Séminaire 2015 : L’iconographie musicale et l’art occidental

L’INHA associé avec l’IReMus (Institut de Recherche en Musicologie, Université Paris-Sorbonne, UMR 8223) proposent d’organiser, avec le parrainage de l’ANR Musiconis, un séminaire de deux heures bimensuelles (février-mai 2015). Son objectif est de permettre, dans un format propice aux échanges et à la transmission d’expériences disciplinaires, la rencontre entre musicologues et historiens de l’art autour d’œuvres visuelles représentant ou s’appuyant sur la musique, de l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Ce séminaire, très ouvert, n’est pas limité dans ses thématiques. Chacune de ses séances comprendra l’intervention d’un spécialiste (une heure environ), puis une discussion avec un auditoire constitué d’historiens de l’art, de musicologues, mais aussi d’étudiants en master ou en doctorat de  musicologie à l’Université Paris-Sorbonne (séminaire optionnel), d’étudiants en histoire de l’art, d’étudiants du CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique) et de l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales). Le séminaire sera également ouvert à un public plus large.Séminaire Musiconis-INHA 2015-1-1

Programme :

4 février

Christophe Vendries, professeur d’Histoire romaine, Université de Rennes II/LAHM

Du féminin dans la musique à Rome. La matrone et son instrument à cordes (lyre, cithare et luth) : un topos iconographique dans l’art funéraire romain

18 février

Fabien Guilloux, chercheur associé à l’IReMus

Saint François d’Assise et l’ange musicien : musique, iconographie et vie spirituelle dans la tradition franciscaine

4 mars

Laurent Guillochercheur associé à l’IReMus

Sainte-Cécile : permanence et juxtaposition des thèmes (à partir d’un dessin de Jacques Stella)

18 mars

Cristina Santarelli, professeure d’Histoire et Esthétique de la musique au conservatoire et présidente de l’Istituto per i Beni Musicali in Piemonte (Turin)

Du son à la vision et vice versa : le rôle de la couleur dans l’expressionnisme abstrait

15 avril

Frédéric Billiet, professeur de Musicologie, Université Paris-Sorbonne/IReMus

La musique dans les stalles du cardinal Georges d’Amboise au début du XVIe siècle

6 mai

Florence Gétreau, directrice de recherche au CNRS/IReMus

Musique dans l’atelier du peintre

 Lieu :

Le séminaire se tiendra à l’INHA, 2 rue Vivienne 75002 Paris, en salle Mariette, de 14h à 16h.

 Partenaires scientifiques et organisateurs :

Florence Gétreau, Frédéric Billiet (ANR Musiconis), Isabelle Marchesin (INHA, ANR Musiconis) et Sébastien Biay (CESCM, ANR Musiconis).

Autour des « raisons d’écrire » au Moyen Âge. La première madrilène du projet EPIMED (11-12 déc. 2014)

IMG_0765-1
Cliché E. Ingrand-Varenne / CESCM

Dans le magnifique cadre d’une Madrid ensoleillée, les 11 et 12 décembre 2014, la Casa de Velázquez a ouvert ses portes à la présentation du projet EPIMED (Épigraphie Médiévale). Plusieurs chercheurs se sont réunis, désireux d’échanger autour des « raisons d’écrire » au Moyen Âge, le sujet de ces journées, et d’en savoir un peu plus sur EPIMED.

Dès le commencement de la manifestation, les langues française et espagnole, alternent presque naturellement, autant dans les communications qu’au moment des questions, toujours dans le respect d’une compréhension globale. Et tout de suite un climat de collaboration amicale s’établit entre les participants.

En ouverture des travaux, les mots de bienvenu du directeur de l’Institut, Michel Bertrand, tiennent à souligner, entre autres, l’importance de ce genre d’initiative. La présence de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés pour animer ces deux jours représente parfaitement le but de la Casa, qui veut se placer avant tout comme une « école » pour les jeunes.

« Tous les mots ont une signification, tous les choix répondent à un projet »[1] : c’est en citant Michel Zimmermann _ que Carles Mancho, professeur d’histoire de l’art à l’Université de Barcelone ainsi que coordinateur du projet même, a introduit EPIMED. Ce projet triennal nait d’une idée de Vincent Debiais (chercheur CNRS, rattaché à l’Université de Poitiers), grand absent (justifié)[2]_ de ces deux journées, et Carles Mancho. Leur volonté commune est celle de raviver la réflexion autour du rôle de l’écriture au Moyen Âge. Le panorama scientifique actuel se veut toujours plus interdisciplinaire, mais il n’existe pas encore d’approche globale et globalisante de l’écriture médiévale. Ces deux journées madrilènes ont mis en lumière une fois encore la nécessité de faire collaborer les spécialistes de disciplines différentes autour de ce même sujet, qu’est l’écriture au Moyen Âge.

Dans le caléidoscope de sujets abordés pendant ces journées l’épigraphie est restée au centre de toutes les présentations.

Les deux premières communications ont traité la question de l’écriture médiévale d’une façon vaste, les deux présentant ce qui écrire signifie à cette époque, mais au sein de cultures très diverses. Cécile Treffort (professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers) a fait le point sur l’écriture dans l’occident médiéval chrétien, identifiant et expliquant ses fonctions de fixer, transmettre et afficher un message humain, qui peut aller au-delà des notions du temps et de l’espace. Merixtell Blasco (professeur de philologie sémitique à l’Université de Barcelone) a proposé un voyage dans un monde méconnu pour la plupart des auditeurs, illustrant ce qu’écrire signifiait pour la culture juive médiévale. Connaître les codes très stricts de l’écriture de livres sacrés juifs a fortement fasciné le public.

Qu’il s’agisse d’une approche d’historien, comme celle proposée par Morgane Uberti (docteur en histoire ancienne à l’Université Paris IV) ou d’une méthode historico-artistique, dont Emilie Mineo et Milagros Guardia nous ont fait part, l’épigraphie reste protagoniste. Morgane Uberti a  présenté l’étude d’un corpus d’épitaphes alto-médiévales de la région d’Aquitaine, faisant partie de sa thèse de doctorat, récemment soutenue. Elle a souligné comment la pratique de l’écrit épigraphique à cette époque et dans cette aire géographique reste élitaire et touche à une minorité des gens. Emilie Mineo (doctorante en histoire médiévale à l’université de Poitiers) a parlé de la signature d’artiste dans la production épigraphique et de sa double raison d’être. D’un côté ce geste nait de la volonté de cette figure professionnelle de revendiquer une position sociale au sein de la société ; d’un autre côté, par l’acte de signer, l’artiste veut faire reconnaitre son talent comme un don divin. Le professeur d’histoire de l’art Milagros Guardia (Université de Barcelone) a proposé l’analyse des écritures sur le mur, un support particulier autant que spécial sont ses plusieurs techniques de production de l’écrit. À l’aide d’images suggestives, elle a offert une promenade dans plusieurs belles églises catalanes.

Bien passionnantes ont été les interventions des deux chercheurs indépendants présents à la manifestation, qui ont réussi à transmettre l’ardeur qui anime leurs recherches. Antoni Cobos Fajardo a présenté son projet éditorial, L’epigrafia medieval del comtats gironins[3],  en cours de réalisation, dont trois volumes sur huit ont déjà paru. Cette collection vise à diffuser la connaissance de la production épigraphique de la province de Gérone entre le IXe et le XVIe siècle.  Marie Vallée a consacré sa communication aux graffitis des tables d’autel du midi de la France et de la Catalogne, entre les siècles IXe et Xe. Elle a proposé une réinterprétation de cette pratique, selon laquelle il faudrait ajouter à une volonté liturgique intrinsèque à un tel genre d’écrit, un aspect politique et juridique. Elle tient aussi à souligner l’importance du repérage de ces sources inscrites, trop souvent négligées.

Les communications de Rebecca Swanson et Tomasz Płóciennik, analysant en même temps la production manuscrite et épigraphique, ont animé la discussion. Rebecca (doctorante en histoire de l’art à l’Université de Barcelone) a introduit l’ensemble de la production écrite du diocèse de Roda de Isabena en faisant le lien entre l’important patrimoine écrit, le livresque de la bibliothèque ainsi que celui épigraphique du cloitre de cet évêché de frontière. Tomasz Płóciennik (professeur à l’Université de Varsovie), avec la sympathie qui le distingue a parlé des fautes présentes dans les inscriptions épigraphiques, en les justifiant par une lecture ou une interprétation erronée des minutes des textes destinés à être gravés.

Les deux intenses journées ont été clôturées par les conclusions du professeur Daniel Rico (Université de Barcelone) qui a insisté, encore une fois, sur la notion de pluridisciplinarité, comme clé du succès de ces deux journées. Et il revient sur les thèmes principaux qui ont animé cette rencontre, comme l’identification des plusieurs acteurs de la production e de l’utilisation de l’objet épigraphique, la perception de l’écrit au Moyen Âge ou encore la définition de la qualité de l’écriture épigraphique.

Les rendez-vous de réflexion organisés par les coordinateurs d’EPIMED ne s’arrêtent pas ici : la prochaine rencontre se déroulera en mai 2015 à Poitiers, autour du sujet « geste d’écrire » ; une troisième séance d’étude est prévue au début 2016 à Barcelone, afin de discuter les « écritures réservées ».

Le voyage d’EPIMED est encore long et on souhaite à ce projet une suite autant heureuse que son début l’a été !

Avec l’aimable relecture d’Estelle Ingrand-Varenne


[1] Michel ZIMMERMANN, Écrire et lire en Catalogne (IXe-XIIe siècle), Madrid : Casa de Velázquez, 2003, p. 3.

[2] Vincent DEBIAIS est actuellement chercheur invité à l’Université de Princeton.

[3] Antoni COBOS FAJARDO, Joachim TREMOLADA TRILLA, L’epigrafia medieval del comtats gironins, Brau Edicion, 2013 (dernier tome paru).

Soutenance de thèse de Gaël Chenard, École des Chartes (10 décembre 2014)

Le 10 décembre dernier, dans la grande salle de l’École nationale des Chartes, Gaël Chenard a soutenu sa thèse de doctorat, consacrée à L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271), devant un jury présidé par Élisabeth Lalou (Université de Rouen – Haute Normandie) et composé de Martin Aurell (Université de Poitiers, codirecteur), Olivier Guyotjeannin (École nationale des Chartes, codirecteur), Olivier Mattéoni (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) et Nicholas Vincent (University of East Anglia).Alphonse

L’historiographie récente a relégué à l’arrière-plan Alphonse, comte de Poitiers, frère de Louis IX, figure secondaire de la légende du saint roi, et objet, jadis, d’un livre important d’Edgard Boutaric (1870). Gaël Chenard nous invite à renverser la perspective. Son travail interdira de se contenter de tenir Alphonse de Poitiers pour un serviteur un peu anonyme du grand dessein capétien (notamment par la préparation du rattachement du Midi à la Couronne). Le prince, en effet, n’est pas « l’ombre du roi ». L’héritage de son beau-père Raymond VII de Toulouse fait de lui, lorsque Louis IX revient d’Orient, en 1254, le premier vassal du royaume. Alphonse mène sa propre politique et défend ses intérêts, en opposition, parfois, aux entreprises de son frère, mais suivant une même conception de l’exercice du gouvernement et de la souveraineté royale.

C’est à cette construction originale que s’attache Gaël Chenard, qui reconstitue les logiques pratiques de l’administration princière, et montre en quoi le Poitou et la Saintonge ont représenté un espace d’expérimentation politique. La richesse de la documentation permet de donner chair à cette administration et à son personnel. L’attention portée aux mécanismes de la production et de la circulation documentaires écarte le risque du fonctionnalisme, et met en évidence les modes de gestion et les équilibres entre l’administration comtale et les intérêts locaux.

Pour le prince et ses conseillers, qui séjournent habituellement dans le Bassin parisien, ces terres, éloignées, ne peuvent faire l’objet d’une gestion identique à celle du domaine royal, où le contrôle exercé sur les officiers locaux est plus immédiat. Le dispositif administratif relève de la « centralisation princière ». L’information remonte au comte et aux institutions centrales (qui monopolisent les compétences techniques), auxquels appartient le pouvoir de décision. Ce dispositif repose d’autre part sur l’intéressement de relais locaux : les contrats de fermage doivent être compris comme un moyen de gouverner à bon compte. Toutefois, l’évolution conduit à une forme de « centralisation administrative », où l’existence d’agents et d’institutions permanents dispense de la présence du prince.

La comptabilité occupe une place de choix dans le travail de Gaël Chenard ; deux volumes de la thèse sont consacrés à l’édition des comptes. Cette importance s’explique à nouveau par le caractère exceptionnel de la documentation conservée (si l’on compare, notamment, avec ce dont on dispose pour l’administration royale). Mais elle se trouve d’abord justifiée par le fait que la comptabilité est « l’outil du contrôle par excellence ». Les documents comptables, produits par l’administration centrale, témoignent ici d’une approche plus juridique qu’économique, et d’un système où la pression exercée sur les officiers locaux est considérable : les sénéchaux, en particulier, sont appelés à compenser les impayés, et certains d’entre eux sont de ce fait lourdement endettés à leur sortie de charge.

C’est à une brillante réflexion sur le gouvernement des hommes au Moyen Âge que convie la thèse, comme en témoignent les perspectives de recherche qui ressortent, au fil de la soutenance, de la discussion avec le jury : autant de pistes ouvertes autour de l’organisation judiciaire, de l’héritage plantagenêt, de l’administration des possessions méridionales d’Alphonse de Poitiers, ou encore de la comparaison avec les outils comptables des siècles postérieurs. Au terme d’une brève délibération, le jury accorde au travail de Gaël Chenard la mention Très honorable, assortie de ses félicitations unanimes : on espère pouvoir bientôt lire le livre dont la publication, désormais, s’impose.

[17 février 2015] Atelier de formation aux ressources numériques / Corpus de textes : MGH

Photo Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0.
Photo Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0.

Le Pôle Documentaire Berthelot du CESCM est désormais ouvert au public et dispose d’un espace de travail qui permet de valoriser les collections du CESCM et les outils documentaires en ligne.

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose 6 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

  • Date : mardi 17 février 2015 de 13h à 14h
  • Thématique : ressources numériques Moyen Âge – Corpus de textes : MGH (Monumenta Germaniae Historica)
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

Cécile TREFFORT (Professeure en histoire du Moyen Âge au CESCM)

  • Lieu : salle Crozet (rez-de-chaussée)
  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

 

…. petite pause café, suivie de …..

Autour de l’Information Scientifique et Technique, présentation des outils spécifiques au CESCM par Vanessa Ernst-Maillet, dès 14h :

– Carnets du CESCM, Netvibes, Twitter …….

– Temps de discussion avec les chercheurs autour des réseaux sociaux et du passage à la version 3.0 de HAL-SHS

————————————————————————————————————–

– le mardi 31 mars à 13h en présence d’Éric Palazzo, pour une présentation des sources iconographiques

– le jeudi 16 avril à 13h en présence de Claire Lamy, pour une présentation des cartulaires

 

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger et à compléter nos interrogations.


Le baptistère Saint-Jean de Poitiers

BaptistèreB. Boissavit-Camus

Le baptistère Saint-Jean de Poitiers : De l’édifice à l’histoire urbaine

Turnhout : Brepols, 2014, 520 p.

(Bibliothèque de l’Antiquité Tardive, 26)

ISBN: 978-2-503-54831-9

Préface de Charles Bonnet, contributions de Brigitte Boissavit-Camus, Jean-François Reynaud, Stéphane Buttnër, Anne Flammin, Serge Dalle, Laurent Prysmicki, Annie Blanc, Nadine Rouquet et de Michel Rérolle. Collaboration de Marie-Thérèse Camus et de Jean-François Amelot.

En 1995, une équipe pluridisciplinaire a entrepris de revoir, grâce à un examen minutieux des maçonneries et des vestiges archéologiques, l’architecture, le décor et la chronologie du baptistère de Poitiers. L’ouvrage rend compte à travers diverses contributions des résultats de ce programme. Ces derniers modifiant les interprétations admises à la suite des fouilles du père de La Croix (1903) puis de François Eygun (1964), leur diffusion nécessite d’évoquer l’histoire des recherches sur l’édifice et sur la place qui fut la sienne dans l’histoire de l’art chrétien du haut Moyen Age occidental, et de les confronter, in fine, à l’état actuel de la recherche sur les baptistères. Les conditions topographiques et urbaines de l’implantation et de l’évolution de l’édifice au sein du groupe épiscopal sont aussi abordées, en particulier grâce à la découverte, dans les années 1980, de vestiges appartenant à l’ecclesia et à la domus ecclesiae.

Le baptistère conservé a été construit au Ve s., à l’emplacement d’une salle baptismale aménagée dans une domus située à l’est de la cathédrale primitive. Au VIe s., son plan est progressivement modifié, individualisant mieux les différents espaces intérieurs. Au VIIe s., une campagne d’embellissement architectural transforme son aspect, avec, entre autre, la pose des parements en petit appareil allongé et la mise en scène du décor sculpté. Les travaux de la période carolingienne semblent liés à l’adaptation de l’édifice aux évolutions liturgiques et ecclésiales. La reconstruction du XIe s. fixe sa physionomie définitive avec la reconstruction de la salle occidentale et la pose de peintures de qualité. Ces travaux, alors que le sacrement du baptême était transféré aux paroisses urbaines et que l’édifice était désormais éloigné de la cathédrale, montrent la volonté de l’Église de Poitiers de maintenir le souvenir de sa fonction initiale, exprimé symboliquement jusqu’au XVIIe s, et de garder un lien fort avec le dernier édifice en élévation du vieil episcopium. Après la Révolution, l’édifice fut sauvé de la destruction grâce à l’action des érudits locaux, de la Société des Antiquaires de l’Ouest et de personnalités parisiennes comme Lenoir ou Mérimée. Racheté par l’État, il devient alors un objet scientifique, un bien patrimonial et une structure muséale ; une histoire récente dont témoignent restaurations et fouilles.

Brigitte Boissavit-Camus a fait ses études à Poitiers. Elle est titulaire d’une thèse soutenue en 2001 à l’Université de Tours, sur la formation et les transformations du quartier épiscopal de Poitiers entre le IVe et le XIIe s. De 1985 à 2002, c’est une archéologue du ministère de la Culture, comme ingénieure au Service régional de l’archéologie de Poitiers, puis comme directrice du Centre national d’archéologie urbaine de Tours. Depuis 2002, elle enseigne à l’Université de Paris-Ouest, Nanterre la Défense, comme maitre de conférences, et a obtenu son habilitation à diriger les recherches en 2012. Elle est membre de l’UMR 7041, Archéologie des Sciences de l’Antiquité, équipe THEMAM (Nanterre).

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)