Archives par mot-clé : publications Moyen Âge

Les paysages sonores du Moyen Âge à la Renaissance

pur 2016 Les paysages sonores du Moyen Âge à la Renaissance

Laurent Hablot et Laurent Vissière (dir.)

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2016

(Histoire) 310 p.

ISBN : 978-2-7535-4294-5

Le Moyen Âge est moins silencieux qu’on pourrait le croire et une partie au moins des sons quotidiens et familiers se retrouve transcrite dans des chroniques, des chansonniers, des romans, voire dans des actes judiciaires. Il s’agit de les retrouver, de les analyser et de les donner à entendre de nouveau, dans une sorte d’extraordinaire essai d’archéologie sonore.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Laurent Hablot est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et rattaché au CESCM (centre d’études Ssupérieures de Civilisation médiévale).

Laurent Vissière, ancien élève de l’ENS et de l’École des Chartes, est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris-Sorbonne et membre junior de l’Institut universitaire de France.

Consulter le sommaire en ligne

Des nains ou des géants Emprunter et créer au Moyen Âge

Sous la direction de Claude Andrault-Schmitt, Edina Bozoky et Stephen Morrison (eds.)

Des nains ou des géants :
Emprunter et créer au Moyen ÂgeTurnhout : Brepols, 2015(Culture et société médiévale, CSM 28)396 p., ISBN: 978-2-503-55518-8

Bernard de Chartres disait que nous sommes comme des nains assis sur les épaules de géants de sorte que nous pouvons voir davantage [de choses] qu’eux et plus loin non certes à cause de l’acuité de notre propre vue ou de la hauteur de notre corps, mais parce que nous sommes soulevés en hauteur et élevés à une hauteur gigantesque» (Jean de Salisbury, Metalogicon, III, 4).

Les géants de l’adage sont l’incarnation de l’autorité du passé, si prégnante dans la culture du Moyen Âge. Mais la tradition, qui est à la fois contrainte et force, porte en elle les germes d’une véritable inventivité. La nouveauté se nourrit de l’ancien, pour le transformer et le dépasser.
Issues d’un colloque interdisciplinaire organisé à Poitiers en 2011, les études de ce volume se proposent d’analyser la nature, le contenu, les modalités ou la finalité des emprunts pour appréhender des phénomènes plus complexes tels que la recomposition ou le déplacement, fondés plutôt sur la notion de référence, d’allusion, d’influence, de choix. Passifs ou délibérés, individuels ou collectifs, éphémères ou durables, ces réaménagements peuvent être considérés comme autant de créations nouvelles témoignant de la vitalité du Moyen Âge et de sa capacité à façonner un paysage culturel en perpétuel mouvement.

Les éditeurs du volume – Claude Andrault-Schmitt, Edina Bozoky et Stephen Morrison -, sont professeurs à l’Université de Poitiers et membres du Centre d’études supérieures de Civilisation médiévale.

Table of Contents

Préface par Cécile Treffort

Claude Andrault-Schmitt
De l’usage de la notion de modernité : l’invention architecturale, de Suger à Gervase (1144-1174)

Edina Bozoky
Le « roman hagiographique » : topoi et invention dans la fabrication de nouveaux saints

Delphine Carron-Faivre
Réinterprétations médiévales de Lucain (XIe-XIVe s.). A propos de la vertu catonienne

Christelle Chaillou
Emprunter et créer : quelques réflexions sur le contrefactum

Mianda Cioba
Sources, autorités et parénèse dans l’Historia orientalis de Jacques de Vitry

Pierre Courroux
Hériter du passé, inventer le passé chez Jean d’Outremeuse et Philippe Mousket

Emilia Di Rocco
Geoffrey Chaucer’s « individual talent » and the european literary tradition

Irina A. Dumitrescu
« Pas de philologie » : on playful appropriation and the Anglo-Saxon scholar

Brindusa Grigoriu
Yseut sur les épaules d’Hélène : Miss Beauté dans les premiers romans français

Maria Ingegno
Gilberto Porretano fra riflessione agostiniana e tradizione laonense

Nathalie Le Luel
Résurgence d’un thème iconographique antique dans la sculpture du XIIe siècle : la métamorphose de Pyrame et Thisbé

Alexandre Leupin
La coupure médiévale et la naissance du roman : Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au lion

Patrick Monjou
Faire oeuvre utile : les compléments au Compendium theologicae veritatis de Hugues Ripelin de Strasbourg

Nausica Morandi
Coexistence of tradition, innovation, creation and appropriation in the medieval music-liturgical drama Officium stellae

Olivier Reguin
Les Plantagenêt, relais des conceptions impériales en France et en Angleterre dans le domaine des mesures agraires ?

Florence Tanniou
De la racine à la cime : composition d’une arborescence morale dans Les Quatre âges de l’homme de Philippe de Novare

 

 

Cahiers de civilisation médiévale 58/3 et 58/4 (fascicules 231 et 232)

FASC231003   FASC231 sommaire

FASC232002  FASC232 sommaire

Parution des derniers numéros des Cahiers de civilisation médiévale, en 2 volumes, autour d’un dossier réuni par Thomas Deswarte, intitulé « La liturgie hispanique ».

Les fascicules 231 et 232, livraison d’automne et hiver du tome 58 sont disponibles.

Voir le lien pour s’abonner aux Cahiers

Le cimetière au village dans l’Europe médiévale et moderne

FlaranXXIV-Couv.qxdLe cimetière au village dans l’Europe médiévale et moderne : Actes des XXXVe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 11 et 12 oct. 2013

Cécile Treffort (dir.)

Toulouse : Presses Universitaires du Midi, 2015 (Flaran, XXXV) 256 p.

ISBN : 978-2-8107-0395-1

Depuis les travaux de Philippe Ariès dans les années 1970, la mort et les morts sont entrés dans le champ des études historiques. Nourrie d’approches diverses, de la philosophie à l’anthropologie sociale en passant par la paléodémographie ou l’archéologie, l’analyse des vestiges funéraires du passé offre un regard original sur les sociétés anciennes et non sans écho avec les questionnements actuels. En effet, autour du cimetière, se construisent des identités religieuses, politiques, sociales, qu’il donne à voir dans ses formes spatiales, dans son organisation monumentale, dans sa conformité (ou non) avec les normes édictées par les autorités ou les communautés qui le gèrent et le contrôlent. C’est ainsi qu’entre la fin de l’Antiquité et les temps modernes se formalise le modèle du cimetière paroissial, situé au sein de l’habitat, autour de l’église, réunissant les morts et les vivants dans une conception de l’ecclesia à la fois communauté, institution et lieu englobant.

Les 35e Journées de Flaran consacrées à ce thème ont centré la focale sur le cimetière rural, quelque peu délaissé jusqu’alors par les historiens. Articulées à plusieurs échelles, de celle globale de l’Europe aux cas régionaux, les communications ont permis de mettre à l’épreuve certains modèles théoriques et, par là même, de les amender et de les nuancer. En considérant la société rurale à la fois dans son ensemble et dans ses composantes particulières, religieuses ou sociales, et en portant une attention particulière à des circonstances spécifiques de mortalité de masse, ces études transdisciplinaires offrent une vision plus riche et plus fondée des sociétés européennes anciennes, sur lesquelles se construit la nôtre.

Consulter le sommaire en ligne

De l’ancien français au français moderne Théories, pratiques et impasses de la traduction intralinguale

brepolsDe l’ancien français au français moderne Théories, pratiques et impasses de la traduction intralinguale

Claudio Galderisi, Jean-Jacques Vincensini (eds.)

Turnhout : Brepols, 2015 (Bibliothèque de Transmédie, BITAM, 2), 210 p.
ISBN: 978-2-503-56517-0


La traduction « intralinguale », du « même au même », selon la définition qu’en a donnée Michel Zink, est une invention de ces mêmes clercs médiévaux qui ont mis en communication à travers la translatio studii deux horizons culturels et linguistiques. Cette traduction constitue la trace la plus manifeste de l’évolution d’un idiome au sein du diasystème linguistique gallo-roman. Or d’un état à l’autre de la langue française, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce transfert ne vas pas de soi. D’un côté il continue de témoigner d’une conscience de la différence, de l’autre, à la différence de ce que l’on constate au Moyen Âge, d’une indifférence traductologique affichée des translateurs de notre temps à l’égard de leur acte, des principes qui le fondent comme des choix techniques qui l’expriment. Ce livre met en lumière nombre des arguments qui peuvent expliquer ce silence des traducteurs modernes. Beaucoup d’entre eux ne voient-ils pas dans leur travail un simple moyen de rendre accessible de la manière la plus neutre possible un texte vieilli destiné à un lecteur non spécialiste ? La revendication stéréotypée de la fidélité respectueuse au texte source conduit alors bien des traductions actuelles à décalquer la langue d’origine dans un français artificiel qu’Antoine Berman nommait le « clerquois ».

Les différents travaux rassemblés dans le présent volume suivent quatre perspectives critiques : Théories et méthodologies, Pratiques poétiques, Traductions romanes, Seuils et impasses. Ils abordent différentes facettes de ces questions jusqu’ici inexplorées et présentent des solutions méthodologiques et pragmatiques qui permettront sans doute de dépasser les peurs françaises de la traduction intralinguale.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge. XIe-XVe s. (Brepols, 2011).

Jean-Jacques Vincensini est professeur de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment le Roman de Mélusine de Jean d’Arras et de Coudrette. Il prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart.