Edward Schoolman, en visite à Poitiers

Edward Schoolman, assistant professor at the University of Nevada, Reno, is spending a month in the CESCM as a visiting scholar. Specialist of Late Antique Italy and hagiography, he is now working on a new reserach project on Italian noble families.

Schoolman_IAS_Portrait

Why are you here at the CESCM?

I was invited by Vincent Debiais to take part in a workshop “Inscriptions et reliquaires” which he has organized with Elisa Pallotini (University of Utrecht), and further to spend some time at the CESCM to prepare my work on funerary culture. Vincent and I were members at the Institute for Advanced Study together in 2014-2015, where we discovered we had overlapping interests in the meaning and significance behind the display of inscriptions (although from different disciplinary perspectives). Because of the strengths of the CESCM and its scholarship, Poitiers has proved to be a wonderful place to spend a month to complete some of my research and writing in preparation for the workshop and the further develop a project on elements of secular funerary culture in the early Middle Ages, and in particular to move geographical beyond Italy into examples from France.  I am very much looking forward to feedback on my paper, “Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul,” which seeks to define and examine the long survival of secular (or non-Christian) practices and language connected to sarcophagi and commemoration.

Tell us about your teaching and other research activities?

I have been an assistant professor in the department of history at the University of Nevada, Reno (USA) since 2011, where I teach a range of courses on Roman, medieval and Byzantine history. Last year, I also taught two seminars, one on monasticism and the other on the transformation of elite status in Late Antiquity; my courses draw not only from literary evidence, but also from material culture.  Both of these aspects relate to my own research interests in the history of northern and central Italy, following a number of interrelated avenues of new ways to consider the transformation of the early medieval world with respect to religion and its various roles in society, through the lenses of identity and funerary culture, and in the surviving monuments, documents, and documentary records.  This work began with my thesis “Civic Transformation of the Mediterranean City: Ravenna and Antioch, 300-800 CE” which I completed at UCLA under the direction of Claudia Rapp in 2010, but has developed beyond the confines of the seventh century and those specific cities.

You have a forthcoming book?

Yes.  My first book, “Rediscovering Sainthood in Italy: Hagiography and the Late Antique Past in Medieval Ravenna,”1 will appear in September 2016 from Palgrave in the New Middle Ages series. Central to the book is the vita of Barbatianus, a holy man, monk, and confessor to the empress Galla Placidia in Ravenna. First written in the tenth century and derived from a number of other sources, the vita appropriates the late antique history of the city and its importance as capital of the Western Roman Empire as relevant to the city’s changing status within the empire of the Ottonians.  Using the cult of Barbatianus as a lens, the book tries to balance the varying forces at play in the city in the tenth century and the nature of Ravenna’s hagiographic landscape, and traces its development of the cult from its origins to the early modern period.  Although the book was very different in scope from the projects I am pursuing now, I think that funerary commemoration, the practices of veneration, and their cultural impact are all closely connected.

What are your expectations for this stay?

I have already received such generous hospitality from the members and staff of the CESCM, and I am looking forward to getting to know them better and make new contacts with possible future collaborators.  I will also continue to use the center’s resources, including the library, for the rest of my stay, but I am most grateful for the help and support I have already received.

  1. http://www.palgrave.com/us/book/9781137602718 []

Les secrets du Graal

les-secrets-du-graal

Les secrets du Graal

Edina Bozoky

Paris : CNRS éditions, 2016, 224 p.

ISBN : 978-2-271-08312-8

 

Le graal – un plat de matière précieuse – apparaît pour la première fois dans le Perceval de Chrétien de Troyes au XIIe siècle. Il est porté en procession avec une lance qui saigne devant le jeune Perceval au château du Roi Pêcheur. Le sens de cette scène et la fonction des objets restent énigmatiques, car le roman n’a pas été achevé.

Dès la fin du XIIe siècle, une littérature abondante se forme autour de ces deux objets merveilleux, mêlant aventures chevaleresques et éléments religieux. Identifiés avec des reliques de la Passion du Christ, le Graal et la lance gardent toutefois certains aspects qui renvoient à un fonds païen. Les chevaliers du roi Arthur qui se lancent à leur quête cherchent à comprendre leurs « secrets », leur « vérité » qui ne peuvent être dévoilés qu’au meilleur d’entre eux.

L’ouvrage propose une introduction aux romans français médiévaux du Graal. Après l’esquisse de l’évolution de cette littérature, une approche globale présente ses principaux éléments : les personnages, les aventures, les objets merveilleux. L’évocation du contexte social et religieux de l’époque ainsi que celle des principales théories d’origine du thème du Graal complètent cette synthèse originale, destinée tout autant aux étudiants qu’au grand public.

Edina BOZOKY est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale. Elle est spécialiste de l’histoire religieuse et s’intéresse en particulier aux légendes et croyances du Moyen Âge.

[8-9 juin] Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Journées d’étude organisées par Jean-Jacques Vincencini (CESR) et Claudio Galderisi (CESCM)en lien avec le projet de recherche ARC Linguae

Lieu : CESR, salle Saint-Martin (Tours)

Date : 8 et 9 juin 2016

codex
Codex Manesse, fol. 383r, Meister Konrad von Würzburg Heidelberger historische Bestände – digital

Mercredi 8 juin

PARTIE 1 – Les traductions médiévales à la Renaissance
14h15 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Ouverture de la journée
14h30 – Claudio Galderisi (Univ. Poitiers)  : L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
Table 1 – Circulation et réception des classiques
14h50 – Frédéric Duval (École des Chartes) : Enquête sur la réception tardive des traductions françaises médiévales du « Corpus juris civilis »
15h10 – Silvère Menegaldo (Univ. Orléans) : Des Lamentaciones Matheoluli au Livre de Matheolus de la fin du XIIIe siècle au début du XIVe siècle
15h30 – Discussion & Pause
Table 2 – Les traductions médiévales et les nouveaux savoirs
16h – Cinzia Pignatelli (Univ. Poitiers) : Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
16h20 – Viola Mariotti (Univ. Poitiers) : Traduire Albertano da Brescia en moyen français entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la Renaissance : un état des lieux du corpus inédit des traductions du XVe siècle
16h40 – Discussion & Pause
Table 3 – Les traductions des textes sacrés et la ”modernité”
17h30 – Pierre Nobel (Univ. Strasbourg) : La Bible historiée imprimée par Antoine Vérard (1494-1495) et la Bible historiale de Guiart des Moulins
17h50 – Vladimir Agrigoroaei (CNRS) : Le vers et la prose dans les traductions françaises du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
18h10 – Discussion

Jeudi 9 juin

PARTIE 2 – Les auto-traductions
Table 1 – Herméneutiques de l’auto-traduction
9h30 – Jean-Jacques Vincencini (Univ. Tours) : Des conditions de possibilité d’auto-traductions au Moyen Âge flamboyant. Intensité du plurilinguisme, statut de la méditation et nouvelles formes d’écriture
9h50 – Anna Maria Babbi (Univ. Verona) : L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
10h10 – Discussion & Pause
Table 2 – Pratiques et exemples
10h50 – Marie-Luce Demonet (Univ. Tours) : Étienne Dolet, auto-traducteur bi-frons
11h10  – Marie-Christine Gomez-Géraud (Univ. Paris-Ouest) : La Bible et la Theologia deutsch : Castellion et ses « doublets de traduction »
11h30 – Discussion
11h45 – Conclusions

Avec le soutien financier

du CESR (UMR 7323 du CNRS), du CESCM (UMR 7302 du CNRS), de la fédération FESMAR, de l’Université de Poitiers (ARC), et de l’UFR Lettres et Langues de l’Université François-Rabelais de Tours

Programme en ligne

CESR – Centre d’études supérieures de la Renaissance
59, rue Néricault-Destouches BP 12050 – 37020 Tours Cedex 1
Tel. : 02 47 36 77 61 – www.cesr.cnrs.fr – www.cesr.univ-tours.fr

CESR logo CESCM culture com'  université françois rabelais index FESMAR-LOGO logo CNRS MSHS val de loire

Constant Mews au CESCM, l’Australie à l’honneur

Nous accueillons avec plaisir pour 3 semaines le Professeur Constant Mews, Directeur du Centre for Religious Studies de L’université de Monash (Australie) …. Un nom de chercheur qui nous est familier.

constant

Cher Constant Mews, dans quel cadre êtes-vous au CESCM ?

Je suis invité par le Professeur Éric Palazzo et par Marika Rasanen, chercheure finlandaise invitée au CESCM, pour participer à la journée d’étude Space and Sanctity: Sensory experience of devotion (1000-1500) le 20 mai 2016 et surtout, je travaille avec M. Palazzo pour un projet sur le culte de Thomas d’Aquin et l’histoire du transfert de ses reliques d’Italie vers la France … et l’histoire commence en Australie.

Il existe une belle collection de manuscrits médiévaux en Australie, dont un qui se nomme l’antiphonaire de Poissy, et un collègue, Jeff Richards (Université de Wuppertal), a découvert au cours d’une visite au State Library of Victoria, qu’il y existe le plus ancien témoin de la liturgie de la translation des reliques de Thomas d’Aquin ; j’en ai parlé à Patrick Geary à Los Angeles (UCLA) qui m’a dit qu’une chercheure finlandaise s’intéresse au sujet, c’est ainsi que j’ai connu Marika Räsänen : Jeff Richards, Marika Räsänen et moi-même sommes devenus une équipe.

Puis j’ai découvert un autre manuscrit à Bologne que j’ai donné à Marika en 2008 dans le cadre de sa thèse, ça l’a aidé à la terminer. J’ai été dans le jury pour la soutenance de sa thèse à l’université de Turku. Ces jours-ci nous terminons une édition de ce texte, c’est une des raisons de ma venue au CESCM.

La deuxième raison est que je termine une monographie sur mon sujet principal qui est « la révolution de la scolastique », l’évolution de la pensée religieuse au Moyen Âge. Et saint Thomas d’Aquin est l’un des principaux penseurs des XIIIe et XIVe siècles. Nous cherchons principalement autour des conditions sociales et politiques ayant permis l’évolution de cette pensée religieuse, et autour des critiques de la période de la patristique comme Augustin.

Mais on vous connaît plutôt pour vos travaux sur Abélard et Héloïse ?

Oui, c’est le sujet qui m’intéresse depuis très longtemps, cela a commencé avec mes études à l’Université de Auckland, en Nouvelle-Zélande de 1972 à 1976. Ensuite, à Oxford (1977 à 1980), j’ai fait une thèse de doctorat sur l’évolution de la dialogia, texte de Pierre Abélard dont j’ai fait une édition critique. Puis, j’ai vécu 5 années à Paris (1980 à 1985) où j’ai enseigné la civilisation britannique tout en faisant des recherches sur Abélard. Ensuite, après deux ans  à Sheffield, travaillant avec Prof. David Luscombe sur une édition de la Theologia de Pierre Abélard (1985-1987), j’ai par la suite obtenu un poste à Monash University en Australie en 1987. Là, j’ai découvert qu’on aimait pas trop Pierre Abélard à cause de son comportement envers Héloïse. Je me suis intéressé au sujet d’Hildegarde de Bingen, abbesse visionnaire du XIIe siècle. Pendant que j’écrivais un petit ouvrage sur Abélard, je suis tombé sur les Epistolae duorum amantium, une collection de lettres d’amour du XIIe siècle, lettres qui pourraient être une correspondance entre Pierre Abélard et Héloïse, mais personne n’a poursuivi cette question. En les lisant, j’ai été frappé par le vocabulaire spécialisé, par exemple : la femme, qui est une élève d’un philosophe célèbre, utilise l’expression si une « guttula scibilitatis (un néo-logisme, qui signifie « un goût de connaissabilité »)  puisse tomber de ta bouche, elle ne pouvait jamais trouver mots pour déclarer son amour pour lui. De mes études, je me suis rendu compte que la seule personne ayant utilisée ce terme c’est Abélard.

Ces lettres sont maintenant traduites en français par Sylvain Piron1 qui me suit dans l’hypothèse que ces lettres sont de vrais échanges de leur liaison. Le livre que j’ai écrit sur ces lettres, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France2 a été traduit en français : La voix d’Héloïse chez les éditions du Cerf en 20053. J’ai provoqué un grand débat sur l’authenticité de ces lettres.

J’ai aussi écrit sur la culture philosophique, religieuse et historique du XIIe siècle et je commence à beaucoup travailler sur les XIIIe et XIVe siècles.

D’où vous vient cet attachement pour le CESCM ?

J’ai beaucoup de respect pour les travaux effectués au centre. J’avais invité le professeur Éric Palazzo en Australie, et nous nous sommes découverts des intérêts communs car je m’intéresse beaucoup  à l’histoire de la liturgie et de la musique au Moyen Âge. En Australie nous avons une équipe qui travaille sur les textes de la théorie de la musique des XIIIe et XIVe siècles. J’aime beaucoup ce côté interdisciplinaire du CESCM qui me paraît très important : le fait de mettre en lien art, musique, histoire, littérature … c’est rare en France de faire de tel. J’aimerais beaucoup voir se développer des contacts avec les chercheurs australiens et ceux de Poitiers.

Je suis venu à Poitiers en mars 2015, donner une conférence pour rendre l’invitation faite à Éric Palazzo, sur invitation de ce dernier et du Professeur Martin Aurell. De plus, Martin Aurell m’a invité à donner une conférence pour les Semaines d’études médiévales 2017, encore une occasion dont je me réjouis pour revenir à Poitiers, en compagnie de mon épouse.

Pour finir, la semaine prochaine nous allons tourner un film avec le documentariste Jean-Pierre Gibrat à Troyes à l’abbaye du Paraclet, abbaye qu’Abélard a créé pour Héloïse.

 

  1. Sylvain PIRON, Lettres des deux amants attribuées à Héloïse et Abélard, Paris, Gallimard, 2005, 217 p. []
  2. Constant MEWS, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France, New York, Saint-Martin press, 1999, 378 p. []
  3. Constant MEWS, Émilie CHAMPS (trad.), La voix d’Héloïse : un dialogue de deux amants, Fribourg, Acad. Press, Paris,  éditions du Cerf, 2005, 347 p. []

La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

galderisi (2016) La fabrique de la traduction. Du topos du livre source à la traduction empêchée

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

 Turnhout : Brepols, 2016 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 3), 200 p.


ISBN: 978-2-503-56726-6

Les différentes contributions du présent volume sujets révèlent toutes un rapport problématique à la mémoire, à la « littera » en tant que imago du passé et sème premier de la lettre vernaculaire.

Après un premier volume consacré à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne, ce deuxième ouvrage d’un projet en trois volets, portant sur des aspects peu étudiés de la translatio studii médiévale, se propose d’aborder dans une même réflexion les questions de la traduction empêchée et de la traduction manipulée. Les chapitres qui le composent étudient selon des approches complémentaires aussi bien des sources manipulées que des sources non traduites. Ils permettent de révéler des différences typologiques et génériques et de distinguer plus clairement ces deux frontières de la traduction médiévale.

Se dégage ainsi de la diversité des approches et des sujets un enseignement majeur : l’activité de sélection, de philtre, de mystification, de dissimulation est à la fois le résultat d’un acte individuel et d’une stratégie plurielle. Celle-ci n’est pas seulement le fruit d’un oubli plus ou moins volontaire, plus ou moins conscient, de pans entiers de la culture, des sciences, des lettres exprimées dans d’autres langues et qui ne franchissent pas le seuil de leur idiome d’origine. Elle est aussi à l’origine d’un certain nombre d’ouvrages revendiquant une filiation littérale qui apparaît aujourd’hui comme fantaisiste ou fictive, comme c’est le cas avec le « topos du livre source ». Comment interpréter cette disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Comment expliquer que ces auteurs ne manifestent aucune réserve critique devant les supercheries qu’ils accumulent avec une évidente délectation ou une peur inquiète du vide ? Comment analyser le recours évident au stéréotype propre à l’art littéraire de leur temps : la « nostalgie du passé » ?

Au terme de ce parcours critique, on constate que la traduction empêchée et la traduction manipulée font apparaître plus clairement les confins et les différences structurelles entre une translatio studii identitaire et une traduction en français savante.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.

Table of Contents

Le livre absent et son simulacre. Essai de définition
Claudio Galderisi, Le miroir de la source et les seuils de la traduction médiévale
Jean-Jacques Vincensini, Les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention des sources. Nostalgie littéraire, horror vacui et pensée magique

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 1. Les sources cachées
Anna Maria Babbi, La source cachée du Roman d’Eneas
Julie Métois, Sources revendiquées et modèles souterrains de deux traductions françaises médiévales du De excidio Troiae historia

Supercheries et sources empêchées ou cachées. 2. Manipulations et falsifications
Olivier Delsaux, Traductions empêchées et traductions manipulées chez Laurent de Premierfait, premier traducteur humaniste français
Jean-Marie Fritz, Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …)

La source entre mirage et recherche
Vladimir Agrigoroaei, La traduction perdue de la Bible faite pour l’usage de Valdès : supercherie savante involontaire?
Daniel E. O’Sullivan, Supercheries lyriques dans les traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum d’Adam de la Bassée
Françoise Laurent, Le manuscrit volé de la Vie de saint Thomas Becket par Guernes de Pont-Sainte-Maxence

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)