Archives par mot-clé : Moyen Âge

[13-15 juin] La formule au Moyen Âge 4

La formule au Moyen Âge 4 / Formulas in Medieval Culture 4

4e colloque international et interdisciplinaire

Dates  : 13-15 juin 2018

Lieu : CESCM – salle Crozet – 24, rue de la Chaine, Poitiers

(Salle 102 en Sciences Humaines et Arts, 8, rue Descartes, Poitiers, le 14 juin au matin, pour la session 3a)

CESCM-Photothèque-J.-P. Brouard

Le colloque international et interdisciplinaire sur la Formule au Moyen Âge a été fondé en 2010 par les médiévistes de l’équipe de recherche IDEA de l’Université de Lorraine (EA 2338 Interdisciplinarité Dans les Études Anglophones).

Depuis sa fondation, le colloque est piloté par Elise Louviot (actuellement maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Centre Interdisciplinaire de Recherche sur les Langues et la Pensée), mais chaque édition a été organisé par une équipe différente, sur des sites différents.

Pour sa quatrième édition, le colloque bisannuel sur la formule (GRENDEL–IDEA) a pour but de rassembler des médiévistes issus de toutes disciplines pour réfléchir à une dimension essentielle des discours et modes de représentations médiévaux : l’usage de formes régulières et reconnaissables partagées par une communauté, les formules.

CESCM-Photothèque-J.-F.Amelot

Mercredi 13 juin : Littérature

9h – Accueil

9h15 – Mot de bienvenue

9h30- 12h – Session 1 : Littérature et imaginaire religieux, présidée par Isabelle Battesti

9h30-10h / Catherine Le Denic (Univ. de Tours) = Poétique du vers formulaire dans Daurel et Beton, chanson de geste en langue d’oc du XIIe siècle.

10h-10h30 / Juliette Bourdier (Univ. de Charleston) = La formule, outil d’innovation dans la dialectique infernale.

10h30-11h / Cristina Azuela (Univ. nationale autonome du Mexique) = Les dyablies d’Eustache. L’emploi des formules dans le Roman d’Eustache le Moine.

11h-11h30 pause café

11h30-12h / Véronique Soreau (Univ. de Poitiers) = La formule dans l’art de guérir : la puissance des mots. Étude d’extraits en moyen-anglais des recettes médicinales des manuscrits Mss O.1.33 et R. 14.51, Trinity College Library, Cambridge.

14h-17h30 – Session 2 : Iconographie, épigraphie et naturalisme, présidée par Estelle Ingrand-Varenne

14h-14h30 / Juliette Thibault (Univ. de Poitiers) = Dichotomie entre tournures consacrées et motifs iconographiques, exemples du serment, de l’amour courtois et du tournoi. Entre expression individuelle et norme collective dans les manuscrits de la Vulgate arthurienne, XIIIe–XVe siècles.

14h30-15h / Natalia Petrovskaïa (Univ. d’Utrecht) = La formulation du monde tripartite entre encyclopédies et textes littéraires du Moyen Âge.

15h-15h30 / Edina Bozoky (Univ. de Poitiers) = Les formules apotropaïques : le pouvoir de la parole, le pouvoir des lettres.

15h30-16h pause café

16h-16h30 / Anna D. Russakoff (Univ. américaine de Paris) = Formulas for Animals? Animal Iconography in a Fable and in Bestiaries.

16h30-17h / Valérie Gontero-Lauze (Univ. d’Aix-Marseille) = A il herbe pour mal de teste ? Le style formulaire dans l’herbier du Livre de Sydrac.

17h-17h30 / Laurence Picano-Doucet (Université de Grenoble), Les énigmatiques épitaphes de la tombe de Lancelot : l’épigraphie au service de la magie et du secret dans le Chevalier à la charrette et le Lancelot en prose.

 

Jeudi 14 juin : Diplomatique

9h30-12h – Session 3 a : espace hispanique, présidée par Charles Garcia

(en salle 102 de la Faculté Sciences Humaines et Arts –

8, rue Descartes, Poitiers)

9h30-10h / Miguel Calleja Puerta (Univ. d’Oviedo) = Equum et rationabile est ut ea que venduntur… Extensión y usos de un preámbulo de memoria en el reino de León (siglos XII-XIII).

10h-10h30 / Leticia Agúndez (Univ. de Porto) = Libertad y continuidad formulística en los prefacios de los cartularios de Santa Cruz de Coimbra (siglo XIII).

10h30-11h pause café

11h-11h30 / Pilar Ostos Salcedo (Univ. de Séville) = Derecho es que se fagan lealmente. El formulario de los documentos notariales en Castilla.

11h30-12h / Adrián Ares Legaspi (Univ. de Séville) = La presentación gráfica de las fórmulas diplomáticas medievales en los escritorios de Santiago de Compostela en los siglos XIV y XV.

9h-12h – Session 3 b : espace européen, présidée par Stephen Morrison

9h-9h30 / Maria Cristina Cunha et Maria João Oliveira Silva (Univ. de Porto) = Le formulaire de la corroboratio dans les documents d’un cartulaire médiéval portugais.

9h30-10h / Adele Di Lorenzo (Univ. de Sienne) = Pro ratione officii nostri debemus. Les devoirs du Bonus Pastor dans les actes de l’évêque de Laon Barthélémy de Joux (1113-1151).

10h-10h30 / Gaël Chenard et Jean-François Moufflet (Archives de la Vienne et Archives nationales) = La formule capétienne au XIIIe siècle : la fin du discours ?

10h30-11h pause café

11h-11h30 / Florentin Briffaz (Univ. Lyon 2) = Formuler la prééminence du prince en Savoie (XIIIe–XVe siècles)

11h30-12h /Marco Conti (Univ. Lyon 2) = Formulaires et comptabilités. Les protocoles des registres comptables de la commune de Bologne (fin XIIIe–début XVe siècle).

Après-midi : découverte du patrimoine médiéval local, visite de Saint-Hilaire-le-Grand et de Notre-Dame–la-Grande par Cécile Voyer


Vendredi 15 juin : représentations artistiques et discours homilétiques

9h30-12h30 – Session 4 : iconographie, architecture et musique, présidée par Elise Louviot

9h30-10h / Élise-Annunziata Neuilly (Univ. de Bourgogne) = La notion formule/forme dans le champ iconographique des Vertus à l’époque médiévale

10h-10h30 / Frédérique Cahu (Univ. de Paris IV) = Le cycle peint des manuscrits enluminés des Décrétales de Grégoire IX, une formule figée ?

10h30-11h / Ekaterina Novokhatko, (Univ. autonome de Barcelone), « Le premier dimanche de l’Avent et l’évolution de sa formule iconographique dans les livres liturgiques en France (XIIIe–XVe siècles).

11h-11h30 pause café

11h30-12h / Krisztina Fehér, Brigitta Szilágyi et Balázs Halmos (Univ. de Budapest) = Interaction of Architecture and Mathematics in Medieval Times.

12h-12h30 / Margaret Dobby = Création et réitération dans le motet médiéval.

 

14h-17h30 – Session 5 : miracles et économie du salut, présidée par Edina Bozoky

14h-14h30 / Loula Abdelrazak (Univ. de Waterloo) = Répétitions, variations et différences dans les recueils de miracles.

14h30-15h / François Wallerich (Univ.  Paris-Nanterre) = Qui manducat et bibit indigne… (1 Cor 11, 29). Usages d’un verset de saint Paul dans les récits de miracles eucharistiques (XIe-XIIIe siècle).

15h-15h30 / Michael I. Allen (Univ. de Chicago) = La formule dans les lettres d’Éginhard et de Loup de Ferrières : interférences et extensions nouvelles

15h30-16h pause café

16h-16h30 / Anne Mathieu et Colette Stévanovitch (Univ. de Lorraine) = Les formules décrivant les chevaliers dans l’Alliterative Morte Arthur.

16h30-17h / Agnès Blandeau (Univ. de Nantes) = The formulaic designation of the Jewish figure in a miscellany of  Middle English texts.

17h-17h30 Conférence de clôture (Charles Garcia)

Voir l’affiche ICI

Voir le programme ICI

Voir les résumés ICI


Contacts

Elise Louviot elise.louviot@univ-reims.fr

Charles Garcia charles.garcia@univ-poitiers.fr

Stephen Morrison stephen.morrison@univ-poitiers.fr

 

      

Call for Papers = Categorising the Church II.

Categorising the Church II:

Clerical and monastic communities in the Carolingian World (8th-10th) /

Call for Papers

The Centre d’études supérieures de civilisation médiévale of the Université de Poitiers is happy to announce a workshop on 11-13 October 2018.

The main goal of this workshop will be to discuss the ordering of the Western Church between the middle of the 8th and the end of the 10th century.

Deux moines en confession abbaye de cadouin (galerie nord)

The Carolingian era has seen by many as a time when the Church became increasingly institutionalised. One of the main aspects of this development, exemplified by the series of councils held between 816 and 819, was a (re)definition of the canonical and monastic orders and the requirement for each community in the realm to comply either with the institutiones canonicorum and sanctimonialium or with the Rule of Benedict. Despite the influential works of J. Semmler or R. Schieffer, however, the real impact of these proposed reforms is still an open question, and from this perspective, the very notion of institutionalisation can also be questioned.

An initial meeting in Vienna in May 2017 focused on the way the court in Aachen took the initiative in formulating its grand vision of the Church in the early ninth century and on the textual reception of this effort. Based on these findings, which will be published in the course of 2018/9, this second meeting will explore the impact of these proposals on the ground.

It will do so by focusing on individual communities and tracing their evolution between the 8th and the end of the 10th or the early 11th centuries. By taking a longer time-frame and scrutinizing the transformations (or lack thereof) of communities rather than merely look for the local reception of the proposed reforms, it should be possible to reexamine this vital period and analyse:

1) to what extent certain local practices and experiments may have influenced the rules formulated at a central level, in what was probably a dynamic process of communication involving individual communities rather than purely the impetus from the court ;

2) whether or not 816/9 indeed constituted a pivotal moment in the history of the organisation of the Church and of ecclesiastical communities, and if it was ever experienced as such. Moreover, focusing on individual communities will allow us to explore further what differentiated, in practical terms and not from a normative viewpoint, canonical clerics from monks, sanctimoniales from nuns, and the extent to which any real difference existed between such categories for contemporary observers. One should indeed refrain from looking at those communities or analysing them through the very framework of the reformers, who aimed precisely at imposing one interpretation of what a canonical cleric or a monk (and their respective lives) should be.

Case Studies: Institutional Changes Within Local Communities

A first line of research will be to identify what characterizes religious communities on a concrete and institutional level, and what evolutions, if any, can be observed between the 8th and the turn of the 11th centuries, without prejudging a rupture at a specific point in time.

Focusing on case studies (a single monastery, a diocese or a region, located either in the heart of the Carolingian world or in a bordering area), three themes will be central in gauging how communities were organised and conceived of themselves as institutions:

1) the way they, and their individual members, dealt with property (renunciation of private property or not), its management (in common or not) and its distribution; 2) the self-imposed limits to communal life; 3) the organisation and the contents of the liturgy.

The underlying issue is the degree to which a given community self-consciously adhered to norms set « from the outside » (for instance, as prescribed by the councils of 816/9) or if it would (claim to) follow its own rules. The goal would also be to identify a set of criteria to help characterize Carolingian communities and to account for their diversity, beyond “monastic” and “canonical” categories. What defined a religious community in the Carolingian and post-Carolingian era is not as obvious as the discourse of the court would let us think. There were canonical communities where clerics did not live together inside a claustrum nor share meals, except on a few occasions: in those cases, what made a community seems to have been the practice of a choral liturgy and the existence of common property. Even for monks the sense of community or communal life might not be as clear as one would think by sticking to the model provided by such written rules as the Rule of Columbanus or Benedict. On these problems, the questionnaire elaborated by C. Violante and C.D. Fonseca could be used as an analytic template (even if it was intended for a later period)[1].

Discourse, Conflicts, Self-Representation

Another option would be to study the way communities conceived of themselves as institutions (canonical? monastic? something else?) and the rhetoric used to justify the adoption of new norms for living from one community to another, regardless of whether this happened in the immediate aftermath of 816-9 or later. In each case, a central question should be how a community understands and represents itself, and, if this self-understanding evolves in the course of such changes, what the vocabulary used to describe the community, among other things, is likely to reflect. To do so, however, later réécritures and their tendency to retrospectively « Benedictize » or « Canonize » communities and recounting of events often need to be deconstructed. Special attention will be paid to conflicts generated by the introduction of new rules, within communities as well as between them and their superiors.

Sources

A final, more methodological aspect of this workshop concerns the sources at our disposal for studying the transformations of religious communities during and after the Carolingian era. In addition to the obvious sources, such as chronicles, gesta or charters, what are the new insights that may grow out of hagiographical narratives, canonical collections, liturgical and musical handbooks? What about material remains – both archaeological, and those found within the manuscripts themselves? This last avenue of research proved to be particularly salient during the first meeting in Vienna, where it was made visible how manuscripts (rather than just their textual contents) could reflect canonical or monastic identities. The organisers of the Poitiers meeting would encourage people to continue on that path.

Proposals

You are invited to send a proposal for a 20-minute paper by 8 June at the latest. In order to be considered, please send a 300-word abstract to emilie.kurdziel@univ-poitiers.fr. Papers may be given in French or English.

Scientific committee :

Rutger Kramer

Emilie Kurdziel

Cécile Treffort

Graeme Ward

 

[1] C. Violante et C.D. Fonseca, « Questionario », dans La vita comune del clero nei secoli xi e xii. Atti della Settimana di studio : Mendola, settembre 1959, vol. 1, Milan, 1962, p. 494-536

Appel à contribution = Ordonner l’Église II.

Ordonner l’Église II :

Communautés cléricales et communautés monastiques dans le monde carolingien (8e-10e s.)

Appel à communication

 

Le colloque programmé les 11-13 octobre 2018 constituera le deuxième volet d’une réflexion comparatiste sur la question de la mise en ordre(-s) de l’Église en Occident entre la fin du 8e et la fin du 10e siècle.

L’époque carolingienne est considérée par beaucoup comme une phase d’institutionnalisation aiguë de l’Église, dont l’un des aspects serait la (re)définition, via les grands conciles de 816-817 et les capitulaires ultérieurs, des ordres monastique et canonique (ou « canonial »). La question de l’impact réel de l’effort qui consista à imposer comme seules normes de vie les institutiones canonicorum et sanctimonialium et la règle de Benoît reste pourtant largement ouverte, en dépit de travaux comme ceux de J. Semmler ou R. Schieffer et de ce point de vue l’idée même d’institutionnalisation peut être questionnée.

La rencontre tenue à Vienne en 2017[1] ayant permis de préciser le sens de la règlementation édictée à l’initiative du pouvoir central et d’évaluer sa réception textuelle, il s’agira d’interroger les effets (ou l’absence d’effets) concrets de cette régulation sur le terrain, en se plaçant au niveau des établissements, pour observer leurs évolutions entre le 8e et la fin du 10e ou les premières décennies du 11e siècle. À se focaliser uniquement sur la question de la réception de la norme dans la deuxième moitié du 9e siècle, on risquerait en effet de perdre de vue le fait que ces communautés avaient une vie propre, qui démarre bien avant 816-817. Le choix de changer de focale et de partir de l’observation des communautés elles-mêmes sur la longue durée devrait permettre de renverser la perspective et de préciser 1/dans quelle mesure certaines pratiques ou expérimentations locales ont pu précéder et inspirer la réglementation édictée au niveau central, qui n’en serait finalement que la normalisation, et 2/ à quel point 816-817 constitue ou non une inflexion majeure dans l’histoire de l’organisation de l’Église et des communautés ecclésiastiques. Mais l’enjeu sera aussi de progresser dans la connaissance de ce qui différencie dans les faits, au-delà des normes donc, les moines des clercs canoniques (ou « chanoines »). Il importe en effet de ne pas plaquer sur les communautés la grille de lecture des réformateurs, qui vise précisément à imposer une interprétation de ce que doit être un clerc canonique ou un moine, et leur mode de vie respectif.

Les communautés et leurs mutations institutionnelles (Études de Cas)

On pourra donc en premier lieu chercher à identifier ce qui caractérise les communautés ecclésiastiques et les changements (ou absence de changements) qui les affectent sur le plan institutionnel entre le 8e et le tournant du 11e siècle, sans préjuger d’une rupture en un temps donné. On procédera par études de cas, à l’échelle d’une communauté, d’un diocèse ou d’une région (qui pourrait se situer au cœur de l’espace carolingien ou dans une zone limitrophe), en se concentrant sur 1/ la question de la propriété (renoncement ou non à la propriété individuelle, possession et gestion en commun des biens de la communauté, division des menses, …) ; 2/ les modalités de la vie commune (permanente ou intermittente ; pratiquée par tous ou seulement par certains ; limitée au partage des repas ou incluant le sommeil, dans des maisons individuelles, des chambres ou cellules personnelles au sein d’un même bâtiment ou dans un dortoir commun, …) ; 3/ la liturgie, son contenu et son organisation.

La question sous-jacente est celle du degré d’adhésion à l’une ou l’autre règle instituée en 816-817 (règle de Benoît ou institutio canonicorum/sanctimonialium) et au modèle qu’elle décrit. Mais il s’agira également d’essayer de dégager une série de critères permettant de caractériser les communautés d’époque carolingienne et de rendre compte de leur diversité, au-delà des catégories monastiques et canoniques/canoniales, qui ne sont pas toujours opératoires. Il semble en effet que la communauté ne soit pas tant définie, à l’époque carolingienne, par la résidence ou la table partagée, qui n’ont rien de systématique, que par la pratique d’une liturgie chorale et/ou la communauté de bien. Sur ces problèmes, le questionnaire relatif à la vie commune des clercs mis au point par C. Violante et C. D. Fonseca en 1959 pourrait servir de grille analytique de départ[2].

Discours, Conflits, Auto-représentation

On pourra par ailleurs s’interroger sur les discours relatifs au changement de statut de l’une ou l’autre communauté ou à l’adoption de telle norme de vie, qu’elle intervienne immédiatement après 816-817 ou plus tardivement, en se montrant attentif aux réécritures postérieures qui tendent à « bénédictiniser » ou à « chanoiniser » communautés et récits des événements. Une attention particulière sera accordée aux conflits et aux refus engendrés par la nouvelle réglementation, que ce soit au sein même de la communauté ou entre cette communauté et une autorité extérieure. Dans tous les cas on se demandera de quelle manière la représentation que la communauté se fait d’elle-même et la façon dont elle se caractérise (monastique, canonique/canoniale ou autre) évolue dans ce contexte, toutes évolutions dont le lexique peut, entre autres éléments, se faire le reflet.

Sources

Un dernier aspect, plus méthodologique, consisterait à réfléchir aux sources mobilisables pour l’étude des transformations concrètes des communautés religieuses à l’époque carolingienne, ainsi qu’à leurs apports potentiels respectifs. Au-delà des sources évidentes comme les chroniques, les gesta ou les fonds diplomatiques, quels éclairages sont susceptibles d’apporter sur ces questions les collections canoniques, les données archéologiques, les livres liturgiques ou les sources musicales ? Marie-Céline Isaïa a bien montré, par exemple, comment l’hagiographie du 9siècle pouvait se faire le lieu d’une résistance sourde à la réforme. Il était également apparu lors de la rencontre de Vienne que certains manuscrits pouvaient refléter une forme d’identité canoniale ou a contrario monastique, piste que les organisateurs souhaiteraient voir creusée.

 

Conditions de soumission des propositions

Les chercheurs sont invités à envoyer leurs propositions de communication (titre et résumé d’environ 300 mots) au plus tard le 8 juin 2018, à l’adresse suivante :

emilie.kurdziel@univ-poitiers.fr

Les langues de communication du colloque seront le français et l’anglais.

Comité scientifique :

Rutger Kramer

Emilie Kurdziel

Cécile Treffort

Graeme Ward

[1] « Categorising the Church: Debates about Religious Communities in the Carolingian World », 4-5 Mai 2017, Vienne (actes à paraître).

[2] C. Violante et C.D. Fonseca, « Questionario », dans La vita comune del clero nei secoli xi e xii. Atti della Settimana di studio : Mendola, settembre 1959, vol. 1, Milan, 1962, p. 494-536.

[19-20 april] Southern France and the Latin East in the 13th Century: Crusade, Networks, and Exchanges

Southern France and the Latin East in the 13th Century:
Crusade, Networks, and Exchanges

 

Place: Levinthal Hall, Stanford Humanities Center

Presented by:

  • France-Stanford center for Disciplinary Studies
  • Center for Medieval and Early Studies at Stanford university
  • Centre d’études supérieures de civilisation médiévales at University of Poitiers

Co-sponsored by:

  • The Europe center
  • The Division of Literatures, Cultures, and languages
  • The Departement of History

Thursday 19 april

Levinthal Hall, Stanford Humanities Center

 

9-9:30 – Coffee Reception (Lobby)

9:30/9:45 – Intro : Amalia Kessler, Director of FSCIS (Stanford)

9:45/11:45 – Session 1

Moderator: Katherine Kong, (Independent Scholar)

Troubadour Crusading Networks in Song and Songbooks

  • 9:45/10:15 – Steve Nichols (Hopkins): “’De sai or de lai?’  Spiritual Ecology in Troubadour Crusade Literature”
  • 10:15/10:45 – Marisa Galvez (Stanford): “’Testimoni, Cavalier e Jocglar’: Raimbaut de Vaqueiras as Crusader-Poet and Songbook Networks”
  • 10:45/11:15 – Christopher Davis (Northwestern): “The Empire of Song: Lyric Mobility and Social Hierarchy in the ‘Chansonnier du Roi’”

11:15/11:45 – Discussion

12/1:45pm – Lunch (Board Room): Graduate Workshop

Moderator: Rowan Dorin (Stanford)

  • Nicolyna Enriquez (UCLA), “Medieval Connections: An Examination of a Fatimid Rock Crystal Ewer from the Treasury of Saint-Denis, Paris”
  • Richard Ibarra (UCLA): “Property Dispute and Crusaders in the Letters of Ivo of Chartres”
  • Padraic Rohan (Stanford): « Emperors No More: the Thirteenth-Century Sea Change from Constantinople to the Latin West »

 

2/3:30 – Session 2

Moderator: Alexander Key (Stanford)

Social Practices and Intercultural Exchanges

  • 2/2:30 – Stefan Vander Elst (UC San Diego):“Crusade as a War of Families in the First Quarter of the Thirteenth Century”
  • 2:30/3 – Martin Aurell (U Poitiers): “From historiography to myth: mixed marriage in the Holy Land”

3/3:30 – Discussion

Coffee break

 

4/5:45 – Session 3

Moderator: Francisco Prado-Vilar (Harvard)

Outremer Courts

  • 4/4:30 – Nicholas Paul (Fordham): “Cortezia and the Haute cour: Occitan Culture and the Shaping of Aristocratic Space in the Latin East”
  • 4:30/5 – Justine Andrews (U New Mexico):  “Lusignan Cyprus: Image and Architecture between France and the Levant”
  • 5/5:45 – Discussion and Concluding Response (Rowan Dorin)

 

7 pm – Dinner at Spalti in Palo Alto for Conference Participants


Friday 20 april

 

8:30/9 – Coffee

9/10:30 – Session 4

Moderator: Fiona Griffiths (Stanford)

Circulation and Borrowings

  • 9/9:30 – Nicolas Prouteau (U Poitiers), “Circulation and Borrowings between East and West in the Thirteenth Century : The case of Military Architecture”
  • 9:30/10 – Estelle Ingrand-Varenne (U Poitiers): “Holy Land Epigraphy in Comparison with Thirteenth-Century Inscriptions of Southern France”

10/10:30 – Discussion

  • 10:30/11:30 – Special Collections visit

11:30/1pm – Lunch

 

1/3 pm – Session 5

Moderator: Marisa Galvez (Stanford)

Modes of Transmission: Stories and Song

  • 1/1:30 –  Rachel Golden (U of Tennessee): “Gendered Grief, Disruptive Motion, and Reinvention in French Crusade Song”
  • 1:30/2 – Susan Noakes (U of Minnesota—Twin Cities): “Boccaccio’s Cyprus and Multi-Lingual Aspects of Mediterranean Trade Revealed in Song”
  • 2/2:30 – Lynn Ramey (Vanderbilt): “Storytelling on Crusade: Modeling Textual Transmission using a Video Game Engine”

2:30/3 – Discussion

3/3:30 – coffee break

 

3:30/5:30 – Session 6

Board room

Moderator: Marie-Pierre Ulloa (Stanford)

Theories of Translatio and Reception

  • 3:30/4 – Francisco Prado-Vilar (Harvard): “The Beauty and Pathos of Crusader Bodies: Art, Antiquity, and Eschatology from Bohemond to the Leper King”
  • 4/4:30 – Shirin Khanmohamadi (SFCU): “Saracens, Objects, and Translatio in the Crusade Cycle”
  • 4:30/5:30 – Discussion with Concluding Response by Jessica Goldberg (UCLA)

 

5:30/7pm (Lobby) – Closing reception


     

   

 

 

Appel à contributions FOCUS, 2018-2019 : L’étude des images

Construits comme un high-light sur le fonds iconographique du CESCM, les « Focus » proposent de montrer la corrélation entre le fonds documentaire de la Photothèque et le travail des chercheurs, et ce dans un cadre scientifique tout autant que convivial.

Axé sur l’échange scientifique et chaleureux, ce rendez-vous ouvert à tous se déroule une fois par mois  au Pôle documentaire du CESCM, de 12h à 13h.

Initiés depuis octobre 2016, les Focus ont été l’occasion de nombreux zoom sur des aspects précis de la recherche en médiévistique. La présentation d’une heure sur le temps de midi est l’occasion d’échanges scientifiques hors du contexte conventionnel de séminaires ou de conférences. La diversité des approches, des supports et des méthodes enrichit les discussions, lesquelles permettent de présenter des travaux mais aussi d’affermir des hypothèses, d’expérimenter de nouvelles pistes ou de vérifier des approches novatrices, et ce dans un cadre bienveillant et amical ouvert à tous.

L’année 2018-2019 sera orientée vers l’étude de l’image par la culture visuelle, l’iconographie, la technique, l’analyse des signes iconiques et alphabétiques, etc.

Enseignants-chercheurs, chercheurs, docteurs, ingénieurs de recherches et d’études, professionnels, spécialistes et doctorants sont invités à proposer leur contribution. Tout sujet, work in progress ou étude accomplie, est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque du CESCM et/ou la base Romane.

 


Proposition de contribution (résumé 10 lignes max. avec exemples précis) à communiquer sont à retourner avant le 10 juin 2018 par mail à phototheque.cescm@univ-poitiers.fr

Tout sujet ou support, work in progress ou étude accomplie est susceptible d’être soumis sous réserve d’un lien avec le fonds de la Photothèque et/ou la base Romane.

Pour toute information complémentaire : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr