Archives par mot-clé : photothèque

Arrêt sur images (2) : les Pyrénées-Orientales sur la base de données Romane

La richesse du fonds photographique de la Photothèque du CESCM et l’aimable collaboration du Ministère de la culture et de la communication – Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine – ont récemment permis d’amplifier les notices de plusieurs sites déjà indexés dans la base Romane, par le traitement de nouveaux documents et l’ajout progressif de références bibliographiques.

Un certain nombre de sites des Pyrénées orientales ont ainsi été augmentés par l’adjonction de contenu. La base de données met photographies anciennes, cartes postales, diapositives, clichés récents, relevés d’archéologie du bâti, plans et élévations à disposition des utilisateurs, le tout complété d’une bibliographie succincte et, autant que possible, issue des dernières recherches[1]. Celles-ci motivent en partie ce billet, dans le contexte de la récente parution du dernier volume des Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa sur les cloîtres romans (disponible à l’espace recherche Aliénor d’Aquitaine, BU Michel Foucault de Poitiers).

Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)
Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)

L’illustre abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps focalisé tout l’intérêt des chercheurs ; il est vrai que l’importance du site est indéniable et la richesse du fonds photographique du CESCM en témoigne (214 fiches et 279 photographies et documents). Au-delà des questions d’archéologie du bâti et de l’histoire de l’art, l’histoire du lieu nous ramène également à l’histoire des Monuments historiques. L’ « affaire » de l’acquisition des chapiteaux du cloître par le sculpteur et collectionneur américain George Grey Barnard en 1907 et 1913 a joué un rôle dans l’élaboration de la loi française adoptée en 1913, justement, et au regain d’intérêt pour l’art roman, avec la reconstruction du cloître in situ dans les années 1950.Par conséquent, toute recherche sur Saint-Michel-de-Cuxa et sur les chapiteaux du cloître en particulier nécessite beaucoup de prudence et une profonde critique d’authenticité face à des reprises ou des copies contemporaines.

bis00007699c
Saint-Michel-de-Cuxa, cloître (crédit photo CESCM-Durand)

L’intérêt focalisé sur Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps éclipsé d’autres sites tout aussi fascinants. Il en est ainsi pour l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech, laquelle compte parmi les ensembles monastiques majeurs de la Catalogne médiévale. Les documents d’archives attestent de la puissance et du rayonnement de la première fondation bénédictine de la région (vers 780), témoignage de l’architecture et de l’art claustral des XIe-XIVe siècles. L’église se démarque dans le paysage monumental par sa polarité occidentale, dont l’aménagement ne résulte d’aucune nécessité topographique mais peut-être d’une construction antérieure datant du IXe siècle et d’exigences liturgiques propres au culte des reliques des saints Abdon et Sennen.

bis00016690
Arles-sur-Tech, plan (crédit photo Ministère de la Culture et de la Communication, STAP 66- Raphaël Mallol

Si les premiers travaux historiques et archéologiques datent des années 1954 et 1955 avec le Congrès archéologique de France tenu en Roussillon, puis avec les études menées par Marcel Durliat sur le monument et son décor sculpté (Roussillon roman, Zodiaque, 1958, rééditions jusqu’en 1986) et celles d’Yvette Carbonell-Lamothe et d’Henri Loreto (Le paysage monumental autour de l’an mil, Picard, 1987), il faut attendre les nouveaux résultats issus des découvertes réalisées dans le cadre du projet collectif dirigé par Géraldine Mallet avec l’appui du laboratoire de Lattes (UMR 154, CNRS-UPV-MCC). Quatre campagnes de fouilles et d’études du bâti, réalisées de 2001 à 2004, un colloque tenu en 2013 à Arles-sur-Tech ainsi que des publications universitaires ont approfondi les connaissances sur l’ancien monastère. Actuellement, la base Romane offre 79 fiches référentes à autant d’images relatives à l’architecture et au décor monumental de l’église roussillonnaise.

Trois sites majeures pour la peinture monumentale ont également bénéficié d’une valorisation dans Romane. Il s’agit des églises de Saint-Julien d’Estavar (91 fiches, 91 images), de la chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar (97 fiches, 191 images) et de Saint-Nazaire-de-l’Écluse-Haute dans la commune des Cluses (59 fiches, 97 images). Comme pour tout site indexé, chaque image est décrite par une série de mots-clefs, permettant de repérer les occurrences d’un sujet, d’un thème ou d’un motif parmi des milliers d’images. Au-delà de l’aspect pratique de la constitution de séries thématiques autorisées par la rigueur de l’indexation à partir du TIMEL, celle-ci permet une analyse détaillée de chaque image et de l’espace dans lequel elle s’insère.

Estavar, abside (crédit phoho CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Estavar, abside (crédit photo CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)

Enfin, parmi les sites majeurs de la région, on ne peut omettre Le Boulou (18 fiches, 18 images) dont il ne subsiste aujourd’hui que l’ensemble du portail attribué au Maître de Cabestany plaqué sur la façade occidentale d’une église postérieure, Saint-Génis-des-Fontaines avec la Chapelle de Cabanes (2 fiches, 2 images) et le monastère Saint-Michel (43 fiches, 59 images), célèbre pour le linteau de la porte d’entrée daté de 1020.

Les perspectives à moyen terme concernent la mise en œuvre de la visite virtuelle de l’ensemble de ces sites, ainsi que l’indexation d’Elne et du cloître de Serrabone (commune de Boule-d’Amont), deux bijoux de l’art monumental roman dont le fonds iconographique, consultable à la photothèque, est riche pour le premier de 141 clichés noir/ blanc et de 109 clichés numériques issus de la collection Leonet-Bastien et pour le second, de 92 clichés noir/ blanc, de 67 diapositives et de 102 clichés numériques issus de la même collection.

[1] Mission en cours de réalisation pour l’ensemble des sites indexés jusqu’à présent.

Arrêt sur images (1) : la Bourgogne sur la base de données Romane

Depuis sa mise en ligne en octobre 2012, la base de données Romane du CESCM a été profondément enrichie par de nouvelles notices consacrées à l’art roman. L’important projet de numérisation et d’indexation permet, progressivement, une meilleure visibilité du patrimoine médiéval à travers la richesse du fonds photographique de la Photothèque. Si les régions sont encore inégalement couvertes par l’indexation, le corpus d’œuvres et d’édifices de l’actuelle Bourgogne a récemment été amplifié par le traitement de plusieurs sites (Vézelay, Autun, Anzy-le-Duc, Montceaux-l’Étoile et Saint-Julien-de-Jonzy). Bien sûr, la simple lecture de ces noms de lieux rend visible au moins une lacune, celle de l’absence de Cluny dont les photographies sont, pour l’instant, uniquement accessibles à la Photothèque. Pour chaque édifice, la base de données met à disposition des utilisateurs les photographies anciennes conservées à la Photothèque, mais également les clichés numériques récemment acquis par le service. Notons que les sites présentant un décor sculpté conséquent sont accompagnés par des plans, insérés dans chaque notice, facilitant la localisation des œuvres et donc, les études sur la place de l’image au sein du décor et des potentiels réseaux iconographiques.

Vézelay, portail central, tympan, détail d'un apôtre (cliché M. Angheben/CESCM)
Vézelay, portail central, tympan, détail d’un apôtre (cliché M. Angheben/CESCM)

Parmi les grands noms de la sculpture romane bourguignonne, l’ancienne abbatiale Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (Yonne) s’impose par l’envergure de son architecture et son ensemble exceptionnel d’œuvres sculptées. L’importance du site justifie le nombre de notices présentes sur Romane et l’abondance des photographies (283 notices, 1196 images). L’église actuelle remplace un premier édifice carolingien qui, vraisemblablement, ne suffisait plus à accueillir les pèlerins. La dédicace des parties orientales de la nouvelles église est réalisée en 1104 par l’abbé Artaud et l’incendie survenu en 1120 marque le début de la reconstruction de la nef puis de l’édification de l’avant-nef, vers 1140-1150. Si la richesse iconographique et stylistique du grand portail de la nef n’est plus à présenter, on remarquera que les nombreux détails photographiques du tympan et des caissons présents sur Romane exaltent la finesse et la diversité des drapés, le traitement des visages et le mouvement des personnages.

Parmi les chapiteaux de la nef et de l’avant-nef, certains se distinguent par la rareté de leur iconographie et plusieurs sujets sont figurés deux fois. Dans le foisonnement des scènes hagiographiques se trouvent, entre autres, le miracle de saint Martin faisant abattre le pin sacré des païens ou encore une scène bien davantage représentée qui est la conversion de saint Eustache (que l’on retrouve notamment à Autun). Le chapiteau du voyage de Tobie et de l’archange Raphaël suivi par Tobie rendant la vue à son père est un bel exemple de scène vétérotestamentaire très peu figurée.

Vézelay, Tobie et Raphaël, tribunes de l'avant-nef (cliché S. Biay/CESCM)
Vézelay, Tobie et Raphaël, tribunes de l’avant-nef (cliché S. Biay/CESCM)

La cathédrale Saint-Lazare d’Autun (Saône-et-Loire), autre grand nom de l’art roman bourguignon a été élevée entre 1120 et 1146 à l’initiative de l’évêque Étienne de Bâgé  et du duc Hugues II de Bourgogne. Ce n’est cependant qu’en 1195 que l’édifice fut élevé au rang de cathédrale, date marquant le partage des offices religieux avec la cathédrale Saint-Nazaire. Un ensemble de 701 photographies réparties dans 174 notices est présent sur Romane. Comme pour le portail de Vézelay, le tympan du Jugement dernier exécuté par Gislebertus présente une très bonne couverture photographique.

Autun, portail central, Jugement dernier (cliché S. Biay/CESCM)
Autun, portail central, Jugement dernier (cliché S. Biay/CESCM)

À la différence de Vézelay où les scènes vétérotestamentaires et hagiographiques étaient majoritaires, à Autun de nombreux chapiteaux sont figurés de scènes de la vie du Christ. Parmi les œuvres du chœur et du transept, plusieurs d’entre elles appartiennent au cycle de l’Enfance tel le chapiteau du songe des Mages.

Autun, songe des Mages, croisée du transept (cliché Leonet-Bastien/CESCM)
Autun, songe des Mages, croisée du transept (cliché Leonet-Bastien/CESCM)

L’ancienne église priorale d’Anzy-le-Duc (Saône-et-Loire), autrefois placée sous le vocable de la Trinité et actuellement dédiée à Notre-Dame-de-l’Assomption, semble avoir exercé une grande influence artistique dans le sud de la Bourgogne au début du XIIe siècle. De fondation carolingienne, l’édifice roman a été érigé entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle. La base Romane propose 149 clichés et 68 notices. La sculpture de la nef et des espaces liturgiques constitue la majeure partie du décor (trois ateliers distincts), mais on remarquera également la présence d’une Ascension du Christ peinte dans l’abside (fortement restaurée au XIXe siècle). Le portail situé au sud de l’enceinte de l’ancien prieuré présente un décor très riche mettant en scène deux épisodes du Péché Originel, l’Adoration des mages et la séparations des Élus et des Damnés. Les liens stylistiques et iconographiques avec le portail de l’église Sainte-Marie-Madeleine de Neuilly-en-Donjon sont ici, non négligeables (site indexé sur Romane).

Anzy-le-duc, portail de l'enceinte, Adoration des Mages (cliché M. Angheben/CESCM)
Anzy-le-duc, portail de l’enceinte, Adoration des Mages (cliché M. Angheben/CESCM)

L’église Saint-Pierre-et-saint-Paul de Montceaux-l’Étoile (Saône-et-Loire), de taille très modeste, dépendait du prieuré d’Anzy-le-Duc. La base de données Romane propose 30 photographies intégrées dans 11 notices. Érigé durant la première moitié du XIIe siècle, l’édifice se distingue par la richesse de son portail. Le tympan et le linteau sont sculptés dans un seul bloc de pierre et représentent l’Ascension du Christ. Sur les chapiteaux et coussinets du portail se déploient des sujets souvent mis en relation avec les œuvres de Vézelay et d’Autun. Le faune brandissant une fronde rappelle celui d’Autun ou encore la faunesse de Vézelay.

Montceaux-l'-étoile, portail, faune (cliché M. Angheben/CESCM)
Montceaux-l’-étoile, portail, faune (cliché M. Angheben/CESCM)

Enfin, l’église Saint-Julien de Saint-Julien-de-Jonzy (Saône-et-Loire) fut construite entre le second et le troisième quart du XIIe siècle. La base Romane propose 29 clichés et 11 notices. Le portail, en avant-corps, est composé de pilastres cannelés et de colonnettes surmontées de chapiteaux. Sur le tympan et le linteau, sculpté dans un seul bloc, apparaît le Christ en gloire, la Cène et le Lavement des pieds. La sculpture du portail est à mettre en relation avec celle de l’église Saint-Fortuné de Charlieu.

Saint-Julien-de-Jonzy, portail, linteau, Lavement des pieds et Cène (cliché M. Angheben/CESCM)
Saint-Julien-de-Jonzy, portail, linteau, Lavement des pieds et Cène (cliché M. Angheben/CESCM)

La base de données Romane est en constante évolution afin de répondre aux besoins des utilisateurs. L’importance du fonds photographiques de la Photothèque implique une mission de grande ampleur, engagée depuis plusieurs années et portée sur la numérisation et l’indexation. La progression des campagnes d’indexation favorise les recherches précises grâce au thésaurus de Romane et permet la constitution de corpus en architecture ou en iconographie.


Lien vers Romane

Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.