Archives par mot-clé : publications Moyen Âge

L’arme segreta: Araldica e storia dell’arte nel Medioevo (secoli XIII-XV)

armeSous la dir. de Matteo Ferrari

Avec la collaboration de Alessandro Savorelli et Laura Cirri

L’arme segreta : Araldica e storia dell’arte nel Medioevo (secoli XIII-XV)
Firenze : Le Lettere, 2015
(Le vie della Storia, 86)

 

Voir l’annonce de l’éditeur

Ce volume est issu des journées d’étude organisées au Kunsthistorisches Institut de Florence et à la Scuola Normale Superiore de Pise en 2011. Il présente une nouvelle approche méthodologique dans les études héraldiques, un domaine de recherche qui a été longtemps négligé ou abandonné dans les mains d’érudits et amateurs. L’héraldique est la science qui étudie les armoiries, signes figurés d’identité qui sont apparus au milieu du XIIe siècle et se sont répandus de façon rapide et ramifiée dans toute l’Europe. Ces signes constituent un outil de connaissance indispensable pour l’historien et, plus encore, pour l’historien de l’art, auquel s’adresse prioritairement ce livre. Les armories ne permettent pas seulement de connaître la datation d’une œuvre ou l’identité de ses commanditaires et de ses possesseurs ; elles permettent d’en comprendre la valeur et la fonction, et d’en reconstruire le contexte de production. Éléments essentiels de la communication par images dans les sociétés du bas Moyen Âge, les armoiries nous livrent des informations précieuses sur les mentalités et les attitudes perceptives des commanditaires et de leur public. Par le biais de quelques études de cas, les articles réunis dans ce volume mettent alors en exergue comment l’héraldique est un instrument herméneutique indispensable pour l’histoire de l’art.

Coutumes, franchises et libertés (Civilisation médiévale, 19 / Mémoires SHDB)

Le 19e volume de la collection Civilisation médiévale et des Mémoires de la SHDB est paru :

coutume franchises & libertés LorrisÉtudes réunies sous la dir. d’Élisabeth Magnou-Nortier

Coutumes, franchises et libertés : Actes des rencontres européennes médiévales de Lorris, 2012

Poitiers : CESCM – Dijon : SHDB, 2015

 

ISBN : 978-10-90426-39-9

28€ (disponible à la vente au CESCM)


 

Les chartes de coutumes et de franchises, rurales et urbaines, leurs formes et leurs contenus, leurs liens avec le système fiscal romain, ont été au cœur de ces premières rencontres dont les présents Actes réunissent, dans une perspective européenne, les analyses de quelques-uns de leurs meilleurs spécialistes.

À l’occasion du 9e centenaire de l’octroi des Coutumes de Lorris par le roi Louis VI le Gros, se sont tenues à Lorris-en-Gâtinais, les 5 et 6 octobre 2012, les premières Rencontres européennes médiévales, nées de la double initiative de M. Jean-Paul Godfroy, maire de Lorris, et de Élisabeth Magnou-Nortier, médiéviste.

Table des matières :

– Jean Hilaire, Rencontres européennes médiévales de Lorris : Introduction

– Éric Bournazel, Louis VI, Lorris et le Gâtinais

– Bernard d’Alteroche, Le statut des personnes dans la charte de Lorris à la lumière du droit urbain XIIe-XIIIe siècle

– François-Michaud Fréjaville, « Lorris » en Berry : évidences et problèmes

– Jean-Marie Cauchies, Les chartes de franchises, « modèles » ? « filiales » ?

– Yves Sassier, Louis VII, les villes neuves et les franchises des communautés rurales. Quelques remarques sur la diffusion de la charte de Lorris entre 1152 et 1180

– Jean-Marie Carbasse, Le droit pénal dans les chartes de franchise du XIIe siècle

– Mario Ascheri, Privilèges et coutumes en Italie (Xe-XIIIe siècle)

– Thomas Deswarte, Un vent de liberté sous Alphonse VI de Leon (1065-1109). Les premiers fueros et la fin du « colonat »

– Laurence Buchholzer-Remy, Stadtrecht et Stadtechtsfamilien, Droit Urbain et familles de droit urbain dans les espaces germaniques (XIIe s.-1ère moitié du XIIIe s.)

– Sébastien Barret et Caroline Bourlet, Les chartes de coutumes et leurs caractères diplomatiques : autour de la clarté de Lorris

– Jean-Luc Lefebvre, Relecture de la charte de Saint-Omer (1127) dans la lumière chartraine

– Élisabeth Magnou-Nortier, Trois chemins pour la paix. Enquête sur la législation en faveur de la paix dans le royaume des francs de la fin Xe au début XIIe siècle

 

Entre Islam et Chrétienté La territorialisation des frontières, XIe-XVIe siècle

1440592367_mDir. Stéphane Boissellier et Isabel Cristina Ferreira Fernandes

Entre islam et chrétienté. la territorialisation des frontières, XIe-XVIe siècles

Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015 (Histoire)

ISBN : 978-2-7535-4120-7

Ce volume se fonde largement sur des concepts géographiques et sur la notion de territorialisation des frontières, sans toutefois négliger la spécificité culturelle des zones frontalières. Ces lieux où l’on voisine durablement avec l’infidèle reçoivent souvent un statut particulier et si leur définition spatiale n’est pas nette, leurs spécificités sont suffisantes pour marquer leur organisation. Ce phénomène est accentué, voire radicalisé, par la dimension idéologique des lieux où se confrontent deux confessions religieuses fortement antagonistes, la toponymie en gardant la trace.

Voir la table des matières et la 4e de couverture

Avec le soutien de l’université de Poitiers.


 

Stéphane Boissellier, agrégé d’histoire et ancien membre de la Casa de Velázquez, est professeur d’histoire médiévale à l’université de Poitiers et dirige le programme de recherches « Normativité et territorialité des faits sociaux, Péninsule ibérique-Méditerranée » au sein du centre d’études supérieures de Civilisation médiévale (UMR 7302). Spécialiste d’histoire médiévale portugaise, il anime et encadre des recherches sur l’organisation de l’espace, l’économie rurale, les relations entre monde latino-chrétien et monde arabo-musulman en Méditerranée occidentale.

Isabel Cristina Ferreira Fernandes est licenciée en histoire et titulaire d’une maîtrise en histoire de l’art à l’université de Lisbonne (faculté des lettres). Elle est coordinatrice du Gabinete de Estudos sobre a Ordem de Santiago (ville de Palmela), où elle promeut et coordonne des colloques internationaux et des publications relatifs aux ordres militaires et à l’archéologie.

 

Déplacer les morts. Voyages, funérailles, manipulations, exhumations et réinhumations de corps au Moyen Âge

COUVERTURETHANATOS2.inddDelphine Boyer-Gardner et Mathieu Vivas 

Déplacer les morts. Voyages, funérailles, manipulations, exhumations et réinhumations de corps au Moyen Âge

Bordeaux : Ausonius, 2014 – 148 p.

(Collection Thanat’ Os, 2)

 

ISBN : 978-2-85892-430-1 (MSHA). – 978-2-35613-105-8 (Ausonius)

Pourquoi déplaçait-on les morts ? Pour quels motifs, obligations ou contraintes ? Vers quelles destinations ? Quels moyens matériels étaient mis en œuvre ? Comment gérait-on un cadavre ou des ossements ? La diversité des situations qui ont amené les hommes du Moyen Âge à déplacer les morts et les solutions apportées pour permettre ces déplacements, qu’ils aient été des cadavres encore frais, en décomposition avancée ou réduits à l’état de squelette, constituent un champ de recherche encore peu exploité. Ce deuxième volume de la collection Thanat’Os, qui réunit archéologues, anthropologues et historiens, a pour objectif de proposer une première approche d’ensemble sur les formes et les enjeux des déplacements de corps morts au Moyen Âge en Europe Occidentale.

Why moving the dead? For what reasons, obligations or constraints? For which destinations? What material resources were implemented? How were corpse or bones managed?
The diversity of the situations in which men were led to move the dead in the Middle Ages, and the solutions provided to enable these transfers, whether they were fresh corpses, in advanced decomposition or reduced to bones, is a field research still largely untapped. This second volume of the Thanat’Os collection, which brings together archaeologists, anthropologists and historians, provides a first comprehensive approach to the forms and issues of displacement of the dead in the Middle Ages in Western Europe

Édition des actes de la Journée d’étude organisée à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine le 18 novembre 2010