Archives par mot-clé : publications Moyen Âge

Attila e gli unni : verità e leggende

Bozoky (Attila italien)

 Edina Bozoky

 Attila e gli unni : verità e leggende

 Bologna : Il Mulino, 2014. – 232 p. (Collana « Le vie della civiltà »)

 ISBN : 978-88-15-24806-0

 

A partire dalle campagne di guerra che ebbero luogo nel 451 in Gallia e nel 452 in Italia, la fama di Attila come «flagello di Dio» attraverso i secoli si è fatta icona proverbiale. Ma chi era Attila e chi erano gli unni a cui si associa una così pertinace fama di devastazione e crudeltà? Questo libro racconta con esemplare chiarezza che cosa se ne sa in concreto, come si è formata ed evoluta nel tempo la loro leggenda, sorta quasi subito nell’agiografia cristiana, e come si è differenziata nelle diverse aree europee. Attila il terribile è infatti quello di area italiana, nei paesi germanici figura come re benevolo e generoso, e in Ungheria è addirittura un eroe nazionale. *

Edina Bozoky è maître de conférences di Storia medievale all’Università di Poitiers (CESCM). Tra i suoi libri: «La politique des reliques de Constantin à Saint Louis» (2007)1 e «Le Moyen Âge miraculeux» (2010)2

Traduction par Adelina Talamonti de l’ouvrage « Attila et les Huns : vérités et légendes » (2012)3

* A partir des campagnes militaires qui se déroulèrent en 451 en Gaule et en 452 en Italie, la renommée d’Attila comme « fléau de Dieu » est devenue, au fil des siècles, une icône proverbiale. Mais qui était Attila ? Et qui étaient les Huns auxquels on associe une réputation si tenace de dévastation et de cruauté ?  Ce livre raconte, avec une clarté exemplaire, ce qu’il en fut concrètement, comment s’est formée et a évoluée leur légende, apparue très rapidement dans l’hagiographie chrétienne et comment elle s’est différenciée dans les diverses zones de l’Europe. Attila Le Terrible est en effet celui de l’aire culturelle italienne, tandis que dans les Pays germaniques il apparaît comme bienveillant et généreux et en Hongrie il devient même un héros national. (trad. E. Mineo, doctorante CESCM)

  1. La politique des reliques de Constantin à Saint Louis, Paris, Beauchesne, 2007 (Bibliothèque historique et littéraire), 315 p. []
  2. Le Moyen Âge miraculeux, Paris, Riveneuve, 2010, 370 p,. []
  3. Attila et les Huns : vérités et légendes, Paris, Perrin, 2012, 312 p. []

Serrures médiévales, VIIIe-XIIIe siècle

1392644491
Presses Universitaires de Rennes

 Mathieu Linlaud

 Serrures médiévales : VIIIe-XIIIe siècles

 Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2014. – 344 p. (Archéologie & Culture)

 ISBN : 978-2-7535-2903-8

À partir de sources archéologiques et iconographiques, cet ouvrage retrace l’évolution technique des serrures au Moyen Âge. Il présente des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et un nouveau classement typologique basé sur ces aspects techniques. Ces objets sont aussi un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés.

[4e de couv.] La société médiévale a usé de divers systèmes d’ouverture et de fermeture dans son ameublement et son architecture : serrures, charnières, cadenas, pentures. L’historiographie nous montre un sujet longtemps délaissé aux collectionneurs et amateurs de serrurerie et ferronnerie. Cette étude s’est employée à définir de nouveaux outils de recherche, entre autres avec la rédaction d’un glossaire faisant le point sur un vocabulaire d’une richesse sous-estimée. Le développement relativement récent de l’archéologie préventive a permis d’exhumer une quantité importante de données inédites. Ces nouvelles sources archéologiques – mais également iconographiques – ont été privilégiées afin d’essayer de retracer l’évolution technique de ces objets. Cette réappropriation du sujet passe, notamment, par des restitutions graphiques du fonctionnement des mécanismes et par un nouveau classement typologique qui délaisse l’histoire des formes pour se focaliser sur les aspects techniques. Ces objets ne sont qu’un prétexte pour aborder et comprendre la société qui les a pensés, fabriqués, utilisés, améliorés, remplacés, jetés et représentés. Il est également apparu que certains de ces objets – comme la clé – ont eu un rôle symbolique particulièrement fort.

Various opening and closing systems existed in medieval architecture and furniture: locks, hinges, padlocks, strap hinges. Historiography has neglected this subject for a long time, leaving it to metalwork collectors and locksmithing enthusiasts. This study has defined some new research tools, including the writing of a glossary revealing a French vocabulary of under-estimated richness. The relatively recent development of “preventive” archaeological operations has allow to study a large amount of unpublished data. In order to trace the technical development of these objects, emphasis was placed on archaeological and iconographic sources. This redefining of the subject is done with the aid of graphic reconstruction showing how these mechanisms worked, as well a new typological classification which puts the history of forms aside in order to focus on the technical aspects. These objects are a pretext to the understanding and examination of the medieval society that designed, manufactured, used, improved, replaced, discarded and depicted them. It also appears that some of these utilitarian objects had a strong symbolic function.

Avec une préface de Luc Bourgeois.

Avec le soutien de l’université de Poitiers et du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM UMR 7302).

Mathieu Linlaud est docteur en archéologie médiévale et chercheur associé du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, Poitiers). Archéologue spécialiste du mobilier métallique médiéval, il étudie des objets issus de fouilles pour diverses structures.

La basilica di Sant’Ambrogio a Milano

41203-3sl  Tancredi Bella

 La basilica di Sant’Ambrogio a Milano. L’opera inedita di Fernand De Dartein

 Milan : JacaBook, 2014. – 227 p. (Arte)

 ISBN : 978-88-16-41203-3

 _______________________________________________
Nell’effervescente contesto culturale del secondo XIX secolo, la coscienza nazionale dell’Italia unificata riscopriva la propria identità storica e le radici artistiche; si incrementavano i cantieri di scavo archeologico e di ripristino architettonico: fra i più emblematici quello di Sant’Ambrogio a Milano. In quest’orizzonte, l’ingegnere francese Fernand de Dartein (1838-1912) redigeva l’Étude sur l’architecture lombarde et sur les origines de l’architecture romano-byzantine, prima e colossale indagine sul romanico in Lombardia, e svolgeva i suoi sopralluoghi alla basilica, documentati da schizzi, disegni e planches acquerellate preparatorie alle incisioni. A cent’anni dalla morte dello studioso francese, questa ricerca ne ricostruisce l’indagine e riesamina alcune questioni problematiche, cronologiche e strutturali, riconsiderando come la basilica di Sant’Ambrogio nell’Ottocento abbia avuto nuova vita e sia diventata la basilica che oggi conosciamo.

Dans le contexte d’effervescence culturelle de la fin du XIXe siècle, l’Italie unifiée du point de vue politique, redécouvre sa propre identité historique et ses racines artistiques : les sites de restauration architecturale et archéologiques augmentent, l’un des plus emblématiques étant celui de l’église de Saint-Ambroise à Milan. Dans cet horizon , l’ingénieur français Fernand de Dartein (Strasbourg 1838 – Paris 1912) rédige son Étude sur l’architecture lombarde, première et colossale oeuvre d’une monographie scientifique sur l’art roman en Lombardie et plus largement dans le nord de l’Italie ;  il effectue des voyages à Milan et sur le chantier de restauration de Saint-Ambroise – documenté par des croquis sur des carnets, des dessins et des plaques aquarellées, en préparation aux gravures – et entretient de nombreuses correspondances avec les architectes et les restaurateurs de Milan.

Cent ans après sa mort, on essaye de reconstruire le processus de recherche de Dartein et son interprétation de l’église médiévale de Saint-Ambroise, sur la base d’extraordinaires documents d’archives : il s’agit d’un corpus de dessins et de notations de grande importance, pour la plupart inédites, fournissant des sujets innovants et utiles pour examiner certaines questions problématiques, du point de vue historique et architectonique, liées à la structure présumée romane de l’édifice, et permettant ainsi de reconsidérer la décoration monumentale ; il s’ensuit une mise à jour des connaissances de l’histoire de l’art et de l’architecture, avec une attention particulière pour le chevet et à la partie ouest de l’église (façade et clochers), ainsi que les systèmes de toiture et les techniques de construction, et les pratiques de restauration du XIXe siècle.

Cahiers de civilisation médiévale 55/hors-série : Les 5 sens au Moyen Âge

Couv_220bis_web2Le fascicule hors-série 2012 des Cahiers de civilisation médiévale est paru !

Retrouvez le sommaire sur Academia.edu.

Pour le commander, c’est ici.

Les articles ont été sélectionnés sous la direction d’Éric Palazzo. La publication a reçu le concours du programme de recherche mené par Éric Palazzo sur les cinq sens au Moyen Âge, financé par l’Institut universitaire de France

Avant-propos

Les auteurs des Cahiers continuent d’explorer les cinq sens au Moyen Âge. À l’époque carolingienne, les savants sont convaincus qu’une lumière émane de l’œil dont le champ d’action est considérable, en écho à l’exégèse de l’« énamourement » du roi David par son regard jeté sur Bethsabée. G. Bührer-Thierry développe l’idée du roi carolingien et de ses évêques dont le pouvoir et la hiérarchie se concrétisent dans leur rôle de speculatores (« observateurs », voire « espions ») au sens propre et figuré. Dans les hiérarchies médiévales relatives à la croyance, le toucher se situe bien plus bas que la vue. Il se retrouve confronté à ses enjeux théologiques, vers 1100, dans les ivoires de Salerne représentant le Noli me tangere, ordre par lequel Marie Madeleine est écartée du corps glorieux du Christ, et dans de Thomas, qui veut mettre les doigts dans ses plaies pour croire en la Résurrection. Les conceptions médicales de l’école salernitaine transparaissent peut-être derrière ces images (F. Dell’Acqua). Le voir et le toucher concernent l’enluminure de la Majestas Domini de l’Évangéliaire de Sainte-Croix de Poitiers. Cette image fut maintes fois touchée avec dévotion, alors que, par ses effets inattendus, elle trompe l’œil du spectateur et le conduit à une véritable exégèse visuelle (L. Herbert).

L’ouïe figure toujours en bonne place. C’est à travers elle que le croyant est saisi par la foi : fides ex auditu (Rm 10, 17). Il entend continuellement les cloches qui scandent sa journée, lui signalant les heures de la liturgie. Un tel instrument est voix de Dieu qui indique à chacun le chemin à suivre. Voué à une si haute fonction, il ne saurait être fabriqué de façon profane. La fusion de son métal au four s’accompagne d’exorcismes et de bénédictions, tout comme son installation au clocher fait l’objet d’un baptême qui lui accorde un nom (E. Neri). Souvent, la vibration des cordes vocales, captée par l’ouïe, se mêle inextricablement à l’image. Lors de la veillée de la Pâque juive, l’ancien récite par cœur, dans chaque foyer, l’exode d’Égypte. À partir du xiiie siècle toutefois, l’écrit et l’image accompagnent la mémoire, et participent de l’expérience sensorielle du rituel, comme dans ces beaux manuscrits de la Haggadah dont les enluminures complètent par l’iconographie la commémoration orale et son audition (A. S. Cohen). Si, avec la renaissance du xiie siècle, l’alphabétisation progresse, la théologie connaît également des bouleversements. L’un d’entre eux consiste à délaisser le binôme visible-invisible au profit de naturel-surnaturel. Une comparaison entre Saint-Bénigne de Dijon au xie siècle et Saint-Andrew de Wells au xiiie siècle tendrait à soutenir cette thèse. Semblant faire écho à des conceptions de l’univers différentes, les dispositifs architecturaux des édifices et les liturgies qui y furent pratiquées à deux siècles d’intervalle stimulaient de manières différentes les sens des participants à des rituels précis (C. M. Malone). C’est par l’odorat que le croyant sent l’encens au cours des cérémonies religieuses. Il vit son expérience spirituelle dans la synesthésie, tous les sens se joignant à l’odorat. La description des différents encensoirs du haut Moyen Âge, qu’ils soient païens, juifs, chrétiens ou musulmans, nous engagent dans un comparatisme religieux de bon aloi (L. Nees).

Les articles recueillis ici font écho à la seconde table ronde organisée par Éric Palazzo au CESCM les 29, 30 et 31 mai 2013. Ils prolongent les enquêtes sur les modalités selon lesquelles les sens sont conçus et activés au Moyen Âge, tout en ouvrant de nouvelles perspectives sur la manière dont ils contribuent à forger pratiques et mentalités, monuments, images et objets. Confrontée au rituel religieux, à l’acte de dévotion, à la pratique du pouvoir ou à l’expérience intime de la foi, l’histoire des sens offre un nouveau regard sur les champs d’investigations classiques des médiévistes.

Martin Aurell et Blaise Royer.