Demeurer, défendre et paraître.

 

Bourgeois-rémyLuc BOURGEOIS et Christian RÉMY (dir.)

Demeurer, défendre et paraître. Orientations récentes de l’archéologie des fortifications et des résidences aristocratiques médiévales entre Loire et Pyrénées.

 Actes du colloque du 14 au 16 juin 2012,

Éd. Association des Publications Chauvinoises, 2014, 704 p. (APC Mémoire, LXVII).

 

ISBN : 979-10-90534-20-9

Entre Loire et Pyrénées, les recherches consacrées aux fortifications et aux résidences élitaires du Moyen Âge se sont largement enrichies au cours de la dernière décennie. Fouilles sédimentaires, archéologie du bâti et étude des ensembles mobiliers, lecture des textes ou des formes, études monographiques et enquêtes régionales se combinent désormais pour apporter des éclairages inédits et poser de nouvelles questions. Il semblait donc opportun de dresser un nouvel état des lieux dix ans après le colloque tenu à Pau en 2002 et de réfléchir collectivement aux articulations des champs de recherche dans le domaine castral.

Au-delà de l’image classique du château médiéval, ce colloque a abordé toute la gamme des sites fortifiés et résidentiels, des implantations encore mal connues du haut Moyen Âge aux lendemains de la guerre de Cent Ans, des grandes enceintes de cités aux modestes habitats des élites rurales.

Après un bilan collectif de l’activité et de la bibliographie des années 2002-2012, les interventions s’articulent autour de trois thèmes : les origines de la résidence élitaire (VIe-XIe siècle) ; quelques constantes et particularités de l’habitat castral du Grand Sud-Ouest à partir du XIe siècle et, enfin, la dimension emblématique de l’architecture du pouvoir laïc (Xe-XVe siècle). En outre, les textes issus de deux tables rondes permettent d’aborder des questions encore mal élucidées : comment les sources écrites médiévales parlent-elles du “château” et quelles sont les nuances régionales et chronologiques des mots qui en désignent les composantes ? Dans quelle mesure la culture matérielle des sites élitaires se distingue-t-elle de celle des autres habitats ?

Bon de commande à télécharger ici
21 x 29,7 cm – 704 p. couleur relié
Éd. APC Mémoire LXVII – 2014
ISBN 979-10-90534-20-9
60,00 € + 9,00 € de port/exemplaire

Voir le sommaire ici

Appel à contribution [11, 12 et 13 juin 2015] Colloque Musiconis

Les figurations visuelles de la parole, du son musical et du bruit, de l’Antiquité à la Renaissance

musico

Argumentaire

Depuis 2011, l’équipe Musiconis propose une réflexion collective sur la représentation du son, en tant qu’il est visuellement signifié mais aussi directement figurable, dans les images de performances vocales, instrumentales et orchestiques du Moyen Âge.

Trois années de séminaires ont permis d’entendre de nombreux chercheurs sur le sujet ; les comptes-rendus de ces conférences sont déposés sur le blog Musiconis.

La réflexion de l’équipe s’est construite à partir d’une indexation inédite d’images recensées et analysées dans une métabase iconographique destinée à être enrichie ; elle est également accessible sur le web, avec une bibliographie générale et un lexique trilingue. Cette réflexion a principalement concerné les processus d’émission, d’audition, de diffusion, d’association sonores, ainsi que les qualités musicales, ontologiques, esthétiques et opératoires de valeurs potentiellement audibles qui agissaient, comme telles, au sein des systèmes iconographiques.

Le colloque Musiconis a pour ambition d’élargir sa problématique centrale, à la fois sur un plan chronologique, puisqu’il embrasse une période allant de l’Antiquité classique à la Renaissance, et sur un plan théorique, puisqu’il propose la prise en compte de tous les types de signes visuels qui sont susceptibles de rendre compte de la nature des sons auxquels ils se réfèrent, qu’ils soient figuratifs, mathématiques, graphiques, calligraphiques, épigraphiques, chromatiques, ornementaux, compositionnels, substantiels, etc. Avec la même liberté, les communications présentées pourront concerner tous les types de supports visuels, de l’art monumental aux objets d’art et peintures de manuscrits.

Modalités pratiques d’envoi des propositions

Les chercheurs intéressés par cet appel à communication pourront adresser leur projet de communication (3000 caractères maximum) à Frédéric Billiet et à Isabelle Marchesin avant le 31 janvier 2015.

Les communications retenues, d’une durée de 20 minutes, seront présentées en français ou en anglais les 11,12 et 13 juin 2015 à Chartres dans l’auditorium de l’Hôtellerie Saint-Yves à deux pas de la Cathédrale de Chartres et les textes seront publiés.

Comité scientifique

Dorothea Baumann (Université de Zürich) Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne) Susan Boynton (Columbia University) Florence Gétreau (IReMus-CNRS) Nicoletta Guidobaldi (Alma Mater Studiorum-Università di Bologna) Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers) Claude Montacié (STIH-Université Paris-Sorbonne) Christophe Vendries (Université Rennes 2-LAHM)

Comité d’organisation

Sébastien Biay (CESCM-Université de Poitiers) Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne) Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers)

Dates : 11,12 et 13 juin 2015

Lieu : Chartres (auditorium de l’Hôtellerie Saint-Yves)

________________________________________________________

Argument

Since 2011, the Musiconis group has been studying the representation of sound, as a symbol in the visual arts and in its literal depiction in images of vocal, instrumental, and choreographic performance in the Middle Ages.

Over the past three years many scholars have presented their research on this subject; descriptions of these lectures are posted in the Musiconis Blog.

The group’s work began with the indexing of images that are described and analyzed in an iconographic metabase that will continue to grow; this metabase can be consulted along with a general bibliography and a trilingual lexicon.

The group’s activities have focused on the processes of the emission, audition, diffusion, association of sound, as well as on the musical, ontological, esthetic and effective qualities of potentially audible sounds that function as such within iconographic systems.

The Musiconis conference will take into account all types of visual representation that relate to sound, whether figurative, mathematical, graphic, calligraphic, epigraphic, coloristic, ornamental, etc. The conference presentations may address all visual media, from monumental art to objects and manuscript illumination.

Submission guidelines

To propose a paper, send an abstract of no more than 3000 characters to Frédéric Billiet and Isabelle Marchesin by January 31, 2015.

Accepted papers will be presented in French or in English on the 11, 12, and 13 of June in the auditorium of the Hôtellerie Saint-Yves near the Cathedral of Chartres. Papers will be 20 minutes long. The acts of the conference will be published.

Program committee

  • Dorothea Baumann (Université de Zürich)
  • Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne)
  • Susan Boynton (Columbia University)
  • Florence Gétreau (IReMus-CNRS)
  • Nicoletta Guidobaldi (Alma Mater Studiorum-Università di Bologna)
  • Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers)
  • Claude Montacié (STIH-Université Paris-Sorbonne)
  • Christophe Vendries (Université Rennes 2-LAHM)

Conference organizers

  • Sébastien Biay (CESCM-Université de Poitiers)
  • Frédéric Billiet (IReMus-Université Paris-Sorbonne)
  • Isabelle Marchesin (INHA-Université de Poitiers)
Musiconis_colloque2015 Musiconis_colloque20152

L’érotique des dictionnaires de langues : compte rendu de l’atelier du 18 décembre 2014

Pour la deuxième séance de l’atelier de formation autour des ressources numériques organisé au CESCM, Estelle Ingrand-Varenne, Anne-Sophie Traineau-Durozoy et Pierre-Marie Joris ont imaginé une thématique sur les dictionnaires de langues médiévales.

La présentation a débuté par une courte introduction de Pierre-Marie Joris. L’enseignant-chercheur en littérature médiévale a d’abord souligné avec enthousiasme la force des dictionnaires et leur capacité à faire entrer dans un monde à part entière, celui des mots. Il a ensuite communiqué à la petite assemblé présente son goût pour la poétique, et même pour l’érotique, de ces livres.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy a abordé les ressources mises à disposition par l’université de Poitiers. Elle a dans un premier temps expliqué leur logique d’indexation. Chaque lien n’est indiqué que dans une rubrique thématique : sur le site du SCD, après avoir cliqué sur l’onglet « La doc en ligne », il faut parcourir la liste des entrées pour déterminer lesquelles sont pertinentes pour sa recherche. Les dictionnaires intéressants les médiévistes sont classés dans la rubrique « Langues et linguistique ». Il suffit ensuite de s’identifier avec son compte SEL pour y accéder. Dans un second temps, Anne-Sophie Traineau-Durozoy a montré comment retrouver la liste des dictionnaires de langues inventoriés et décrits sur le site de référence Ménestrel. La page consacrée aux dictionnaires des langues latine, française et germanique est accessible depuis la page d’accueil, en cliquant sur l’onglet « instruments » dans l’arborescence « Moyen Âge en bibliothèque ».Database of latin dictionnaries (2)

Estelle Ingrand-Varenne n’est pas intervenue en sa qualité d’ingénieure d’études pour le Corpus des inscriptions de la France médiévale, mais comme latiniste chevronnée. Elle a fait découvrir une ressource utile lorsque les dictionnaires de premiers recours ne suffisent pas : la Database of latin dictionaries.

L’éditeur Brepols commercialise en effet une base de données rassemblant 17 dictionnaires de latin (antique, médiéval, moderne) qui permet d’affiner ses recherches en fonction de critères chronologiques ou géographiques. L’interface répercute en outre immédiatement ses requêtes dans les bases de données textuelles mises en ligne par Brepols : on peut donc interroger le sens d’un mot et voir en même temps son usage dans plusieurs grands corpus de textes, comme les MGH (dont il sera question dans un prochain atelier). Les possibilités d’investigation sont si grandes qu’il est fortement recommandé de lire les 96 pages du manuel d’utilisation ! Cette ressource précieuse est consultable via le SCD Poitiers.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy a ensuite repris la parole pour rappeler que le fameux Du Cange n’est pas un dictionnaire, mais qu’il est utile pour comprendre l’usage d’un terme à partir de citations. Elle en a présenté une des versions numériques, éditée par l’École des chartes. Là encore, il est recommandé de lire la rubrique d’aide pour optimiser ses requêtes !

Le tour est enfin revenu à Pierre-Marie Joris qui a présenté avec Paula Gaubert, étudiante en master, plusieurs dictionnaires relatifs aux langues vernaculaires et aux patois médiévaux. Le Französisches Etymologisches Wörterbuch, alias FEW, est le dictionnaire étymologique et historique du galloroman (français et dialectes d’oïl, francoprovençal, occitan, gascon). Sa version électronique permet des recherches beaucoup plus souples que l’édition imprimée car il n’est plus nécessaire ni de connaître le lemme latin du mot choisi, ni ne manipuler les nombreux volumes d’addenda… Le projet est consultable gratuitement sur le site de l’Atilf. Il en va de même pour le Dictionnaire électronique de Chrétien de Troyes, qui, contrairement à ce que son titre suggère, n’est pas un simple dictionnaire : il permet également de retrouver les occurrences de mots dans toutes les œuvres de l’auteur médiéval. Les requêtes sont si paramétrables que l’on peut spécifier si l’on veut trouver toutes les formes d’un mot ou seulement une particulière. Il est également possible de faire apparaître l’association de deux termes séparés par plusieurs lettres.Dictionnaire Chrétien de Troyes

La séance s’est terminée sur l’invitation d’Anne-Sophie Traineau-Durozoy à la contacter pour toute question concernant la recherche documentaire. Docteure en histoire de l’art médiéval, conservatrice du fond ancien du SDC de Poitiers, elle est également responsable du fonds Cadist : elle est donc particulièrement compétente pour répondre aux questions des médiévistes sur les ressources imprimées et numériques (Anne-Sophie.Durozoy@univ-poitiers.fr)

En une heure, les intervenants sont parvenus à faire découvrir des ressources peu connues ou rarement utilisées dans toutes leurs possibilités : quelle belle démonstration du potentiel érotique des dictionnaires revendiqué par Pierre-Marie Joris dans son introduction !

Soutenance de thèse de Maria Paola Corti, CESCM (15 décembre 2014)

 

Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, CESCM, Salle Crozet, lundi 15 décembre 2014, 14 heures.

Soutenance de la thèse « Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre », par Maria Paola CORTI, en vue de l’obtention du diplôme de Doctorat Sciences du temps et de l’espace, sous la direction conjointe des Professeurs Martin Aurell et Anne-Marie Legaré.

Membres du jury : Françoise AUTRAND (Présidente du jury), Martin AURELL, Anne-Marie LEGARÉ, Josefina PLANAS et Wim BLOCKMANS.

 Heures_Catherine_Cleves

Le livre d’heures de Catherine de Clèves, duchesse de Gueldre, est le point de départ d’une réflexion interdisciplinaire menée par Maria Paola Corti, à la croisée de l’histoire et de l’histoire de l’art. L’observation d’une similitude entre deux représentations du Christ voilé, présentes à la fois dans le livre d’heures de Catherine de Clèves et dans celui de son grand-père Jean Ier de Bourgogne, attisa sa curiosité et initia son questionnement. A partir d’un corpus élargi à une trentaine de manuscrits, produits par la parenté bourguignonne de Catherine de Clèves, l’image est conçue comme un instrument de proclamation de l’identité personnelle et familiale, selon une démarche à la fois identitaire et mémorielle. A la recherche des liens de parenté dans l’iconographie des livres d’heures, Maria Paola Corti examine méticuleusement les emblèmes, les couleurs et les diverses symboles représentant les ancêtres, placés au cœur de figurations pieuses. Elle introduit le concept novateur de « groupe-mémoire », forme de culture communautaire du lignage. Le livre d’heure est considéré comme un lieu vivant de mémoire personnelle, un locus memoriӕ. Ainsi, Maria Paola Corti constate la prédominance de références aux armes paternelles dans les livres d’heures féminins, privilégiées par rapport à celles de l’époux. La dévotion est cependant une activité de couple, unissant spirituellement les conjoints. Le livre d’heure est un objet de dévotion intime, sans ostentation, un objet qui agit sur l’individu au moment de la prière. La « performativité » de la prière est aperçue dans la gestuelle précisée par les rubriques des ouvrages. L’analyse de la possession et la circulation du livre révèle son usage en tant que lien de sociabilité.

Plusieurs points et interrogations soulevés par cette thèse ouvrent de nouvelles pistes d’approfondissement, telles la notion d’ « image-portrait », l’archéologie du livre, ou encore la transmission des livres par héritage. Maria Paola Corti réussit un véritable « tour de force » géographique et linguistique, en rédigeant sa thèse depuis le Chili où elle enseigne à l’université. Elle écrit dans une langue, le français, qui n’est pas sa langue maternelle et utilise également l’anglais, l’allemand, le flamand et le latin. Pour reprendre la teneur de la synthèse finale proposée par Françoise Autrand, l’apport théorique de la thèse de Maria Paola Corti est la superposition de trois niveaux d’analyse, partant de l’identité de l’individu au sein du groupe-mémoire afin d’appréhender la culture commune au groupe-mémoire et dessiner les contours d’une communauté dévotionnelle transcendante. La rigueur de son raisonnement et sa solide érudition ont ainsi permis à Maria Paola Corti d’obtenir la mention très honorable, avec les félicitations du jury.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)