Archives par mot-clé : Moyen Âge

[Mai 2013] La nef de la chapelle de Plaincourault : relevé archéographique des blasons

Cliché Eva AVRIL / CESCM

En 2006, l’ensemble des peintures et les autels de l’abside de la chapelle de Plaincourault (Indre) ont fait l’objet d’une étude iconographique, stylistique et archéologique. Quatre panneaux peints représentant la Flagellation, la Crucifixion, la Vierge à l’Enfant et le Péché Originel, correspondant à l’époque romane ornent les pans de murs entre les baies.

De dimensions modestes, la chapelle de Plaincourault se compose d’un vaisseau unique de quatre travées et une abside semi-circulaire. L’ensemble de l’édifice possède un seul niveau d’élévation. Seules la façade et l’abside sont percées de baies. Le reste de la chapelle ne possède pas d’éclairage direct, laissant la place à des grands pans de murs propices au développement des peintures.

Conservés pour la plupart, les décors peints sont constitués de rehauts colorés soulignant l’architecture avec des motifs ornementaux, des sujets bibliques et profanes. L’ensemble a fait l’objet d’études qui ont permis de définir plusieurs phases de peintures situées entre les années 1170 et le XVème siècle.

En mai 2013, une nouvelle mission sur le terrain a été effectuée : les trois étapes chronologiques des peintures de la nef seront étudiées et mises en relation avec l’histoire de l‘édifice. Le but de cette intervention est de faciliter l’analyse chronologique d’une série de 6 armoiries peintes sur la travée droite du chœur : leur chronologie relative, leur identification et la proposition d’un résumé graphique permettront de retrouver leur état d’origine. Identifier chaque blason est essentiel dans l’étude de cette construction hospitalière et cette réflexion se fera grâce à la collaboration de Laurent Hablot (CESCM) responsable du Programme « Culture écrite, culture visuelle ».

Cette étude du décor sera complétée par d’autres sources d’informations autorisant la compréhension des différentes couches picturales : les dossiers de restauration, les rapports des prélèvements ainsi que l’examen direct des murs par une étude archéologique minutieuse effectuée à travers la réalisation des relevés.

Dans un premier temps, les peintures ont été observées à l’aide de loupes et d’un éclairage froid afin d’éviter toute altération des pigments. Ensuite, les traces de peinture parfois imperceptibles à l’œil nu, ont été reproduites fidèlement sur un film plastique fixé dans les enduits de consolidation modernes. Les calques seront numérisés et rassemblés sur ordinateur pour une reprise postérieure grâce à un logiciel de dessin vectoriel. Ce programme permet de travailler dans la gamme des couleurs identifiées sur place, grâce à un code de nuancier et reproduites sur un tirage papier. Ce traitement facilite l’analyse archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures et la possibilité de reproduire ces documents, ce qui rend leur consul­tation plus aisée.

La technique du relevé stratigraphique, met aujourd’hui à la disposition du chercheur une nouvelle méthode d’analyse. Elle implique d’une part une observation minutieuse des peintures sous un éclairage adapté visant à déterminer les étapes d’élaboration, la technique utilisée, et d’autre part, la reproduction entière ou partielle de l’œuvre à taille réelle sur un document dans lequel sont indiquées la stratigraphie initiale de la mise en œuvre et les interventions postérieures.

Pour les peintures en plus mauvais état, nous proposerons une restitution de leur état originel et le comblement de certaines lacunes iconographiques sans intervenir directement sur le mur. À l’échelle de l’édifice, cette démarche permettra de préciser la réalité humaine du chantier : la rigueur du travail, le nombre d’artistes, l’organisation et le déroulement des différentes campagnes. Enfin, les données concernant l’ensemble d’un cycle peint et son évolution sont susceptibles de fournir de précieuses indications sur la fonction du bâtiment et son évolution.

Le résultat de cette méthode présente l’avantage considérable de pouvoir décomposer le relevé en autant de calques qu’il y a d’étapes de mise en couleur, et de séparer les différents types de données. On pourra facilement ne visualiser que les blasons dans leur état initial, sans les interventions postérieures qui perturbent la lecture. Le relevé rendra visible ce que l’usure et la distance des parois ne permettent plus de voir. Il facilitera la lecture archéologique par la décomposition stratigraphique des peintures en donnant la possibilité de les reproduire à taille réelle.

La réalisation des relevés n’est pas systématique, le choix de scènes se fait dans le but d’une meilleure compréhension iconographique ou d’une meilleure lecture des scènes très effacées par le temps, c’est pourquoi nous avons également relevé une Vierge à l’Enfant XVème siècle presque disparue. Néanmoins, pour les scènes n’ayant pas été relevées, une fiche analytique a été élaborée afin de constituer une grille d’observations permettant de compléter l’étude dans son ensemble et de mieux comprendre les changements relatifs aux décors picturaux.

Une campagne de photos a également été réalisée par Eva Avril , celle-ci viendra s’ajouter aux clichés pris en 1998 (avant restauration), compléter la collection de la photothèque du CESCM et enrichir la Base Romane.


 

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir

Brepols
Sources : Brepols

Edition critique par Vladimir Agrigoroaei (sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel).

La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir (d’après le manuscrit de Londres, British Library, Royal 20 C II) –

Turnhout : Brepols, 2013. – 205 p. (Bibliothèque de Transmédie – BITAM, 1)

ISBN: 978-2-503-54878-4

Apollonius, roi de Tyr aussi bien que marieur au début du roman, fuit les hommes du roi d’Antioche qui veulent le tuer à cause de son interprétation d’une devinette que le roi lui a posée. Après avoir perdu tous ses biens dans un naufrage, il est recueilli par le roi de Cyrène, qui le charge d’instruire sa fille. La princesse tombe amoureuse de son maître jusqu’au point d’en être malade ; le roi apprécie beaucoup le jeune homme et par conséquent lui donne sa fille en mariage. C’est ainsi que les aventures du protagoniste du roman peuvent se poursuivre en suivant une autre pente. Le développement narratif est condensé dans toutes les versions latines, elles-mêmes étant des traductions supposées d’une version originale grecque. C’est en France toutefois que le roman eut le plus grand succès, car parmi les traductions en langues vernaculaires se trouvent aussi huit versions françaises.

La version que nous publions ici est une traduction assez fidèle du texte latin. Intitulée d’après l’incipit « La cronique et histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir », elle a été conservée dans un seul manuscrit, le Londres, British Library, Royal 20 C II.

Vladimir Agrigoroaei est diplômé de lettres classiques de l’Université de Bucarest en 2002 et docteur ès lettres de l’Université de Poitiers (2011), avec une thèse sur l’histoire des traductions en français au XIIe siècle. Il a collaboré à l’édition des trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traduction en français au Moyen Âge (Brepols, 2011) et a publié des articles concernant les traductions françaises médiévales et l’Apollonius de Gdansk.

Claudio Galderisi est professeur de langue et littérature française médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM – UMR 7302).

Pierre Nobel est professeur de linguistique romane à l’Université de Strasbourg (LILPA – EA 1339).

Réunion plénière du projet ANR ORIFLAMMS

Vendredi 21 juin, à l’IAngers Ato MRHT, a eu lieu la première réunion plénière du programme ORIFLAMMS (ANR Corpus et outils de la recherche en sciences humaines) dans lequel est engagé le CESCM. Elle a réuni l’ensemble des partenaires travaillant depuis février 2013 sur le traitement informatique des écritures médiévales sous la direction de Dominique Stutzmann, chargé de recherche au CNRS.

ORIFLAMMS (Ontology Research, Image Features, Letterform Analysis on Multilingual Medieval Scripts) analyse l’évolution des systèmes et formes graphiques des écritures d’un temps long (le Moyen Âge) selon leur contexte de production (écritures usuelles, diplomatiques ou livresques) et leur langue (latin ou vernaculaire). Il établit une ontologie des formes et une analyse des structures graphiques des écritures pour passer d’une approche linéaire (textuelle) à une approche visuelle (bi- et tridimensionnelle) pour répondre aux interrogations des linguistes, historiens des écritures (paléographes, diplomatistes et épigraphistes) et chercheurs industriels en reconnaissance des formes. [extrait du dossier ANR]

Cette réunion a porté sur plusieurs points : 1) la gestion et le déroulement administratif du projet ; 2) la constitution des différents corpus sur lesquels seront menées les opérations d’alignement et de traitement automatisé de la transcription ; 3) le bilan des premières semaines de travail sur les manuscrits de la Queste del saint Graal (à partir de l’édition faite à l’ENS de Lyon) ; 4) les développements à créer dans les prochaines semaines.

Les inscriptions médiévales – qui constituent la part la plus importante du travail fourni par le CESCM au sein d’ORIFLAMMS – représentent un vrai challenge technologique pour la détection automatique des lignes et un enjeu pour la TEI (rupture des lignes, enchâssement des textes, etc.). Ces analyses seront principalement menées sur les inscriptions médiévales de l’Ouest de la France.

Prochaine étape pour le CESCM : fournir le pannel de 400 images épigraphiques avant la fin de l’année. Au travail !

Les partages héraldiques au Moyen Age, réflexions et perspectives

Hablot(2013-06-20)Les 11 et 12 juin dernier se sont tenues à Poitiers les 3e journées d’études héraldiques consacrées cette année au thème des partages héraldiques. Une quinzaine de chercheurs européens, comptant parmi les meilleurs spécialistes actuels, se sont retrouvés pour confronter leurs analyses des diverses situations qui conduisent un même individu à porter dans ses armoiries celles conjointes de sa famille et d’un tiers : armes d’alliance matrimoniale, de fonction religieuse ou civile, d’affiliation politique ou communale, de prétention, mémoire d’une affinité vassalique, militaire, d’un lignage de la parentèle, distinction honorable, etc.La richesse des communications et des échanges a permis de souligner un certain nombre de points essentiels à la compréhension de ce phénomène qui concerne près de 10% des armoiries des XIVe et XVe siècle.

Cette rencontre a notamment confirmé l’étendue du sujet, la diffusion de la pratique et sa relative cohérence chronologique. Ces partages sont le reflet d’un système sémiologique parvenu à maturité, de sa volonté et de sa capacité de répondre aux besoins des hommes de ce temps en matière de représentation sociale et politique. Cette richesse et cette diversité imposent toutefois l’élaboration de définitions claires des situations de partages qui manquent encore à la science héraldique

Ces cas de partages révèlent également l’incroyable souplesse du système du blason qui joue littéralement avec les infinies possibilités d’un type de signes pourtant extrêmement codifié et encadré par des règles. Loin de traduire la sclérose de l’héraldique couramment dénoncée, ces partages en révèlent l’incroyable créativité. Cette inventivité impose toutefois à ses interprètes modernes de posséder un « œil » particulièrement exercé qui leur permettra d’identifier et de traduire les multiples combinaisons. Ces partages, parfois si subtils, confirment qu’il existe bien une véritable culture héraldique, un langage dont les contemporains ont dû plus ou moins maîtriser les clefs dans la mesure où ils étaient alors en totale immersion dans ce monde héraldique que nous nous efforçons de percevoir aujourd’hui.

Toutefois la variété des cas de figures présentés n’interdit pas de souligner un certain nombre de constantes. Ces partages ont à l’évidence comme fonction d’augmenter le caractère honorable des armoiries portées. Ils exposent publiquement un pouvoir, des droits – réellement exercé ou seulement revendiqués – une fonction honorable, un événement glorieux, une ascendance illustre, une affinité prestigieuse. C’est un outil de valorisation avant tout, une surenchère de l’honneur déjà contenu dans les armoiries. De ce fait ces combinaisons sont étroitement liées à la mémoire et contribuent à renouveler ou à susciter une lecture symbolique de ce signe emblématique. On ne doit donc pas s’étonner des nombreuses légendes familiales venues se greffer à l’époque moderne sur ces armoiries partagées.

Ces partages sont là pour nous questionner sur leurs raisons d’être et nous avons tenté, durant ces deux jours, de répondre de notre mieux à ce séduisant appel. Nous espérons vivement qu’une prochaine publication permettra au plus grand nombre de partager ces réflexions héraldiques !

 

 

Semaines d’études médiévales 2013 – Conférence de Martin Aurell

« Joyeuse », l’épée du sacre des rois de France, est le point de départ qu’a choisi par Martin Aurell, professeur d’histoire à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, pour commencer sa conférence sur « Le glaive : symboles et société » prononcée dans le cadre des Semaines d’études médiévales.

290px-Epée_JoyeuseAu cours de cet exposé, préambule à une recherche de grande envergure, Martin Aurell a proposé deux axes de réflexion : d’abord, un aperçu des mythes et des croyances anciennes, héritage culturel symboliquement riche sur lequel s’ancrent certaines pratiques sociales de l’épée au Moyen Âge ; ensuite, le discours de l’Église le glaive et ses usages.

La première partie de la conférence de Martin Aurell était consacrée à une approche comparatiste faisant dialoguer les mythologies grecque, latine, scandinave et germanique avec la littérature médiévale, principalement la matière arthurienne. En accordant une place importante au merveilleux (avec des découvertes surnaturelles d’épées, véritables talismans confiés à un héros qui s’identifie complètement à son arme), ces récits dénotent un attachement affectif très fort de la part du guerrier à son glaive, symbole de sa force et de sa légitimité, mais aussi de celles de son lignage. Offerte en gage, en garantie ou en cadeau, l’épée traverse le temps et l’espace de la fiction médiévale.

Dans un deuxième temps, et en partant de la belle plaque émaillée du tombeau de Geoffroy, aujourd’hui au Musée du Mans, Martin Aurell a analysé quelques-uns des discours produits par le milieu ecclésiastique sur l’épée, en particulier sur les épées mentionnées dans le Nouveau Testament et la naissance de théorie des deux glaives. Martin Aurell montre ainsi que l’épée des mythes est peu à peu christianisée. Elle acquiert un pouvoir et une fonction spirituels ; elle sert l’Église dans la propagation de la foi et la lutte contre les infidèles ou les hérésies.

Richement illustré, appuyé sur un dossier textuel très fourni, l’exposé de Martin Aurell a encore une fois démontré l’ampleur des connaissances de son auteur, notamment dans la matière littéraire, ses qualités d’orateur et la richesse des questionnements formulés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg