Cahiers de civilisation médiévale 55/hors-série : Les 5 sens au Moyen Âge

Couv_220bis_web2Le fascicule hors-série 2012 des Cahiers de civilisation médiévale est paru !

Retrouvez le sommaire sur Academia.edu.

Pour le commander, c’est ici.

Les articles ont été sélectionnés sous la direction d’Éric Palazzo. La publication a reçu le concours du programme de recherche mené par Éric Palazzo sur les cinq sens au Moyen Âge, financé par l’Institut universitaire de France

Avant-propos

Les auteurs des Cahiers continuent d’explorer les cinq sens au Moyen Âge. À l’époque carolingienne, les savants sont convaincus qu’une lumière émane de l’œil dont le champ d’action est considérable, en écho à l’exégèse de l’« énamourement » du roi David par son regard jeté sur Bethsabée. G. Bührer-Thierry développe l’idée du roi carolingien et de ses évêques dont le pouvoir et la hiérarchie se concrétisent dans leur rôle de speculatores (« observateurs », voire « espions ») au sens propre et figuré. Dans les hiérarchies médiévales relatives à la croyance, le toucher se situe bien plus bas que la vue. Il se retrouve confronté à ses enjeux théologiques, vers 1100, dans les ivoires de Salerne représentant le Noli me tangere, ordre par lequel Marie Madeleine est écartée du corps glorieux du Christ, et dans de Thomas, qui veut mettre les doigts dans ses plaies pour croire en la Résurrection. Les conceptions médicales de l’école salernitaine transparaissent peut-être derrière ces images (F. Dell’Acqua). Le voir et le toucher concernent l’enluminure de la Majestas Domini de l’Évangéliaire de Sainte-Croix de Poitiers. Cette image fut maintes fois touchée avec dévotion, alors que, par ses effets inattendus, elle trompe l’œil du spectateur et le conduit à une véritable exégèse visuelle (L. Herbert).

L’ouïe figure toujours en bonne place. C’est à travers elle que le croyant est saisi par la foi : fides ex auditu (Rm 10, 17). Il entend continuellement les cloches qui scandent sa journée, lui signalant les heures de la liturgie. Un tel instrument est voix de Dieu qui indique à chacun le chemin à suivre. Voué à une si haute fonction, il ne saurait être fabriqué de façon profane. La fusion de son métal au four s’accompagne d’exorcismes et de bénédictions, tout comme son installation au clocher fait l’objet d’un baptême qui lui accorde un nom (E. Neri). Souvent, la vibration des cordes vocales, captée par l’ouïe, se mêle inextricablement à l’image. Lors de la veillée de la Pâque juive, l’ancien récite par cœur, dans chaque foyer, l’exode d’Égypte. À partir du xiiie siècle toutefois, l’écrit et l’image accompagnent la mémoire, et participent de l’expérience sensorielle du rituel, comme dans ces beaux manuscrits de la Haggadah dont les enluminures complètent par l’iconographie la commémoration orale et son audition (A. S. Cohen). Si, avec la renaissance du xiie siècle, l’alphabétisation progresse, la théologie connaît également des bouleversements. L’un d’entre eux consiste à délaisser le binôme visible-invisible au profit de naturel-surnaturel. Une comparaison entre Saint-Bénigne de Dijon au xie siècle et Saint-Andrew de Wells au xiiie siècle tendrait à soutenir cette thèse. Semblant faire écho à des conceptions de l’univers différentes, les dispositifs architecturaux des édifices et les liturgies qui y furent pratiquées à deux siècles d’intervalle stimulaient de manières différentes les sens des participants à des rituels précis (C. M. Malone). C’est par l’odorat que le croyant sent l’encens au cours des cérémonies religieuses. Il vit son expérience spirituelle dans la synesthésie, tous les sens se joignant à l’odorat. La description des différents encensoirs du haut Moyen Âge, qu’ils soient païens, juifs, chrétiens ou musulmans, nous engagent dans un comparatisme religieux de bon aloi (L. Nees).

Les articles recueillis ici font écho à la seconde table ronde organisée par Éric Palazzo au CESCM les 29, 30 et 31 mai 2013. Ils prolongent les enquêtes sur les modalités selon lesquelles les sens sont conçus et activés au Moyen Âge, tout en ouvrant de nouvelles perspectives sur la manière dont ils contribuent à forger pratiques et mentalités, monuments, images et objets. Confrontée au rituel religieux, à l’acte de dévotion, à la pratique du pouvoir ou à l’expérience intime de la foi, l’histoire des sens offre un nouveau regard sur les champs d’investigations classiques des médiévistes.

Martin Aurell et Blaise Royer.

Dire le silence au Moyen Âge

Le 14 février prochain se tiendra à Poitiers une journée d’étude sur le silence au Moyen Âge. Le thème de cette rencontre peut paraître surprenant, surtout quand elle n’est pas organisée par des musicologues !

BeatusÀ la lecture du programme, on réalise en effet que c’est davantage l’idée médiévale du silence (sa réalité, sa définition, son statut) qui est au cœur des réflexions des conférenciers réunis par Vincent Debiais au CESCM. Pour parvenir à envisager cette notion, qui n’apparaît que de façon discrète dans les sources, les communications s’attacheront à repérer les traces des pratiques silencieuses dans la discipline monastique, dans la prédication, dans la musique, dans les représentations visuelles, etc. L’originalité de cette interrogation repose sur la dimension positive, active et matérielle du silence. Pas question donc de se limiter à chercher en creux le silence, dans sa relation exclusive à la privation de parole et à l’impossibilité du son. La recherche sur le silence possède également des liens avec la réflexion sur l’absence, sur le vide, sur le blanc… autant de notions qui, si elles ne peuvent être considérées seules comme des objets d’études, en disent beaucoup des conceptions médiévales quant au signe, à la trace, à l’empreinte.

La journée d’étude du 14 février est le premier volet d’une série de trois rencontres. La seconde aura lieu à New York à la fin du mois d’avril, la troisième quelques jours plus tard dans le cadre de l’International Congress on Medieval Studies à Kalamazoo (Etats-Unis). La rencontre de Poitiers a été conçue comme un espace de discussion ouvert, animé par Laurent Hablot et Éric Palazzo, afin de jeter les bases de ce qui pourra devenir un ouvrage collectif réunissant l’ensemble des communications prononcées au cours des trois journées d’études, augmenté de textes commandés à des médiévistes, mais aussi à des artistes.

Présentation et programme

Monastères entre Loire et Charente

Presses Universitaires de Rennes Cécile Treffort et Pascale Brudy (dir.)
avec la collaboration d’Anne Autissier
 
Monastères entre Loire et Charente
 
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2014. – 320 p. (Archéologie et Culture)
ISBN : 978-2-7535-2767-6


Ce livre propose des synthèses et des études de cas, travaux pour la plupart inédits qui éclairent d’un jour nouveau les communautés monastiques et canoniales du Centre-Ouest. Articulant la recherche historique et archéologique avec une approche patrimoniale, il permet de comprendre et de regarder différemment les vestiges ténus ou monumentaux dont les pierres gardent le souvenir de ce que fut la vie de ces hommes de Dieu.

[4e de couv.] Dans un paysage marqué par la présence conjointe du littoral atlantique qui les borde et du fleuve Charente qui les traverse, les pays charentais sont, au Moyen Âge, une terre monastique. Isolés sur des îles au cœur de l’océan ou des marais ou installés à proximité de lieux de vie et de voies de communication, voire prenant la tête des opérations de conquête de nouvelles terres par défrichement des zones d’espaces boisés ou assèchement de zones marécageuses, les religieux ont construit des monuments de pierre qui ont marqué durablement le paysage de la région.

Le présent ouvrage, qui explore ces lieux singuliers, est issu d’un programme collectif de recherche (PCR) du ministère de la Culture, Conditions d’implantation des monastères dans les pays charentais au Moyen Âge. Étude sur la géographie monastique en Charente et Charente Maritime jusqu’au XVe siècle. Archéologie, architecture et histoire, mené sur plusieurs années (2001-2008), ponctué par un colloque, Archéologie monastique en pays charentais. Bilan, exemples et perspectives (Saintes et Saint-Amant-de-Boixe, 2005) et accompagné par une exposition itinérante, À la table des moines charentais. Archéologie de l’alimentation monastique en pays charentais au Moyen Âge.

Élargissant l’horizon géographique des pays de la Charente à ceux de la Loire, ce livre propose alternativement des synthèses et des études de cas, travaux pour la plupart inédits qui éclairent les communautés monastiques et canoniales du Centre-Ouest d’un jour nouveau. articulant la recherche historique et archéologique avec une approche patrimoniale, il permet de comprendre et de regarder différemment les vestiges ténus ou monumentaux dont les pierres gardent le souvenir de ce que fut la vie de ces hommes de Dieu.
 

Pascale Brudy est docteur en histoire de l’art médiéval, post-doctorante en 2013 à l’université Laval-Québec (Grepsomm) et membre associé à l’équipe Le Monument religieux et son décor du CESCM (UMR 7302, CNRS/université de Poitiers). Ses recherches et ses publications concernent le monde monastique au Moyen Âge, plus particulièrement l’étude des réfectoires et des pratiques alimentaires.

Cécile Treffort est professeur en histoire médiévale à l’université de Poitiers et directrice du centre d’études supérieures de Civilisation médiévale, CESCM (UMR 7302, CNRS/université de Poitiers). Spécialiste d’histoire religieuse et culturelle, elle a piloté le PCR Conditions d’implantation monastique dans les pays charentais au Moyen Âge entre 2001 et 2008. Elle a publié ou dirigé de nombreux travaux sur les prieurés et monastères, en particulier L’abbaye de Maillezais : des moines du marais aux soldats huguenots1 et Abbayes d’entre terre et mer en Vendée2.

  1. Cécile Treffort et Mathias Tranchant, L’abbaye de Maillezais : des moines du marais aux soldats huguenots, Rennes : PUR, 2005, 481 p. []
  2. Cécile Treffort, Abbayes d’entre terre et mer en Vendée, La Roche-sur-Yon : Conseil Général de Vendée, 2010, 89 p. + 1 DVD []

[Exposition] : Regards sur le patrimoine

Objectifs explorant le passé, regards croisés : du 8 janvier au 21 février 2014

Isabelle Fortuné/Université de poitiers
Isabelle Fortuné/Université de poitiers

Trois étudiants historiens et historiens de l’art ont posé leurs regards sur notre patrimoine.
Photographies en noir et blanc et en couleurs par Vincent Billaudeau, Mathias Nicolas et Maé Sibéril.

Vincent Billaudeau est étudiant en master 2 Patrimoines, musées et multimédia.
Mathias Nicolas est diplômé de la promotion précédente du même master.
Maé Sibéril est étudiante du master 2 Civilisation antique et médiévale, en histoire de l’art médiéval.

 

Entrée libre
Vernissage le jeudi 23 janvier à 16h

Lieu :

Poitiers – Centre-ville
Faculté des Sciences Humaines et Arts // Espace d’exposition – Bâtiment E18 – niveau 3

8 rue René Descartes // 23 bis rue des Carmélites (le samedi)

Contact :

Isabelle FORTUNE : isabelle.fortune@univ-poitiers.fr

Pour plus de renseignements

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)