[6 mai 2014] Le Portail Royal de la cathédrale de Bordeaux

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht 

Le Portail Royal, construit et sculpté aux alentours de 1250, est l’entrée principale de la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Emprunté lors des Entrées solennelles, il est orné d’un abondant décor sculpté, souvent de très haute qualité.

Le portail constitue un jalon essentiel de la sculpture gothique dans le Sud-Ouest, et il est probablement le premier à introduire le langage formel des grands chantiers du Nord de la France (Paris, Amiens, Reims, mais aussi Bourges) dans la région. Sa meilleure connaissance est un préalable nécessaire à toute étude menée sur les portails gothiques aquitains (Bazas, Bayonne, Dax, etc.).

Le Portail Royal a bénéficié d’une restauration (2011-2013) qui lui a rendu toute sa lisibilité. Il est dorénavant possible de réévaluer la place de cette œuvre dans la production sculptée française du XIIIe siècle.

La Journée d’études du 6 mai 2014, se propose de dresser un premier bilan des recherches récentes. Elle aborde un spectre large de questions. Seront examinés non seulement le portail proprement dit, son architecture, sa sculpture et sa mise en couleur, mais aussi des questions plus globales, comme les modalités de transmission des modèles.

Enfin, il s’agira d’envisager aussi l’histoire du portail dans la longue durée, telle que la révèlent les données archéologiques et archivistiques, les travaux de restauration ou encore les pratiques contemporaines d’appropriation patrimoniale.

sous la responsabilité scientifique de Markus Schlicht, Chercheur au CNRS, Historien de l’art spécialiste de la fin du Moyen Âge (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht 

 

Programme  :

9h00 : Markus Schlicht et Claude Andrault-Schmitt, Introduction à la Journée d’Etudes

9h15 – 9h45 : Yves Blomme (PR, université catholique de l’Ouest, Angers), Le contexte architectural : l’intégration du Portail Royal dans la nef de la cathédrale

9h45 – 10h15 : Pierre Régaldo (IR SRA/ DRAC Aquitaine) et Natacha Sauvaître (archéologue, société Hadès), Les fouilles liées à l’ouverture du Portail Royal

10h15 -10h45 : Marcello Angheben (MCF HDR, université de Poitiers), Iconographie du Portail Royal (Jugement dernier)

11h00 – 11h30 : Peter Kurmann (PR émérite, université de Fribourg / Suisse), La sculpture française autour de 1250 – état actuel et perspectives de la recherche

11h30 – 12h00 : Fabienne Joubert (PR émérite, université Paris-IV Sorbonne), Pratiques de chantier : le transfert de modèles dessinés entre les portails de Bordeaux et de Bourges

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht

14h00 -14h30 : Floréal Daniel (IR) et Aurélie Mounier (docteur, université Bordeaux Montaigne), Analyses physico-chimiques de la polychromie du Portail

14h30 -15h00 : Markus Schlicht (CR, CESCM), La restitution de la polychromie du portail Royal

15h00 – 15h30 : Renée Leulier (docteur, université Bordeaux Montaigne), Le Portail Royal à l’époque moderne et contemporaine

15h45 – 16h15 : Patrick Lemaître (IP, DRAC Aquitaine) et Louis Nicolas (Agence Goutal ACMH), Les campagnes de restauration et leur gestion

16h15 – 16h45 : Jessica de Bideran (docteur, université Bordeaux Montaigne), À propos des apôtres du Portail Royal : documentarisation et construction du discours de l’historien de l’art

 

 

Pour voir le programme

Un chercheur à New York

Après avoir passé trois mois à la Casa de Velásquez à Madrid, Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS,  rejoint New York pour deux mois en tant que visiting fellow au CIRHUS.

 Le CIRHUS (Center for International Research in the Humanities and Social Sciences) est une unité mixte internationale entre le CNRS et l’Université de New York (UMI 3199 CNRS-NYU) qui accueille des chercheurs en résidence pour des séjours de plusieurs mois .

CIRHUS (Cliché V. Debiais)
CIRHUS (Cliché V. Debiais)

Dans quelle thématique de recherche du CIRHUS s’inscrit votre projet ?

Les recherches que je mène actuellement au CIRHUS concernent la thématique du silence au Moyen Âge et sa représentation. Il s’agit de développer à New York le volet théorique et théologique de cette approche avant de l’appliquer à l’exploration des images médiévales.

Au cœur du campus de l’Université de New York à Manhattan, quelles possibilités et quel cadre vous offre le CIRHUS ?

Le CIRHUS est situé à quelques mètres de la bibliothèque centrale de NYU et de ses 9 étages en libre accès. L’amplitude des horaires d’ouverture et les conditions de mise à disposition de la documentation sont tout à fait considérables ! L’offre de séminaires, workshops, rencontres scientifiques est elle aussi très importante, ce qui permet de rencontrer des chercheurs et des étudiants dans le domaine de la médiévistique et bien au-delà.

L’interdisciplinarité est une réalité également au CIRHUS où cohabitent des chercheurs venant de l’ensemble des sciences sociales. Les échanges et discussions informelles sont fortement encouragés dans les locaux de l’UMI mais également au dehors. De telles conditions de travail ouvrent de nouveaux horizons de recherche et des perspectives intellectuelles très stimulantes.

New York University (Cliché V. Debiais)
New York University (Cliché V. Debiais)

Quel est votre programme pour ces deux mois ?

Un programme en trois temps. Les chercheurs américains ont beaucoup produit, depuis les années 1990, sur les notions telles que le silence, dans tous les domaines des sciences sociales (esthétique, morale, histoire des idées et des formes, sociologie). Au cours de ce séjour de recherche, je compte me familiariser avec cet aspect de la recherche, un monde en soi vu depuis l’Europe ! Beaucoup de titres de cette riche bibliographie sont difficilement accessibles en France.

Je compte d’autre part rencontrer un certain nombre de ces chercheurs, à New York, à Philadelphie et à Princeton, afin d’échanger sur la question du silence et de son application à la culture visuelle médiévale.

Enfin, le séjour à New York sera l’occasion d’étudier in situ certaines des images constituant les pièces maîtresses de la recherche sur le silence ; elles sont conservées à la Morgan Library pour les manuscrits, et au Metropolitan Museum of Art, pour l’orfèvrerie.

Jeudi 17 avril, vous proposez une communication intitulée « Empty : The Inscription of Blankness », qui est le deuxième volet de la journée consacrée au silence, à Poitiers, le 14 février dernier. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette recherche ?

La séance du jeudi 17 avril est menée à l’invitation de Brigitte Bedos-Rezak, professeure d’histoire du Moyen Âge à NYU, dans le cadre de son séminaire annuel « Materializing the Middle Ages ». Après une introduction générale sur les relations entre écriture et matière, cette séance sera l’occasion de présenter les premières conclusions tirées à l’issue de la journée de réflexion collective de Poitiers. Elle permettra aussi de soumettre un certain nombre d’études de cas à la discussion, comme ce chapiteau d’Usson représentant un lion.

Cliché V. Debiais
Cliché V. Debiais

Au cours de son séjour aux États-Unis, Vincent Debiais organisera avec Art-Hist une session au 49e International Congress on Medieval Studies de Kalamazzo, le plus grand congrès annuel de médiévistique (8-11 mai). Sous le titre “Sonorous and Brilliant Emptiness: Visual Approaches to White, Empty and Silent in Medieval Art”, cette session rassemblera de jeunes chercheurs et sera une belle occasion de croiser les approches et d’élargir les perspectives.

[24-26 avril 2014] Université en Angoumois – L’actualité de la recherche archéologique en Charente : nouveaux sites, nouveaux outils, nouvelles perspectives …

À partir des années 1980, la mise en place et le développement rapide de l’archéologie dite « de sauvetage », liée à la réalisation de projets d’aménagement très destructeurs de patrimoine archéologique, a permis une quantité exceptionnelle de découvertes inattendues, qui ont enrichi notre connaissance de l’occupation ancienne du territoire charentais. Dans les années 2000, le dispositif légal encadrant cette archéologie « préventive » s’est étoffé et stabilisé, aboutissant au paysage archéologique actuel de la Charente, riche et diversifié, où coexistent des chercheurs de tous horizons. Dans le même temps, le champ d’intervention de ces derniers s’est élargi, du fait notamment de la mécanisation des opérations, de l’appropriation par les archéologues de méthodes et d’outils empruntés à d’autres disciplines ou du développement du travail en équipes interdisciplinaires. Des sites jusqu’alors invisibles ont pu ainsi être étudiés, des monuments que l’on croyait bien connus ont dû être réinterprétés ; les forêts charentaises ont commencé à livrer leurs secrets…

Ce dynamisme fondamental de la recherche archéologique en Charente a peut-être, paradoxalement, rendu difficile la restitution à destination du grand public, de l’énorme masse d’informations ainsi engrangée largement abondée depuis quatre ans, par les opérations archéologiques réalisées sur le tracé de la LGV Sud Europe Atlantique.

« L’Université en Angoumois » vous propose cette année d’étancher votre soif d’informations sur ce patrimoine archéologique qui est le bien de tous. Le programme qui vous est proposé a été établi dans le cadre d’une collaboration étroite avec le Service Régional de l’Archéologie de la DRAC Poitou-Charentes et des missions de diffusion et de valorisation de la recherche archéologique assignées à ce service de l’État.

Châteaubernard-Bellevue, vue aérienne des enclos protohistoriques (Cliché Guillaume Seguin)
Châteaubernard-Bellevue, vue aérienne des enclos protohistoriques (Cliché Guillaume Seguin)

Sous la responsabilité scientifique de Didier Delhoume, conservateur du patrimoine, conservateur régional-adjoint de l’archéologie au Service Régional de l’Archéologie, membre du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302, Université de Poitiers / CNRS).

 

Programme

Jeudi 24 avril

9h30 – 10h : « Conférence d’introduction » par Didier DELHOUME

La période gallo-romaine

10h – 11h : « Archéologie des sanctuaires gallo-romains en Charente : les exemples de Chassenon et de Saint-Cybardeaux »

Sandra SICARD (archéologue départementale de la Charente, responsable du dépôt de fouille départemental)

Cécile Doulan (UMR Ausonius (CNRS/Université Bordeaux Montaigne)

L’archéologie funéraire à l’âge du bronze et à l’âge du fer

11h30 – 12h30 : « Pratiques et structures funéraires à l’âge du bronze en Charente : l’exemple de la nécropole des Marais à Puyréaux »

Anne-Sophie COUPEY (docteur en archéologie, chercheur associée à l’UMR 6566 du CNRS «CReAAH», Rennes)

14h30 – 15h30 : « Le site de la ZAC de Bellevue à Chateaubernard : nécropole ou sanctuaire de l’âge du fer ? »

Guillaume SEGUIN (archéo-anthropologue, société Archéosphère)

L’archéologie en Forêt

16h – 17h : « Le Trou qui Fume » à La Rochette. Une cavité témoin de l’occupation de la forêt de la Braconne de l’âge du bronze au Moyen-Âge »

Bruno BOULESTIN (Université de Bordeaux, CNRS UMR 5199 – PACEA, équipe Anthropologie des populations passées et présentes)

17h – 18h : « L’activité métallurgique du fer dans la forêt domaniale de la Braconne-Bois-Blanc aux périodes historiques anciennes »

Graziella Rassat (Doctorante, Laboratoire GEOLAB UMR 6042 CNRS – Université de Limoges)

Vendredi 25 avril

Les sites découverts le long de la LGV

10h – 11h : « L’archéologie préventive sur le tracé de la LGV Tours-Bordeaux : une archéologie à grande vitesse ? »

Jérôme PRIMAULT (coordonateur des opérations d’archéologie préventive du projet de LGV Sud Europe Atlantique Tours – Bordeaux) Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC de Poitou-Charentes. Membre statutaire de l’UMR7041-ARSCAN CNRS

11h30 – 12h30 : « La fouille du site des Sablons (Luxé, Charente) : occupations funéraires, culturelles ( ?) et domestiques. Présentation des différentes occupations de l’Âge du Bronze au Moyen Âge »

Marie Maury (Archéologue, spécialiste du petit mobilier médiéval)

14h30 – 15h30 : « Le haut cours de la Charente aux 5e et 4e millénaires avant notre ère : entre espaces habités et espaces symboliques au Néolithique. Apport des dernières recherches sur les enceintes fossoyées et les tombes mégalithiques »

Vincent Ard (Université de Toulouse II – Le Mirail, UMR 5608 TRACES)

16h – 17h : « Linars, une ferme isolée des XIIIe-XIVe siècles au lieu-dit La Fouillère »

Christophe CALMÉS (archéologue, TRACES/UMR 5608, responsable d’opération bureau d’investigations archéologiques Hadès)

17h – 18h : « Asnières-sur-Nouère «Le Champ du Frêne» : un hameau oublié des XIIIe-XIVe siècles »

Franck MARTIN (UMR 5648 (Ciham) / Éveha – Études et valorisations archéologiques, 24 avenue des Bénédictins, F – 87000 Limoges)

Samedi 26 avril

9h30 – 10h30 : « L’église souterraine d’Aubeterre-sur-Dronne : archéologie des pleins et des vides » Etude des phases de creusement de l’église rupestre la plus importante d’Europe, monument du XIIe siècle emblématique du retour d’un pèlerin de Terre Sainte »

Jean-Luc PIAT (Directeur général Hadès, chercheur membre associé au CESCM (Poitiers)

11h – 12h : « Le Vieil Angoulême de la Protohistoire à l’époque contemporaine. Nouvelles données issues de la fouille préventive de l’EHPAD Beaulieu »

Antoine NADEAU (Éveha – Études et valorisations archéologiques)

Les grottes et abris en Charente : un milieu privilégier pour la restitution des modes de vie paléolithique

14h – 14h30 : « Un aperçu de l’occupation paléolithique des grottes et abri de Charente »

Jérôme Primault (coordonateur des opérations d’archéologie préventive du projet de LGV Sud Europe Atlantique Tours – Bordeaux, Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC de Poitou-Charentes. Membre statutaire de l’UMR7041-ARSCAN CNRS)

14h30 – 15h30 : « Un site moustérien exceptionnel en Charente : Les Pradelles à Marillac-le-Franc. La difficile question du cannibalisme chez les Néandertaliens »

Bruno Maureille (Directeur de l’UMR 5199 PACEA, Directeur de recherche au CNRS)

16h – 17h : « La reconstitution en 3D de la frise de la grotte de la Chaire à Calvin (Mouthiers sur Boëme) »

Geneviève PINÇON (ministère de la culture et de la communication, UMR TRACES 560)

17h – 17h30 : « Présentation de l’espace d’initiation à la Préhistoire charentaise de Montbron : un lieu de médiation et de rencontre pour tous les publics »

André DEBÉNATH (professeur honoraire des universités, préhistorien, chercheur associé au Muséum national d’histoire naturelle, président de la Société archéologique et historique de la Charente)

17h30-18h : Conclusion par Didier Delhoume

 

Organisation :

Via patrimoine
Hôtel Saint-Simon
15 rue de la cloche verte
16000 ANGOULÊME

Lieu : Angoulême, Hôtel de ville, Grands Salons

Date : du 24 au 26 avril 2014

Voir le programme et les modalités

Maugis d’Aigremont, chanson de geste : suivie de La Mort de Maugis

DEVARDPrésentation et traduction de Rémi Fournier-Lanzoni et Jérôme Devard

 Maugis d’Aigremont, chanson de geste suivie de La Mort de Maugis

 Paris : L’Harmattan, 2014. – 284 pages (Littérature Classique. Textes et Commentaires)

 ISBN : 978-2-343-02918-4

Maugis d’Aigremont et La Mort de Maugis sont des chansons de geste du XIIIe siècle. Ces épopées hors du commun appartiennent à la Geste de Mayence et retracent la destinée de Maugis, chevalier, larron, enchanteur et devin, qui non seulement combat les Sarrasins devant Tolède, Milan ou Palerme, mais aussi mène des batailles sans merci contre l’empereur Charlemagne grâce à l’aide de ses dons de magicien, de son cheval-fée Bayard et de sa fameuse épée Froberge. Force est de constater qu’avec le personnage de Maugis, on assiste à une ouverture de l’épopée vers d’autres genres littéraires qui traduit en partie l’influence étrangère sur le domaine national. Si certains de ses traits moraux, comme la passion amoureuse, l’appel de la quête ou le don de la prophétie sont inspirés du roman, son essence profonde, la sincérité de son personnage vis à vis de la tradition épique, ainsi que de sa destiné légendaire aux côtés de son cousin Renaut de Montauban, l’apparentent cependant au monde des conquérants de nos épopées nationales. Désormais les chansons de geste ne se limiteront moins à des récits de combats chevaleresques où la monotonie des exploits ne se voit guère compensée par la variété des personnages. Avec Maugis d’Aigremont et La Mort de Maugis, le lecteur sentira peu à peu l’influence des légendes celtiques, la Matière de Bretagne, l’imaginaire païen, bref le merveilleux.

Rémi Fournier-Lanzoni enseigne actuellement l’italien à Wake Forest University en Caroline du Nord, États-Unis. Il a obtenu un doctorat en lettres à la Florida State University avec une thèse sur la chanson de geste Maugis d’Aigremont en 1995. Il est aussi l’auteur de deux ouvrages sur l’histoire du cinéma français et la comédie italienne.

Jérôme Devard est actuellement Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université d’Orléans. Par ailleurs, il prépare une thèse intitulée « Parenté et Pouvoir(s) dans la Matière de France et le Roman de Renart. Approche socio-juridique de la représentation familiale aux XIIe-XIIIe siècles », sous la codirection des professeurs Stéphane Boissellier et Claudio Galderisi. Il est l’auteur d’un premier essai publié aux éditions L’Harmattan sous le titre : « Le Roman de Renart. Le reflet critique de la société féodale »1. En outre, il a rédigé plusieurs articles s’intéressant à la conception et la représentation des notions de droit et de norme dans la littérature médiévale.

  1. Jérome DEVARD, Le Roman de Renart. Le reflet critique de la société féodale, Paris, L’Harmattan, 2010, 219 p. []

Journée d’études Jeunes Chercheurs – association JANUA (3 avril 2014)

Annuellement organisée avec le soutien de l’Université de Poitiers, du Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM-UMR 7302) et du Centre d’Hellénisation et de Romanisation dans le Monde Antique (HeRMA-EA 3811), la Journée Jeunes Chercheurs Janua 2014 s’est déroulée à l’hôtel Fumé le 3 avril dernier. Réunissant étudiants en master, doctorants, jeunes docteurs et enseignants-chercheurs,  cet événement a permis, selon la dynamique méthodologique caractéristique aux Journées d’études de Janua, de discuter de « la notion de fonction ». Portant à la fois sur les périodes antiques et médiévales et proposant conjointement des pistes de réflexions et des résultats aboutis (reflet de l’avancement des recherches menées par de jeunes chercheurs), les communications présentées seront publiées dans troisième numéro des Annales de Janua (printemps 2015).

Après un mot de bienvenue de la présidente de Janua, Cécile Treffort, Directrice du CESCM, a richement introduit le thème de cette journée. A la suite d’un rappel posant les définitions et étymologies des mots clef de la journée, le « document » et la « fonction », la directrice permit d’ouvrir le débat sur les relations unissant ces deux notions, à la fois antithétiques et pourtant en constante interaction.

exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien
Exemple de panneaux figuratifs incrustés provenant du site de Mari, Bronze Ancien

La matinée, présidée par Sébastien Biay (Ingénieur d’études en production et analyse de données pour le programme de l’ANR Musiconis, Université Paris-Sorbonne et CESCM), était résolument archéologique et antique.

Ouvrant la journée, les communications de Barbara Couturaud (ArScan-UMR 7041, équipe VEPMO) et de Nicolas Delferrière (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298), portant respectivement sur les panneaux figuratifs incrustés du Bronze ancien découverts à Mari (Syrie) et sur les revêtements architecturaux des édifices gallo-romains de la cité des Eduens, des Lingons et des Sénons, ont démontré l’importance de revoir ces documents à la lumière de leur contexte archéologique. Ces objets, longtemps considérés uniquement pour leurs valeurs décoratives, étaient interprétés hors de leur contexte archéologique de découverte. Or, de toute évidence, l’étude concomitante de l’objet et de ses contextes de création, d’utilisation et de découverte éclaire le débat de nouvelles données qui, jusque-là éludées, permettent maintenant d’appréhender plus justement l’emploi de ces objets dont les fonctions, différenciées mais superposées les unes aux autres, paraissent désormais mettre sur un même plan l’esthétique de l’image décorative et la visée fonctionnelle utilitaire.

Lucie Carpentier (Université Lille 3, HALMA-IPEL-UMR 8164) a achevé la matinée en proposant un nouvel axe de recherche pour l’origine des temples à plan centré de Gaule romaine. Son analyse a permis d’avancer une compréhension fonctionnelle de ces fana dont l’architecture semble avoir évolué parallèlement aux rites qui y étaient pratiqués. Ainsi, au vu des vestiges archéologiques, les aménagements structuraux successifs et spécifiques à ce modèle de temples s’avèrent, selon les exemples, intimement liés aux usages différenciés de ces espaces toujours adaptables à la particularité des rites qui s’y déroulaient.

Sous la présidence de Manon Durier (doctorante CESCM et chef éditorial des Annales de Janua), la séance de l’après-midi a débuté par une communication qui, proposée par Clément Bellamy (Université de Rennes 2, LAHM-UMR 6566) malheureusement absent, a été lue par Sébastien Biay. Proposant des pistes de réflexions sur la fonction et la destination de la céramique produite et retrouvée sur le site gréco-indigène de l’Incoronata (Italie) entre les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., cette communication a mis l’accent sur les difficultés que soulève l’analyse de cet artisanat mixte où les potiers indigènes copiaient les formes grecques, tout en modifiant, dans certains cas, la fonction usuelle de l’objet. Aussi, la forme de ces céramiques produites, consommées et détruites sur place, ne suffirait pas à leurs assigner une fonction, un  usage et une destination arrêtés.

Incoronata fouille
Incoronata fouille

Après ces quatre communications antiquisantes, la parole a été donnée à deux jeunes chercheurs médiévistes.

Rudi Beaulant (Université de Dijon, ArTeHiS-UMR 6298) a présenté une approche des fonctions et des usages des lettres de rémission ratifiées par les Ducs de Bourgogne à la fin du Moyen Âge. S’emparant de cette prérogative régalienne permettant de gracier un justiciable et de le rendre à sa bonne fama, ces puissants princes territoriaux ont produit ces documents en de multiples exemplaires, parfois recopiés plusieurs décennies après leur émission initiale. Originellement judiciaire, ce type de document, détourné de sa fonction première, semble devenir parallèlement un outil politique dressant le portrait d’une société de bons sujets gouvernés par un bon prince.

Pour clore cette journée, Clément de Vasselot (Université de Lyon, ENS) a proposé une relecture de la nature même du Conventum Hugonis (B.N.F., Ms. Lat. 5927). Document controversé dans un débat opposant l’américain Mr. Beech et M. Barthélémy quant à sa nature (épique ou historique), ce texte concernant le Poitou médiéval relate la querelle entre Hugues IV de Lusignan et le comte Guillaume V de Poitiers. La comparaison entre l’étude serrée du texte et les chartes conservées confirme l’historicité des faits relatés selon une ordonnance qui n’est pas chronologique. Aussi, ces nouvelles données semblent ouvrir la voie à une interprétation de ce texte comme étant tout autant œuvre littéraire qu’un récit narrant des événements historiques.

Associant stimulantes communications et riches discussions collectives, cette rencontre scientifique entre jeunes chercheurs aura permis de soulever les difficultés intrinsèquement liées à la notion de fonction que le chercheur applique à son objet d’étude. Assurément, les contextes de production et/ou d’utilisation, les contextes politiques, économiques, sociaux et religieux sont autant d’informations que celui-ci doit interroger pour prétendre comprendre l’objet sur lequel il travaille. Quel que soit sa nature, un artefact est le reflet de la société qui le créé pour répondre à des fonctions qui, bien que pré-établies, peuvent évoluer parallèlement aux pratiques successives qui en sont faites. Aussi, il semblerait que la compréhension que les chercheurs font aujourd’hui de certains objets soit dépendante des caractéristiques fonctionnelles intrinsèques à l’objet, mais attachée à un contexte autant matériel que culturel où cette notion utilitaire peut être linéaire ou évolutive.

Billet écrit avec l’aimable collaboration d’Aurore MENUDIER.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)