Le grand « Zoo » de Kalamazoo

L’International Congress on Medieval Studies qui s’est tenu à Kalamazoo (Michigan) du 8 au 11 mai 2014, est une véritable institution qui fêtera son cinquantième anniversaire l’an prochain. La première fois que l’on tente l’expérience de ce grand « Zoo » – comme le nomment les Américains, car il s’agit du plus grand congrès mondial de médiévistique – le plus impressionnant n’est finalement pas de devoir traverser l’Atlantique ou de découvrir l’immensité du campus kalamazien, mais bien de voir que l’intérêt pour le Moyen Age peut aujourd’hui réunir, pendant quatre jours, autant de personnes dans un même lieu !

Quelques chiffres pour cerner l’ampleur de cet événement : 3000 médiévistes ; 370 sessions, tables rondes, ateliers, conférences plénières ; 90 réunions et réceptions ; 70 exposants dont de nombreuses maisons d’édition, 29 600 diapos de Power Point…Kalamazoo 2014

Passée la joie de la découverte vient la frustration : celle de devoir accepter qu’il n’est pas possible d’assister à tout ce qui peut nous sembler intéressant ! Pendant quatre jours les sessions se suivent donc, mais ne se ressemblent pas. En effet, si la plupart d’entre elles permettent d’ouvrir de réelles perspectives en proposant des réflexions nouvelles et nous plonger dans les courants et sujets qui traversent la médiévistique actuellement (tels que les émotions, le material turn, les femmes ou encore les digital humanities), d’autres sont plus anecdotiques et quelques unes vraiment en dessous du niveau que l’on attend d’un tel rassemblement. Mais soyons bon joueur, cette année plus de bonnes surprises que de mauvaises. La diversité des intervenants a cependant un avantage, celui d’offrir un grand panel de méthodes et de comprendre les différences d’approche américaine et européenne. Il est extrêmement enrichissant de pouvoir se rendre compte qu’il y a bien des façons de faire de la recherche et de la diffuser.

La philosophie de Kalamazoo est en fait simple : rassembler les médiévistes et faciliter la rencontre et l’échange intellectuel, sans hiérarchie entre les intervenants (chercheurs, enseignants, doctorants, auteurs, universitaires, ou indépendants) ; offrir un large panel sur les études touchant au Moyen Âge, jusqu’aux travaux de Tolkien et aux jeux vidéos, en encourageant la diversité et la liberté de proposition, et surtout en rendant très simple l’organisation des sessions.

Si l’émulation intellectuelle et scientifique est au rendez-vous, ce qui l’est également, peut-être même davantage, c’est le réel aspect « social » du congrès. C’est en effet le moment de rencontrer de nombreux chercheurs, de tous horizons, géographiques et disciplinaires. Une large place est faite aux repas, « wine hours » – réceptions organisées par différentes sociétés d’études médiévales – et divers moments de rencontre, jusqu’au bal du samedi soir, pour permettre l’échange entre les participants. Kalamazoo se fait ainsi alors le lieu de naissance de nombreux projets communs.

Le CESCM était bien représenté cette année, avec quatre interventions :

Pamela Nourrigeon « Talking Empty Scroll : Zechariah’s Images in the Rationale divionorum officiorum« ,

Estelle Ingrand-Varenne « The Shift from Latin to Vernacular Languages in Epigraphic Texts : A Sociolinguistic Change »,

Barbara Haggh-Huglo « Carlier’s Tribute to Fulbert in a Cambrai Marian Officium« ,

Vincent Debiais « Writing in Silver and Gold: Interaction between Material and Letters in Medieval Inscriptions of Metalwork Objects ».

Riche de rencontres, de sujets, de projets, de nouvelles pistes, c’est une expérience souvent surprenante, assez inoubliable, en tous les cas unique au monde, que ce grand « Zoo » de Kalamazoo.

Billet co-écrit avec Estelle Ingrand-Varenne

[22 et 23 mai 2014] Table ronde : Les cinq sens au Moyen Age (III)

La table ronde organisée au CESCM (CNRS, UMR 7302-Université de Poitiers) pour la troisième année par Eric Palazzo, propose une approche résolument interdisciplinaire de l’étude des cinq sens dans la culture chrétienne médiévale. Elle réunit des spécialistes internationalement reconnus dans leur domaine respectif et pour la connaissance des cinq sens. Des domaines aussi variés que l’art, la liturgie, la théologie, la littérature, l’héraldique, la poésie, entre autres, seront traités pour une approche diversifiée des cinq sens. Le cadre chronologique et géographique sera aussi large que possible avec des conférences sur l’Occident, le monde byzantin et le monde musulman.

La place des cinq sens dans la culture du Moyen Âge occidental est centrale pour certains aspects essentiels de la définition de la liturgie et de la théologie chrétiennes. Dans l’Antiquité et durant tout le Moyen Âge, l’Église et sa théologie ont accordé un rôle de premier plan aux cinq sens dont témoignent des domaines tels que la liturgie, l’histoire de l’art, la littérature, la philosophie, la musique et, de façon plus générale, l’histoire politique et sociale du Moyen Âge. Pour les auteurs chrétiens, s’appuyant sur la tradition biblique ainsi que sur la philosophie antique issue de Platon et d’Aristote, les cinq sens sont plus particulièrement mis en action dans le déroulement des rituels de la liturgie afin de permettre la réalisation des principaux effets sacramentels de la théologie de la liturgie. Les cinq sens sont également au cœur d’une vaste réflexion sur la notion d’harmonie dans le christianisme ainsi que sur la relation entre l’homme-microcosme et le macrocosme. Dans le cadre de la liturgie, les productions artistiques peuvent être ainsi considérées comme des « objets » destinés à servir de support pour l’activation sensorielle afin de créer et de rendre possible les effets sacramentels du rite.

Cinq sens

La première table ronde a eu lieu les 1er et 2 juin 2012 : voir annonce

La seconde table ronde s’est tenue les 29, 30 et 31 mai 2013 (voir annonce) et a donné lieu à un billet ainsi qu’à un hors-série des Cahiers de Civilisation Médiévale

 

Programme

Jeudi 22 mai 2014 :

16h30 – Accueil des participants

Présidence de séance : Éric PALAZZO (CESCM-Université de Poitiers)

17h – Conférence inaugurale : Xavier BARRAL I ALTET (Université de Rennes II et Université de Venise) : « Utiliser les cinq sens pour la stratégie du récit : la broderie de Bayeux ».

 

Vendredi 23 mai 2014 :

8h30 – Accueil des participants

Présidence de séance : Stephen MORRISON (CESCM-Université de Poitiers)

9h – Outi MERISALO (Institut des langues modernes et classiques, Université de Jyväskylä) : « Les cinq sens dans quelques textes médicaux du Moyen Âge tardif ».

10h – Martine YVERNAULT (Université de Limoges, EA 1087 EHIC) : « La vision radieuse de la Jérusalem Céleste dans Pearl (anon., fin XIVe, MS. Cotton Nero A.x., British Museum) ».

11h30 – Sébastien BIAY (CESCM, Université de Poitiers) : « Sens et contresens : réflexions sur la place des sens non auditifs dans les images sonores du Moyen Âge ».

12h30 – Jennifer KINGSLEY (Johns Hopkins University) : « Aesthetic Experience and Sensory Problems in Medieval Art : Considering the Mitrale of Sicardus of Cremona ».

 

Présidence de séance : Cécile VOYER (Université de Bordeaux III-CESCM)

14h30 – Bruno BOERNER (Université de Rennes II) : « La sculpture gothique et le rôle des cinq sens dans les discussions sur la fonction des images ».

15h30 – Christel LUPANT (ATER CESCM, Université de Poitiers) : « Conception des images et réflexion sensorielle : approche exploratoire du ms. de la Vie de Sainte Radegonde ».

17h – Hiltrud WESTERMANN-ANGERHAUSEN (Professeur honoraire à l’Institut d’histoire de l’art de l’Université de Düsseldorf) : « L’odeur de l’encens et l’essence de la liturgie – la position des encensoirs dans le traité du moine Théophile ».

18h – John ARNOLD (Université de Londres) : « Belief and the Sense for the Medieval Laity ».

 

Lieux : Amphi Descartes, UFR SHA, 8 rue René Descartes, Poitiers

Dates : Jeudi 22 mai 2014 et Vendredi 23 mai 2014

Renseignements et inscriptions : eric.palazzo@univ-poitiers.fr

Télécharger l’affiche et le programme

[6 mai 2014] Le Portail Royal de la cathédrale de Bordeaux

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht 

Le Portail Royal, construit et sculpté aux alentours de 1250, est l’entrée principale de la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Emprunté lors des Entrées solennelles, il est orné d’un abondant décor sculpté, souvent de très haute qualité.

Le portail constitue un jalon essentiel de la sculpture gothique dans le Sud-Ouest, et il est probablement le premier à introduire le langage formel des grands chantiers du Nord de la France (Paris, Amiens, Reims, mais aussi Bourges) dans la région. Sa meilleure connaissance est un préalable nécessaire à toute étude menée sur les portails gothiques aquitains (Bazas, Bayonne, Dax, etc.).

Le Portail Royal a bénéficié d’une restauration (2011-2013) qui lui a rendu toute sa lisibilité. Il est dorénavant possible de réévaluer la place de cette œuvre dans la production sculptée française du XIIIe siècle.

La Journée d’études du 6 mai 2014, se propose de dresser un premier bilan des recherches récentes. Elle aborde un spectre large de questions. Seront examinés non seulement le portail proprement dit, son architecture, sa sculpture et sa mise en couleur, mais aussi des questions plus globales, comme les modalités de transmission des modèles.

Enfin, il s’agira d’envisager aussi l’histoire du portail dans la longue durée, telle que la révèlent les données archéologiques et archivistiques, les travaux de restauration ou encore les pratiques contemporaines d’appropriation patrimoniale.

sous la responsabilité scientifique de Markus Schlicht, Chercheur au CNRS, Historien de l’art spécialiste de la fin du Moyen Âge (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, Poitiers)

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht 

 

Programme  :

9h00 : Markus Schlicht et Claude Andrault-Schmitt, Introduction à la Journée d’Etudes

9h15 – 9h45 : Yves Blomme (PR, université catholique de l’Ouest, Angers), Le contexte architectural : l’intégration du Portail Royal dans la nef de la cathédrale

9h45 – 10h15 : Pierre Régaldo (IR SRA/ DRAC Aquitaine) et Natacha Sauvaître (archéologue, société Hadès), Les fouilles liées à l’ouverture du Portail Royal

10h15 -10h45 : Marcello Angheben (MCF HDR, université de Poitiers), Iconographie du Portail Royal (Jugement dernier)

11h00 – 11h30 : Peter Kurmann (PR émérite, université de Fribourg / Suisse), La sculpture française autour de 1250 – état actuel et perspectives de la recherche

11h30 – 12h00 : Fabienne Joubert (PR émérite, université Paris-IV Sorbonne), Pratiques de chantier : le transfert de modèles dessinés entre les portails de Bordeaux et de Bourges

Cliché Markus Schlicht
Cliché Markus Schlicht

14h00 -14h30 : Floréal Daniel (IR) et Aurélie Mounier (docteur, université Bordeaux Montaigne), Analyses physico-chimiques de la polychromie du Portail

14h30 -15h00 : Markus Schlicht (CR, CESCM), La restitution de la polychromie du portail Royal

15h00 – 15h30 : Renée Leulier (docteur, université Bordeaux Montaigne), Le Portail Royal à l’époque moderne et contemporaine

15h45 – 16h15 : Patrick Lemaître (IP, DRAC Aquitaine) et Louis Nicolas (Agence Goutal ACMH), Les campagnes de restauration et leur gestion

16h15 – 16h45 : Jessica de Bideran (docteur, université Bordeaux Montaigne), À propos des apôtres du Portail Royal : documentarisation et construction du discours de l’historien de l’art

 

 

Pour voir le programme

Un chercheur à New York

Après avoir passé trois mois à la Casa de Velásquez à Madrid, Vincent Debiais, chargé de recherche au CNRS,  rejoint New York pour deux mois en tant que visiting fellow au CIRHUS.

 Le CIRHUS (Center for International Research in the Humanities and Social Sciences) est une unité mixte internationale entre le CNRS et l’Université de New York (UMI 3199 CNRS-NYU) qui accueille des chercheurs en résidence pour des séjours de plusieurs mois .

CIRHUS (Cliché V. Debiais)
CIRHUS (Cliché V. Debiais)

Dans quelle thématique de recherche du CIRHUS s’inscrit votre projet ?

Les recherches que je mène actuellement au CIRHUS concernent la thématique du silence au Moyen Âge et sa représentation. Il s’agit de développer à New York le volet théorique et théologique de cette approche avant de l’appliquer à l’exploration des images médiévales.

Au cœur du campus de l’Université de New York à Manhattan, quelles possibilités et quel cadre vous offre le CIRHUS ?

Le CIRHUS est situé à quelques mètres de la bibliothèque centrale de NYU et de ses 9 étages en libre accès. L’amplitude des horaires d’ouverture et les conditions de mise à disposition de la documentation sont tout à fait considérables ! L’offre de séminaires, workshops, rencontres scientifiques est elle aussi très importante, ce qui permet de rencontrer des chercheurs et des étudiants dans le domaine de la médiévistique et bien au-delà.

L’interdisciplinarité est une réalité également au CIRHUS où cohabitent des chercheurs venant de l’ensemble des sciences sociales. Les échanges et discussions informelles sont fortement encouragés dans les locaux de l’UMI mais également au dehors. De telles conditions de travail ouvrent de nouveaux horizons de recherche et des perspectives intellectuelles très stimulantes.

New York University (Cliché V. Debiais)
New York University (Cliché V. Debiais)

Quel est votre programme pour ces deux mois ?

Un programme en trois temps. Les chercheurs américains ont beaucoup produit, depuis les années 1990, sur les notions telles que le silence, dans tous les domaines des sciences sociales (esthétique, morale, histoire des idées et des formes, sociologie). Au cours de ce séjour de recherche, je compte me familiariser avec cet aspect de la recherche, un monde en soi vu depuis l’Europe ! Beaucoup de titres de cette riche bibliographie sont difficilement accessibles en France.

Je compte d’autre part rencontrer un certain nombre de ces chercheurs, à New York, à Philadelphie et à Princeton, afin d’échanger sur la question du silence et de son application à la culture visuelle médiévale.

Enfin, le séjour à New York sera l’occasion d’étudier in situ certaines des images constituant les pièces maîtresses de la recherche sur le silence ; elles sont conservées à la Morgan Library pour les manuscrits, et au Metropolitan Museum of Art, pour l’orfèvrerie.

Jeudi 17 avril, vous proposez une communication intitulée « Empty : The Inscription of Blankness », qui est le deuxième volet de la journée consacrée au silence, à Poitiers, le 14 février dernier. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette recherche ?

La séance du jeudi 17 avril est menée à l’invitation de Brigitte Bedos-Rezak, professeure d’histoire du Moyen Âge à NYU, dans le cadre de son séminaire annuel « Materializing the Middle Ages ». Après une introduction générale sur les relations entre écriture et matière, cette séance sera l’occasion de présenter les premières conclusions tirées à l’issue de la journée de réflexion collective de Poitiers. Elle permettra aussi de soumettre un certain nombre d’études de cas à la discussion, comme ce chapiteau d’Usson représentant un lion.

Cliché V. Debiais
Cliché V. Debiais

Au cours de son séjour aux États-Unis, Vincent Debiais organisera avec Art-Hist une session au 49e International Congress on Medieval Studies de Kalamazzo, le plus grand congrès annuel de médiévistique (8-11 mai). Sous le titre “Sonorous and Brilliant Emptiness: Visual Approaches to White, Empty and Silent in Medieval Art”, cette session rassemblera de jeunes chercheurs et sera une belle occasion de croiser les approches et d’élargir les perspectives.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)