Archives par mot-clé : Épigraphie

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 2/5

Mardi 14 janvier 2014

Cette matinée de l’atelier interdisciplinaire du CESCM a mêlé iconographie et épigraphie, avec deux conférences tenues respectivement par Sébastien Biay et Estelle Ingrand-Varenne, ingénieurs d’étude au CESCM.

Dans son Évocation du chant liturgique dans la sculpture romaneSébastien Biay est revenu sur l’un des points développés dans sa thèse, consacrée aux chapiteaux du rond-point de la dernière abbatiale de Cluny1. À savoir, l’analyse de deux chapiteaux portant des représentations de musiciens ainsi que des inscriptions, formant un poème qui évoque les huit tons du « plain-chant » grégorien. L’auteur a insisté sur les diverses étrangetés, pour reprendre ses termes, liées à ces chapiteaux, qu’il s’agisse de leur sujet poético-théorique ou de l’apparente incohérence de l’un des instruments, hybride patatoïde mêlant cithare, lyres romaine et teutonique. La diversité de ses méthodes d’approche reflète la richesse de sa thèse, qui développe sur plusieurs centaines de pages des raisonnements que l’auteur a dû pour l’occasion résumer, voire éluder, et l’on serait bien en peine de lui en tenir rigueur. Une rigoureuse analyse syntaxique et philologique des inscriptions a d’abord amené Sébastien Biay à concevoir ce poème comme une métaphore de la compréhension et de la conversion, préparées dans le cœur puis l’esprit des officiants (selon une formule empruntée à Remi d’Auxerre) par les chants liturgiques qui étaient exécutés lors des célébrations. La recherche de textes théologiques se rapportant à la musique liturgique, tels ceux d’Augustin ou d’Amalaire de Metz, a fourni à l’auteur des clés possibles de compréhension du message sibyllin des chapiteaux. Leurs instrumentistes peuvent ainsi être interprétés comme les images allégoriques des moines devenant, au cœur de la célébration, les instruments d’un Salut individuel et collectif.

Une analyse plus détaillée du chapiteau fut proposée, portant la représentation du troisième ton, auquel est adjointe une inscription évoquant la Résurrection du Christ (« Le troisième jaillit et représente le Christ qui ressuscite » (Tertius impingit Chr(istu)m que resurgere fingit)). Cette représentation a été rapprochée du thème iconographique de David jouant de la lyre, présent dans plusieurs manuscrits plus tardifs2. Le roi-musicien est représenté tenant une sorte de cordier, formant avec son corps à la fois une croix et une sorte de lyre ; cette scène préfigure la suivante, au verso du folio, où est représentée la Crucifixion. Même si le lien avec le chapiteau clunisien paraît lointain, il reste tout à fait clair que l’iconographie de ce dernier relève d’une construction intellectuelle complexe, mêlant plusieurs sens théologiques et allégoriques, où la figure typologique de David peut intervenir en filigrane et où la musique, performance de dépassement des contingences physiques vers l’élévation spirituelle, acquiert ses « lettres » de noblesse.

Nous avons poursuivi avec La ponctuation dans les inscriptions médiévales, ou l’architecturation du discours, par Estelle Ingrand-Varenne, actuellement en charge de la rédaction du Corpus des inscriptions médiévales au CESCM. Il s’agit d’une présentation des nouvelles recherches entamées par l’auteure, centrées sur les usages et formes de l’interponctuation dans les inscriptions. Un champ de recherche immense, puisqu’il recouvre en réalité une période allant des Grecs anciens (VIIIe siècle av. n. è.) à la fin du XVe siècle. L’intervenante a débuté son propos par les fonctions de cette ponctuation intermédiaire, qui servait avant tout à délimiter les mots, à la manière de l’espace vierge adopté pour la rédaction des manuscrits. Il s’agit là de deux solutions différentes à un même problème, rendre intelligible un texte écrit majoritairement en majuscules, au moins jusqu’aux VIIIe-IXe siècles. Estelle Ingrand-Varenne a brièvement retracé l’histoire de ce « système second de communication », d’abord inventé pour les langues sans voyelles comme le grec ou l’arabe anciens, puis employé par les Romains. L’usage en disparaît quasiment à l’époque mérovingienne, et ne réapparaît qu’au XIe siècle sous la forme de doubles et triples points qui perdurent tout au long du Moyen Âge. Les aspects pratiques, économiques et ornementaux de cette ponctuation ont été invoqués, et l’on a pu admirer la malice avec laquelle les « graveurs » médiévaux se sont parfois emparés de ce motif dont le caractère décoratif pouvait parfois l’emporter sur sa mission première d’intelligibilité. De grandes interrogations ont été soulevées ; cette pratique, apparemment si spécifique aux inscriptions et quasi absente des manuscrits, trouverait-elle par exemple son inspiration dans une imitation des inscriptions antiques qui devaient, à l’époque, être plus présentes dans le paysage monumental qu’elles ne le sont aujourd’hui ? L’interruption des périodes mérovingiennes et carolingiennes pourrait-elle n’être qu’apparente, du fait de la disparition des monuments de cette époque ?  On émettra pour finir quelques réserves sur les références faites aux études physiologiques qui, si elles peuvent décrire les processus de lecture contemporains, nous semblent difficilement transposables à la période médiévale. Il a été prouvé qu’interposer des signes de ponctuation entre les mots d’une phrase en ralentit notre lecture et notre compréhension. Une telle étude met en évidence le fait que notre mode d’apprentissage nous conditionne à interpréter un point comme la fin d’une phrase, donc comme la fin d’un ensemble sémantique. Peut-on cependant postuler qu’il en allait de même au Moyen Âge, où de toute évidence l’emploi de la ponctuation – c’est là l’objet même de la conférence – était très éloigné du nôtre, et relevait de conventions et d’un apprentissage différents ?

L’après-midi fut consacré au Décor héraldique monumental dans la ville… à Florence, présenté par Matteo Ferrari (post-doctorant au CESCM), et à Poitiers, par Laurent Hablot (maître de conférences à Poitiers). Ce fut l’occasion pour ce dernier de présenter le programme de recherche qu’il dirige actuellement, consacré au patrimoine héraldique monumental de Poitou-Charentes, qu’il s’agira d’inventorier, de protéger dans la mesure du possible et de valoriser par la suite. Sa présentation a donné un aperçu de ce travail, et de la manière dont s’affine au fur et à mesure une méthode de recherche et de classement. Les auditeurs ont ainsi pu prendre conscience de la richesse de ce patrimoine, discret et pourtant omniprésent dans la ville de Poitiers, comme le prouvent les quelques 200 éléments recensés. Situés en grande partie dans les chapelles et édifices religieux tels que la cathédrale Saint-Pierre, Notre-Dame la Grande ou Sainte-Radegonde, les blasons peuplent également des endroits moins connus ou insoupçonnés, tels que les remparts, les façades de maisons nobles ou cette petite fontaine du XVe siècle près du pont Joubert. Ils sont autant de témoins d’un évergétisme et d’une piété qui connurent leur paroxysme aux XIIIe-XVe siècles, autant de signes à relier à des familles nobles ou bourgeoises, autant d’histoires à interpréter.

Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project)
Giorgio Vasari, Apothéose de Cosme Ier, vers 1565, Sala del Cinquecento, Palazzo Vecchio (© Google Art Project) 

Matteo Ferrari a présenté un aspect plus « impersonnel » de l’héraldique, utilisée par des particuliers mais également par des institutions publiques ou des villes telles que Florence, qui se dote d’armoiries dès le milieu du XIIIe siècle. La commune et ses différents organes – parti du peuple, parti guelfe, magistratures de guerre, corporations – n’auront de cesse de marquer l’espace public de leurs emblèmes, composant autant de messages à interpréter selon les circonstances de leur placement : affirmation d’une identité florentine commune, concorde ou au contraire luttes d’influences, compromis, légitimation politique… Aujourd’hui en pierre apparente, ces blasons étaient à l’origine peints, comme en témoignent de nombreuses miniatures des XIVe et XVe siècles. Malgré les destructions liées au réaménagement du centre historique au XIXe siècle, ces armoiries demeurent très présentes dans le tissu urbain et monumental. Leur profusion n’est pas un phénomène propre à Florence, et caractérise la majeure partie des villes européennes du Moyen Âge. Il est en revanche une originalité toute florentine, consistant en l’apparition du thème iconographique de la « Florence ronde ». Ces compositions circulaires, associant à la fois l’image traditionnelle de la ville, avec ses portes, ses tours et ses remparts, aux blasons des corporations, des gonfalonieri et des institutions de la commune, apparaissent au cours du XIVe siècle et perdurent jusqu’en plein XVIe siècle, comme le montre la réinterprétation élogieuse de Vasari au Palazzo Vecchio.

Cette seconde journée s’est achevée par une présentation de l’association des étudiants et doctorants antiquisants et médiévistes, JANUA, et a également été l’occasion d’un moment de convivialité autour d’un substantifique pot.

  1. S. BIAY, Les chapiteaux du rond-point de la troisième église abbatiale de Cluny (fin XIe-début XIIe siècle) : étude iconographique – Thèse de doctorat en histoire de l’art médiéval, 2012, 518 p. []
  2. Stuttgart, Würtembergische Landesbibliothek, Cod. theol. et phil. 314, Pierre Lombar, Commentaire des Psaumes, f° 1 r° (Petershausen ? 3e quart du XIIe siècle), http://digital.wlb-stuttgart.de/digitale-sammlungen/seitenansicht/?no_cache=1&tx_dlf%5Bid%5D=1975&tx_dlf%5Bpage%5D=9&cHash=a4dbcc084db324a34cbb38cdc5f735b6 []

Mission épigraphique dans le Loiret, du 5 au 7 novembre 2013

Du 5 au 7 novembre 2013, l’équipe d’épigraphie médiévale du CESCM s’est rendue dans le Loiret pour effectuer une mission de terrain sur les sites d’Orléans (cathédrale, collégiale Saint-Aignan, Musée des Beaux-Arts et Musée historique et archéologique), Germigny-des-Prés (oratoire) et Saint-Benoît-sur-Loire (abbaye de Fleury).

Chapiteau corinthien avec l'inscription « VNBERTVS ME FECIT », tour-porche de l'église abbatiale de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). (cliché É. Mineo)
Chapiteau corinthien avec l’inscription « VNBERTVS ME FECIT », tour-porche de l’église abbatiale de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire). (Cliché É. Mineo)

En raison de la forte dispersion de la documentation épigraphique et de l’inégalité ou insuffisance de données dans la bibliographie antérieure, ce type de mission constitue une étape fondamentale en vue de la publication du Corpus des inscriptions de la France médiévale (CIFM). L’examen in situ s’avère en effet indispensable pour vérifier ou corriger des éditions plus anciennes et pour recueillir des informations trop souvent lacunaires sur les aspects matériels des inscriptions. La bonne réussite de la mission dépend donc d’un long travail en amont (dépouillement bibliographique, prise de contact avec les institutions locales de conservation, préparation des notices) assuré par Estelle-Ingrand Varenne, ingénieur d’étude en charge de la publication du CIFM.

Estelle Ingrand-Varenne dépoussiérant délicatement une inscription au Musée historique d'Orléans (Cliché É. Mineo)
Estelle Ingrand-Varenne dépoussiérant une inscription au Musée historique et archéologique d’Orléans
(Cliché É. Mineo)

02_
Vincent Debiais et l’équipe d’épigraphistes au travail dans les réserves du Musée historique et archéologique d’Orléans
(Cliché É. Mineo)

Une fois sur place, il faut en premier lieu repérer l’inscription et vérifier son état de conservation. Cette quête s’apparente parfois à une véritable chasse au trésor car les informations sur la localisation de l’objet, souvent anciennes, peuvent être approximatives ou erronées. En cela, les conservateurs ou responsables de site sont des guides et des aides précieux permettant aussi, comme à l’occasion de cette mission, de dénicher des inscriptions inédites. Étudier des plaques boucles et autres ornements métalliques entreposés dans les réserves du Musée historique et archéologique d’Orléans et découvrir, à Saint-Benoît-sur-Loire, une épitaphe cachée par la végétation dans un lieu normalement inaccessible aux visiteurs ou, encore, des fragments inscrits d’une crosse pastorale ont été autant de hors-programme rendus possibles grâce à la sollicitude de Mme Catherine Letellier-Gorget et Frère Joseph (OSB) – et  très appréciés des participants à la mission (Sébastien Biay, Eva Caramello, Vincent Debiais, Estelle-Ingrand Varenne, Émilie Mineo).

04_
Estelle Ingrand-Varenne et Frère Joseph mesurant une inscription cachée dans l’espace du cloître de Saint-Benoît-sur-Loire (Cliché É. Mineo)

Il s’agit donc d’un franc succès pour cette mission au cours de laquelle près de 40 inscriptions (allant de la mosaïque. à la sculpture monumentale sur pierre et à la petite pièce d’orfèvrerie) ont été mesurées, déchiffrées, analysées et photographiées. La publication définitive demandera encore plusieurs mois de travail mais les plus curieux pourront aller frapper à la porte du CIFM pour découvrir les superbes clichés (réalisés par Vincent Debiais) et le reste de la documentation recueillie lors de ces trois intenses journées de travail.

Retour d’Oslo

Fin septembre 2013, Vincent Debiais, chargé de recherche au CESCM, s’est rendu à l’Université d’Oslo pour le colloque Between Image and Text: The Early Medieval ‘Iconology’ of Graphic Representational Signs.

Organisée par Ildar Garipzanov, professeur à l’Université d’Oslo, et pensée comme un séminaire ouvert, cette rencontre scientifique avait pour objectif l’exploration des formes limite de la scripturalité médiévale : emploi des lettres comme motifs ornementaux, compositions alphabétiques sans possibilité de lecture, mélanges des écritures/mélanges des langues… Autant de sujets qui intéressent depuis toujours les paléographes et les épigraphistes, mais aussi les historiens de l’art et des pratiques dévotionnelles ou les spécialistes de la magie.

Epitaphe de Bernard au Musée des Augustins de Toulouse. Cliché Eva Caramello

L’épigraphie était (pour une fois !) aux premières loges et les inscriptions analysées au cours des quatre sessions de communications ont montré combien les médiévaux ont su inventer des formes et des pratiques graphiques mettant en avant les qualités esthétiques ou symboliques des matériaux : pierre, bois, métal, os…

Ildar Garipzanov avait invité les participants à réfléchir sur la notion de graphicacy, point de rencontre de la visualité et de la scripturalité, et sur ses implications cognitives.

Les communications, suivies de très longs temps de discussion, ont montré combien il est difficile de repérer, dans les sources graphiques médiévales, les traces éventuelles de ces usages « interstitiels » de l’écriture, et ont donc invité les organisateurs à prolonger la recherche dans le cadre d’autres rencontres en 2014 et 2015.

Pierre, feuille, ciseau …

Ateliers taille de pierre, dessin et estampage.

Un des multiples intérêts du programme ESSEP (European Summer School in Epigraphy) est d’ajouter aux conférences, exercices et visites sur le terrain (Aulnay, Saintes, Bordeaux) ou dans les musées (Musée Sainte-Croix à Poitiers, Musée d’Aquitaine à Bordeaux) une formation technique.

La première et la plus commune est la photographie. Isabelle Fortuné a ainsi initié les étudiants à l’art de la prise de vue les années précédentes.

Le deuxième atelier était plus spécifique à l’épigraphie : deux enseignants (Delphine Ackermann et Antonio Pistellato) ont montré les différentes techniques de relevé.

Cliché Marina Paniagua

Complémentaire du cliché et du dessin, l’estampage papier permet d’obtenir une empreinte exacte de l’inscription gravée en creux, facile à transporter et à archiver.

Une fois la feuille appliquée sur une pierre nettoyée, il faut humecter le papier et frapper des petits coups sur la pierre à l’aide d’une brosse, en commençant par le haut du texte. Cette opération répétée permet au papier de bien adhérer et de rentrer dans chaque ciselure.

Une fois sèche, on enlève délicatement la feuille de papier.

1186710_10151576042510009_1571238167_n
Cliché Marina Paniagua

Dans la trousse du parfait épigraphiste, il y a donc : outre la petite lampe torche pour examiner les pierres à la lumière rasante et accentuer l’ombre des reliefs, un appareil photo, une brosse, une éponge, du papier non collé pour l’estampage, et le matériel à dessin pour le relevé in situ (feutre fin indélébile, scotch adhérent à tout matériau, papier transparent type papier-fleuriste, ciseaux).

Le troisième atelier – le plus original – fut l’initiation à la taille de pierre, sous la direction de Thierry Grégor, enseignant en maçonnerie à l’EREA de Saintes, diplômé d’un brevet de maîtrise de taille de pierre et maçon.

_SCU1839
Cliché J-P Brouard/CESCM

Une présentation rapide est faite des divers outils de la taille de pierre (pointe, ciseau, ciseau à grain d’orge, ciseau à bout rond, chasse, gradine, massette, taillant, têtu, pique, chemin de fer, râpe, scie etc.).

Ceux-ci n’ayant connu que peu d’évolution en vingt siècles, il est aisé de resituer les techniques dans leur contexte historique, mais bien difficile de dater grâce à ces mêmes outils. Bien armé, chaque stagiaire s’essaie à la taille sur des blocs de calcaire ou de marbre, les types de pierre les plus généralement utilisés avec le grès.

Avant de travailler son support, le tailleur prépare son bloc, détermine le champ épigraphique par un cadre et des réglures (traits horizontaux et verticaux formant un quadrillage serré pour dessiner parfaitement les lettres). Un autre choix à faire concerne la profondeur, qui va du simple graffiti à une taille dans la pierre parfois profonde, certaines inscriptions pouvant même être à l’inverse en relief.

Certaines techniques de taille permettent de renforcer la lisibilité de l’inscription, comme l’ancrage (en insérant du métal dans les creux) ou la mise en couleur, qui accentue la lisibilité (la coloration d’une ligne sur deux, par exemple, donne une impression de polychromie).

1185321_10151568841285009_721801889_n
Cliché Marina Paniagua

Le lapicide commet aussi des erreurs et l’on rencontre quelques cas rares de corrections ou d’effacements.

Dans la peau d’un tailleur de pierre dans l’Antiquité ou au Moyen Âge pendant une après-midi, étudiants et enseignants ont pris conscience de manière très concrète des difficultés et contraintes techniques, et des précieux indices que peut fournir une bonne observation du support, des traces d’outils, des marques d’usure etc.

Une expérience riche et souvent inédite pour ces stagiaires, montrant combien l’épigraphie est au carrefour de multiples disciplines (histoire, histoire de l’art, archéologie, paléographie, linguistique etc.), et demande une formation des plus complètes : c’est tout le but du programme ESSEP.

 

ESSEP 2013 : last but not least

La session 2013 de l’European Summer School in Epigraphy (ESSEP) s’est déroulée du 18 août au 1 septembre dernier. Pour la troisième année consécutive, Poitiers a donc vu se réunir des étudiants et des enseignants venus de neuf universités européennes : Athènes, Heidelberg, Helsinki, Louvain, Madrid, Newcastle, Poitiers, Varsovie et Venise. Pendant deux semaines, entre tables rondes, excursions et ateliers pratiques, chacun a pu en apprendre davantage et échanger autour du thème de l’épigraphie antique et médiévale.

82-00017548-300_1371110104084Pour les étudiants, le maître-mot de cette rencontre a probablement été « poster ». En effet, répartis en équipes, tous ont travaillé à la réalisation de panneaux explicatifs sur des thèmes aussi variés que « rôle et statut des femmes dans les inscriptions », « écrire sur les objets » ou « épigraphie et anthroponymie ». L’ensemble de ce travail donne lieu à une exposition intitulée « Epigraphies européennes », visible dans le hall de la BUSHAMA jusqu’au 10 septembre 2013.

Les étudiants ont partagé leur temps entre travaux de groupes, conférences et ateliers pratiques. Tables rondes et exercices ont permis de mieux comprendre les enjeux actuels en matière d’épigraphie. L’un des atouts majeurs d’ESSEP est la vision diachronique mais également transculturelle qu’elle propose puisque la session traîte à part égale des inscriptions grecques, romaines et médiévales. Les sessions intensives ont été complétées par de nombreuses visites à Poitiers, Saintes et Bordeaux, en musée ou directement sur site. La visite d’un atelier de tailleurs de pierre (Saintes) ou celle des réserves épigraphiques du musée d’Aquitaine (Bordeaux) sont autant de moments uniques rendus plus agréables encore grâce à l’accueil chaleureux de professionnels ravis de faire partager leur savoir et leurs compétences. Ces visites sont également le moyen de faire découvrir aux étudiants étrangers la richesse historique et patrimoniale de la France.

DSC_0031

En plus d’offrir une formation de qualité, ce qui rend ESSEP unique c’est la richesse de l’expérience humaine qu’elle propose. Tout essepien vous le dira, cette formation est une grande aventure  qui se déroule sous le signe de la diversité linguistique et culturelle. Le soir venu, la fermeture des salles de cours ne provoque pas la séparation du groupe, bien au contraire. Discuter, boire un verre ou prendre un pique-nique deviennent vite les rendez-vous quotidiens et permettent de faire naître de réelles amitiés européennes. Passées deux semaines, c’est toujours le cœur serré que le groupe se sépare sur les quais de la gare et il ne reste alors plus qu’à espérer que 2015 continue d’agrandir la famille essepienne, à Poitiers où ailleurs…