Archives par mot-clé : Moyen Âge

Carnets du CESCM

Le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM) est une unité de recherche (UMR 7302) relevant conjointement de l’Université de Poitiers et du CNRS, spécialisée dans l’étude interdisciplinaire du Moyen Âge (littérature, histoire, histoire de l’art, philosophie, musicologie, archéologie, etc.). Depuis sa fondation en 1953, le CESCM a constitué une très importante bibliothèque spécialisée sur tous les aspects du Moyen Âge et d’autres centres documentaires uniques en France, ainsi qu’une riche activité éditoriale (Corpus des inscriptions de la France médiévale, Photothèque et base Romane, revue Cahiers de civilisation médiévale). Pour assurer sa communication institutionnelle, le CESCM dispose d’un site web statique sous World Press : http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/

Avec Hypothèses, les « Carnets du CESCM » ont pour objectif de diffuser au quotidien les activités et les productions scientifiques du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Le carnet donne un reflet précis et exhaustif de la vie du laboratoire en mettant en valeur le travail des chercheurs, la richesse des activités éditoriales et les ressources offertes par les différents centres documentaires. Basé sur l’interaction entre chercheurs, membres permanents, visiteurs, étudiants et professionnels, le carnet diffuse et valorise les expériences scientifiques et humaines qui ont lieu au sein du laboratoire.

Les billets concernent l’actualité du CESCM, ses programmes de recherche, les colloques et journées d’études organisés à Poitiers ou avec la participation des membres, leurs publications et les actualités en matière d’Information scientifique et technique.

L’équipe éditoriale offre ainsi aux membres du laboratoire l’outil idéal pour assurer la visibilité de leur activité et le moyen de créer l’échange et l’enrichissement autour de leurs productions.

[17 au 28 juin] Semaines d’études médiévales 2013 – CESCM

Manifestation internationale interdisciplinaire organisée par le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers.

E. NAU / CESCM

Les Semaines d’études médiévales se tiendront du 17 au 28 juin 2013 à Poitiers. 

La conférence d’ouverture sera assurée par Piotr SKUBISZEWSKI.

 

 

 

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale de formation qui regroupe une quarantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers.

Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier. Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une cinquantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 2

Le printemps et ses nombreuses manifestations scientifiques !

E. NAU/CESCM
E. Nau / CESCM

Du 29 au 31 mai 2013 s’est tenu au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale le deuxième volet des rencontres sur les cinq sens au Moyen Âge organisées par Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France.Comme l’an passé, les conférences proposées par les intervenants venus de France, d’Europe et des États-Unis ont été passionnantes, abordant des aspects très différents de la perception sensorielle, de la conception des sens et de leurs implications sur la production des oeuvres d’art médiévales. Éric Palazzo a choisi, pour la seconde année consécutive, d’accorder à ses invités un temps de parole important (près d’une heure). Résultat : des présentations riches, argumentées, structurées ; des échanges nourris et des débats animés.

Par-delà l’excellence générale des conférences qui ont abordé les sens à travers les récits de pèlerinages (Jean-Marie Fritz), les textes politiques carolingiens (Geneviève Bürher-Thierry), les constructions architecturales de Saint-Bénigne de Dijon et de la cathédrale de Wells (Carolyn Malone), le texte et la musique des séquences (Christelle Cazaux), le son des cloches (Elisabetta Neri), etc., les trois temps forts de la manifestation resteront :

– la conférence inaugurale de Lynley Herbert, prononcée à la Médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, à propos des Évangiles de Sainte-Croix, manuscrit enluminé carolingien conservé à Poitiers ;
– la présentation des liens entre l’encens et les oeuvres d’art du haut Moyen Âge par Lawrence Ness (avec une démonstration très sensorielle !) ;
– l’étude des manuscrits enluminés présentant le rituel juif du Seder par Adam Cohen.

abbaye_sainte_croix

Certaines de ces présentations donneront lieu, comme l’an passé, à la publication d’un numéro spécial des Cahiers de civilisation médiévale.

Soutenance de thèse d’Estelle Ingrand-Varenne, CESCM (29 mars 2013)

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle des actes, vendredi 29 mars 2013, 14h30.

Soutenance de la thèse Langues de bois, de pierre et de verre. Histoire du langage épigraphique et de son passage du latin au français, présentée par Estelle Ingrand-Varenne pour l’obtention du doctorat en histoire médiévale, sous la direction de Cécile Treffort et de Cinzia Pignatelli.

Composition du jury : Pascale Bourgain, présidente ; Michel Banniard, rapporteur ; Pierre Chastang, rapporteur ; Daniel Rico Camps ; Cécile Treffort ; Cinzia Pignatelli.

Estelle Ingrand-Varenne a présenté ses travaux en soutenance publique. Son doctorat, consacré à l’analyse des aspects linguistiques des inscriptions médiévales des XIIe-XIVe siècles dans l’Ouest de la France (Bretagne, Pays-de-la-Loire, Poitou-Charentes), a été salué par les membres du jury pour la qualité de la présentation des deux volumes qui le composent, pour le sérieux des analyses, pour le nombre et la pertinence des intuitions et pour les perspectives qu’il offre pour le futur des études épigraphiques. Photo_Ingrand-Varenne_reduite-42966

Le travail d’Estelle Ingrand-Varenne propose un certain nombre de déplacements méthodologiques : 1) le passage de la notion de style épigraphique à celle de discours ; 2) le dépassement du clivage français/latin pour la langue des inscriptions ; 3) la réconciliation des approches linguistiques et paléographiques, trop souvent séparées en épigraphie.

Dans la thèse qui a reçu, à l’issue de la soutenance et d’une (très) courte délibération, la mention très honorable et les félicitations du jury, Estelle Ingrand-Varenne a fourni une grande quantité de résultats grâce à un très riche appareil théorique qui puise ses outils, sans jamais les accessoiriser, aux méthodes de l’histoire, de la linguistique, de la sémiologie, de la médiologie, etc. L’évolution des langues dans les inscriptions de l’Ouest n’est pas uniforme et les textes épigraphiques façonnent les contours d’usages langagiers particuliers, avec une pragmatique et une esthétique reposant sur des codes (la brièveté, l’emploi des formules, les déictiques) et des formes qui assurent l’exposition de l’écriture, la diffusion du message et la création d’une “langue épigraphique” entre latin et vernaculaire.

Certains des résultats de la thèse d’Estelle Ingrand-Varenne intéressent directement le projet ORIFLAMMS, notamment son versant linguistique, puisque l’auteur a étudié les phénomènes de séquenciation du texte par le blanc et la ponctuation, l’emploi distinctif des majuscules et la mise en voir des codes langagiers sur la page de pierre. Ce travail est tout à fait fondamental pour la suite de la recherche épigraphique en latin comme en français.