Soutenance de thèse de Julie Métois, CESCM (24 juin 2016)

Le 24 juin 2016 dans la salle des Actes de l’Hôtel Fumé, Julie Métois soutenait sa thèse de doctorat en littérature française médiévale, titrée : « Histoires inédites de la translatio studii : des poètes aux chroniqueurs. Édition critique et études des Adventures qui avinrent a Troies de Jean de Flixecourt et de l’Estoire des Troiens de Jofroi de Waterford ». Les travaux de recherche ont été exposés devant un jury ainsi composé : Claudio Galderisi et Cinzia Pignatelli (co-directeurs de thèse), Laurence Mathey-Maille (Université du Havre), Francine Mora-Lebrun (Université de Versaille-Saint-Quentin-en-Yvelines, rapporteur), Pierre Nobel (Université de Strasbourg, rapporteur), Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours).

1-jofroi-waterford

Le projet de thèse de Julie nait à la suite du travail d’édition porté a bon terme pendant son Master et grâce à sa grande passion pour l’objet manuscrit. Cette étude consiste en une édition critique et dans l’analyse traductologique de deux ouvrages jusqu’à aujourd’hui inédits. Les Adventures et l’Estoire sont, notamment, les traductions en ancien français les plus fidèles au récit écrit en latin Historia de excidio Troiae, composé au passage entre le Ve et le VIe siècle par Darès le Phrygien. Ayant combattu directement la guerre de Troie, Darès était considéré comme une source véritable au Moyen Âge : son De excidio a reçu les faveurs de plusieurs auteurs médiévaux, parmi lesquels on cite Isidore de Séville et Benoît de Sainte-Maure.

Le but de cette thèse est double : rendre accessibles aux spécialistes les traductions des ouvrages encore inédites et proposer une étude traductologique comparative des deux auteurs contemporains. Julie a atteint ces objectifs, menant une démarche en deux moments. Premièrement, elle propose l’édition de ces ouvrages en trois étapes successives : à travers l’identification des exemplaires, par une analyse codicologique et enfin par une étude linguistique. Les analyses codicologiques et paléographiques soignées visent à corroborer les hypothèses déjà avancées concernant la datation et la provenance des traductions : l’examen linguistique va compléter les informations présentées, identifiant aussi les aires géographiques de provenance des traducteurs.

L’étude des exemplaires est basée pour le roman de Jofroi de Waterdorf sur un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France (Fr. 1822, f. 46r-57r) très bien conservé. De la traduction de Jean de Flixencourt on a des versions conservées dans deux manuscrits, l’un consultable à la Bibliothèque Royale de Copenhague (GKS 487, f. 45r-60v) et un autre à la Bibliothèque Nationale de Turin (1677 / L IV 33). Ce dernier se présente en très mauvais état, ayant subi l’incendie de la bibliothèque au début du XXe siècle. À cause de l’état incomplet de ce dernier, l’exemplaire de Copenhague s’est imposé comme objet d’étude pour aboutir à la recherche.

Les conclusions partielles que Julie avance après cette première analyse permettent d’affirmer que Jofroy de Waterford offre une traduction mot à mot de la source latine, ainsi que Jean de Flixecourt prend la liberté de proposer des ajouts et des arrangements de la version originelle.

Dans une deuxième partie, « une étude traductologique méticuleuse » (Claudio Galderisi) est présentée, servant à comprendre les revendications des auteurs et à proposer une analyse pratique de la traduction. À son tour cette partie se développe en trois moments : l’identification des exemplaires latins potentiellement employés par les traducteurs, qui fait déduire que le moine bénédictin Jean de Flixecourt s’appuie sur des manuscrits provenant des alentours de Corbie, ainsi que Jofroi de Waterford traduit à partir d’exemplaires anglais (ce qui ne devrait pas étonner, étant un moine dominicain d’origine irlandaise). La collation qui suit a permis de travailler sur trois manuscrits : le Royal ms. 10 A X (British Library) et le ms. lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France) sur lesquels s’appuie la traduction de Jofroi de Waterford et le ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) à la base du travail de Jean de Flixencourt. Enfin, une étude des prologues et des épilogues des deux traducteurs ainsi qu’une analyse de la langue, latine et française, complètent les deux étapes précédentes, soulignant un esprit plus conservateur dans le roman de Jofroi de Waterford et une attitude didactique et innovatrice dans la traduction de Jean de Flixecourt.

Cette recherche assidue et précise apporte enfin des résultats importants pour les études autour du phénomène de la translation studii et imperii, à travers une approche exhaustive à deux auteurs médiévaux jusqu’ici assez négligés, qui montrent par leurs ouvrages de rester fortement enracinés à la tradition ancienne, tout en cherchant des approches innovantes.

Nombreuses ont été les qualités de cette thèse déclarées par les membres du jury.

La méticulosité et la précision dont Julie a fait preuve tout au long de la rédaction de la thèse, ont été constamment admirées.

À plusieurs reprises on a souligné le mérite du travail, celui de dépasser les limites de la simple analyse philologique, touchant aussi à des champs d’études complémentaires (codicologie, paléographie) qui enrichissent et complètent les analyses linguistiques proposées par Julie.

Jean-Jacques Vincensini affirme que cet œuvre d’édition de textes va enfin combler le vide de transcription des deux ouvrages inédits, se proposant comme une recherche essentielle pour les spécialistes.

Le deuxième volume de la recherche a été aussi spécialement apprécié. Dans les annexes de ce « travail de thèse méthodique et qui se lit avec plaisir » (Francine Mora-Lebrun), on ne trouve pas que les éditions soignées des deux romans de Jean de Flixecourt et de Joffroi de Waterford, protagonistes de la recherche. À enrichir le matériel de comparaison et pour une meilleure compréhension du lecteur, Julie propose aussi une transcription de la source originaire en latin, ainsi que celle de certains autres témoins du De excidio[1]. L’édition du manuscrit de Turin a été spécialement appréciée, définie par J.-J. Vincensini comme « une entreprise épique », à la lumière de son état de conservation fragmentaire. Ce volume complémentaire, mais pas accessoire, du travail doctoral ici présenté se révèle ainsi un « outil de travail indispensable pour le médiéviste », comme l’affirme Claudio Galderisi.

À la lumière de toutes les qualités de cette thèse « fondée sur une démarche scientifique remarquable » (Laurence Mathey-Maille), et dans le souhait d’une prospère suite de ses recherches, Julie Métois a reçu le titre de docteur avec mention très honorable, assortie des félicitations du jury.

[1] Notamment : Royal ms. 10 A X (British Library) ; ms. 880 (Bibliothèque municipale de Douai) ; lat. 4126 (Bibliothèque nationale de France).

Les réfectoires monastiques et la nourriture spirituelle (Leeds, 2016)

Les réfectoires monastiques et la nourriture spirituelle, telle était la thématique des trois sessions organisées par le CESCM au Congrès International de Leeds (4-7 juillet 2016) à l’intérieur du thème général : Nourriture, Fête, Famine. Une opportunité pour explorer ce lieu au cœur de la vie communautaire, où les moines se rassemblent, nourrissent leurs corps mais aussi leurs âmes. Comment les cloches, les lectures, les prières, le silence, les décors (peintures murales, sculptures, inscriptions) et le rituel s’articulent pour sanctifier le repas monastique ? Quels sont les liens entre la salle à manger commune et l’église, la place de la célébration eucharistique et la préfiguration du banquet céleste ? Comment chaque ordre monastique conçoit-il cet espace ? Est-ce que les relations entre le repas commun et la nourriture spirituelle dans la vie monastique trouvent des échos dans la vie des chanoines, la société laïque, la chevalerie ? C’est à ces questions que les huit intervenants ont essayé de répondre à partir de sources variées.

Leeds 2016

Bruno Varennes (CERCOR et LEM) s’est intéressé aux prieurés ruraux, dépendances de grandes maisons monastiques, dont ils appliquent la règle en l’adaptant à un terrain rarement propice. La documentation (archivistique, archéologique) de quelques petits prieurés ruraux dauphinois (rarement plus de 4 ou 5 religieux étant attestés en leurs murs au bas Moyen Âge) situés au sud de Grenoble permet d’appréhender certains aspects alimentaires de la vie monastique des prieurés. Ces dépendances de trois maisons religieuses, Saint-Chaffre du Monastier, dépendant de Cluny, et de la collégiale de chanoines de Saint-Laurent d’Oulx, sont des prieurés-cures, en charge d’une paroisse rurale. L’église possède donc une double vocation paroissiale et monastique. De ce fait, la vie monacale apparaît tournée vers l’extérieur. S’il est parfois possible d’appréhender le personnel responsable du ravitaillement alimentaire et de sa gestion, les états des lieux permettent de localiser les lieux du repas et de sa préparation comme du stockage d’une partie des denrées dans le complexe prieural. Cependant, le rôle du réfectoire et de l’alimentation apparaît au cœur du lien que moines et chanoines entretiennent avec la société dans laquelle ils s’insèrent, via la responsabilité de la cura animarum. La réalité de la célébration eucharistique est rendue perceptible par la distribution du repas aux pauvres, liée à la cérémonie du mandatum : c’est dans cette ouverture aux autres que se dessine le lien entre le domaine du repas monastique prieural et la préfiguration du banquet céleste.

Les Grandmontains était au cœur de la recherche présentée par Martine Larigauderie Beijeaud (docteur en histoire), à travers les versions de la Vita d’Étienne de Muret (ou de Thiers). L’unité et l’austérité en sont deux traits fondamentaux : en tant qu’ascète, Étienne jeûne dans un souci de pureté, pour aller vers un corps léger et s’approcher d’un corps glorieux, transfiguré. Il transmet, par son attitude mais aussi par ses lectures au réfectoire (passion des martyrs, vie des Pères d’Égypte), la pauvreté de corps et d’esprit. La tempérance, le dépassement de soi permettent d’adhérer à Dieu tout en favorisant l’égalité entre tous les frères. Les ermites prennent deux repas par jour (après sexte et vêpres) de Pâques à l’Exaltation de la sainte Croix (14 septembre). De là, ils jeûnent jusqu’à Pâques, sauf les dimanches et le jour de Noël. Malades ou valides, ils mangent deux plats comportant du fromage, des œufs ou du poisson. Cependant, dans les années 1170, le monde rentre dans le monastère : rois et évêques font des visites. Petits seigneurs locaux, habitués au moins à une solide nourriture fournie par leurs propriétés, les rentes, la chasse, les frères lettrés tendent à rejeter l’ascèse. Ils ne supportent plus de dépendre des laïcs qu’ils appellent désormais convers. Ainsi, alors que la communauté s’étoffe, les leçons et l’exemple offerts par le Pasteur sont peu à peu abandonnés.

Sasha Gorjeltchan (Université de Toronto) a porté son regard sur le cloître de l’abbaye bénédictine de Saint-Aubin à Angers en creusant les relations entre nourriture spirituelle et herméneutique de l’espace. Du superbe programme sculpté qui ornait le cloître du XIIe siècle, les vestiges du portail du réfectoire sont les plus énigmatiques. Vices et vertus, chœurs célestes, bêtes dévorantes, allégories du salut peuplent les archivoltes : ils présentent une argumentation poético-visuelle complexe sur la nourriture, le péché, l’Apocalypse et le repentir. Envisageant l’acte de manger comme un acte de vulnérabilité, l’étude a montré les liens entre les aspects somatiques et l’expérience exégétique, dans un espace monastique plus vaste et face aux idéaux cénobitiques de la communauté. La construction du cloître a coïncidé avec une redéfinition générale de la sainteté à Angers et la promotion d’une vie érémitique. Vers 1153, c’est-à-dire peu après la fin de la construction du nouveau cloître, fut rédigée la Vita de saint Girard, son abbé : des altercations violentes avec des adversaires (monastiques et démoniaques) y alternent avec des expériences visionnaires miraculeuses des sphères Terrestres et Divines, que l’on trouve sculptées et peintes au réfectoire et sur les portails. L’écriture et les conditions de lecture du Vita étaient inextricablement « mises en espace » dans le cloître, par l’organisation collective d’une expérience phénoménologique fondée sur une exégèse des repas spirituels et physiques. Comprendre la sculpture de cloître de Saint-Aubin comme mise en scène d’une identité monastique idéale incarnée par saint Girard permet de réévaluer le portail comme une étape dans un voyage physique du réfectoire au chapitre et dans le voyage spirituel de la lutte au salut, du péché au rachat, et du cénobitisme du XIe siècle aux nouvelles catégories de sainteté.

Wilfried Keil (Université d’Heidelberg) a exploré la matière épigraphique des réfectoires du Saint-Empire romain germanique. Peu d’inscriptions sont conservées, pour des raisons diverses (reconstruction, usage profane après la sécularisation, réforme bénédictine etc.). Certaines sont pourtant parvenues jusqu’à nous ou ont été transmises par des dessins. Durant le repas, les moines et moniales ne faisaient pas que recevoir une nourriture spirituelle grâce aux lectures, ils pouvaient aussi la voir et peut-être la lire. Avant même d’entrer au réfectoire, les inscriptions au portail attiraient l’attention, comme à l’abbaye de Rothenkirchen, les cloches portaient des textes appelant à manger et boire. Une cloche de petite dimension, d’origine germanique et datant probablement du XIIIe siècle, a ainsi été récemment acquise par les Cloisters du Metropolitan Museum of Art à New York, portant le texte : tinnio pransuris cenaturis bibituris. L’étude a ainsi présenté un hypothétique réfectoire médiéval, reconstruit à partir des artefacts portant des inscriptions encore conservés aujourd’hui, provenant de monastères différents.

Le décor des fables d’Ésope peintes dans le réfectoire de l’abbaye de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), a été présenté par Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CESCM). Après l’incendie qui détruisit l’abbaye en 1026, les moines décidèrent de peindre 13 fables, comme le rapporte André de Fleury dans la Vita Gauzlini. Le Miracle des Pains et des Poissons, la Crucifixion, le Christ en Majesté, le Dernier Repas étaient les représentations les plus communes des réfectoires médiévaux. Pourquoi les moines de Fleury choisissent-ils de peindre des fables ? Ces textes qui sont en réalité une prolepse dans le manuscrit – car ils n’ont pas été réalisé sous l’abbatiat de Gauzlin mais de son successeur, Arnaud – montrent un travail poétique en vers réciproques et distiques élégiaques. Les inscriptions ne donnent que la morale tandis que l’histoire était racontée par l’image. Au Moyen Âge, les textes ésopiques étaient utilisés dans le cadre scolaire, pour la lecture, mais aussi comme un outil pédagogique pour déchiffrer le monde : ce procédé d’extraction de la morale et du sens allégorique de l’histoire – comme dans la Bible – était commun. Ainsi, les 26 vers peints brossaient le portrait de l’homme bon et de l’homme mauvais. Grâce à leur capacité à entraîner les jeunes élèves tout comme les vieux moines à différencier vices et vertus, les fables approchaient le statut de la théologie. C’est pourquoi elles pouvaient trouver place au réfectoire, espace souvent comparé à l’église. Éléments de méditation, elles éloignaient l’esprit du plaisir de la nourriture pour l’élever vers la ruminatio spirituelle.

Quittant le monde monastique, Martin Aurell (Université de Poitiers-CESCM) a proposé un parallèle avec les banquets royaux des XIIe et XIIIe siècles, partant de la double signification du verbe nutrire (nourrir et éduquer). Certes, rien ne peut sembler plus différent qu’un réfectoire monastique et la salle de banquet d’un château ou d’un palais. Dans le premier, des traités moraux, des vies de saints ou des réflexions théologiques sont lus en latin recto tono ; dans le second, jongleurs, conteurs et musiciens récitent des chansons profanes et des romans en langue vernaculaire. Toutefois, le fossé entre les deux est moins grand qu’il pourrait paraître, comme le montre parfois l’utilisation de textes épiques. Peut-on déceler une influence monastique ou du moins cléricale dans les banquets royaux ? Saint Louis, dans sa piété franciscaine, jeûnait secrètement pendant les banquets et nourrissait personnellement des pauvres. Il ne demandait pas de lire la Bible ou la vie des saints à table, mais en avait la lecture une fois retiré dans sa chambre. Deux rois de sa génération, Alfonse X de Castille et Magnus VI de Norvège voulaient que des textes de chevalerie ou normatifs soient lus à leurs chevaliers à table. Intéressant par rapport à l’augmentation du pouvoir royal et de l’État administratif, cet usage profane de la règle monastique reste toutefois exceptionnel.

La présence du diable au réfectoire exposée par François Wallerich (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) a permis de comprendre cet espace vécu par les moines de manière différente. Dans le Liber revelationum, le prieur cistercien Richalm de Schöntal (début XIIIe siècle) décrit les désagréments causés par l’action des démons lors des repas, tout comme la littérature exemplaire. À côté de thèmes attendus (distraction des moines, tentation de la gula), des manifestations plus originales sont largement évoquées, allant des bruits de mastication intempestifs des convives aux vomissements, les uns comme les autres étant imputés au diable. Ces témoignages peuvent alors être éclairés par la littérature normative. Des ouvrages à large diffusion (De Institutione novitiorum d’Hugues de Saint-Victor) ou des coutumiers (comme celui de l’abbaye d’Eynsham) renseignent sur la manière concrète de faire obstacle à l’action néfaste du diable au cours des repas. Une concordance assez nette s’établit entre les comportements à éviter tels qu’ils sont dépeints par cette littérature normative et les attitudes provoquées par le démon telles qu’elles sont décrites dans les témoignages d’auteurs monastiques. Elle est également soulignée dans les moyens envisagés pour éloigner le diable, les récits d’expérience vécue recourant néanmoins davantage à des moyens apotropaïques à l’orthodoxie moins éprouvée. Si le repas monastique est aussi l’occasion de se nourrir de la Parole de Dieu, il doit pour cela rassembler les conditions propices à la bonne réception de cette dernière. L’éloignement du diable du réfectoire apparaît donc comme un enjeu essentiel de la vie des communautés.

Anne Holloway (Monash University, Australie) s’est plongée dans les exempla de l’ordre dominicain de la première moitié du XIIIe siècle, sur lesquels portait sa thèse, montrant les continuités et influences avec les ordres monastiques, non seulement sur les fondations des Prêcheurs mais aussi sur leur enseignement moral. Cette recherche a expliqué qu’une part importante de l’enseignement était influencée par le réfectoire monastique et l’idée de nourriture spirituelle, à la fois dans la prédication pour l’Ordre comme de manière plus générale pour les laïcs. Ainsi, ont été retracés les échos entre le réfectoire monastique dans les exempla et la prédication des Dominicains.

Avec l’aimable relecture de Pascale Brudy et Martin Aurell

Edward Schoolman, en visite à Poitiers

Edward Schoolman, assistant professor at the University of Nevada, Reno, is spending a month in the CESCM as a visiting scholar. Specialist of Late Antique Italy and hagiography, he is now working on a new reserach project on Italian noble families.

Schoolman_IAS_Portrait

Why are you here at the CESCM?

I was invited by Vincent Debiais to take part in a workshop “Inscriptions et reliquaires” which he has organized with Elisa Pallotini (University of Utrecht), and further to spend some time at the CESCM to prepare my work on funerary culture. Vincent and I were members at the Institute for Advanced Study together in 2014-2015, where we discovered we had overlapping interests in the meaning and significance behind the display of inscriptions (although from different disciplinary perspectives). Because of the strengths of the CESCM and its scholarship, Poitiers has proved to be a wonderful place to spend a month to complete some of my research and writing in preparation for the workshop and the further develop a project on elements of secular funerary culture in the early Middle Ages, and in particular to move geographical beyond Italy into examples from France.  I am very much looking forward to feedback on my paper, “Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul,” which seeks to define and examine the long survival of secular (or non-Christian) practices and language connected to sarcophagi and commemoration.

Tell us about your teaching and other research activities?

I have been an assistant professor in the department of history at the University of Nevada, Reno (USA) since 2011, where I teach a range of courses on Roman, medieval and Byzantine history. Last year, I also taught two seminars, one on monasticism and the other on the transformation of elite status in Late Antiquity; my courses draw not only from literary evidence, but also from material culture.  Both of these aspects relate to my own research interests in the history of northern and central Italy, following a number of interrelated avenues of new ways to consider the transformation of the early medieval world with respect to religion and its various roles in society, through the lenses of identity and funerary culture, and in the surviving monuments, documents, and documentary records.  This work began with my thesis “Civic Transformation of the Mediterranean City: Ravenna and Antioch, 300-800 CE” which I completed at UCLA under the direction of Claudia Rapp in 2010, but has developed beyond the confines of the seventh century and those specific cities.

You have a forthcoming book?

Yes.  My first book, “Rediscovering Sainthood in Italy: Hagiography and the Late Antique Past in Medieval Ravenna,”1 will appear in September 2016 from Palgrave in the New Middle Ages series. Central to the book is the vita of Barbatianus, a holy man, monk, and confessor to the empress Galla Placidia in Ravenna. First written in the tenth century and derived from a number of other sources, the vita appropriates the late antique history of the city and its importance as capital of the Western Roman Empire as relevant to the city’s changing status within the empire of the Ottonians.  Using the cult of Barbatianus as a lens, the book tries to balance the varying forces at play in the city in the tenth century and the nature of Ravenna’s hagiographic landscape, and traces its development of the cult from its origins to the early modern period.  Although the book was very different in scope from the projects I am pursuing now, I think that funerary commemoration, the practices of veneration, and their cultural impact are all closely connected.

What are your expectations for this stay?

I have already received such generous hospitality from the members and staff of the CESCM, and I am looking forward to getting to know them better and make new contacts with possible future collaborators.  I will also continue to use the center’s resources, including the library, for the rest of my stay, but I am most grateful for the help and support I have already received.

  1. http://www.palgrave.com/us/book/9781137602718 []

Les secrets du Graal

les-secrets-du-graal

Les secrets du Graal

Edina Bozoky

Paris : CNRS éditions, 2016, 224 p.

ISBN : 978-2-271-08312-8

 

Le graal – un plat de matière précieuse – apparaît pour la première fois dans le Perceval de Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Il est porté en procession avec une lance qui saigne devant le jeune Perceval au château du Roi Pêcheur. Le sens de cette scène et la fonction des objets restent énigmatiques, car le roman n’a pas été achevé.

Dès la fin du XIIe siècle, une littérature abondante se forme autour de ces deux objets merveilleux, mêlant aventures chevaleresques et éléments religieux. Identifiés avec des reliques de la Passion du Christ, le Graal et la lance gardent toutefois certains aspects qui renvoient à un fonds païen. Les chevaliers du roi Arthur qui se lancent à leur quête cherchent à comprendre leurs « secrets », leur « vérité » qui ne peuvent être dévoilés qu’au meilleur d’entre eux.

L’ouvrage propose une introduction aux romans français médiévaux du Graal. Après l’esquisse de l’évolution de cette littérature, une approche globale présente ses principaux éléments : les personnages, les aventures, les objets merveilleux. L’évocation du contexte social et religieux de l’époque ainsi que celle des principales théories d’origine du thème du Graal complètent cette synthèse originale, destinée tout autant aux étudiants qu’au grand public.

Edina BOZOKY est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale. Elle est spécialiste de l’histoire religieuse et s’intéresse en particulier aux légendes et croyances du Moyen Âge.

[8-9 juin] Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Journées d’étude organisées par Jean-Jacques Vincencini (CESR) et Claudio Galderisi (CESCM)en lien avec le projet de recherche ARC Linguae

Lieu : CESR, salle Saint-Martin (Tours)

Date : 8 et 9 juin 2016

codex
Codex Manesse, fol. 383r, Meister Konrad von Würzburg Heidelberger historische Bestände – digital

Mercredi 8 juin

PARTIE 1 – Les traductions médiévales à la Renaissance
14h15 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Ouverture de la journée
14h30 – Claudio Galderisi (Univ. Poitiers)  : L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
Table 1 – Circulation et réception des classiques
14h50 – Frédéric Duval (École des Chartes) : Enquête sur la réception tardive des traductions françaises médiévales du « Corpus juris civilis »
15h10 – Silvère Menegaldo (Univ. Orléans) : Des Lamentaciones Matheoluli au Livre de Matheolus de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle
15h30 – Discussion & Pause
Table 2 – Les traductions médiévales et les nouveaux savoirs
16h – Cinzia Pignatelli (Univ. Poitiers) : Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
16h20 – Viola Mariotti (Univ. Poitiers) : Traduire Albertano da Brescia en moyen français entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la Renaissance : un état des lieux du corpus inédit des traductions du XVe siècle
16h40 – Discussion & Pause
Table 3 – Les traductions des textes sacrés et la ”modernité”
17h30 – Pierre Nobel (Univ. Strasbourg) : La Bible historiée imprimée par Antoine Vérard (1494-1495) et la Bible historiale de Guiart des Moulins
17h50 – Vladimir Agrigoroaei (CNRS) : Le vers et la prose dans les traductions françaises du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
18h10 – Discussion

Jeudi 9 juin

PARTIE 2 – Les auto-traductions
Table 1 – Herméneutiques de l’auto-traduction
9h30 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Des conditions de possibilité d’auto-traductions au Moyen Âge flamboyant. Intensité du plurilinguisme, statut de la méditation et nouvelles formes d’écriture
9h50 – Anna Maria Babbi (Univ. Verona) : L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
10h10 – Discussion & Pause
Table 2 – Pratiques et exemples
10h50 – Marie-Luce Demonet (Univ. Tours) : Étienne Dolet, auto-traducteur bi-frons
11h10  – Marie-Christine Gomez-Géraud (Univ. Paris-Ouest) : La Bible et la Theologia deutsch : Castellion et ses « doublets de traduction »
11h30 – Discussion
11h45 – Conclusions

Avec le soutien financier

du CESR (UMR 7323 du CNRS), du CESCM (UMR 7302 du CNRS), de la fédération FESMAR, de l’Université de Poitiers (ARC), et de l’UFR Lettres et Langues de l’Université François-Rabelais de Tours

Programme en ligne

CESR – Centre d’études supérieures de la Renaissance
59, rue Néricault-Destouches BP 12050 – 37020 Tours Cedex 1
Tel. : 02 47 36 77 61 – www.cesr.cnrs.fr – www.cesr.univ-tours.fr

CESR logo CESCM culture com'  université françois rabelais index FESMAR-LOGO logo CNRS MSHS val de loire

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)