Vie spirituelle et dévotion au Moyen Âge : pratique des livres d’heures

Vie spirituelle et dévotion au Moyen Âge : pratique des livres d’heures1

La religion chrétienne était omniprésente dans la société médiévale. La journée s’organisait autour de la sonnerie des cloches de l’église qui appelait quotidiennement au recueillement. Les communautés religieuses se réunissaient toutes les trois heures pour prier : de matine (minuit) à complie (21h). Ces heures dites canoniales réglaient la vie ecclésiastique. La prière était très importante : à travers l’acte contemplatif, l’âme des fidèles se rapprochait de Dieu. Les croyants imploraient alors la miséricorde du Sauveur. Par cette vie spirituelle, les chrétiens prouvaient à Dieu leur amour et espéraient se montrer dignes d’entrer au royaume des Cieux à leur mort. A la fin du Moyen Âge, les laïcs célébraient leur foi avec une grande dévotion. Ils ressentaient le besoin croissant de s’adresser directement à Dieu, en privé, par une lecture intériorisée des psaumes, prières et oraisons. Pour ce faire, ils utilisaient un recueil de prière, le livre d’heures, qui permettait de suivre la liturgie des heures. Ce guide de dévotion personnelle constitue aujourd’hui un précieux témoignage historique : son contenu nous indique avec précision les différents saints et manifestations religieuses commémorés dans les diocèses à cette époque. En effet, nous trouvons par ordre d’apparition :

  • le calendrier liturgique : il indique les principales fêtes des apôtres et martyrs, ainsi que les saints célébrés chaque jour. La présence de noms de saints régionaux, écrits par ordre d’importance, nous renseignent sur la provenance du manuscrit. Par exemple, dans le ms. 53, saint Rémi et sainte Geneviève, fêtés respectivement le 1er octobre et le 26 novembre, nous renvoie aux usages liturgiques du diocèse de Paris. [Ms 53 f°12v : fête de Sainte Geneviève/Genovese]
  • l’office de la Vierge : il est introduit par une enluminure narrant la vie de la Vierge et l’enfance du Christ. Ce texte varie selon la localisation. A la fin du Moyen Âge, la Vierge Marie occupait une place centrale dans le cœur des fidèles : elle était la Mère de la miséricorde, l’unique espoir des désespérés. La piété populaire invoquait Marie contre tous les dangers qui guettaient l’humanité et contre tous les malheurs qui l’accablaient. Elle protégeait aussi bien de l’enfer que des maux terrestres, en particulier de la peste2. [Ms 46 (304) f°17]
  • les sept psaumes de la pénitence : ces psaumes de supplication du roi David étaient récités par le fidèle pour obtenir le pardon de ses péchés. Le texte est généralement introduit par une enluminure représentant le roi David en prière. [Ms 47 (308) f°110]
David en prière, Ms 47 (308) f° 110 / Cliché BM Poitiers

  • l’office des morts : ce chapitre servait à faire mémoire des morts ; le texte était récité par un homme d’église à l’occasion des funérailles, puis quotidiennement par la famille pour le repos de l’âme du défunt. [Ms 50 (324) f°157]
  • les suffrages : ces petits recueils rassemblaient des prières destinées aux saints auxquels le fidèle vouait une dévotion particulière. Ils sont souvent illustrés par une miniature du saint invoqué.

D’autres chapitres interchangeables sont également présents : des extraits des Evangiles, les Heures de la Croix, du saint-Esprit, et des oraisons diverses. Ils sont introduits en général par une enluminure qui permet aux fidèles de situer les différents chapitres en l’absence de table des matières.

Malgré ce socle commun, il est important de souligner que chaque livre d’heures est unique : le commanditaire pouvait demander l’ajout d’offices particuliers et de mentions de saints pour lesquels il avait une dévotion particulière.

Glossaire3 :

Contemplation : considération portant sur Dieu ou les choses divines ; état de l’âme absorbée en Dieu.

Rédemption : action de participer au salut de son âme ou de celle d’autrui par l’expiation de ses péchés et les efforts spirituels.

Oraison : invocation collective qui termine les heures canoniales ou qui ponctue une célébration liturgique.

Diocèse : circonscription ecclésiastique placée sous la juridiction d’un évêque ou d’un archevêque.

Supplication : prière pressante et humble en faveur de quelqu’un.

 

  1. Pour de plus amples informations sur l’historique et l’usage des livres d’heures de Poitiers, se référer à l’ouvrage :  Hélène RICHARD, Livres d’heures de la Bibliothèque municipale de Poitiers : exposition, Musée Sainte-Croix, 22 janvier-8 mars 1982, Poitiers – Poitiers : Musée Sainte-Croix, 1981. []
  2. Jean DELUMEAU, Des religions et des hommes, Paris : Desclée de Brouwer, 1997. []
  3. Institut national de la langue française, Trésor de la Langue Française : dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle, 1789-1960, Paris, Gallimard, 1988 []

Retour d’Oslo

Fin septembre 2013, Vincent Debiais, chargé de recherche au CESCM, s’est rendu à l’Université d’Oslo pour le colloque Between Image and Text: The Early Medieval ‘Iconology’ of Graphic Representational Signs.

Organisée par Ildar Garipzanov, professeur à l’Université d’Oslo, et pensée comme un séminaire ouvert, cette rencontre scientifique avait pour objectif l’exploration des formes limite de la scripturalité médiévale : emploi des lettres comme motifs ornementaux, compositions alphabétiques sans possibilité de lecture, mélanges des écritures/mélanges des langues… Autant de sujets qui intéressent depuis toujours les paléographes et les épigraphistes, mais aussi les historiens de l’art et des pratiques dévotionnelles ou les spécialistes de la magie.

Epitaphe de Bernard au Musée des Augustins de Toulouse. Cliché Eva Caramello

L’épigraphie était (pour une fois !) aux premières loges et les inscriptions analysées au cours des quatre sessions de communications ont montré combien les médiévaux ont su inventer des formes et des pratiques graphiques mettant en avant les qualités esthétiques ou symboliques des matériaux : pierre, bois, métal, os…

Ildar Garipzanov avait invité les participants à réfléchir sur la notion de graphicacy, point de rencontre de la visualité et de la scripturalité, et sur ses implications cognitives.

Les communications, suivies de très longs temps de discussion, ont montré combien il est difficile de repérer, dans les sources graphiques médiévales, les traces éventuelles de ces usages « interstitiels » de l’écriture, et ont donc invité les organisateurs à prolonger la recherche dans le cadre d’autres rencontres en 2014 et 2015.

Campagne photographique dans la vallée du Loir et à Château-Gontier

Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) – Eva Avril/CESCM

Du 18 au 28 juin, l’équipe de Peintures murales et la photothèque du CESCM, dirigée par Aurélia de Moussac, ont mené de concert une campagne photo visant deux objectifs convergents.

Le premier concerne l’inventaire des peintures romanes de France qui consiste à couvrir de manière exhaustive tous les ensembles de peintures murales des XIe-XIIe siècles.

Les photos sont intégrées dans la base Romane et font l’objet d’une indexation poussée, en partie dans le cadre d’un séminaire de Master 1.

Les peintures de la Région Poitou-Charentes ayant déjà été couvertes, nous avons orienté depuis l’année dernière les nouvelles campagnes autour de la vallée de la Loire. En 2012, Eva Avril, qui travaille actuellement comme vacataire à mi-temps pour la photothèque, a assuré la campagne des célèbres peintures de Vic, dans  l’Indre, et Jean-François Amelot, un photographe indépendant auquel on doit notamment les photos du dernier livre de Marie-Thérèse Camus, s’est chargé des sites de Saint-Jacques-des-Guérets et du Liget.

Cette année, nous avons opté pour une série d’ensembles de la vallée du Loir extrêmement riches du point de vue de l’iconographie et souvent d’une très grande qualité artistique : Montoire, Areines, Douy et Cloyes. Les peintures de Montoire sont les plus célèbres mais, comme celles de Douy, elles appartiennent à un particulier, de sorte qu’il a fallu préalablement obtenir son autorisation. Cette campagne a permis de faire progresser significativement le corpus des peintures romanes de France.

Château-Gontier (Mayenne) – Eva Avril/CESCM

Les peintures de Château-Gontier présentent en effet un cycle de l’Ancien Testament iconographiquement très proche de celui de Saint-Savin et il se déploie pareillement sur des voûtes en berceau. Elles constituent par conséquent le principal ensemble permettant d’éclairer les choix iconographiques et structurels opérés à Saint-Savin. Pour cette campagne, nous avons utilisé une partie de la subvention accordée par la Région Poitou-Charentes pour ce projet.

Du point de vue pratique, cette campagne a posé des difficultés particulières car les peintures sont très effacées, parfois illisibles, mal éclairées et disposées très haut sur les voûtes du transept. Elles ont donc imposé dans bien des cas des prises de vue sans pied, à quatre-vingt-dix degrés, dans des positions pour le moins inconfortables. Malgré ces difficultés, ces photos sont très réussies et nous attendons qu’Eva Avril les retravaille pour pouvoir les exploiter. Carolina Sarrade a également participé au repérage de cette campagne puisque, en tant qu’ingénieur d’étude au CESCM, elle participe très activement au programme de recherche sur Saint-Savin. Elle a réalisé un grand nombre de relevés stratigraphiques in situ durant les restaurations et travaille actuellement à la mise au net de ces relevés.

Les deux volets de cette campagne ont été une grande réussite, tant du point de vue de la couverture photographique que des discussions que nous avons eues sur place au sujet de ces différents ensembles picturaux. La prochaine campagne, qui sera organisée l’année prochaine, visera à compléter l’inventaire des églises de la vallée du Loir.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)