[13 octobre] : Atelier ressources numériques / Les thèses en ligne : déposer sa thèse et trouver des thèses

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 7 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

christine-de-pizan-multi-tasking

  • Date : jeudi 13 octobre 2016 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle Documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique : Les thèses en ligne : déposer sa thèse et trouver des thèses
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Anne-Sophie Pascal (responsable cellule TIC du SCD de Poitiers)

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

 


La seconde séance aura lieu le mercredi 9 novembre à 12h en présence de Blanca Angeles (Docteur en Langues et littératures anciennes) pour une présentation de IBHR (International Bibliography of Humanism and the Renaissance).

La troisième séance aura lieu le jeudi 1er décembre à 12h en présence de Vincent Debiais (Chargé de recherche CNRS au CESCM) pour une présentation de Medioevo latino.

Les 4 séances suivantes restent à définir ……

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger sur les ressources numériques.

Soutenance de thèse de Marie-Cécile Diamidia, CESCM (12 juillet 2016)

Le mardi 12 juillet 2016, Marie-Cécile Diamidia a soutenu sa thèse de doctorat d’Histoire médiévale dans la salle Crozet du CESCM. Le titre de la thèse est : « Les Croisés et Constantinople. Étude comparée des récits de Geoffroy de Villehardouin et de Robert de Clari ». Le jury de la soutenance est ainsi composé : Stéphane Boissellier (Université de Poitiers, directeur de thèse), René Allou Kouamé (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, co-directeur), Jacques Paviot (Université Paris-Est Créteil, rapporteur), Nathalie Bouloux (Université François-Rabelais de Tours, rapporteur), Simon-Pierre M’Bra Ekanza (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody).

 

Les croisés assiègent Constantinople (1204) Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe siècle (65 X 65 mm, BNF, FR 2813, fol. 245 v.)
Les croisés assiègent Constantinople (1204)
Grandes Chroniques de France, Paris, XIVe siècle
(65 X 65 mm, BNF, FR 2813, fol. 245 v.)

Dans sa thèse de 447 pages, Marie-Cécile Diamidia présente un travail qui relève d’une histoire culturelle, littéraire et politique de la quatrième Croisade. Cette dernière a eu pour résultat significatif la prise de Constantinople par les Croisés en avril 1204. Prenant la parole après l’exposé liminaire de l’impétrante, Stéphane Boissellier a relevé « l’exigence du sujet qui pose des problèmes complexes et dont la résolution méthodique participe de l’originalité de l’étude ». Ainsi, deux œuvres majeures ont été exploitées pour mener à bien la compréhension de la quatrième croisade : La conquête de Constantinople, de Geoffroy de Villehardouin, et du même titre l’œuvre de Robert de Clari. Ces sources ont été analysées et comparées du point de vue de la perception et des formes de représentations littéraires et culturelles, à partir de thèmes dûment sélectionnés, et qui contribuent à ouvrir de nouvelles perspectives sur l’événement en question.

Trois parties structurent la thèse de Marie-Cécile. Ainsi, dans la première partie, elle analyse la nature et la portée des sources sous l’angle de l’apport ethnographique. À ce niveau, elle souligne des points intéressants sur l’origine sociale des auteurs et la caractérisation de leur œuvre, l’examen de l’armée des croisés et des peuples rencontrés. La deuxième partie traite de la perception de la ville de Constantinople et de ses habitants. Elle s’ouvre sur l’étude architecturale et urbanistique de la ville pour ensuite décrire la vie politique des Byzantins. Aussi, sont développées les circonstances et les conséquences de la mainmise des Latins sur Constantinople. La troisième partie insiste sur l’idéologie providentialiste qui permet aux auteurs de montrer la prise de Constantinople et la constitution d’un empire latin d’Orient comme le résultat de la volonté de Dieu. En effet, Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari offrent des justifications d’ordre religieux et laïque qui ont été analysées avec beaucoup de minutie.

En termes de critique, le jury a par exemple reproché à Marie-Cécile Diamidia la structuration du plan général de la thèse, un style parfois épique et une tendance à la surinterprétation. Dans l’ensemble, elle offre « un travail sérieux, alliant approche littéraire et historique, qui donne un éclairage intéressant sur les récits de Geoffroy de Villehardouin et Robert de Clari » (Jacques Paviot).

Le jury, après délibération, a décerné à Marie-Cécile Diamidia le titre de docteur en histoire médiévale avec la mention très honorable.

 

Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne

EP 2016Éric Palazzo

Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne

Paris, Les éditions du Cerf, juillet 2016 (Cerf Patrimoines), 178 p.

ISBN : 978-2-204-11403-5

20€

Écrit par les frères dominicains à la fin du XIIIe siècle afin de valoriser la figure de leur fondateur et permettre de suivre son exemple spirituel à travers sa pratique de la prière privée, les neuf modes de prière de saint Dominique constituent un texte essentiel sur la prière au Moyen Âge. Conservé à la Bibliothèque Vaticane, ce manuscrit contient le texte du traité augmenté de neuf peintures dont l’iconographie est d’une très grande richesse. Particulièrement remarquable à maints égards, ce traité est fondateur pour l’anthropologie de la prière chrétienne.

Cette étude démontre que le texte des neuf modes de prière et ses peintures ont été conçu comme un véritable traité sur la messe et sa théologie sacramentelle. À partir de là, il est question de l’incarnation, par l’image, de l’eucharistie et de trois de ses principales phases rituelles (la préparation corporelle et spirituelle du célébrant, l’action eucharistique et la diffusion de l’effet du sacrement dans le monde). Ce mode particulier de l’incarnation permet aussi la mise en place d’un discours élaboré sur l’équivalence entre peindre et prier. S’inscrivant dans les traces du Créateur, l’Homme-artisan imite Dieu dans son acte de création « artistique » comme dans celui de la prière privée et dans la liturgie de la messe. Le manuscrit apparaît alors comme le « lieu » d’intercession privilégié entre Dieu et l’Homme dans l’acte de peindre et dans celui de prier.

Professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’université de Poitiers, Éric Palazzo est membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM, Université de Poitiers) et de l’Institut universitaire de France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’art et la liturgie au Moyen Âge dont L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge1

  1. Éric PALAZZO, L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge, Paris, Les éditions du Cerf, 2014 []

Soutenance de thèse de Julie Métois, CESCM (24 juin 2016)

Le 24 juin 2016 dans la salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Julie Métois soutenait sa thèse de doctorat en littérature française médiévale, titrée : « Histoires inédites de la translatio studii : des poètes aux chroniqueurs. Édition critique et études des Adventures qui avinrent a Troies de Jean de Flixecourt et de l’Estoire des Troiens de Jofroi de Waterford ». Les travaux de recherche ont été exposés devant un jury ainsi composé : Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (co-directeurs de thèse), Laurence Mathey-Maille (Université du Havre), Francine Mora-Lebrun (Université de Versaille-Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur), Pierre Nobel (Université de Strasbourg, rapporteur), Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours).

1-jofroi-waterford

Le projet de thèse de Julie nait à la suite du travail d’édition porté a bon terme pendant son Master et grâce à sa grande passion pour l’objet manuscrit. Cette étude consiste en une édition critique et dans l’analyse traductologique de deux ouvrages jusqu’à aujourd’hui inédits. Les Adventures et l’Estoire sont, notamment, les traductions en ancien français les plus fidèles au récit écrit en latin Historia de excidio Troiae, composé au passage entre le Ve et le VIe siècle par Darès le Phrygien. Ayant combattu directement la guerre de Troie, Darès était considéré comme une source véritable au Moyen Âge : son De excidio a reçu les faveurs de plusieurs auteurs médiévaux, parmi lesquels on cite Isidore de Séville et Benoît de Sainte-Maure.

Le but de cette thèse est double : rendre accessibles aux spécialistes les traductions des ouvrages encore inédites et proposer une étude traductologique comparative des deux auteurs contemporains. Julie a atteint ces objectifs, menant une démarche en deux moments. Premièrement, elle propose l’édition de ces ouvrages en trois étapes successives : à travers l’identification des exemplaires, par une analyse codicologique et enfin par une étude linguistique. Les analyses codicologiques et paléographiques soignées visent à corroborer les hypothèses déjà avancées concernant la datation et la provenance des traductions : l’examen linguistique va compléter les informations présentées, identifiant aussi les aires géographiques de provenance des traducteurs.

L’étude des exemplaires est basée pour le roman de Jofroi de Waterdorf sur un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France (Fr. 1822, f. 46r-57r) très bien conservé. De la traduction de Jean de Flixencourt on a des versions conservées dans deux manuscrits, l’un consultable à la Bibliothèque Royale de Copenhague (GKS 487, f. 45r-60v) et un autre à la Bibliothèque Nationale de Turin (1677 / L IV 33). Ce dernier se présente en très mauvais état, ayant subi l’incendie de la bibliothèque au début du XXe siècle. À cause de l’état incomplet de ce dernier, l’exemplaire de Copenhague s’est imposé comme objet d’étude pour aboutir à la recherche.

Les conclusions partielles que Julie avance après cette première analyse permettent d’affirmer que Jofroy de Waterford offre une traduction mot à mot de la source latine, ainsi que Jean de Flixecourt prend la liberté de proposer des ajouts et des arrangements de la version originelle.

Dans une deuxième partie, « une étude traductologique méticuleuse » (Claudio Galderisi) est présentée, servant à comprendre les revendications des auteurs et à proposer une analyse pratique de la traduction. À son tour cette partie se développe en trois moments : l’identification des exemplaires latins potentiellement employés par les traducteurs, qui fait déduire que le moine bénédictin Jean de Flixecourt s’appuie sur des manuscrits provenant des alentours de Corbie, ainsi que Jofroi de Waterford traduit à partir d’exemplaires anglais (ce qui ne devrait pas étonner, étant un moine dominicain d’origine irlandaise). La collation qui suit a permis de travailler sur trois manuscrits : le Royal ms. 10 A X (British Library) et le ms. lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France) sur lesquels s’appuie la traduction de Jofroi de Waterford et le ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) à la base du travail de Jean de Flixencourt. Enfin, une étude des prologues et des épilogues des deux traducteurs ainsi qu’une analyse de la langue, latine et française, complètent les deux étapes précédentes, soulignant un esprit plus conservateur dans le roman de Jofroi de Waterford et une attitude didactique et innovatrice dans la traduction de Jean de Flixecourt.

Cette recherche assidue et précise apporte enfin des résultats importants pour les études autour du phénomène de la translation studii et imperii, à travers une approche exhaustive à deux auteurs médiévaux jusqu’ici assez négligés, qui montrent par leurs ouvrages de rester fortement enracinés à la tradition ancienne, tout en cherchant des approches innovantes.

Nombreuses ont été les qualités de cette thèse déclarées par les membres du jury.

La méticulosité et la précision dont Julie a fait preuve tout au long de la rédaction de la thèse, ont été constamment admirées.

À plusieurs reprises on a souligné le mérite du travail, celui de dépasser les limites de la simple analyse philologique, touchant aussi à des champs d’études complémentaires (codicologie, paléographie) qui enrichissent et complètent les analyses linguistiques proposées par Julie.

Jean-Jacques Vincensini affirme que cet œuvre d’édition de textes va enfin combler le vide de transcription des deux ouvrages inédits, se proposant comme une recherche essentielle pour les spécialistes.

Le deuxième volume de la recherche a été aussi spécialement apprécié. Dans les annexes de ce « travail de thèse méthodique et qui se lit avec plaisir » (Francine Mora-Lebrun), on ne trouve pas que les éditions soignées des deux romans de Jean de Flixecourt et de Joffroi de Waterford, protagonistes de la recherche. À enrichir le matériel de comparaison et pour une meilleure compréhension du lecteur, Julie propose aussi une transcription de la source originaire en latin, ainsi que celle de certains autres témoins du De excidio[1]. L’édition du manuscrit de Turin a été spécialement appréciée, définie par J.-J. Vincensini comme « une entreprise épique », à la lumière de son état de conservation fragmentaire. Ce volume complémentaire, mais pas accessoire, du travail doctoral ici présenté se révèle ainsi un « outil de travail indispensable pour le médiéviste », comme l’affirme Claudio Galderisi.

À la lumière de toutes les qualités de cette thèse « fondée sur une démarche scientifique remarquable » (Laurence Mathey-Maille), et dans le souhait d’une prospère suite de ses recherches, Julie Métois a reçu le titre de docteur avec mention très honorable, assortie des félicitations du jury.

[1] Notamment : Royal ms. 10 A X (British Library) ; ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) ; lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France).

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)