œuvre, au nom de la Couronne, en vue d’établir des relations d’ordre politique et stratégique, non seulement avec les grands vassaux établis dans le royaume, mais aussi avec des personnalités étrangères qui sont détentrices d’autorité royale, princière et papale en Occident ».

La première partie (123 pages) propose une réflexion sur « l’espace politique français » et sur la question de la « souveraineté royale », posée notamment par l’affaissement de l’autorité du roi du fait des menées anglaises et navarraises. La « politique extérieure » s’exprime ici à l’intérieur des frontières du royaume, au prisme des revendications concurrentes de la couronne de France par le roi d’Angleterre Édouard III et par le roi de Navarre Charles « le Mauvais ». La deuxième partie (138 pages) développe les rapports entre le royaume de France et les puissances étrangères, avec en arrière-plan les rivalités franco-anglaise et franco-navarraise. Elle fait ressortir l’importance des stratégies d’alliance qui ont été orientées vers plusieurs États tels que le Saint-Empire Romain, le Saint-Siège, la Castille, la Couronne d’Aragon, l’Écosse, etc. La troisième et dernière partie (135 pages) se penche sur la « reconquête de la prépondérance française dans l’Occident médiéval ». Elle s’observe à travers la propagande et la communication politique au service de l’affermissement du pouvoir royal, la défense et la libération  de l’espace monarchique rendues possibles au préalable par une restructuration de l’armée et une redynamisation de la marine, enfin une reconstruction du prestige du roi de France auprès de l’Empire et de la Papauté.

Selon Jean-Marie Moeglin, les analyses conduites convainquent du bien-fondé de la méthode suivie et de l’intérêt de ses résultats. Évitant les écueils de l’événementiel, la thèse donne une très solide analyse de la politique menée par le roi. On peut toutefois reprocher une approche un peu « classique » dans un domaine, celui des « relations internationales », qui a connu d’importants renouvellements au cours des dernières années. Xavier Hélary souligne que dans l’ensemble, le travail convainc pleinement de la légitimité de la démarche suivie par l’auteur, même si on peut regretter que le choix n’ait pas été fait de mener un dépouillement plus intense des fonds d’archives.

Guillaume a également réussi à montrer l’originalité de son étude à travers des subtilités et des développements sur des concepts clefs qui enrichissent le débat sur l’histoire des « relations internationales » et de la diplomatie au Moyen Âge. Ce sont par exemple le respect des frontières du royaume, la communication politique et la considération de l’opinion publique, le mercenariat dans les domaines maritimes et militaires, le rayonnement artistique et culturel de la capitale parisienne, etc.

Ce travail rigoureux et solide a favorisé des échanges enrichissants entre le candidat et les membres du jury. Après une brève délibération, le jury unanime a accordé le titre de docteur à Guillaume Yatté avec la mention très honorable, assortie des félicitations.

 

 

 

 

[21 mai] : concert « Felix Thomas lumen mundi » par Vox Silentii

Felix Thomas lumen mundi : Chants pour les fêtes de  saint Thomas d’Aquin, par Vox Silentii 

Lieu : Église Saint-Porchaire de Poitiers

Date : le samedi 21 mai à 11h

Entrée libre et gratuite

Avec la collaboration du CESCM et de M. Robert Favreau, professeur émérite en histoire.

Fondé en 1992, l’ensemble Vox Silentii (Johanna Korhonen et Hilkka-Liisa Vuori) chante, enseigne et étudie la musique des couvents et monastères du Moyen Âge. Le duo ne donne pas de concerts au sens courant du terme : leur répertoire est fait de musique liturgique. Il s’agit donc de prière, par la voix et par le chant. Le silence dans le nom du duo (Vox Silentii – La Voix du Silence) ne se rapporte pas seulement au silence qui précède toute musique, mais au silence du cœur : un espace pour l’écoute et la prière.

Vox Silentii 2016_pienennetty

Vox Silentii utilise les gammes médiévales, appelées modes, dont les écarts entre notes sont naturels. Ces gammes, qui diffèrent des gammes modernes selon le tempérament égal, sont fondées sur des rapports harmoniques naturels. La technique de chant mise en œuvre par Vox Silentii donne à entendre et reconnaître ces harmoniques sous la forme d’un son ténu de flûte entre les notes de la mélodie. Les gestes simples de la main rappellent les siècles passés et les neumes (notes) du chant grégorien, tout en évoquant une forme traditionnelle de prière. La troisième fonction de ces gestes est d’accompagner la résonance du chant dans le corps des chanteurs. Depuis 1992, Vox Silentii a enregistré 11 disques.

Ce concert, ainsi que l’étude des chants qui les composent font partie d’un projet plus large de recherche sur les fêtes médiévales de Thomas d’Aquin, soutenu par la fondation Kone (entreprise finlandaise). Ce projet, hébergé par l’Université de Turku (Finlande), est placé sous la direction de Marika Räsänen, et l’équipe de chercheurs se compose de Hilkka-Liisa Vuori, Seppo Heikkinen, Johanna Korhonen et Antti Lampinen.

Pour plus d’informations sur ce projet, voir ossagloriosa.org.

Colmar, Bibliothèque municipale, Ms. 310, f. 227v.
Colmar, Bibliothèque municipale, Ms. 310, f. 227v.

Vox Silentii chante des pièces de l’office des deux fêtes de saint Thomas d’Aquin (1224/5-1274) d’après des manuscrits des 14e et 15e siècles : il s’agit de la fête de saint Thomas d’Aquin (fête le 7 mars) et de la fête de la Translation de ses reliques (le 28 janvier). Les chants des fêtes de saint Thomas sont rarement présentés au public de manière aussi large.

Il y a au total près de 60 pièces dans l’office de ces deux fêtes, et le concert en présente environ 16. Le texte de ces pièces n’évoque pas du tout la théologie de saint Thomas d’Aquin (Docteur de l’Église), mais composent une image du saint pleine de respect, évoquant ses miracles et sa sagesse de professeur, ainsi que sa béatitude alors qu’il entre dans la vie éternelle. Une joie certaine se donne à entendre dans l’office de la fête de la Translation de ses reliques, puisqu’enfin les frères dominicains purent recouvrer les restes de leur vénéré frère et saint, et les installer dans un de leurs couvents.

Du point de vue de la musique, la liturgie procède en faisant entendre successivement les 8 modes grégoriens (de I à VIII). Au moyen âge, la composition liturgique se situait à la frontière de la prière et de la tradition. Cet enracinement dans la tradition dominicaine se retrouve dans la liturgie des fêtes de saint Thomas d’Aquin. Les mélodies pour la fête de la Translation nous sont aussi connues par l’usage qui en est déjà fait dans l’office pour la fête de saint Dominique. L’utilisation d’une mélodie préexistante indiquait au moyen âge un profond respect pour cette musique et pour le saint auquel elle se rattachait. L’état d’esprit était tout à fait différent de notre monde actuel, car c’était alors un hommage que d’utiliser la même mélodie dans un nouveau contexte. De plus, dans certaines pièces de l’office de la saint Dominique, on retrouve des similarités avec des mélodies utilisées dans l’office pour la fête de Corpus Christi, dont les textes furent composés par saint Thomas d’Aquin. On peut ainsi dire que les mélodies, et donc les pièces de ces offices, sont doublement enracinées dans la tradition dominicaine.

Sources des pièces : Colmar, Bibliothèque Municipale Ms. 134, Ms. 137, Ms. 303, Ms. 309; Melbourne, Poissy, Ms. *096.1 R66A  f. 243V; Perugia, Biblioteca Comunale ”Augusta” Ms. 2799 f. 45R–V; Vat. lat. 10771 f. 283R. Orvieto, Archivio del Duomo, Ms. 190; British Library BL Add 23935; Bologna, Biblioteca dei domenicani, Ms. 39.


 

Dies natalis
Vesper
  1. Felix Thomas 1. antiphon I mode

Heureux Thomas, docteur de l’Église, lumière du monde, splendeur de l’Italie, vierge et fleur resplendissante de pureté, la double couronne de gloire fait ta joie.

  1. Scandit doctor 2. antiphon VII

Il s’élève le docteur, le citoyen des cieux, le joyau de l’univers, guide et lumière des fidèles ; la norme, la borne et la loi de toute conduite, le vase de vertu, il accède à la récompense de sa vie.

Matutinum
  1. Mentis 2. antiphon. II

La candeur de son âme et la fleur de sa pureté nous conduisent dans la lumière de la vérité.

  1. Christi 2. responsorium prolixum II

R = Attiré par la sainte douceur du Christ, il est pris dans un tourbillon alors qu’il quitte le monde, lui le courageux combattant, de premier ordre, vainqueur en tout, repoussant toute convoitise. V. Il prie, en tenant la croix miraculeuse, et des anges ceignent ses reins.

  1. O anima sanctissima 3. responsorium prolixum III

R = Ô âme très sainte, dont la douce méditation permit au corps de quitter la terre en s’élevant admirablement. V. Sans aucun appui, il s’élevait ravi en extase. R. V. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.

  1. O munus 4. antiphon  IV

Ô don de la grâce de Dieu qui surpasse tous les miracles, il n’a jamais senti l’aiguillon du mortel orgueil.

  1. Felix doctor 5. responsorium prolixum V

R = Bienheureux docteur, à qui les anges apportaient réconfort et que Pierre et Paul honoraient de leur présence : la mère de Dieu le consolait de ses paroles. V. On le vit s’élever de terre, et un crucifix lui parler.

  1. Stella 6. antiphon. VI

Une étoile brillante apparut, causant une grande stupeur : elle indiquait l’instant du départ du bienheureux Thomas.

  1. Seminavit 8. antiphon. VII

Le vertueux docteur a semé ici abondamment, et glorieux en sa victoire, moissonne là-haut dans la joie.

  1. Beati Thome 8. responsorium prolixum VIII

R = Un miracle divin rehaussa la gloire du bienheureux Thomas, lorsqu’une bonne odeur s’échappa de son tombeau. Resplendissant de pureté, il vécut sans péché. V. L’œil de son esprit fut objet d’une grâce exceptionnelle : des oracles célestes l’enseignaient alors qu’il se penchait sur les divins mystères.

  1. Sertum 9. responsorium prolixum I

R = Portant une couronne et un double torque, il se présente revêtu d’un habit orné de joyaux. De son collier de feu céleste une lumière se répand dans le monde, et Augustin dit à son frère:

V = Thomas est mon égal en gloire, mon supérieur par sa pureté virginale.

V = Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.

Laudes

  1. Aurum sub terra 2. antiphon II

L’or gît en terre et la lumière est cachée sous le boisseau, mais la puissance de Dieu se laisse voir par les rayons de ses miracles.

  1. Tumor gulo 5. antiphon V

Une tumeur de la gorge est vaincue, le lépreux est guéri, la lumière est rendue à l’aveugle, et le boiteux remarche.

  1. Militantis doctor 2. vesper I

Docteur de l’Église militante dans la fleur de ta pureté virginale, élu de la cour céleste triomphante, bienheureux Thomas, donne-nous la joie !
15.   Joseph 9. responsorium prolixum  I

R = La double gloire de Joseph annonçait déjà le docteur par des signes prophétiques : la victoire de la femme, les saints os laissés aux frères, et les membres transférés à Toulouse.

V = Reçois, Occitanie bénie, ce cadeau qui te revient de plein droit. R.

V = Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit. R.

Laudes  

  1. Aurora pulchra hymn I

a. L’aurore à la beauté rutilante/Nous offre sa splendeur teintée de rose

Et nous chantons en chœur dans la joie/Au docteur couronné de lauriers.

b. Lorsque l’étoile céleste/ Donne à nos yeux sa brillante lumière,/

Elle nous offre l’image de Thomas,/Donné comme lumière pour les siècles.

c. Déjà le ciel à l’occident/ Se remplit de ses rayons,/Et après sa longue course/Thomas est accueilli à Toulouse.

d. Les rayons de sa lumière/ Chassent toute sorte de doute,/Notre mère l’Église nous presse/De vénérer saint Thomas.

e. En attestent sa véridique/ Et noble doctrine,/ Sûre, ferme et lucide,

Semée de paroles divines.

f. Au roi éternel,/ Chantons gloire d’une voix joyeuse,/ Il nous offre ses grâces/ À la prière de saint Thomas.Amen.


 

Sources des pièces : Colmar, Bibliothèque Municipale Ms. 134, Ms. 137, Ms. 303, Ms. 309; Melbourne, Poissy, Ms. *096.1 R66A  f. 243V; Perugia, Biblioteca Comunale ”Augusta” Ms. 2799; Vat. lat. 10771. Orvieto, Archivio del Duomo, Ms. 190; British Library BL Add 23935; Bologna, Biblioteca dei domenicani, Ms. 39.

Traduction française : fr. Marie-Augustin, o.p.

46-140             logo CESCM          Black-KoneFoundation-logo1

 

 

 

 

 

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)