Archives par mot-clé : Histoire de l’art

Esperanza, doctorante espagnole en histoire de l’art

Esperanza de los Reyes est étudiante espagnole en doctorat d’histoire de l’art, elle est au CESCM pour 2 mois.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Bonjour Esperanza, vous êtes étudiante, parlez-nous de votre sujet d’étude :

Je suis intéressée par l’art roman et travaille sur l’architecture religieuse médiévale, plus spécifiquement sur les cathédrales et le patronage épiscopal aux XIIème et XIIIème siècles dans les diocèses de Salamanque et Zamora (Espagne). Je travaille sur ces questions au sein du groupe de recherche HAR 2010-19480 “El patronazgo artístico regio en el territorio castellanoleonés. El papel del clero (1050-1200)” (“Le royal patronage de l’art en territoire castellanoleonés. Le rôle du clergé (1050-1200)”. Cette étude entend situer ces cathédrales dans leur contexte historique, artistique et religieux, et, surtout, permettre d’identifier le rôle spécifique des évêques dans la construction de ces édifices.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

Je bénéficie d’une bourse de recherche pour 4 ans, financée par le Ministère de l’Économie et la Concurrence du gouvernement espagnol, au Département d’Histoire de l’Art de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de León. Je suis aussi membre depuis 2012, de l’Instituto de Estudios Medievales appartenant à cette université. J’effectue mon séjour au sein du CESCM de Poitiers du 4 juin au 4 août 2014 sous l’encadrement de  Monsieur Éric Palazzo. Je vais travailler sur les interactions artistiques entre certaines régions de France et les cathédrales, qui sont l’objet de mon étude. J’essaierai également de retracer, si possible, la piste de certains évêques originaire de France et ayant exercé leur charge au sein du territoire que j’étudie.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Je pense que mon séjour au CESCM sera une étape essentielle dans mon plan de travail. Je suis en effet convaincue que les informations que je pourrai trouver dans votre centre de recherche, et plus particulièrement à la photothèque du Pôle documentaire et la formation dispensée par votre université seront des atouts majeurs pour ma thèse. J’espère avoir l’occasion de voyager dans différents départements français afin d’élargir mes connaissances de l’architecture et de l’art roman, et enrichir la partie comparative (des aspects constructifs, formels, et stylistiques, entre autres) de mes études. Finalement, je veux aussi pouvoir échanger mes idées avec les médiévistes du CESCM et améliorer ma pratique des langues étrangères : ma participation aux Semaines d’Études Médiévales sont une opportunité pour de telles rencontres.

 Avec l’aimable relecture de Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS)

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 3

Pour la troisième et dernière année consécutive, la table ronde des 22 et 23 mai 2014 organisée par Éric Palazzo, Professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France, a réunit au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévales de Poitiers, les spécialistes de la culture chrétienne, autour de la recherche scientifique consacrée aux cinq sens et leur place dans la société du Moyen Âge. Comme les années passées, l’interdisciplinarité et la compréhension des principes de la perception du sensible par les médiévaux étaient les objectifs, pleinement réalisés par des interventions proposées par des communicants venus de Finlande, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, des États-Unis et de France.

Cliché C. Lupant/CESCM
Cliché C. Lupant/CESCM

Les journées des tables rondes de 2012 et de 2013 avaient permis de souligner l’intérêt de ce sujet d’étude et de partager des recherches en cours, en insistant sur l’état de la question mais aussi en ouvrant de fructueuses réflexions autour de la construction de l’action synesthésique, de la mémoire et des modalités des sens, de leur perception et de leur subversion. L’évènement de cette année a vu la continuité de ces discussions autour des enjeux sensoriels des images ou des textes. Inauguré le 22 mai par la conférence de Xavier Barral I Altet (Université de Rennes II et Université de Venise), l’émulation intellectuelle et scientifique s’est prolongée tout au long de la journée du lendemain. Par delà les interventions de nombreuses disciplines, les temps forts de la manifestation resteront la présentation d’Hiltrud Westermann-Angerhausen (Université de Düsseldorf), communication consacrée aux encensoirs dans le traité du moine Théophile, et celle de John Arnold (Université de Londres) ouvrant le champ d’étude au monde médiéval laïque.

Le troisième acte des tables rondes achevé, ce n’est pourtant pas un « rideau final ». A la suite des deux fascicules des Cahiers de Civilisation médiévale[1], un volume d’actes sera publié en 2015 prolongeant ces journées marquées par une atmosphère de travail à la fois scientifique et bienveillante, mettant le partage intellectuel et la rencontre amicale au cœur des échanges.


[1] Les cinq sens au Moyen Age, Cahiers de civilisation médiévale (Xe-XIIe siècles), Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, 2012, vol. 55e année, octobre-décembre et supplément annuel.

[22 et 23 mai 2014] Table ronde : Les cinq sens au Moyen Age (III)

La table ronde organisée au CESCM (CNRS, UMR 7302-Université de Poitiers) pour la troisième année par Eric Palazzo, propose une approche résolument interdisciplinaire de l’étude des cinq sens dans la culture chrétienne médiévale. Elle réunit des spécialistes internationalement reconnus dans leur domaine respectif et pour la connaissance des cinq sens. Des domaines aussi variés que l’art, la liturgie, la théologie, la littérature, l’héraldique, la poésie, entre autres, seront traités pour une approche diversifiée des cinq sens. Le cadre chronologique et géographique sera aussi large que possible avec des conférences sur l’Occident, le monde byzantin et le monde musulman.

La place des cinq sens dans la culture du Moyen Âge occidental est centrale pour certains aspects essentiels de la définition de la liturgie et de la théologie chrétiennes. Dans l’Antiquité et durant tout le Moyen Âge, l’Église et sa théologie ont accordé un rôle de premier plan aux cinq sens dont témoignent des domaines tels que la liturgie, l’histoire de l’art, la littérature, la philosophie, la musique et, de façon plus générale, l’histoire politique et sociale du Moyen Âge. Pour les auteurs chrétiens, s’appuyant sur la tradition biblique ainsi que sur la philosophie antique issue de Platon et d’Aristote, les cinq sens sont plus particulièrement mis en action dans le déroulement des rituels de la liturgie afin de permettre la réalisation des principaux effets sacramentels de la théologie de la liturgie. Les cinq sens sont également au cœur d’une vaste réflexion sur la notion d’harmonie dans le christianisme ainsi que sur la relation entre l’homme-microcosme et le macrocosme. Dans le cadre de la liturgie, les productions artistiques peuvent être ainsi considérées comme des « objets » destinés à servir de support pour l’activation sensorielle afin de créer et de rendre possible les effets sacramentels du rite.

Cinq sens

La première table ronde a eu lieu les 1er et 2 juin 2012 : voir annonce

La seconde table ronde s’est tenue les 29, 30 et 31 mai 2013 (voir annonce) et a donné lieu à un billet ainsi qu’à un hors-série des Cahiers de Civilisation Médiévale

 

Programme

Jeudi 22 mai 2014 :

16h30 – Accueil des participants

Présidence de séance : Éric PALAZZO (CESCM-Université de Poitiers)

17h – Conférence inaugurale : Xavier BARRAL I ALTET (Université de Rennes II et Université de Venise) : « Utiliser les cinq sens pour la stratégie du récit : la broderie de Bayeux ».

 

Vendredi 23 mai 2014 :

8h30 – Accueil des participants

Présidence de séance : Stephen MORRISON (CESCM-Université de Poitiers)

9h – Outi MERISALO (Institut des langues modernes et classiques, Université de Jyväskylä) : « Les cinq sens dans quelques textes médicaux du Moyen Âge tardif ».

10h – Martine YVERNAULT (Université de Limoges, EA 1087 EHIC) : « La vision radieuse de la Jérusalem Céleste dans Pearl (anon., fin XIVe, MS. Cotton Nero A.x., British Museum) ».

11h30 – Sébastien BIAY (CESCM, Université de Poitiers) : « Sens et contresens : réflexions sur la place des sens non auditifs dans les images sonores du Moyen Âge ».

12h30 – Jennifer KINGSLEY (Johns Hopkins University) : « Aesthetic Experience and Sensory Problems in Medieval Art : Considering the Mitrale of Sicardus of Cremona ».

 

Présidence de séance : Cécile VOYER (Université de Bordeaux III-CESCM)

14h30 – Bruno BOERNER (Université de Rennes II) : « La sculpture gothique et le rôle des cinq sens dans les discussions sur la fonction des images ».

15h30 – Christel LUPANT (ATER CESCM, Université de Poitiers) : « Conception des images et réflexion sensorielle : approche exploratoire du ms. de la Vie de Sainte Radegonde ».

17h – Hiltrud WESTERMANN-ANGERHAUSEN (Professeur honoraire à l’Institut d’histoire de l’art de l’Université de Düsseldorf) : « L’odeur de l’encens et l’essence de la liturgie – la position des encensoirs dans le traité du moine Théophile ».

18h – John ARNOLD (Université de Londres) : « Belief and the Sense for the Medieval Laity ».

 

Lieux : Amphi Descartes, UFR SHA, 8 rue René Descartes, Poitiers

Dates : Jeudi 22 mai 2014 et Vendredi 23 mai 2014

Renseignements et inscriptions : eric.palazzo@univ-poitiers.fr

Télécharger l’affiche et le programme

Dire le silence au Moyen Âge

Le 14 février prochain se tiendra à Poitiers une journée d’étude sur le silence au Moyen Âge. Le thème de cette rencontre peut paraître surprenant, surtout quand elle n’est pas organisée par des musicologues !

BeatusÀ la lecture du programme, on réalise en effet que c’est davantage l’idée médiévale du silence (sa réalité, sa définition, son statut) qui est au cœur des réflexions des conférenciers réunis par Vincent Debiais au CESCM. Pour parvenir à envisager cette notion, qui n’apparaît que de façon discrète dans les sources, les communications s’attacheront à repérer les traces des pratiques silencieuses dans la discipline monastique, dans la prédication, dans la musique, dans les représentations visuelles, etc. L’originalité de cette interrogation repose sur la dimension positive, active et matérielle du silence. Pas question donc de se limiter à chercher en creux le silence, dans sa relation exclusive à la privation de parole et à l’impossibilité du son. La recherche sur le silence possède également des liens avec la réflexion sur l’absence, sur le vide, sur le blanc… autant de notions qui, si elles ne peuvent être considérées seules comme des objets d’études, en disent beaucoup des conceptions médiévales quant au signe, à la trace, à l’empreinte.

La journée d’étude du 14 février est le premier volet d’une série de trois rencontres. La seconde aura lieu à New York à la fin du mois d’avril, la troisième quelques jours plus tard dans le cadre de l’International Congress on Medieval Studies à Kalamazoo (Etats-Unis). La rencontre de Poitiers a été conçue comme un espace de discussion ouvert, animé par Laurent Hablot et Éric Palazzo, afin de jeter les bases de ce qui pourra devenir un ouvrage collectif réunissant l’ensemble des communications prononcées au cours des trois journées d’études, augmenté de textes commandés à des médiévistes, mais aussi à des artistes.

Présentation et programme

D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat dans les Jugements derniers français : 1100-1250

couv003
Brepols

 Marcello Angheben

 D’un jugement à l’autre. La représentation du jugement immédiat

 Turnhout : Brepols, 2013. – 686 p. (Culture et société médiévales – CSM, 25)

 ISBN: 978-2-503-54764-0

 
 
Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.
[4e de couv.] Au moment où le thème du Jugement dernier a connu un essor sans précédent, on a régulièrement associé aux événements de la fin des temps une représentation du jugement immédiat, celui qui se déroule après la mort. La pensée chrétienne considère qu’après avoir quitté leur corps, les âmes font l’objet d’une première évaluation au terme de laquelle elles sont conduites dans des séjours temporaires : le paradis d’attente pour les élus, l’enfer pour les damnés. À la fin des temps, ces âmes séparées s’unissent à leur corps ressuscité, elles sont jugées une seconde fois et les élus sont conduits dans le royaume des cieux où ils peuvent enfin jouir de la vision béatifique.

La présence du jugement immédiat ou du paradis d’attente peut être montrée pour une série de Jugements derniers français dont certains comptent parmi les œuvres les plus significatives de la production sculpturale des XIIe-XIIIe siècles : les portails de Mâcon, Conques, Saint-Denis, Chartres et Reims, deux chapiteaux de Saint-Nectaire et le Psautier de Marguerite de Bourgogne. Cette lecture inédite implique que l’Église se préoccupait autant du salut des âmes que des fins dernières, probablement parce que c’est dans le temps présent qu’elle pouvait intervenir efficacement en faveur des défunts en administrant les suffrages : prières, aumônes et messes.

Ce livre développe les fondements textuels et iconographiques de cette lecture en abordant successivement le thème du jugement immédiat et chacune des œuvres interprétables dans la perspective du double jugement. Ont également été abordées plusieurs représentations isolées du Jugement dernier dont l’iconographie éclaire le sens des autres compositions: Autun, Laon, Paris et Amiens. Cette série d’analyses monographiques détaillées et originales offre un panorama très complet des Jugements derniers français mis en œuvre entre 1100 et 1250.

__________________________________________________

Marcello Angheben est maître de conférences habilité en histoire de l’art à l’Université de Poitiers et membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale.

Collection dirigée par Édina Bozoky.
Membres du comité de lecture : Claude Andrault-Schmitt, Anne-Marie Legaré, Marie Anne Polo de Beaulieu et Jean-Jacques Vincensini

Collection publiée par les Éditions Brepols