Un silence éloquent

Premier volet d’un triptyque qui se prolongera outre-Atlantique : à New-York en avril, à Kalamazoo en mai (49e International Congress on Medieval Studies, Michigan), la journée d’étude du 14 février 2014 réunissait à Poitiers historiens, historiens d’art, musicologues, sémioticiens etc. autour du « matériau silence ». Ce riche dossier sera encore étoffé par des communications sur le même thème écrites par des juristes et des artistes, non médiévistes, et publiées sur la plateforme Art-Hist.

Vincent Debiais (chargé de recherche au CNRS), organisateur de cette journée avec la collaboration de la plateforme Art-Hist, a introduit le thème et la forme de cette journée d’étude, privilégiant les échanges libres en vue d’une réelle construction intellectuelle et collective.

À l’origine du projet, un questionnement sur l’absence d’écriture dans certaines œuvres. Pourquoi deux images très proches présentent l’une un texte et l’autre non ? Comment interpréter ce jeu de présence/absence ? Très vite, néanmoins, la question de la définition du silence invite à dépasser cette première approche en creux (absence de parole dans une culture logocentrique), pour en faire une donnée positive, liée à la quiétude et à la capacité de compréhension. Le dossier biblique, la théologie d’un silence créateur, le silence plein de l’indicible et doué d’une force pragmatique seront quelques pistes à explorer, par exemple à travers l’étude des manuscrits des Beatus.

« Silence du noir », tel était le titre de la présentation d’Anne-Marie Christin (Université de Paris Diderot/CEEI), malheureusement absente et dont le texte fut lu par Laurent Hablot (Université de Poitiers/CESCM) président de séance, lors de la matinée. Évoquant la calligraphie chinoise, la création typographique du XVIe siècle ou la peinture de contact de Philippe Clerc, Anne-Marie Christin a centré son propos sur le silence de l’image, qui tient à la nature même de l’image et est de l’ordre du noir (tout d’abord celui de l’origine). Le silence peut se comprendre dans l’histoire de la création occidentale à travers la piste de l’estampage, de l’empreinte à la fois comme trace et comme silence, mais un silence étranger à la parole et créateur de nouvelles images.

Pour clore la matinée, Pascale Brudy (CESCM) a évoqué le silence monastique, dans le réfectoire, lors des repas des moines. Demandé dans les règles monastiques, le silence est d’abord une obligation individuelle ; il n’en reste pas moins bavard par les signes échangés entre les moines ou différentes sonorités (cloches, prières). Ce silence s’inscrit dans une éthique de la communication et permet une bonne écoute communautaire : celle du lecteur placé en chaire, qui apporte la nourriture de l’âme, en complément de celle du corps. Le silence est un des éléments de la ritualisation du repas monastique, qui permet des rapprochements avec le repas eucharistique.Beatus

La séance de l’après-midi, présidée par Éric Palazzo (Université de Poitiers/CESCM), fut ouverte par Patrick Henriet (EPHE), sur un dossier hagiographique : le miracle d’Hugues de Semur, à la mort de Durand de Bredon (Vita Hugonis de Gilon), qui met en scène un silence efficace, de nature pénitentielle, dans un contexte funéraire. Sept frères s’imposent sept jours de silence pour racheter le péché de langue de Durand lors de son vivant. Ce septénaire inversé, qui se déroule sur un arrière-plan liturgique et biblique, notamment à travers Job, manifeste la densité ontologique du silence.

Sur un terrain quasiment vierge de toute bibliographie, Christelle Cazaux-Kowalski (Université de Poitiers/CESCM) a proposé d’aborder la théorie et la notation du silence dans la musique médiévale. Avant le XIIIe siècle, la musique est la voix, le texte chanté ; le silence est une respiration, une « cadence », qui correspond un mouvement mélodique comme un autre et non un arrêt. Il n’est pas un matériau sonore inclus dans le discours musical et les théoriciens insistent sur la continuité. Avec l’émergence de la polyphonie et des notations mesurées au XIIIe siècle, une barre verticale (divisio modi) vient marquer la pause, omission de la voix. Le silence en musique n’apparaît donc que par une seule marque graphique, alors que le mot lui-même n’est jamais employé.

Les prophètes du Puits de Moïse (1396-1405), provenant de la Chartreuse de Champmol, furent le terrain d’enquête de Vivianne Huys (MICA/Université de Bordeaux III). Cette œuvre rappelle différents aspects du théâtre médiéval et met sous les yeux un drame silencieux avec sa propre temporalité, une rhétorique du sensible qui suscite cris, sons, chuchotements. Le silence est ici un acteur ; dans une co-construction du dispositif scénographique, il devient un vide nécessaire à l’émergence du dit, le corollaire de la parole. La nature du silence relève de l’espace et du temps, car c’est un matériau et non un simple signe ou une représentation. Il nécessité l’appui d’une iconicité. Le silence est affaire de perception, dans une expérience synesthésique de la matière, et le rôle de la perception est de préparer les actions.

Dans ses conclusions, Cécile Voyer (Université Bordeaux II et Université de Poitiers/CESCM) a rappelé les difficultés à tracer les contours du « matériau » silence, dont la valeur peut-être positive ou négative suivant les contextes, et dont une des clés de lecture évoquée à plusieurs reprises dans les discussions pourrait être la continuité/discontinuité. Aventure à suivre, après cette stimulante inauguration qui laisse présager des prolongements tout aussi riches.

[16 au 27 juin] Semaines d’études médiévales 2014 CESCM

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale francophone de formation, qui regroupe une quarantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers. Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier.

Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une cinquantaine d’année, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.

Cliché J.-P. Brouard (CESCM)
Cliché J.-P. Brouard (CESCM)

Programme :

Lundi 16 juin :

10h – Accueil des stagiaires, présentation du CESCM, visite des centres documentaires

14h – Visite de Notre-Dame-la-Grande et du Palais des Comtes, par Claude Andrault-Schmitt et Laurent Hablot

16h  – Conférence inaugurale de Frédéric Boutoulle (Université de Bordeaux/Ausonius) : Culture politique et mémoire paysanne au XIIIe s. Enjeux d’une révision historiographique

Mardi 17 juin

10h – Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM) : La force des mots : poèmes épigraphiques et oraisons pour les lieux de vie monastique à l’époque carolingienne

14h  – Monique Goullet (CNRS Paris/LAMOP) : Pourquoi et comment éditer des légendiers ? Le cas du Légendier de Turin (Torino, BN, D.V.3, ca 790)

16h – Présentation des manuscrits de la Médiathèque par Éric Palazzo (Université de Poitiers/CESCM)

Mercredi 18 juin

10h – Johannes Bartuschat (Université de Zurich) : Les poètes médiévaux face aux arts figuratifs : quelques exemples italiens

16h – Table ronde animée par Janua

Jeudi 19 juin

10h – Gerardo Boto Varela (Université de Gérone) : Cathédrales de la couronne d’Aragon (950-1250). Pouvoir ecclésiastique, scénarios architecturaux et éloquence des images

14h – Alessandro Vitale Brovarone (Université de Turin) : Écrire le parlé : intersections entre tradition savante et expérience quotidienne

16h – Visites du Baptistère Saint-Jean et  de la Cathédrale Saint-Pierre, par Claude Andrault-Schmitt et Cécile Treffort

Vendredi 20 juin

10h – Platon Petridis (Université d’Athènes) : L’archéologie médiévale en Grèce. De l’histoire de l’art chrétien (XIXe s.) aux approches interdisciplinaires (XXIe s.)

14h – Présentation des fonds des Archives départementales

Dimanche 22 juin

          Excursion : Chinon-Fontevraud

Nicolas Prouteau, Daniel Prigent, Claude Andrault-Schmitt, Cécile Treffort et Marcello Angheben

Lundi 23 juin

14h – Jean-Jacques Vincensini (Université de Tours/CESR) : Soulever le voile d’Isis. Intelligibilité et beauté des récits du Moyen Âge

16h – Brahim Jadla (Université de Tunis) : Les manuels de chancellerie, un outil indispensable pour l’étude de la diplomatique musulmane

Mardi 24 juin

10h – Marcello Angheben (Université de Poitiers/CESCM) : La progressive assimilation de la Vierge à l’Enfant au prêtre officiant (Ve-XIIe s.)

14h – Barbara Haggh-Huglo (College Park, Maryland/CESCM) : La mise en musique d’un office propre : les exemples des offices de saint Hilaire et sainte Radegonde

16h – Claudio Galderisi (Université de Poitiers/CESCM) : L’invention du plurilinguisme poétique

Mercredi 25 juin

          Journée à Saint-Savin

10h Claude Andrault-Schmitt (Université de Poitiers/CESCM) : L’abbaye de Grandmont et le mécénat des rois d’Angleterre

          L’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe

Histoire du site (C. Treffort) – L’étude des peintures (M. Angheben, C.  Sarrade) – La mise en valeur d’un site classé Unesco (X. Bouyer)

Visite du site (C. Andrault-Schmitt, C. Treffort, M. Angheben)

Jeudi 26 juin

10h – Jörg Peltzer (Université d’Heidelberg) : Le rang comme catégorie d’analyse des actions des grands au bas Moyen Age

14h – Bruno Boerner (Université de Rennes II Basse-Bretagne/HCA) : Les voiles de Carême et leurs images dans le contexte liturgique

16h – Bilan jeunes chercheurs

Vendredi 27 juin

10h – Conférence de clôture par Thomas Deswarte (Université d’Angers/CRHIO) : Polygraphisme et mixité graphique

Conclusions

_______________________________________________________________________________________________________

Inscription :

Admission sur dossier, date limite de candidature : 30 avril 2014

Les candidatures peuvent être envoyées dès à présent au moyen du formulaire de candidature

Pour consulter les modalités pratiques

 

La basilica di Sant’Ambrogio a Milano

41203-3sl  Tancredi Bella

 La basilica di Sant’Ambrogio a Milano. L’opera inedita di Fernand De Dartein

 Milan : JacaBook, 2014. – 227 p. (Arte)

 ISBN : 978-88-16-41203-3

 _______________________________________________
Nell’effervescente contesto culturale del secondo XIX secolo, la coscienza nazionale dell’Italia unificata riscopriva la propria identità storica e le radici artistiche; si incrementavano i cantieri di scavo archeologico e di ripristino architettonico: fra i più emblematici quello di Sant’Ambrogio a Milano. In quest’orizzonte, l’ingegnere francese Fernand de Dartein (1838-1912) redigeva l’Étude sur l’architecture lombarde et sur les origines de l’architecture romano-byzantine, prima e colossale indagine sul romanico in Lombardia, e svolgeva i suoi sopralluoghi alla basilica, documentati da schizzi, disegni e planches acquerellate preparatorie alle incisioni. A cent’anni dalla morte dello studioso francese, questa ricerca ne ricostruisce l’indagine e riesamina alcune questioni problematiche, cronologiche e strutturali, riconsiderando come la basilica di Sant’Ambrogio nell’Ottocento abbia avuto nuova vita e sia diventata la basilica che oggi conosciamo.

Dans le contexte d’effervescence culturelle de la fin du XIXe siècle, l’Italie unifiée du point de vue politique, redécouvre sa propre identité historique et ses racines artistiques : les sites de restauration architecturale et archéologiques augmentent, l’un des plus emblématiques étant celui de l’église de Saint-Ambroise à Milan. Dans cet horizon , l’ingénieur français Fernand de Dartein (Strasbourg 1838 – Paris 1912) rédige son Étude sur l’architecture lombarde, première et colossale oeuvre d’une monographie scientifique sur l’art roman en Lombardie et plus largement dans le nord de l’Italie ;  il effectue des voyages à Milan et sur le chantier de restauration de Saint-Ambroise – documenté par des croquis sur des carnets, des dessins et des plaques aquarellées, en préparation aux gravures – et entretient de nombreuses correspondances avec les architectes et les restaurateurs de Milan.

Cent ans après sa mort, on essaye de reconstruire le processus de recherche de Dartein et son interprétation de l’église médiévale de Saint-Ambroise, sur la base d’extraordinaires documents d’archives : il s’agit d’un corpus de dessins et de notations de grande importance, pour la plupart inédites, fournissant des sujets innovants et utiles pour examiner certaines questions problématiques, du point de vue historique et architectonique, liées à la structure présumée romane de l’édifice, et permettant ainsi de reconsidérer la décoration monumentale ; il s’ensuit une mise à jour des connaissances de l’histoire de l’art et de l’architecture, avec une attention particulière pour le chevet et à la partie ouest de l’église (façade et clochers), ainsi que les systèmes de toiture et les techniques de construction, et les pratiques de restauration du XIXe siècle.

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 5/5

Vendredi 17 janvier 2014

La matinée regroupait les conférences de Pierre Courroux, qui a tout récemment soutenu une thèse brillante en histoire médiévale, et Jean-Pascal Pouzet, maître de conférences en langue et littérature anglaises du Moyen Âge (Université de Limoges/CESCM).

Pierre Courroux a traité un sujet en lien direct avec sa thèse, Invention et imagination historique chez les chroniqueurs de langue française (XIIe-XVe s.). L’auteur s’est depuis trois ans attaché à réhabiliter un certain nombre d’historiens médiévaux, de Benoît de Sainte-Maure à Enguerrand de Monstrelet en passant par le célèbre Jean Froissart, jusqu’alors considérés par l’historiographie comme des chroniqueurs plus ou moins fantasques, partiaux et bien éloignés de notre conception actuelle de l’histoire. Pierre Courroux a démontré que le rapport de ces historiens avec leur sujet était plus complexe et réfléchi, en articulant sa présentation autour de trois thèmes. En premier lieu, ces auteurs conçoivent l’histoire comme la considéraient les Pères de l’Église auxquels ils se réfèrent parfois, c’est-à-dire comme la relation respectueuse de la vérité. Ils n’en recherchent pas pour autant, comme nous nous efforçons de le faire, la plus grande objectivité possible ; ils affirment toujours au contraire, en préambule, leur subjectivité comme gage de confiance. Ils se placent en position d’auteur, d’autorité, apte à porter des jugements impartiaux sur les faits et à « louer les preux » quel que soit leur camp. Cet effort d’impartialité est particulièrement manifeste chez Froissart et Monstrelet, qui l’explicitent parfois. Il s’agit donc pour eux d’instaurer un rapport de confiance avec le lecteur apostrophé, plus que de chercher l’objectivité.

Bataille_Stirling_Froissart

Pour renforcer cette confiance, les historiens médiévaux tentent souvent de prouver leur fiabilité en invoquant des preuves de fidélité envers les évènements qu’ils racontent. L’argument le plus récurrent étant bien sûr la citation ou la référence à un témoin antérieur, ou à une figure d’autorité, quitte à les inventer de toutes pièces ! Dans son prologue au Myreur des histors (v. 1400), Jean d’Outremeuse déroule sur cinq pages la liste de ses références, des plus incontournables aux plus fictifs, comprenant également un bon nombre d’auteurs auxquels il ne se réfèrera finalement jamais. Le geste, l’ostentation, la posture sont ici plus importants que la cohérence, même si cela n’implique pas qu’il affabulera en permanence par la suite. L’invention est quant à elle revendiquée comme un droit – une licence poétique – lorsque surviennent les vides. L’imagination permet de rendre vivant, tangible, vraisemblable le passé, fut-ce au prix de la fiction. Nous en arrivons ainsi au troisième aspect de l’écriture de l’histoire médiévale, qui est la croyance en un « logocentrisme », ce don divin du langage comme outil de description et d’appréhension du monde. Ces chroniqueurs ont conscience de construire un discours perfectible sur un passé révolu. L’importance ne réside dès lors pas dans la recherche de l’exactitude absolue, mais dans celle du respect du sens profond des évènements, maillons infimes d’un plan divin plus vaste. D’où l’importance de prouver au lecteur la fiabilité du chroniqueur, artisan de l’histoire vue comme une « fiction honnête et vraisemblable du plan divin ».

La conférence de clôture fut assurée par Jean-Pascal Pouzet, et consistait en une présentation de la méthodologie des études codicologiques menées par l’auteur autour de manuscrits anglais. Chaque manuscrit étant un produit artisanal singulier, ayant subi des aléas particuliers qui constituent son histoire, il importe au chercheur de se livrer à une véritable « archéologie du livre » pour en saisir chacune des dimensions. L’auteur a livré de très nombreux exemples et études de cas, dont nous nous excusons de ne pouvoir rendre compte ici, les aspects méthodologiques et techniques étant difficiles à retranscrire sans les images et tableaux que l’on a pu voir au cours de cette présentation érudite. Retenons tout de même les problèmes intéressants de l’identification d’unités au sein du « bloc » que constitue un codex – unité physique définie d’après les cahiers, les mains, les réglures ; unité intellectuelle suivant le texte ou la mise en recueil de plusieurs textes – ou celle de repentirs dans la composition des pages, autant de témoins des conditions d’élaboration et de transmission des manuscrits médiévaux et qui apportent parfois une lumière supplémentaire à leur interprétation.

Atelier interdisciplinaire du CESCM (13 au 17 janvier 2014) – 4/5

Jeudi 16 janvier 2014

Journée consacrée à l’histoire des sciences à l’Espace Mendès France, et organisée conjointement avec la Société française d’histoire des sciences et des techniques. Le thème de la journée, « Cadres théoriques en confrontation avec la nature et l’expérience au Moyen Âge », rassemblait quatre conférences exposant l’approche médiévale de l’expérience dans le cadre de pensée et d’appréhension du monde qu’était alors l’aristotélisme, redécouvert en Occident latin à la fin du XIIe siècle.

La présentation de Sabine Rommevaux (directrice de recherche au CNRS), Une théorie en apparente contradiction avec les résultats de l’expérience : le magnétisme, a mis en lumière la façon dont les scientifiques médiévaux réconciliaient les observations pratiques avec les théories d’Aristote, comme dans le cas de l’attraction du fer par l’aimant. L’auteure appuie son propos sur l’étude d’un manuscrit oxfordien, Des six inconvénients, rédigé par un anonyme (étudiant ?) au XIVe siècle, pour illustrer les « expériences de pensée » auxquelles se livrait la communauté universitaire à l’époque. Les théories aristotéliciennes étaient mises à l’épreuve et validées par des expériences imaginaires, empruntant les formes littéraires d’une dispute et recourant à des arguments mathématiques autant que logiques.

Dans ce manuscrit est débattue la question de l’attraction du fer par l’aimant, le second pouvant amener le premier à se mouvoir sans entrer en contact avec lui – ce qui selon Aristote est impossible, le moteur et le mobile devant nécessairement se toucher. Le commentateur s’astreint à une série de six questions, auxquelles il s’oblige à apporter six réponses affirmatives puis six négatives. Ce débat rhétorique, qui manie des arguments parfois sciemment faux, revêt plus d’importance que la pensée véritable de son auteur, et s’apparente plus à un exercice pédagogique et dialectique qu’à une véritable mise à l’épreuve de l’aristotélisme, qui en sort évidemment indemne. Si ces pratiques nous semblent aujourd’hui étranges (bien que les modèles théoriques jouent toujours un rôle important dans la science actuelle !), elles ne doivent pas être considérées avec mépris, mais comme les éléments d’un système de pensée et de compréhension de la nature différent, fonctionnant aussi bien que le nôtre et tout à fait capable d’expliquer les phénomènes visibles… voire inexplicables.

C’était là l’objet de la présentation de Nicolas Weill-Parot (professeur d’histoire médiévale à l’Université Paris-Est Créteil), intitulée Asile de l’ignorance ou terme nécessaire de l’explication ? La notion d’occulte dans la science scolastique. Les médiévaux avaient en effet aménagé, au sein de ce système aristotélicien, une place pour les phénomènes le contredisant, en reprenant aux médecins antiques et arabes (Galien, Avicenne) la notion de propriétés occultes. Ces dernières sont définies à partir du XIIIe siècle par plusieurs auteurs, dont Thomas d’Aquin, comme des propriétés spécifiques, hors de portée des sens et de la raison humaine. Considérée à partir du XVIe siècle comme un aveu d’ignorance de la science scolastique, cette notion s’intègre pourtant parfaitement dans le système aristotélicien dont elle confirme la dimension « positiviste », chère aux scientifiques modernes. Loin d’être la preuve d’un obscurantisme médiéval dont il faut se départir, elle illustre la confiance des hommes de ce temps en la raison humaine, leur volonté de comprendre la Création, de ne rien laisser inexpliqué. Une démarche encouragée par l’Église, qui ne voyait aucun inconvénient à conjuguer foi et raison dans l’exploration du monde – sous réserve de ne remettre en question la toute-puissance de Dieu ou les dogmes canoniques !

Joël Chandelier (maître de conférences en histoire médiévale, Université Paris 8 Vincennes- Saint-Denis) s’est intéressé au rapport des médecins médiévaux avec l’expérience, beaucoup plus pragmatique qu’on ne le pourrait penser. Les médecins du XIVe siècle ont beaucoup écrit sur leurs pratiques, et commenté leurs prédécesseurs Hippocrate ou Avicenne. L’aphorisme du médecin grec « l’expérience [est] trompeuse, le jugement difficile » est interprété, sous la plume de Martin de Saint-Gilles en 1363, comme une double leçon : l’expérimentation sur le corps humain est dangereuse pour la santé (!) et mauvaise envers la création divine. Pour autant, elle est nécessaire à la médecine, que tous les auteurs évoqués par le conférencier ont voulu ériger au rang de science exacte, malgré sa faillibilité inhérente.

Au cœur de ce paradoxe insoluble, valable hier comme aujourd’hui, la pratique concrète de l’expérience joue un rôle fondamental dans l’élaboration des connaissances scientifiques. Le Canon rédigé au Xe siècle par Avicenne jouit, durant tout le Moyen Âge, d’une autorité très grande en la matière, car il définit un protocole que doit suivre le médecin qui teste et administre des remèdes, afin de tirer des conclusions et des diagnostics fiables. Le susdit paradoxe rattrape bien vite ces exigences qui, comme le note Dino del Garbo vers 1325, sont impossibles à respecter en réalité, en raison des variations infinies des « complexions » humaines et des contingences matérielles. D’où un jugement très moderne, qui pose que l’expérience longue et répétée fonde la compétence et la fiabilité du médecin, et qu’en dehors de quelques constantes anatomiques ou logiques, aucune certitude n’est possible. La connaissance livresque est nécessaire, quand elle n’est pas rendue erronée par la corruption progressive des copies manuscrites – une prise de conscience à nouveau tout à fait précoce – mais ne peut seule suffire à former un bon médecin (selon Gentile da Foligno, mort de la peste en 1348 alors qu’il rédigeait un traité sur des recherches expérimentales de remèdes). Plus encore, l’expérience, valorisée par Avicenne, peut parfois remettre en cause les autorités quand elle est fondée et rigoureuse : Galien lui-même ne pouvait tout savoir.

La journée s’est achevée sur un sujet des plus étonnants : L’idée d’atome au Moyen Âge, entre science et théologie par Aurélien Robert (chargé de recherche au CNRS). S’il s’agit-là d’un aspect jusqu’à présent largement ignoré, c’est en partie du au fait que les penseurs atomistes médiévaux étaient presque tous des théologiens – dont les écrits n’ont pas été dépouillés par les chercheurs en histoire des sciences – qui trouvaient dans cette notion des réponses à la fois scientifiques et spirituelles à des paradoxes naturels. Il est d’autant plus intéressant de souligner que ces penseurs ne se revendiquaient pas de l’aristotélisme contemporain, qu’ils combattaient parfois avec virulence. Aristote défendait l’idée d’un univers au sein duquel l’agrandissement à l’infini n’était pas possible, mais où la division et la réduction pouvaient se faire d’une manière infinie – ce que des auteurs antiques tels qu’Épicure ou Lucrèce contestaient déjà. Les théories d’Épicure étant connues et recopiées au Moyen Âge, certains théologiens du XIVe siècle s’en saisirent, d’une manière non concertée et uniforme, pour pointer les ambiguïtés de l’aristotélisme.

Aux explications mathématiques et abstraites de ce système, ils opposaient des arguments et situations concrets : si cette table est composée d’une infinité de parties, qu’elle est la somme de cette infinité, elle devrait donc être infinie – c’est imparable ! Ces penseurs, tel Jean Wyclif, proposaient parfois leur propre système d’explication de la Création, constituée d’atomes indivisibles, séparés par du vide pour certains, collés ensemble pour les autres… Si ces discussions s’intègrent à des écrits théologiques, c’est aussi, selon Aurélien Robert, parce qu’elles poursuivent un but spirituel : laisser l’infini à Dieu, et réaffirmer la finitude du monde terrestre. La recherche d’autres textes atomistes, jusqu’ici négligée, reste à mener là où l’on ne soupçonnait pas leur existence, et bien des traités théologiques pourraient receler des trésors scientifiques.

On comprendra pour terminer que cette journée aura mis à mal bien des préjugés envers la science du Moyen Âge.

Les conférences sont disponibles à l’écoute sur le site de l’Espace Mendès France : ECOUTER

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)