Archives par mot-clé : Moyen Âge

The Late Middle English ‘Lucydarye’

dIS-9782503540825-1Stephen Morrison

 The Late Middle English ‘Lucydarye’

Turnhout : Brepols, 2013. – 141 p. (Textes vernaculaires du moyen âge – TVMA 12)

ISBN: 978-2-503-54764-0

This book offers the reader a textual comparison of the 14th-century French Second Lucidaire and the late Middle English translation Lucydarye.
The Lucydarye is a late Middle English manual of popular instruction, largely religious in its orientation, though including lengthy discussions of witchcraft, demonology, and meteorological phenomena. There is a strong interest in pastoral instruction. Set in the form of a dialogue between a magister and his discipulus, it is an over-literal translation of a fourteenth-century French text known as the Second Lucidaire, itself a free adaptation of the Latin Elucidarium, traditionally attributed to Honorius Augustodunensis (Honorius of Autun). The translation is the work of one Andrew Chertsey. The Middle English text, edited here for the first time (from a Wynkyn de Worde print), bears striking similarities to other, popular works of an encyclopaedic nature, notably Sydrak and Bokkus and the Pricke of Conscience. Equally, there are many points in common with the sermon literature of the time. The Lucydarye is printed alongside the French source so as to allow the reader both to appreciate points of obscurity in the text and to observe Chertsey’s translation technique. A discussion of the relationship between the Lucydarye and the various versions of the Second Lucidaire throws some light on the complicated textual tradition of the French prints

Soutenance de thèse de Pierre Courroux, CESCM (6 décembre 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 6 décembre 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse L’écriture de l’histoire dans les chroniques de langue française (XIIe-XVe s.). Les critères de l’historicité médiévale, présentée par Pierre Courroux pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction d’Édina Bozóky et de Claudio Galderisi.

Composition du jury : Jean-Claude Schmitt (président du jury), Élisabeth Van Houts, Jean-Jacques Vincensini, Francine Mora-Lebrun (excusée), Édina Bozóky, Claudio Galderisi.

La critique moderne a bien souvent fait preuve d’une grande sévérité à l’égard des chroniqueurs de langue française du Moyen Âge. Discrédités parce qu’ils avaient une approche littéraire de l’histoire, ils ont, à maintes reprises, été jugés incapables d’objectivité et de compréhension des événements qu’ils décrivaient. Pierre Courroux est non seulement parvenu à démontrer que ces chroniqueurs étaient pleinement conscients de leur démarche, mais il a aussi réussi à réconcilier la littérature et l’histoire dans une thèse aux qualités nombreuses : les membres du jury ont souligné, entre autres, l’efficacité de la démarche adoptée et du plan, le sérieux de la méthodologie employée ainsi que la grande capacité du candidat à manipuler des concepts historiques, littéraires et philosophiques, en trois années seulement. Ces qualités ont valu à Pierre Courroux d’obtenir la mention très honorable et les félicitations du jury.Bataille_Stirling_Froissart

L’entreprise de Pierre Courroux était à la fois novatrice et risquée : il a tenté, à partir des œuvres de cinq auteurs médiévaux (Benoît de Sainte-Maure, Philippe Mousket, Jean d’Outremeuse, Jean Froissart et Enguerrand de Monstrelet), de comprendre la démarche et la pratique de l’écriture de l’histoire du XIIe au XVe siècle. Afin d’y parvenir, il a consacré la première partie de sa thèse à identifier le cadre théorique dont disposaient les historiens médiévaux. La terminologie employée par ces auteurs français pour désigner le genre auquel appartient leur texte est alors nébuleuse, mais l’étude menée dans cette partie démontre que leur démarche est principalement fondée sur l’historiographie antique : écrire l’histoire est avant tout un exercice littéraire (mais sérieux !).

La deuxième partie de cette thèse vise à dessiner une histoire évolutive de l’historiographie française du XIIe au XVe s. par le biais d’une analyse de la vie et de l’œuvre des cinq auteurs et du contexte dans lequel ils ont évolué. Ces cinq exemples offrent autant de nuances de l’historiographie médiévale par la diversité de leur style, de leur forme et de leur contexte de création. Cependant, un point fondamental rassemble ces œuvres : elles entretiennent toutes d’étroites relations avec l’écriture romanesque. Dès lors, Pierre Courroux a choisi de valoriser la polygénéricité à l’œuvre au sein de ces textes qu’il a classés dans deux catégories, proto-romanesque ou proto-chronique. Ces récits, influencés par le roman et l’histoire, font partie de ce que l’auteur de cette thèse a nommé « diasystème chronico-romanesque ».

La troisième partie définit les critères de l’historicité médiévale. Les chroniqueurs médiévaux n’hésitaient pas à recourir à la fiction. En effet distincte du mensonge, elle ne s’opposait pas alors à la vérité de l’écriture historique. Au contraire, à leur sens, elle permet de ménager une cohérence et une vraisemblance lorsqu’ils ne parvenaient pas à expliquer les événements et leur causalité. Ces historiens veillaient tout de même à cadrer leur imagination et leurs inventions, puisqu’ils sélectionnaient attentivement leurs sources afin de garantir la véracité de leur texte et sa fiabilité. La fiction, créant de la vraisemblance, était pour eux un moyen d’accès privilégié à une vérité supérieure plus proche de la vérité absolue, divine. Cette partie démontre également que les chroniqueurs utilisaient par ailleurs divers procédés rhétoriques et stylistiques (amplification, recours aux effets de réel et au merveilleux) dans un but d’instruction et d’édification : la fiction constituait un mode d’appropriation du passé pour qu’il soit compris dans le présent.

Cette réflexion est alimentée par un riche travail proposant en annexe un répertoire chronologique de l’ensemble des œuvres historiques de langue française – avec le parti-pris d’écarter l’hagiographie et la chanson de geste – et des tableaux et cartes géographiques localisant la production historiographique en fonction des périodes étudiées. Des index par auteurs anciens et modernes, œuvres et personnages constituent un outil précieux pour se repérer aisément dans ce travail de plus de 650 pages.

Cette thèse, rendant tout leur mérite aux historiens médiévaux trop souvent sous-estimés, répond à de nombreuses questions concernant les liens entre histoire et littérature, entre vérité, fiction et mensonge. Ce travail ouvre de nouvelles perspectives et pourra être élargi à une étude comparative entre l’historiographie française médiévale et antique, et pourra se poursuivre à travers l’étude d’autres chroniqueurs médiévaux.

Enquêtes croisées : les coulisses de l’ouvrage collectif sur la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

Claude Andrault-Schmitt, pourquoi avoir choisi ce titre Enquêtes croisées ?

J’ai voulu créer une démarche différente de celle de la publication d’actes de colloques, en ne juxtaposant pas les contributions, mais en modulant chacune en fonction des autres, et en fonction des échanges par groupes avec les auteurs d’autre part.

Ve-03d
Clocheton sud et « gros clocher » (cliché Éva Avril/CESCM)

On peut parler d’enquêtes croisées car certaines opinions ont été modifiées en cours de route ; par exemple, des groupes de 5 ou 6 personnes sont montés plusieurs fois dans les combles, afin de comprendre quelle avait été l’intention du premier architecte pour la conception de la toiture : ce débat a donné lieu au chapitre 22, qui a été rediscuté sans arrêt par la suite. Les opérations d’archéologie des combles – la lecture de ces espaces a été mise en place par Marie-Thérèse Camus, et la démarche est en quelques sorte spécifique à l’équipe du CESCM «Le monument religieux et son décor » – ont elles aussi modifié les avis. Le chapitre 21 est quant à lui le résultat d’une analyse archéologique complète de la charpente avec relevés, je vous en reparlerai.

Il y a eu aussi des échanges entre auteurs : la note 3, p. 154 donne une idée des réflexions de bon sens qui ne nous apparaissent pas au premier abord.

Cb2-01
Voûtes orientales du vaisseau central dans les combles (cliché Éva Avril/CESCM)

J’avais écrit que les procédés de restauration des voûtes actuelles ne pouvaient révéler les techniques médiévales, en raison de la différence des outils et des matériaux, mais c’est aussi parce qu’une restauration ne concerne jamais qu’un compartiment de la voûte, qu’il faut donc étayer très fortement, alors qu’au moment de la construction on monte tout en même temps, assise après assise.

Enquêtes croisées parce que de nouveaux chapitres, non prévus à l’origine sont apparus, comme le chapitre 20 sur les gargouilles et le système d’évacuation des eaux de pluie.

Géographiquement aussi, car nous avons fait appel à des collègues angevins et lyonnais pour qu’ils présentent leurs propres monuments et que l’on échange sur ce qui se faisait à la même époque en matière d’édifices religieux à Angers ou Lyon (chap. 24 et 25).

BTsN-mN-Mo-02
Visage grimaçant du bras nord, mur nord
(cliché Éva Avril/CESCM)

Plusieurs chapitres sont collectifs, certains avec un auteur principal entouré de ceux qui l’ont aidé, c’est donc bien une enquête croisée. La collaboration s’exprime aussi dans les notes, avec des remerciements pour les idées avancées mais aussi quelques remarques qui montrent que le débat n’est pas clos …

À qui s’adresse cet ouvrage ?

C’est un projet attaché à une équipe scientifique, enregistré dans la programmation du CESCM depuis plus de 10 ans, mais pour lequel l’aspect grand public se devait d’être essentiel et se fait de deux façons :

J’ai d’une part préféré organiser régulièrement des journées d’études ouvertes au public – parmi lesquelles une journée à l’Espace Mendès France de Poitiers, sur les techniques de construction – plutôt qu’un colloque. Mon second souhait était de faire un bel objet, pas trop onéreux et c’est ce qui a été le plus difficile : faire « un beau livre » tout en essayant d’approfondir, objectif que je me suis d’ailleurs fixé pour l’écriture de mes précédents ouvrages sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers1 et Saint-Martial de Limoges2

Nous n’avons pu réaliser cet ouvrage que grâce à quelques financements complémentaires : la conservation régionale des monuments historiques (CRMH) de la Direction régionales des affaires culturelles (DRAC) du Poitou-Charentes et un mécénat de la Mutuelle de Poitiers. Je vous parlais en début d’entretien des relevés, CRMH est aussi intervenue pour financer les missions archéologiques et a profité du projet autant que des programmations de travaux de restauration pour commander des relevés lasergrammétiques (plans et coupes enfin justes) (chap. 1 et 14). Voir par exemple le relevé de façade page 123, qui est très parlant et passe bien à l’édition. C’est aussi par l’intervention des professionnels que l’on peut parler d’enquêtes croisées.

Vous disiez précédemment que le débat n’est pas clos, on a une réelle impression de travail évolutif, de « work in progress » lorsque vous nous parlez de cet ouvrage :

Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva  Avril/CESCM)
Atlante entièrement peint (sud) (cliché Éva Avril/CESCM)

C’est vrai et l’enquête n’est pas finie. Par exemple, nous pensions il y a deux ans pouvoir publier les peintures murales du bras sud du transept, mais le calendrier de restauration n’a pas permis qu’elles soient dégagées (chap. 29). Un autre exemple concerne les vitraux (chap. 28), puisque le travail de ce chapitre s’est fait en même temps que l’enquête du Corpus vitrearum (UMR rattachée à Paris IV qui publie des inventaires et des monographies), sur les vitraux en Poitou-Charentes.

Nous avons de plus souhaité travailler avec des chercheurs confirmés mais aussi avec de jeunes chercheurs qui venaient de soutenir leur thèse et qui se sont vus confier un chapitre (chap. 32, 37 et 38). Cet ouvrage a été également l’occasion de publier le contenu de thèses inédites (chap. 5, 31 et 34).

Quels sont les liens avec l’axe de recherche que vous dirigez au CESCM ?

Parmi les 26 auteurs, 15 sont membres du CESCM. Cette entreprise est liée au projet « Le monument religieux et son décor », à l’intérieur de l’axe «  Territoires, monuments et techniques », avec des caractéristiques existant depuis les années 90 :

– l’intégration complète de jeunes chercheurs,

– une interdisciplinarité notoire,

– un intérêt particulier pour la lecture des combles,

– la collaboration avec des professionnels comme la CRMH et également l’architecte en chef des monuments historiques,

– la volonté de fournir de belles photos pour faire connaître les œuvres, grâce au travail d’Éva Avril pour ce qui concerne la cathédrale.

Il faut savoir que de nombreuses photos ont révélé des détails qu’on ne connaissait pas, soit pour les procédés de construction (chap. 18), soit pour découvrir de la peinture sur les clefs de voûte (chap. 36 et 37), soit pour faire ressortir des détails toujours à contre-jour en temps normal (chap. 30).

L’architecte (satlle) (cliché Éva Avril/CESCM)
L’architecte (stalle) (cliché Éva Avril/CESCM) 

À tel point où nous avons fait un chapitre sans texte (chap. 33) avec les clichés des sculptures non étudiées.

On peut préciser que les droits d’auteurs reviendront à l’association « Faire connaître les monuments médiévaux de l’Ouest », qui a avancé de petites sommes pour permettre les rencontres entre les auteurs, grâce aux droits d’auteurs touchés pour les précédentes publications sur Notre-Dame-la-Grande de Poitiers3 et la cathédrale de Tours4 : ainsi nous réinvestissons les (petits) bénéfices d’une opération dans la suivante.

En conclusion, je dirais que c’est une monographie, mais le sous-titre implique une originalité ; l’articulation des parties a été volontairement « provocatrice » dans l’ordre accordé aux chapitres. Et comme je le note dans l’introduction de l’ouvrage « … le sous-titre Enquêtes croisées est à prendre à la lettre. De nombreuses questions se sont entrechoquées au cours de discussions, dans le monument, autour d’une table ou par internet, avant même la relecture mutuelle des chapitres. Si bien que nous avons pris un grand plaisir à l’exercice. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il soit partagé… »

  1. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, Paris : Picard, Poitiers, CESCM, 2002,344 p. []
  2. Claude ANDRAULT-SCHMITT, Saint-Martial de Limoges : ambition politique et production culturelle, Xe-XIIIe siècles, actes du colloque tenu à Poitiers et Limoges du 26 au 28 mai 2005 au CESCM, Limoges : PULIM, 545 p. []
  3. Claude ANDRAULT-SCHMITT et Marie-Thérèse CAMUS, Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, ibid. []
  4. Claude ANDRAULT-SCHMITT, La cathédrale de Tours, La Crèche : Geste éditions, 2010, 291 p. []

La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées

couv_Cathedrale_Poitiers-b5ca6Ouvrage collectif, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt

La cathédrale Saint-Pierre. Enquêtes croisées

Niort : Geste éditons, 2013 – 408 pages

ISBN : 978-2-36746-156-4

 

[4e de couv.]

Résolument pluridisciplinaire, cette monographie de la cathédrale gothique de Poitiers réunit des enquêtes lancées depuis plusieurs années au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, université de Poitiers/CNRS). Issu des interrogations actuelles sur les chantiers médiévaux, appuyé sur des campagnes photographiques qui ont dévoilé des détails insoupçonnés, l’ouvrage explore des domaines aussi divers que l’architecture, la mise en œuvre des parois et des voûtes, les marques lapidaires, la charpente, les stalles, les vitraux, la peinture, la sculpture… De sa genèse à sa publication, il s’est enrichi d’échanges et de discussions « croisées » entre spécialistes de sensibilité différente et s’inscrit naturellement dans le présent de la recherche et des découvertes.

Les chapitres sont regroupés en neuf parties. Chacune est introduite par une présentation résumant questions, hypothèses et conclusions, si bien que le lecteur pourra choisir telle ou telle séquence : espérons que, chemin faisant, il sera tenté par l’ensemble des analyses qui soulignent l’intérêt exceptionnel de cet édifice singulier.

Claude Andrault-Schmitt est professeure d’histoire de l’art médiéval à l’université de Poitiers. Elle dirige au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale l’axe de recherche Territoires, monuments et techniques.

Entre autres articles et ouvrages sur l’art roman ou l’art gothique, elle a publié récemment, chez le même éditeur, La cathédrale de Tours1

Les principaux Auteurs :

Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Sébastien Biay, Yves Blomme, Brigitte Boissavit-Camus, Karine Boulanger, Marie-Thérèse Camus, Vincent Debiais, Frédéric Épaud, Robert Favreau, Bénédicte Fillion-Braguet, Yves Gallet, Laurent Hablot, Claudine Landry-Delcroix, Fabrice Mandon, Chiara Piccinini, Bertrand Pilot, Daniel Prigent, Nicolas Reveyron, Markus Schlicht, Cécile Treffort, Eliane Vergnolle

 

  1. ANDRAULT-SCHMITT Claude, La Cathédrale de Tours, Niort : Geste éditions, 2010, 291 p []

[Appel à communication] Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014

Le document et sa fonction : une clef de lecture des sociétés antiques et médiévales ?

Cette journée d’étude est destinée aux jeunes chercheurs et est organisée par Janua, l’association des étudiants antiquisants et médiévistes rattachés aux laboratoires HeRMA et CESCM et à l’Université de Poitiers.

Chester Beatty XII, Greek manuscript of the Book of Enoch, 4th century.
Chester Beatty XII, Greek manuscript of the Book of Enoch, 4th century.

Fondamentale pour définir le rôle d’un document dans une société, la notion de fonction mérite une réflexion sur les enjeux de sa définition.Les dictionnaires de la langue française stipulent qu’une fonction est une « action particulière d’une chose dans un ensemble » (Robert, 2010).

Cependant, il peut être utile de distinguer les fonctions initiales d’un document, c’est-à-dire les effets souhaités lors de sa réalisation ou de sa mise en œuvre, des rôles qui ont pu lui être assignés au cours du temps.

Les fonctions doivent assurément être différenciées des usages qui, parfois imprévus et souvent plus nombreux, dépassent couramment les vocations initiales de l’objet.

Lorsqu’une fonction a été identifiée, on peut également affiner l’analyse en cherchant ce qui, à l’intérieur de celle-ci, relève de la norme (définie par une communauté, intégrée par chacun de manière plus ou moins inconsciente et complète) et ce qui relève de l’intention (finalité consciente recherchée par l’individu ou le groupe d’individus à l’origine du document). Cette réflexion sur la raison d’être d’un artefact peut intervenir à toutes les étapes de la recherche : lors de la définition du sujet (choix d’un type de source), au cours de l’analyse (vérification d’hypothèses antérieures, élaboration d’une typologie), en conclusion (résultats). Bien qu’incontournable, le recours à la notion de fonction pose de nombreuses questions méthodologiques.

Les fonctions d’un document étant rarement explicitées par son créateur, il importe alors de déterminer comment le chercheur peut les établir. Pour cela, il doit disposer d’informations sur l’environnement matériel de son objet d’étude (lieu de production et de réception) mais aussi sur son environnement culturel (autres productions intellectuelles, connaissances techniques, pratiques sociales associées).

Mais comment corréler ensuite la connaissance du contexte avec les caractéristiques internes d’un document (matériau, forme, décor, contenu sémantique) sans glisser vers la sur-interprétation ?

À quel point peut-on connaître l’intention de l’auteur d’un objet ou d’un texte ?

Colonne Trajanne, Forum de Trajan, Rome.

Une fois ce minutieux examen achevé, il reste à établir la place que doit occuper ce type d’interprétation au sein d’une étude. Les fonctions reconnues pour un document ou pour un ensemble de documents sont-elles communes à d’autres types de sources ? Sont-elles nécessairement complémentaires ou peuvent-elles être indépendantes, voire contradictoires ? Sont-elles représentatives d’un discours normatif ou de pratiques isolées ? Ont-elles varié selon les époques ? Sont-elles plus importantes que les significations portées par un document ou que les pratiques qu’il a suscitées ? Suffisent-elles pour révéler la pluralité des usages qui ont pu se développer autour de l’objet étudié ?

L’objectif de cette journée d’étude est de favoriser l’échange de réflexions sur la méthodologie, afin de contribuer à l’élaboration du discours scientifique sur les périodes antiques et médiévales. Les participants devront donc s’appuyer sur les résultats de leurs recherches pour nourrir leur argumentation, mais les présentations n’auront pas pour but premier de divulguer une synthèse de leurs travaux.

Maiestas : détail des anges et évangélistes, Montoire-sur-le-Loir (Cliché Eva Avril).
Maiestas : détail des anges et évangélistes, Montoire-sur-le-Loir (Cliché Eva Avril).

La communication est ouverte à tout jeune chercheur (étudiants en Master, doctorants et docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans), spécialisé en sciences humaines ou expérimentales, qui travaille sur les civilisations antiques ou médiévales. Les communications réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées dans les Annales de Janua. Un comité scientifique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs veillera à la sélection des propositions de communication (orale puis écrite) et accompagnera les jeunes chercheurs dans une démarche de publication scientifique.

Les demandes de renseignements complémentaires et les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse suivante : assoc_janua@hotmail.fr. Il est demandé un résumé de 250 mots max. ainsi qu’un curriculum vitae.

Date limite des candidatures : 31 janvier 2014, 18 heures.

Date de la rencontre : jeudi 3 avril 2014

Lieu de la rencontre : Poitiers

Durée des communications : 20 à 30 minutes

Comité scientifique :