Archives par mot-clé : Histoire de l’art

De pourpre et d’or : Habilitation à diriger des recherches de Cécile Voyer, CESCM (28 novembre 2014)

Vendredi 28 novembre, 14h (CESCM, salle Crozet), Cécile Voyer, maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches [HDR] le plus haut diplôme universitaire de France, qui permet ensuite de postuler à un poste de professeur des universités et de diriger des thèses.

Composition du jury : Éric Palazzo (garant, Université de Poitiers), Geneviève Bührer-Thierry (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux-Montaigne), Lawrence Nees (Université de Delaware), Daniel Russo (président de jury, Université de Bourgogne).DSC_0039

Les premières minutes donnent le ton : émotion, force et humilité. Après l’énumération des diverses filiations intellectuelles ou matrices inspiratrices, allant de René Crozet (tout particulièrement dans la salle qui porte son nom) à Éric Palazzo, Jérôme Baschet, Daniel Russo, Anita Guerreau, Vincent Debiais, Isabelle Marchesin, Herbert Kessler, sans oublier le public venu nombreux, Cécile Voyer situe cette HDR comme « un rite de passage qui assure la continuité entre les générations ».

Cohérence du parcours, comme le souligne Daniel Russo, et réelle pratique de l’interdisciplinarité. Docteur en 2003, Cécile reçoit le prix régional de thèse en 2004 et devient maître de conférences à l’Université de Bordeaux-Montaigne l’année suivante, mais n’en n’oublie pas ses premières expériences d’enseignement en lycée-pilote. Cette « pédagogie active » exercée dans le secondaire, elle essaie toujours de la pratiquer avec ses étudiants en histoire de l’art, tout en leur transmettant sa « fascination pour le génie médiéval ». Geneviève Bührer-Thierry insiste d’ailleurs sur son important investissement auprès des étudiants. Le petit volume d’égo-histoire intitulé D’une image à l’autre et retraçant ce cheminement personnel et scientifique (car l’HDR est aussi l’occasion d’un travail de retour sur soi) est un bel exemple pour les (futurs) historiens, qui, selon Isabelle Cartron, mériterait d’être publié à l’instar de Patrick Boucheron[1].

Ce parcours est aussi visible dans la sélection des dix-sept articles (sur une trentaine) formant le recueil Inventer les images médiévales, au sens médiéval de ce verbe, ou encore « imaginer » les images médiévales, comme le propose Daniel Russo. Au fil des textes, Cécile V. mêle habilement approche théorique et concrète des œuvres d’art, qui sont pour elle des « agents qui ont un effet sur le monde ». Un goût pour la matière, dans sa tension avec l’image, se révèle à travers la variété des matériaux et matérialité traités, de la peinture murale au manuscrit en passant par la sculpture.

Le titre même du mémoire de recherche inédit le montre : De pourpre et d’or, Un livre d’Évangiles du XIe siècle à la semblance d’un manuscrit carolingien (Paris, Arsenal, ms. 592). Pourquoi ce choix ? Il y a des objets d’étude qui nous choisissent, explique Cécile, par la puissance esthétique qu’ils exercent. Le manuscrit 592 de la bibliothèque de l’Arsenal est un livre d’Évangiles d’apparat créé pour un grand et qui véhicule, à travers un savant remodelage/ actualisation, le passé lié à la royauté remis en avant au XIe siècle. DSC_0005

 Ce livre-signe de présence matérialise et enracine le pouvoir dans un lieu de la même manière que les ornements royaux ou comtaux. L’auteur ? Un moine franco-saxon anonyme, certainement un peintre-scribe qui a beaucoup voyagé et qui s’est forgé un vaste répertoire visuel, d’après Lawrence Nees, non présent dans la salle, mais dont la communication fut lue (avec accent et humour) par Éric Palazzo.

Pour éclairer l’étude iconographique de ce manuscrit, recours est fait à des concepts venant d’autres disciplines, notamment celui de translatio, rare sous la plume des historiens de l’art. Petit à petit l’objet, qui était le point de départ, permet d’aborder de nombreuses problématiques : le thème de la présence/absence, de l’incarnation et sa concrétisation dans l’objet et la mise en scène liturgique, de la visibilité et de l’invisibilité, de la création ainsi que nombre d’autres questions théologiques, notamment grâce aux initiales ornées, car le livre d’Évangiles est la fois le Verbe et le reliquaire du Verbe. Un tel travail renouvelle l’approche des livres d’Évangile illustrés du haut Moyen Âge, conclut Éric Palazzo.

« Le plaisir doit guider la recherche » écrivait Jacques Le Goff – phrase de conclusion de Cécile Voyer. Ce sont bien quatre heures d’échange, de partage et de plaisir scientifique que Cécile a offert au jury et public ce vendredi 28 novembre, à l’issue desquelles elle est déclarée habilitée.


[1] Patrick Boucheron, Faire profession d’historien, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Les chapitres séculiers et leur culture

Vanessa240Sous la direction de Claude Andrault-Schmitt et Philippe Depreux

Les chapitre séculiers et leur culture : Vie canoniale, art et musique à Saint-Yrieix (VIe-XIIIe siècle)

Limoges : PULIM, octobre 2014, 580 p.

Cet ouvrage réunit les Actes d’un colloque qui s’est tenu du 18 au 20 juin 2009 en trois sites différents : Limoges, Saint-Yrieix-la-Perche et Poitiers. Comme pour la rencontre concernant l’abbaye Saint-Martial de Limoges (PULIM, 2006)1, les médiévistes réunis ont examiné les différentes facettes de l’établissement installé au coeur de la ville de Saint-Yrieix dans une perspective pluridisciplinaire : le contexte historique, l’hagiographie, les clercs et leurs réseaux, le potentiel archéologique, les vestiges monumentaux, les manuscrits, les enluminures, la musique …

Les textes conservés offrent des aperçus exceptionnels sur le haut Moyen Âge, à commencer par le célèbre testament du fondateur (ici édité et traduit). Mais le statut canonial rend la communauté relativement difficile à cerner, d’autant que les sources médiévales considèrent souvent de haut ces religieux du siècle ou “séculiers”. Cette question est aujourd’hui en cours de renouvellement ; aussi l’étude monographique est-elle précédée par des enquêtes concernant plusieurs régions de l’Occident médiéval, de la Flandre à l’Espagne en passant par la Normandie et l’Empire.

In situ, le caractère monumental de la collégiale et le renom de la Bible de  de Saint-Yrieix, riche de ses lettrines enluminées, ont suscité ou actualisé les questionnements des historiens de l’art. S’ajoute à ce kaléidoscope le manuscrit Latin 903 (BnF) ou Graduel de saint-Yrieix, bien connu des musicologues du monde entier, qui offre des compositions poétiques, liturgiques et musicales d’un grand intérêt pour la fin du XIe siècle.

SOMMAIRE

Avant-propos et remerciements

1 Le monde des chanoines

Brigitte MEIJINS (Katholieke Universiteit Leuven) – Les chanoines séculiers : histoire et fonctions dans la société (IXe-XIIe siècle)

Véronique GAZEAU (CRAHAM, Université de Caen) – En terre bénédictine, les établissements de chanoines de la Normandie médiévale : genèse et géographie des implantations, enjeux de pouvoir et lieux sacrés

Hubertus SEIBERT (Université de Munich) – Vivre en communauté ? Les chanoines dans l’Empire germanique (Xe-XIIe siècle)

Thierry PÉCOUT (CERCOR, Université de Saint-Étienne) – Les collégiales dans l’espace du diocèse. Provinces ecclésiastiques d’Aix, Arles et Embrun (XIIe- XIVe siècle)

Catherine SAINT-MARTIN (Conseil Général de l’Ariège, Bibliothèque départementale) – Le chapitre de Saint-Sernin de Toulouse

Eduardo CARRERO SANTAMARIA (Universitat Autonoma de Barcelona) – Modification de l’architecture ou de sa fonction. Les bâtiments des chanoines réguliers dans les cathédrales espagnoles après leur sécularisation

2 -Le chapitre de Saint-Yrieix : de la fondation à la ville

Philippe DEPREUX (Université de Hambourg) – Le testament d’Aredius

Catherine FAURE (Université de Limoges) – Aredius (Yrieix) et ses amis. Réflexions sur les réseaux aristocratiques au VIe siècle

Edina BOZOKY (CESCM, Université de Poitiers) – Les miracles de saint Yrieix

Anne MASSONI (Université de Limoges) – Le chapitre de Saint-Yrieix : une dépendance martinienne en terre limousine

Jean-Pierre THUILLAT – À propos du séjour de Henri II en pleine reconstruction de la collégiale de Saint-Yrieix

Jean-Loup LEMAITRE (École Pratique des Hautes Études, Paris) – Le testament de Bertrand Autier, chantre de Saint-Yrieix, oncle de Bernard Gui (1292)

3- Entre histoire et archéologie

Christian REMY (CESCM, Université de Poitiers) – Des chanoines et des chevaliers : l’enclos castrai de Saint-Yrieix

Romain BOISSEAU (SRA-DRAC Limousin) – Aux origines de Saint-Yrieix-la-Perche. Une approche archéologique du site

Patrice CONTE (DRAC Limoges/CESCM, Université de Poitiers) avec la collaboration de Julien DENIS (Bureau d’études Hadès, Toulouse / Bureau d’études Evéha, Limoges), Bernard FARAGO-SZEKERÈS (INRAP Limoges, Poitiers et Toulouse), Christophe MANIQUET (INRAP Limoges, Poitiers et Toulouse), Henri MOLET (INRAP Limoges, Poitiers et Toulouse), Jacques ROGER (DRAC Limoges/ Artéhis, Université de Dijon) – La ville antique et médiévale de Saint-Yrieix : apports récents de l’archéologie et nouvelles pistes de recherches

Luc BOURGEOIS (CRAHM, Université de Caen) – Beate Aradie, virginis, ou les origines de La Mothe-Saint-Héray (Deux- Sèvres)

4 – La collégiale de Saint-Yrieix

Claude ANDRAULT-SCHMITT (CESCM, Université de Poitiers) – Les ‘belles formes et la hardiesse de la structure’ de la collégiale : questions d’archéologie monumentale

Xavier LHERMITE (Bureau d’études Eveha/CESCM, Université de Poitiers) – L’abside gothique de la collégiale de Saint-Yrieix

Vincent DEBIAIS (CNRS/CESCM, Université de Poitiers) – Savoir-faire technique et pratique de l’écrit : les signes lapidaires de Saint- Yrieix

Marcello ANGHEBEN (CESCM, Université de Poitiers), Vincent DEBIAIS (CNRS/CESCM, Université de Poitiers) – La Maiestas Domini de la façade méridionale

Jean-François BOYER (Université de Limoges) – Reliquaires et orfèvrerie au Moustier de Saint-Yrieix

5 – Les manuscrits : enluminure, musique et poésie

Marianne BESSEYRE (Conservateur, BMC Lyon/CIHAM, UMR 5648), Eric SPARHUBERT (CRIHAM, Univ. de Limoges, CESCM, Univ. de Poitiers) – La Bible de Saint-Yrieix et le Peintre du Sacramentaire de Saint-Étienne de Limoges

Evelyne PROUST (CESCM, Université de Poitiers) – La Bible de Saint-Yrieix et la sculpture romane en Limousin

Christelle CAZEAUX-KOWALSKI (CESCM, Université de Poitiers) – Le graduel de Saint-Yrieix (Bibliothèque nationale de France, ms. latin 903)

Marie-Noël COLETTE (École Pratique des Hautes Études, Paris) – Les prosules et les proses du graduel de Saint-Yrieix, XIe siècle (Paris, BnF, latin 903)

Gunilla IVERSEN (Université de Stockholm) – Le répertoire de tropes du graduel de Saint-Yrieix (XIe siècle)

Conclusions

Cécile TREFFORT (CESCM, Université de Poitiers) – D’Attanum à Satrlt-Yrieix: petite histoire d’une communauté religieuse (presque) ordinaire

  1. ANDRAULT-SCHMITT Claude (dir.), Saint-Martial de Limoges – Ambition politique et production culturelle (Xe – XIIIe siècles), Limoges, PULIM, 2006, 545 p. []

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge

Éditions du cerf (2014) 

Éric Palazzo

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge 

 Paris : Les éditions du CERF, octobre 2014, 512 p. 

 Ce livre, qui renouvelle l’approche de la liturgie et de l’art au Moyen Âge, offre une vaste réflexion sur la relation entre l’homme et l’univers, permet d’apprendre ou de réapprendre la sagesse de l’émerveillement, constitue un contribution  essentielle à l’anthropologie. 

 Une étude magistrale au carrefour de l’histoire de l’art, la liturgie et la théologie

 Sortie en librairie le 23 octobre 2014

Comment rendre visible l’invisible ? Quel rôle peuvent jouer les sens dans la découverte de l’indicible ? La mystique passerait-elle par le sensible ?

Telles sont les questions fondamentales que le Moyen Âge s’est posé avec une liberté et une audace insoupçonnées. S’appuyant sur la tradition biblique et la philosophie antique, en particulier Platon et Aristote, mais aussi la pensée des Pères, dont saint Augustin, l’homme médiéval a choisi d’entrer en dialogue avec Dieu à travers le corps.

La louange mobilise, anime et exalte les cinq sens. Le rite convoque la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat, le toucher afin de plonger dans l’invisible. Le rite, ses œuvres et ses objets, les fresques, enluminures ou sculptures qui le représentent, les vêtements, livres ou meubles qui l’ornent, est le lieu de cette élévation et contemplation.

En une étude magistrale qui explore et commente les grands témoignages de cet art chrétien dont nous avons aujourd’hui perdu la signification, Éric Palazzo dresse le récit passionnant d’une aventure majeure de l’esprit, telle qu’elle a été vécue sur plusieurs siècles en Europe.

Membre senior de l’Institut universitaire de France et du Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), Éric Palazzo est professeur d’histoire de l’art au Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Liturgie et société au Moyen Âge (2000)1 et L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme (2008)2

Voir annonce sur le site des éditions du CERF

Écouter M. Palazzo dans les émissions de radio sur Fréquence protestante et RCF

  1. Éric PALAZZO, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris : Aubier, 2000, 276 p. []
  2. Éric PALAZZO, L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme : la liturgie de l’autel portatif dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2008, 205 p. (Culture et sociétés médiévale, 15) []

Esperanza, doctorante espagnole en histoire de l’art

Esperanza de los Reyes est étudiante espagnole en doctorat d’histoire de l’art, elle est au CESCM pour 2 mois.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Bonjour Esperanza, vous êtes étudiante, parlez-nous de votre sujet d’étude :

Je suis intéressée par l’art roman et travaille sur l’architecture religieuse médiévale, plus spécifiquement sur les cathédrales et le patronage épiscopal aux XIIème et XIIIème siècles dans les diocèses de Salamanque et Zamora (Espagne). Je travaille sur ces questions au sein du groupe de recherche HAR 2010-19480 “El patronazgo artístico regio en el territorio castellanoleonés. El papel del clero (1050-1200)” (“Le royal patronage de l’art en territoire castellanoleonés. Le rôle du clergé (1050-1200)”. Cette étude entend situer ces cathédrales dans leur contexte historique, artistique et religieux, et, surtout, permettre d’identifier le rôle spécifique des évêques dans la construction de ces édifices.

Parlez-nous de votre venue à Poitiers, pourquoi ce choix ?

Je bénéficie d’une bourse de recherche pour 4 ans, financée par le Ministère de l’Économie et la Concurrence du gouvernement espagnol, au Département d’Histoire de l’Art de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de León. Je suis aussi membre depuis 2012, de l’Instituto de Estudios Medievales appartenant à cette université. J’effectue mon séjour au sein du CESCM de Poitiers du 4 juin au 4 août 2014 sous l’encadrement de  Monsieur Éric Palazzo. Je vais travailler sur les interactions artistiques entre certaines régions de France et les cathédrales, qui sont l’objet de mon étude. J’essaierai également de retracer, si possible, la piste de certains évêques originaire de France et ayant exercé leur charge au sein du territoire que j’étudie.

Quelle sont vos attentes pendant ce séjour ?

Je pense que mon séjour au CESCM sera une étape essentielle dans mon plan de travail. Je suis en effet convaincue que les informations que je pourrai trouver dans votre centre de recherche, et plus particulièrement à la photothèque du Pôle documentaire et la formation dispensée par votre université seront des atouts majeurs pour ma thèse. J’espère avoir l’occasion de voyager dans différents départements français afin d’élargir mes connaissances de l’architecture et de l’art roman, et enrichir la partie comparative (des aspects constructifs, formels, et stylistiques, entre autres) de mes études. Finalement, je veux aussi pouvoir échanger mes idées avec les médiévistes du CESCM et améliorer ma pratique des langues étrangères : ma participation aux Semaines d’Études Médiévales sont une opportunité pour de telles rencontres.

 Avec l’aimable relecture de Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS)

Les cinq sens au Moyen Âge – Acte 3

Pour la troisième et dernière année consécutive, la table ronde des 22 et 23 mai 2014 organisée par Éric Palazzo, Professeur d’histoire de l’art médiéval et membre de l’Institut universitaire de France, a réunit au CESCM, Centre d’études supérieures de civilisation médiévales de Poitiers, les spécialistes de la culture chrétienne, autour de la recherche scientifique consacrée aux cinq sens et leur place dans la société du Moyen Âge. Comme les années passées, l’interdisciplinarité et la compréhension des principes de la perception du sensible par les médiévaux étaient les objectifs, pleinement réalisés par des interventions proposées par des communicants venus de Finlande, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, des États-Unis et de France.

Cliché C. Lupant/CESCM
Cliché C. Lupant/CESCM

Les journées des tables rondes de 2012 et de 2013 avaient permis de souligner l’intérêt de ce sujet d’étude et de partager des recherches en cours, en insistant sur l’état de la question mais aussi en ouvrant de fructueuses réflexions autour de la construction de l’action synesthésique, de la mémoire et des modalités des sens, de leur perception et de leur subversion. L’évènement de cette année a vu la continuité de ces discussions autour des enjeux sensoriels des images ou des textes. Inauguré le 22 mai par la conférence de Xavier Barral I Altet (Université de Rennes II et Université de Venise), l’émulation intellectuelle et scientifique s’est prolongée tout au long de la journée du lendemain. Par delà les interventions de nombreuses disciplines, les temps forts de la manifestation resteront la présentation d’Hiltrud Westermann-Angerhausen (Université de Düsseldorf), communication consacrée aux encensoirs dans le traité du moine Théophile, et celle de John Arnold (Université de Londres) ouvrant le champ d’étude au monde médiéval laïque.

Le troisième acte des tables rondes achevé, ce n’est pourtant pas un « rideau final ». A la suite des deux fascicules des Cahiers de Civilisation médiévale[1], un volume d’actes sera publié en 2015 prolongeant ces journées marquées par une atmosphère de travail à la fois scientifique et bienveillante, mettant le partage intellectuel et la rencontre amicale au cœur des échanges.


[1] Les cinq sens au Moyen Age, Cahiers de civilisation médiévale (Xe-XIIe siècles), Poitiers, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale, 2012, vol. 55e année, octobre-décembre et supplément annuel.