Archives par mot-clé : Moyen Âge

Poitiers au coeur de la civilisation médiévale

Le concept est séduisant. Deux semaines où se côtoient des professeurs spécialistes de l’histoire médiévales et des étudiants français et internationaux, autour de conférences de haut vol mais aussi de moments de convivialité. La volonté est de prendre le temps, de privilégier le dialogue et les échanges entre les participants. Les étudiants sélectionnés sur dossier de candidature et recommandés par leur directeur de recherche ont l’occasion unique de rencontrer plus d’une vingtaine de professeurs spécialistes dans des domaines très divers de la civilisation médiévale.

Jean-Pierre Brouard/CESCM
Jean-Pierre Brouard/CESCM

Qu’est-ce qui a pu réunir à Poitiers, pendant deux semaines, cinquante étudiants français et internationaux de 18 nationalités et des professeurs venus également de nombreux pays (Japon, Liban, USA…) ? La civilisation médiévale.

En effet, le CESCM organisait du 17 au 28 juin dernier, comme chaque année depuis 1954, les Semaines d’études médiévales, un cycle de formations comprenant des conférences, des excursions et visités commentées proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.Le concept est séduisant. Deux semaines où se côtoient des professeurs spécialistes de l’histoire médiévales et des étudiants français et internationaux, autour de conférences de haut vol mais aussi de moments de convivialité. La volonté est de prendre le temps, de privilégier le dialogue et les échanges entre les participants. Les étudiants sélectionnés sur dossier de candidature et recommandés par leur directeur de recherche ont l’occasion unique de rencontrer plus d’une vingtaine de professeurs spécialistes dans des domaines très divers de la civilisation médiévale.

Parmi eux, deux professeurs, Lévon NordiGuian (Liban) et, Taiichiro Sugizaki ainsi qu’un stagiaire, Fernando Velazquez (Mexique), nous parlent de leurs semaines médiévales…

Lévon Nordiguian

levon-nordiguian2_1372926095005Lévon Nordiguian est actuellement directeur du musée de préhistoire de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, où il a enseigné pendant 23 ans. Il a axé son domaine de recherche sur les chapelles médiévales du Liban et plus particulièrement sur l’architecture des chapelles rurales du comté de Tripoli.

Qu’est-ce qui vous poussé à vous intéresser aux chapelles  de Tripoli ?
A vrai dire, ce n’était ni mon orientation ni ma spécialité. Il se trouve qu’une étudiante de Poitiers est venue me voir, il y a une dizaine d’années, parce qu’elle souhaitait faire un mémoire sur les fresques médiévales. Je lui ai servi de guide car voyageant beaucoup, je connaissais des chapelles rurales ornées de fresques. Mais je me suis rendu compte qu’on ignorait presque tout de ces chapelles.
J’ai donc écrit un ouvrage de vulgarisation qui a fait connaître ces chapelles rurales au grand public. Depuis, beaucoup d’études et de thèses ont été réalisées sur le sujet. Finalement, il y a un lien avec Poitiers grâce à cette étudiante rencontrée il y a 10 ans !

Quel est le sujet de votre conférence pendant ces Semaines d’études médiévales ?
Au Liban, il y a une tradition d’église, de grande architecture orientale comme les églises de croisés. Parallèlement à cela, il y a aussi une tradition locale,  de petites chapelles rurales, souvent situées dans des coins reculés. Je souhaite faire connaitre l’architecture de ces chapelles aux étudiants réunis à Poitiers.

Pourquoi, avez -vous souhaité participer aux Semaines d’études médiévales ?
Premièrement, parce que le CESCM est un centre prestigieux. Ensuite, il y a encore assez peu de personnes qui s’intéressent à ces chapelles, à travers leur architecture (contrairement aux fresques qu’elles comportent). Nous avons peu de références, les comparaisons sont difficiles à effectuer donc, le regard des autres et les échanges avec des collègues sont très importants pour moi.

Taiichiro Sugizaki

taiichiro-sugizaki2_1372926284016Taiichiro Sugizaki enseigne l’histoire médiévale occidentale à l’Université Chuo (Tokyo). Son intervention dans le cadre des Semaines d’études médiévales a porté sur le culte des saints et la collection des reliques à travers des sources de l’abbaye de Moissac.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous intéresser à l’abbaye de Moissac ?
Le Japon a un autre moyen Âge. Il y a beaucoup de similitudes mais aussi de différences entre cette même époque dans deux pays différents. Je travaille sur la comparaison entre les deux cultures. Par ailleurs, j’ai vécu à Toulouse pendant un an, période pendant laquelle, j’ai pu fréquenter l’abbaye de Moissac et les archives départementales. Depuis je développe mes recherches sur cette abbaye.

L’époque médiévale française doit être un sujet d’étude « original » au Japon ?
L’intérêt pour l’histoire française notamment religieuse augmente au Japon. Beaucoup d’étudiants font leur mémoire sur l’histoire médiévale notamment sur le sujet religieux.

Pourquoi, vous avez souhaité participer aux Semaines d’études médiévales ?
C’est ma 3e visite de Poitiers et la 2e au CESCM. J’avais déjà visité les monuments historiques de la ville et j’ai toujours aimé profiter de l’atmosphère médiévale de Poitiers. Les Semaines d’études médiévales sont particulièrement intéressantes, pour le contact avec les étudiants et les collègues. Je suis très satisfait des échanges que nous avons pu avoir et des questions qui m’ont été posées.

Fernando Velazquez

Fernando Velazquez est étudiant à l’Université nationale autonome du Mexique où il vient de finir sa licence d’histoire.

Comment avez-vous connu les Semaines d’études médiévales ?
C’est mon directeur de recherche, qui était déjà venu à Poitiers, qui m’a conseillé de venir participer à cet évènement.

Comment avez-vous vécu ces deux semaines ?
C’était pour moi, une opportunité de mieux connaître l’histoire médiévale directement sur place, en Europe et de partager autour de ce sujet. Au Mexique, il n’y pas d’institut dédié aux études médiévales.  Ce type de semaines de conférences est donc très intéressant. Cela m’a permis d’apprendre beaucoup sur cette époque et d’améliorer mon français.

Publié par Samuel Pivette sur le site de l’Université de Poitiers, le 5 juillet 2013.

Clôture des Semaines d’études médiévales avec la conférence de Luc Bourgeois

Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM
Cliché Jean-Pierre Brouard/CESCM

Luc Bourgeois, maître de conférences en archéologie médiévale à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, aborde le sujet des objets caractéristiques du mode de vie des élites autour de la question « Des objets de distinction. Peut-on identifier les élites médiévales grâce au mobilier archéologique ? ».

Luc Bourgeois a choisi de centrer son analyse sur les habitats des élites fouillés dans le nord-ouest de l’Europe pour la période comprise entre le IXe et le XIIIe siècle. Il emploie le terme d’élite dans une acception assez large, moins réductrice que les concepts d’aristocratie ou de noblesse.

Luc Bourgeois relève que les recherches archéologiques récentes ont révélé la grande diversité et parfois la discrétion de l’habitat des élites. Il n’est plus possible désormais de réduire cette catégorie à des formes architecturales simples (la motte, la structure palatiale, la maison forte, etc.), ni de la déduire uniquement des sources écrites. Puisque les structures et les textes ne suffisent plus toujours à qualifier le niveau social des résidents et qu’une certaine diversité peut apparaître à l’intérieur de chaque site au cours de son histoire, il va s’agir désormais de s’appuyer plus couramment sur le mobilier pour tenter de qualifier le statut des habitats et l’évolution de celui-ci à travers le temps.

Les méthodes permettant cette approches demeurent en grande partie à construire. Si la multiplication des grands décapages au cours des dernières décennies a fortement renouvelé notre connaissance du plan des habitats médiévaux, cette approche extensive se fait au détriment de la collecte d’un mobilier représentatif. D’autre part, l’étude du matériel archéologique privilégie surtout la céramique, les monnaies et les études paléoenvironnementales, au détriment d’autres catégories de témoins qui constituent parfois de meilleurs marqueurs chronologiques et sociaux (les accessoires de vêtement, par exemple). Fournir des catalogues exhaustifs de mobilier lui parait constituer le préalable indispensable à toute analyse socio-économique qui ne soit pas bâtie sur des a priori.

Il plaide pour l’établissement de typologies élargies au-delà des vestiges archéologiques et qui intègreraient également les objets attestés à travers l’iconographie et les textes. Luc Bourgeois explique ensuite en quoi une telle approche permettrait de mieux évaluer la nature des collections étudiées et les biais taphonomiques qu’elles présentent. Elle inviterait aussi à mieux utiliser les notions de rareté et de luxe et à tenter d’approcher la hiérarchie des objets telle qu’elle était appréhendée au Moyen Âge. Enfin, elle amènerait à raisonner sur des systèmes techniques et non sur des fragments archéologiques, en d’autres termes sur le fonctionnement du harnais plutôt que sur la typologie des fragments de mors.

Après le traitement des données, qui pourrait donc être largement amélioré, vient l’étape de tous les dangers, celle de l’interprétation sociale du mobilier. La littérature archéologique entretient souvent l’idée que tel objet constitue un marqueur élitaire parce qu’il est unique ou rare dans la collection étudiée, ce qui ne prouve pas qu’il était précieux ou particulièrement symbolique pour ses propriétaires médiévaux. Un autre travers courant consiste à instituer une hiérarchie sociale sur la base d’une lecture fonctionnelle très conventionnelle du mobilier archéologique. En effet, les conceptions de la société médiévale plaquées sur les vestiges demeurent souvent grossières, utilisant souvent la théorie trifonctionelle, représentation de la société qui stérilise toute analyse. Et Luc Bourgeois va même plus loin : en utilisant ce cadre, l’archéologue s’interdit dès l’abord d’apporter des données originales – celles que fournissent ses sources – aux débats collectifs sur la stratification sociale, ou plutôt sur ce que nous pouvons en percevoir à travers la culture matérielle, c’est-à-dire la manière dont cette stratification est transcrite dans les apparences et les comportements mais aussi dans les niveaux de richesse. Certains concepts sociologiques, comme les Stände de Max Weber ou la distinction de Pierre Bourdieu, paraissent plus opératoires.

Luc Bourgeois esquisse ensuite un inventaire des différentes formes de distinction que peut illustrer le mobilier archéologique médiéval : différences qualitatives ou quantitatives, lois somptuaires et contrôle de l’innovation et de la production des objets de luxe, distinction par amélioration du commun, formes originales d’usage des objets dans l’espace, distinction privée opposée à la discrétion publique des « prétendants », etc. Il montre comment la hiérarchie des matériaux et des techniques connait des fluctuations importantes au fil des siècles, obligeant les élites à renouveler constamment les objets de distinction qui se sont vulgarisés.

Après ces quelques pistes permettant de lire des différences, il pose une dernière question : quels sont les acteurs que documentent les assemblages de mobilier archéologique que nous qualifions d’élitaires ? Luc Bourgeois tente de synthétiser les limites d’une l’approche purement archéologique par cette définition : « Chaque ensemble de mobilier ne révèle qu’une fraction de la culture matérielle d’un groupe d’habitants souvent hétérogène, perçue globalement sur plusieurs générations et illustrant presque exclusivement les activités masculines. »

À condition de disposer d’informations systématiques, l’apport de l’archéologie se limite donc à élaborer des grilles de lecture de la culture matérielle permettant de caractériser globalement des niveaux de richesse et de distinction, de mesurer l’évolution interne de chaque site ou de comparer différents habitats. À défaut de pouvoir écrire la biographie d’individus médiévaux, l’archéologue peut donc restituer la trajectoire sociale d’habitats et d’objets.

 Une belle leçon de méthode de Luc Bourgeois avant son départ pour l’Université de Caen à la rentrée prochaine

 

La préservation de la mémoire monastique et les conflits sociaux au Moyen Âge : le cas des  »Chroniques anonymes » de Sahagún

Abside San Tirso
Abside San Tirso

Au Moyen Âge, le monastère dédié aux martyrs Facond et Primitif se trouvait à Sahagún, l’une des principales villes hispaniques du chemin de Saint-Jacques. Ce centre religieux bénédictin, gros producteur de documents écrits, nous a légué un important fonds d’archives dans lequel se trouvent deux chroniques, dites « anonymes », grâce auxquelles nous pouvons aujourd’hui étudier les stratégies médiévales de l’écriture.

La suite de l’article de Charles Garcia  dans Microscoop (journal de la Délégation CNRS Centre limousin Poitou-Charentes) de juillet 2013. Un colloque sur ce sujet a été organisé en mai 2013 au CESCM.


[8-13 juillet 2013] Journées romanes, Saint-Michel de Cuxa

Association Culturelle de Cuxa
Association Culturelle de Cuxa

XLVes Journées romanes (8 au 13 juillet 2013).
Abbaye Saint-Michel de Cuxa (Sant Miquel de Cuixà).

 

 

 

Le portail roman – XIe-XIIe siècles. Nouvelles approches, nouvelles perspectives.

Programme

Cette année, 2 conférenciers du CESCM seront présents  aux Journées romanes de Saint-Michel de Cuxa :

Cécile Treffort (CESCM) – Le portail de l’église comme porte du Ciel : autour de quelques tympans inscrits d’époque romane (mardi 9 juillet à 9h)

Marcello Angheben (CESCM) – Visions actuelles et eschatologiques : les théophanies des portails romans (mardi 9 juillet à 15h30)
Suivi d’une conférence d’étudiants à 17h, Le portail occidental de la cathédrale de Pampelune : de l’anonymat au mythe Esteban. Histoire d’une attribution controversée et L’architecture de Sainte-Foy de Conques : éléments de réflexions à 17h30

Soutenance de thèse de Maria Godlevskaya, CESCM (21 juin 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 21 juin 2013, 13h30.

Soutenance de la thèse Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale du Mans. Aspects iconographiques et stylistiques, présentée par Maria Godlevskaya pour l’obtention du doctorat en histoire de l’art médiéval, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt (Poitiers) et d’Alexei Rastorguev (Moscou).

Composition du jury : Claude Andrault-Schmitt, Marcello Angheben, Bruno Boerner (président du jury), Elena Efimova, Claudine Lautier, Alexei Rastorguev.

Les vitraux du XIIIe siècle de la cathédrale Saint-Julien du Mans forment l’un des plus importants ensembles authentiques de l’époque gothique qui soient presque entièrement conservés de nos jours, mais aucune monographie ne leur avait été consacrée. C’est désormais chose faite avec les deux riches volumes (étude et annexes – bibliographie, pièces d’archives, illustrations) qui composent ce travail de recherche, débuté en 2006 et pour lequel Maria Godlevskaya avait bénéficié d’une bourse de thèse en cotutelle (Poitiers-Moscou) du Gouvernement français.s200_maria.godlevskaya

Au fil d’une démarche menée en trois grandes étapes, c’est l’identité propre des vitraux du XIIIe siècle situés dans les chapelles rayonnantes, le déambulatoire supérieur et les fenêtres hautes du chevet de la cathédrale, qui se dévoile, et leur « portrait » que brosse l’auteur.
La présentation du cadre architectural et du contexte socio-économique et politique de création met en évidence le rôle qu’ont pu jouer l’évêque et le chapitre, commanditaires directs des œuvres, dans le chantier de la cathédrale, ainsi que la translation des reliques de saint Julien en 1254 (date-clé des sources) dans la réalisation de l’ensemble vitrée.
L’histoire des restaurations, qui plonge au cœur des archives du XIXe au XXe siècle, et plus particulièrement la critique d’authenticité des vitraux constituent la pièce majeure de cette recherche, saluée à l’unanimité (l’auteur avait fournit sur clé USB la critique d’authenticité de toutes les verrières étudiées et le corpus complet des photos).
Les aspects iconographiques, puis stylistiques de la vitrerie sont ensuite exposés plus succinctement, précédés par une réflexion sur les datations (entre 1230 à 1270 environ). Au « désordre iconographique » souvent relevé, l’auteur pointe au contraire plusieurs principes selon lesquels l’unité du vitrage du chevet a pu être construite (thème marial et épiscopal, lien tissé autour de l’image du saint et de ses reliques). Précédent la conclusion, le chapitre intitulé les « choix d’exécution », dont celui des couleurs et des cartons, prolonge l’analyse stylistique.
De nombreuses comparaisons entre les ateliers des vitraux Manceaux avec ceux du diocèse, de Chartres, Bourges, Tours ou la Sainte-Chapelle de Paris, ainsi qu’avec d’autres arts (enluminures, sculptures, peintures murales de la même période) permettent de montrer leur place dans le corpus des vitraux français de l’époque, et plus largement les particularités et les points communs dans une chronologie plus vaste.
Comme le souligne l’auteur dans sa conclusion, les vitraux du chevet de la cathédrale du Mans sont une vraie mine qui recèle encore des trésors à découvrir. Le travail de Maria Godlevskaya pose à la fois des fondements solides et ouvre de nombreuses pistes prometteuses à explorer.