Archives par mot-clé : Moyen Âge

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.

Soutenance de thèse d’Elena Sasu, CESCM (22 mars 2014)

Poitiers, MSHS, Salle Mélusine, samedi 22 mars 2014, 14h.

Soutenance de la thèse Les sermons moyen-anglais du manuscrit ms. Bodley 806 : Édition et étude, présentée par Elena Alexandra Sasu pour l’obtention du doctorat en langues et littératures anciennes, sous la direction de Stephen Morrison.

Cliché B. Royer/CESCM
Cliché B. Royer/CESCM

Composition du jury : Fabienne Toupin (présidente du jury), Stephen Morrison, Susan Powell, Veronica O’Mara, Jean-Louis Duchet.

Le travail d’édition de textes médiévaux est l’âme et le cœur de la recherche de l’équipe des anglicistes du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM). La thèse soutenue par Elena A. Sasu répond à l’intérêt, mais aussi à la nécessité de rendre accessible aux chercheurs, et à toute personne intéressée, la littérature et la culture médiévales. Le manuscrit du xve siècle, Oxford, Bodleian Library, ms. Bodley 806, renferme un cycle dominical de sermons en moyen-anglais qui, jusqu’à aujourd’hui, n’avait fait l’objet d’aucune édition. D’une lecture syntaxique difficile, ce manuscrit est le témoin unique d’une collection de sermons où le compilateur semble sympathiser avec le mouvement lollard. L’originalité du sujet et la difficulté du travail ont été reconnus par le jury, ce qui a valu à Elena Sasu la mention très honorable.

Là où certains chercheurs jugent que l’édition de textes est une tâche ennuyeuse et sans intérêt scientifique, Elena Sasu, dans l’introduction et le second chapitre, met en valeur non seulement la responsabilité de l’éditeur mais également les difficultés qu’il affronte face au document médiéval. Ainsi, la fatigue ou le désintérêt des scribes quand ils copient le même texte à plusieurs reprise donnent souvent de malheureux résultats : des omissions, des répétitions, des sauts du même au même, etc. Pour l’éditeur, ces manques d’attention ne sont pas sans répercutions car ils peuvent rendre le texte difficile, voire incompréhensible. L’éditeur doit donc être attentif à toutes ces « imperfections », comme les nomme Elena Sasu, afin de proposer des émendations et une ponctuation convenables.

Le troisième chapitre de la thèse porte sur le lien entre ms. Bodley 806 et le mouvement « hérétique » des lollards, mouvement religieux qui est né en Angleterre au cours du xive siècle. Le caractère orthodoxe radical de cette collection des sermons témoigne de la réaction d’une communauté savante contre les abus commis par l’église catholique à l’aube de la réforme protestante. Elena Sasu a signalé l’utilisation récurrente d’un lexique identifié comme étant lollard, et révélant la sympathie du compilateur de ces sermons pour la « vraie foi ». Néanmoins, le compilateur reste ambigu quant à l’utilisation du mot « lollard », vraisemblablement à cause de persécutions contre les partisans de ce mouvement.

Enfin, dans la quatrième et dernière partie, Elena Sasu présente de manière détaillée la description et l’histoire du manuscrit, accompagnées d’une analyse linguistique très développée. Elle est suivie d’un chapitre concernant le compilateur, ainsi que les sources ayant donné origine au cycle des sermons, notamment les sermons et la Bible wycliffites, Nicholas de Acquaville, Cheriton ainsi que les autorités patristiques. Elle explique pour finir les conventions éditoriales utilisées pour l’édition. Le tout est accompagné par des notes explicatives, un glossaire et des index.

L’édition des manuscrits médiévaux peut être comparée à l’archéologie : elle découvre petit à petit les différentes strates (dans ce cas du texte, de la syntaxe, du lexique, etc.) pour révéler les trésors cachés d’une société et d’une époque. En effet, l’édition des textes médiévaux est primordiale pour étudier et mieux comprendre le Moyen Âge. Le ms. Bodley 806 ouvre beaucoup de questions sur les lollards et les changements des croyances religieuses de l’Angleterre médiévale du xve siècle.

Corpus Scriptorum Ecclesiasticotum Latinorum (CSEL), a Monastic Manuscript Project

A list of all texts appearing on the first 55 volumes of the Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum (Vienna) with hyperlinks each text on the Internet Archive. This page is part of the the Monastic Manuscript Project (CSEL)

Links to all volumes of the Acta Sanctorum, Loeb, Mansi, MGH, Patrologia Latina, Patrologia Gaeca and Patrologia Orientalis.

990_banner

The Monastic Manuscript Project is a database of descriptions of manuscripts that contain texts relevant for the study of early medieval monasticism, especially monastic rules, ascetic treatises, vitae patrum-texts and texts related to monastic reforms. It provides lists of manuscripts for each of these texts, which are linked to manuscript descriptions. The purpose is to offer a tool for reconstructing not only the manuscript dissemination of early medieval monastic texts but also to give access to the specific contexts in which a text appears.

The database supports current edition projects and draws attention to understudied texts and the transmission of fragments, excerpts and florilegia. It is designed to facilitate the work of students and scholars who are interested in the history and reception of texts and who want to work with manuscripts rather than rely on modern editions.

Most pages provide links to a number of web resources, such as manuscript catalogues, online texts and translations, digitized manuscripts and repertoria. Manuscript descriptions are usually based on published manuscript catalogues and secondary literature. It hopes to  replace these often incomplete and inaccurate descriptions with new ones that are based on hands on studies of the manuscripts themselves.

The Monastic Manuscript Project is conceptualized as a ‘Wiki’ project. Every student or scholar who works on monastic manuscripts is invited to contribute new manuscript descriptions, to fill in gaps and to submit additions and corrections to existing pages. Eventually the project will become a forum for collaborative work and the presentation of new research.

The database currently can be searched for authors, texts, manuscripts, incipits, genres, and provenances. Other inquiries, about scripts or on CLA numbers, for example, can be carried out with the site search function (below).

Contact : For questions, additions, corrections and contributions to our database, please send an email to Albrecht Diem at adiem@maxwell.syr.edu

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale de Université de Heidelberg, de passage au CESCM (mars 2014)

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Heidelberg, profite de la pause des cours en Allemagne, entre le premier et le second semestre 2014, pour mener des recherches au CESCM.

Pourquoi avoir choisi Poitiers pour passer ce mois de mars ?

Le CESCM occupe une place importante dans ma vie académique. En 1996-1997, j’ai quitté l’Université de Bamberg où j’étudiais l’histoire, pour une année Erasmus à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers. J’ai alors rencontré à Poitiers, Monsieur Robert Favreau (Professeur honoraire du CESCM/Université de Poitiers), qui m’a suggéré d’envisager de choisir les évêques sous le roi Jean sans Terre comme éventuel sujet de maîtrise. Cet avis n’est pas resté sans conséquences substantielles. Dans le cadre d’un Master of Philosophy en 1997-1998 à l’Université de Birmingham (Royaume Uni), j’ai commencé à travailler sur les relations d’Henri II et les évêques de ses principautés continentales. J’ai repris ce sujet pour mon doctorat en histoire médiévale à l’Université d’Oxford, que j’ai réalisé à Christ Church College entre 1999 et 2003. Cette thèse a été publiée sous le titre Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 114012301. Au cours de mes recherches, j’ai de nouveau profité du CESCM et notamment de vos travaux et conseils, Martin Aurell (CESCM/Université de Poitiers) et vos études et colloques ont énormément contribué à faire progresser la connaissance de la maison d’Anjou et de ses domaines.

peltzer_joerg_160x200Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Oxford ?

Après des séjours, brefs mais enrichissants, en tant que boursier aux Instituts Historiques Allemands de Londres et de Paris en 2003, j’ai été élu research fellow à Peterhouse, Cambridge. Je suis retourné en Allemagne en 2004 où j’ai obtenu un poste à peu près comparable à celui d’un maître de conférences à l’Université de Heidelberg : j’y suis devenu professeur en 2012.

Votre installation à Heidelberg a-t-elle marquée une inflexion dans vos sujets de recherche ?

Mes recherches ont alors pris une nouvelle voie. J’ai travaillé sur les comtes palatins du Rhin, des personnages très importants de l’Empire romain germanique à la fin du Moyen Âge, qui m’ont fait réfléchir sur la configuration et la dynamique des ordres politiques et sociaux en Europe à l’aube de la modernité. Grâce au Emmy Noether-programme de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) (« Fondation allemande de recherche », l’équivalent allemand de l’ANR en France) et à un Starting Grant de l’European Research Council (2008–2014)2, j’ai eu la possibilité de fonder l’équipe de recherche Rang und Ordnung/RANK dont le but est de traiter de la formation des élites princières du Bas Moyen Âge, surtout dans l’Empire, l’Angleterre et la France. La méthode est comparative et interdisciplinaire3. Elle se penche en particulier sur les manifestations ostentatoires de sa domination depuis le vêtement jusqu’à l’architecture.

L’équipe de recherches RANK définit le « rang » comme l’identité sociale d’un individu dans une société hiérarchique et donc comme une catégorie centrale pour analyser le comportement et les stratégies des acteurs et, par conséquent, sur l’ensemble de l’ordre social4. L’équipe (deux historiens et deux historiens de l’art) s’est centrée sur une analyse du rang dans les armories (Thorsten Huthwelker, désormais au Generallandesarchiv Karlsruhe), sur l’architecture princière anglaise – et, dans un cadre plus limité, allemande –  (Maximilian Wemhöner, Université de Heidelberg) et sur l’architecture princière française (Géraldine Victoire, maître de conférences à l’Université de Montpellier). J’ai moi-même abordé, dans une perspective comparatiste, le rang princier en Angleterre (earls, marquis, ducs) et dans l’Empire (princes impériaux, électeurs) aux XIIIe et XIVe siècles.5

Quelle méthode utilisez-vous pour étudier le « rang princier » ?

Je m’intéresse, entre autres, aux actes de promotion au rang princier (les chartes nous font comprendre les justifications officielles, les facteurs du rang princier et les actes d’investiture nous en apprennent par conséquent beaucoup sur la relation entre le roi et le prince), la position des princes aux tribunaux (ce qui nous apporte de nouveaux éléments sur la relation roi-prince, mais aussi sur la perception des princes comme un groupe à part), leurs stratégies matrimoniales (reflet du degré des différences sociales entre les nobles), les assemblées (car c’est surtout à ces occasions que l’ordre du rang est établi) et évidemment les signes du rang (les sceaux, les titres, les vêtements, leurs usages, leurs développements, etc.). En ce qui concerne le rang princier dans l’Empire les résultats de ces recherches viennent d’être publiés dans mon livre Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Entwicklung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert6.

En cela, vous rejoignez à nouveau les centres d’intérêt des médiévistes de Poitiers…

Après les Plantagenêts, le CESCM croise encore de façon significative le chemin de mes recherches. Vos travaux, Monsieur Aurell, sur la noblesse et la famille médiévale sont bien connus. Vous avez été dès le début un partenaire de l’équipe RANK. Les recherches de Laurent Hablot (CESCM/Université de Poitiers) sur les devises, les sceaux et les blasons sont elles aussi capitales sur ce sujet, et vous avez d’ailleurs tous deux participé dans le passé, aux colloques de l’équipe RANK à Heidelberg. Les sceaux en eux-mêmes, mais aussi comme porteurs d’armoiries, sont des marqueurs importants du rang ou des aspirations au rang. Ma communication du jeudi 20 mars 2014 à Poitiers, sur le sceaux en Angleterre et dans l’Empire, a cherché le comparatisme. Pendant mon séjour à Poitiers, le but est de poursuivre ces échanges fructueux, de profiter de l’expertise des uns et des autres sur la noblesse médiévale et ses signes, et surtout de mieux comprendre le développement français, de tester et de discuter les résultats de recherches de l’équipe RANK et trouver de nouvelles collaborations pour l’avenir.

Pour information, Jörg Peltzer interviendra le jeudi 26 juin dans le cadre des Semaines d’Études médiévales 2014 du CESCM pour une allocution intitulée Le rang comme catégorie d’analyse des actions des grands au bas Moyen Age.

Consulter son CV et sa bibliographie


 

  1. J. PELTZER, Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 11401230, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 2008, 329 p., and paperback 2012 []
  2. DFG : ‘Rang und Ordnung’: PE 1515/2-1; ERC : sous le VIIème programme-cadre de Recherche et Développement de l’Union européenne (FP7/2007-2013) /ERC Grant agreement n° 204905 (RANK). []
  3. Pour des informations plus détaillées sur l’équipe voir : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/index.html []
  4. Pour la définition du rang voir J. PELTZER, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert (RANK. Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa 2) Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013, pp. 22–31 []
  5. Dans la collection RANK, publiée chez Jan Thorbecke Verlag, sont déjà parus : T. HUTHWELKER, J. PELTZER, M. WEMHÖNER (eds.), Princely Rank in late Medieval Europe. Trodden Paths and Promising Avenues, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2011 (RANK.  Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa ; 1), 360 p. / J. PELTZER, Der Rang … (voir note 2) / Thorsten HUTHWELKER, Die Darstellung des Rangs in Wappen und Wappenrollen des späten Mittelalters, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013 (RANK. Politisch-soziale  Ordnungen im mittelalterlichen Europa 3), 224 p. Pour les publications de l’équipe voir les volumes de la collection RANK, publiés chez Jan Thorbecke Verlag : http://www.thorbecke.de/rank-c-310_138_413.html ; et les listes de publications des (anciens) membres de l’équipe : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/team.html []
  6. Voir le compte-rendu d’Annika PRÖBE, Review of Peltzer, Jörg, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein: Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert. H-Soz-u-Kult, H-Net Reviews. March, 2014. URL : http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=41330 []

Rafca Nasr à Poitiers, nous parle des peintures rupestres au Liban

Rafca Nasr vient de Byblos (Jbeil) au Liban, et effectue ses études sur les peintures murales du Moyen Âge au Liban. Nous l’accueillons au CESCM pour 6 mois, dans le cadre d’une convention de cotutelle avec l’Université libanaise de Beyrouth.

Cliché E. Avril
Cliché E. Avril

Rafca, parlez-nous de votre parcours universitaire :

J’étudie à l’Université Libanaise de Beyrouth, et suite à l’obtention d’un DES en Arts et Archéologie, j’ai souhaité préparer un doctorat en cotutelle avec Nada Helou (Université Libanaise de Beyrouth) et Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM), dont le sujet est « Le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban. La peinture rupestre ».

Vous avez déjà quelques belles expériences professionnelles …

J’ai acquis depuis 2009, une riche expérience dans le domaine de la restauration des peintures murales, à travers plusieurs expériences lors des interventions russes et polonaises :

– Restauration des fresques des églises d’Edde El Batroune et de Rachkida, avec la mission russe sous la direction de V. Sarabianov (mars/avril 2012)

– Restauration des fresques médiévales, avec la mission polonaise à Maad de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (juillet 2009)

– Restauration des fresques médiévales de l’église de Kfarhelda avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2010 et sept. 2011)

– Restauration des fresques médiévales des églises de Kfarhelda et d’Amioun, avec la mission polonaise de l’Université de Varsovie, sous la direction de K. Chmilewski (sept. 2013)

J’ai aussi effectué un stage de restauration de mosaïques en Syrie avec une équipe italienne, à Damas sous la direction de l’Ambassade d’Italie, en juillet 2010.

Ces découvertes de terrain m’ont permis de connaître relativement bien les aspects matériels et techniques des peintures murales et des mosaïques de pavement.

Cela nous amène à votre sujet de thèse …

 J’ai souhaité étudier le décor en peinture murale du Moyen Âge au Liban et plus précisément la peinture rupestre.

Parmi les vestiges médiévaux conservés au Liban, les églises forment un groupe important du patrimoine religieux et historique. Parallèlement à 3 types de plans d’églises construites en maçonnerie, il en existe un quatrième, celui de l’architecture rupestre. Ce dernier ne se plie à aucune règle, aucun schéma ou structure régulière, pour la simple raison que sa structure est organiquement rattachée à la configuration du terrain et à la forme de la grotte.

Les églises décorées de peinture, qui font l’objet de mon étude, sont concentrées sur le territoire du comté de Tripoli qui s’étend du sud de Byblos jusqu’au nord de Tripoli. Le Liban étant un pays montagneux, il est entaillé de vallées très profondes sur les flancs desquelles s’ouvrent des cavités rocheuses qui ont servi, au Moyen Âge, de refuge pour les chrétiens et plus spécialement pour les ascètes fuyant aux plaisirs de la vie matérielle. Ceux-ci trouvaient dans ces grottes l’endroit idéal pour leur solitude et leur union avec Dieu.

Monastère de la croix, Vallée Sainte (Liban / Cliché R. Nasr

La vallée de la Qadicha, qui signifie la Vallée sainte, située au nord du Liban, est la vallée la plus habitée au Moyen Âge : elle est parsemée de chapelles, de monastères et d’ermitages, tous situés à flanc de falaise. Un certain nombre de ces lieux de culte avaient les parois couvertes de peintures rupestres ; la majeure partie de sites étudiés remontent aux XIIe et XIIIe siècles. : Les grottes que j’étudie sont soit complètement nichées dans le rocher comme Mar Marina à Qalamoun, soit comme la chapelle de Kfar Chleiman taillées dans la roche, ou bien à moitié rupestres comme la plupart des sites. S’ajoutent aussi les églises construites en grande partie en maçonnerie mais ayant une petite partie rattachée ou s’appuyant sur un rocher.Me basant sur l’analyse de la peinture rupestre d’une quinzaine d’églises, mon objectif vise à étudier le décor des églises situées dans des endroits éloignés, difficiles d’accès, voire parfois inaccessibles. L’abondance des établissements rupestres à peinture témoigne de la vitalité de la région à l’époque médiévale et de sa vie religieuse.

Que souhaitez-vous faire ressortir de cette étude ?

Ma tâche consiste à élucider un côté resté méconnu dans l’étude des fresques médiévales du Liban, qui est celui de l’existence de cette peinture rupestre en tant que phénomène. Me basant sur l’analyse iconographique, liturgique, stylistique et comparative, j’aspire à trouver non seulement des influence et les interactions, mais aussi qui sont les personnes ayant contribué à la réalisation de telles peintures : est-ce les religieux eux-mêmes qui les ont exécutés, ou ont-ils fait appel à des artisans ? Pour qui étaient-elles exécutées, y a-t-il eu des donateurs laïques ou uniquement le clergé ? Il s’agit également de comparer ces peintures à celles reproduites dans des églises dites « plus ordinaires » et de spécifier s’il existait une peinture particulière pour les églises rupestres.

L’analyse doit s’appuyer sur des modèles issus principalement du patrimoine de l’art local, la peinture du Levant (chrétien et musulman) mais aussi de la koinè byzantine et du monde occidental des Croisés. L’approche avec les styles contemporains permet de repérer les points de convergence et de divergence avec le style de ces fresques rupestres. Cette étude devra mener à situer les peintures rupestres du Liban dans leur contexte artistique, religieux et historique, afin d’ouvrir une nouvelle page concernant l’histoire des fresques et les techniques utilisées dans la réalisation de ces œuvres d’art.

Gabriel, détail de l’Annonciation / Cliché R. Nasr

Vous êtes allée plusieurs mois « sur le terrain »

Avant de commencer le travail bibliographique, j’ai visité durant quatre mois la majorité des églises médiévales à fresque du Liban pour contempler et prospecter les compositions peintes. J’ai essayé d’identifier les figures et les scènes, parfois voilées sous une couche épaisse de crasse et de calcaire. Après la prise de notes et l’exécution de fichiers pour les différents éléments du décor, j’ai photographié les scènes et les détails représentés dans chaque église. Pour finir, j’ai rassemblé une bibliographie précieuse sur les fresques du Liban.

Quelles sont les raisons de votre venue à Poitiers ?

Je suis à Poitiers pour effectuer ma thèse de doctorat et travailler avec l’équipe de peintures murales du CESCM et je vais suivre une formation sur les relevés donnée par Carolina Sarrade, archéographe à la photothèque. Je vais faire un stage avec elle sur le terrain et apprendre ensuite la reprise informatique des relevés.

La pratique du relevé stratigraphique devrait m’offrir la possibilité d’acquérir une connaissance approfondie de l’œuvre. La réalisation du relevé conduit à reproduire les gestes du peintre et à mieux comprendre sa démarche et, lorsque le relevé est traité informatiquement, il permet de restituer les formes peu lisibles et de décomposer la stratigraphie, autrement dit les étapes du processus pictural ou les différentes interventions chronologiques sur une même image.