Marcella Lopes Guimarães, en souvenir de son passage au CESCM

J’ai voulu faire un bref récit de mon expérience en tant que Professeur invité de l’Université de Poitiers, entre mai et juin 2014.

Raconter une expérience, c’est l’organiser pour soi-même, mais publier le rapport implique de partager le vécu et son interprétation avec d’autres personnes intéressées, c’est-à-dire avec le lecteur. Du 25 mai au 28 juin, j’ai vécu de nombreuses expériences académiques, institutionnelles et personnelles très importantes pour moi, en tant que Professeur Invité à l’Université de Poitiers, auprès du CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale). Un long séjour de 34 jours. Pourquoi ? Parce que depuis ma candidature dans le cadre de l’appel lancé par l’Université de Poitiers, jusqu’à mon départ et finalement mon retour au Brésil, s’est écoulée une année.

marcella_charles
Marcella Lopes Guimarães et Charles Garcia

Les relations entre le NEMED (Núcleo de Estudos Mediterrânicos) et le CESCM existent depuis 2010, quand les collègues Fátima Regina Fernandes et Renan Frighetto ont été invités à participer aux Semaines d’Études Médiévales par le Professeur Stéphane Boissellier, notre principal partenaire depuis lors. De 2010 à aujourd’hui, notre travail est fructueux, avec de nombreux voyages au-dessus de l’océan Atlantique et un certain nombre de publications. Mon séjour à Poitiers est un nouveau chapitre dans les relations académiques entre nos laboratoires de recherche. Cette expérience a également favorisé le rapprochement de nos institutions, qui aujourd’hui souhaitent renouveler un accord ayant pris fin en 2013. Elle m’a aussi offert l’opportunité d’effectuer des recherches auprès des archives et de visiter des monuments que je ne connaissais pas.

Pendant mon séjour en tant que Professeur Invité, j’ai réalisé trois activités: j’ai collaboré à la traduction de la Chronique de D. Ferdinand (écrite par le chroniqueur portugais Fernão Lopes) – voir billet dans les carnets du CESCM -, projet dirigé par le Professeur Stéphane Boissellier; j’ai donné un atelier consacré aux sources littéraires galégo-portugaises pendant les Semaines d’Études Médiévales et j’ai participé activement aux différents débats des Semaines. De plus, j’ai pu accompagner le groupe de collègues et d’étudiants dans les visites organisées par le CESCM: à Chinon, à Fontevraud et à Saint-Savin. Beaucoup de mes impressions et découvertes ont fait objet de post presque instantanément sur mon profil Facebook et y sont toujours disponibles.

Il n’est pas commun, étant loin de sa famille et de ses proches, et vivant intensément une autre culture, de se sentir à l’aise, comme parmi ses amis… Eh bien, au fil du temps, j’ai de nouveau rencontré des personnes admirables, qui font partie de mon cœur et de ma bibliothèque.  Je remercie surtout mon ami Stéphane Boissellier et sa famille, qui m’ont accueillie à bras ouverts chez eux ; l’ami Charles Garcia, son zèle et sa disponibilité, et Cécile Treffort, son amitié et son soutien. Je tiens à souligner le bonheur d’avoir vécu avec l’excellente Claude Andrault-Schmitt, avec la joie de Marcello Angheben, avec la courtoisie de Stephen Morrison et la sympathie de Vanessa Ernst-Maillet et Catherine Girault.

Voir l’article en portugais : http://nemed.he.com.br/relato_profa_marcella/

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge

Éditions du cerf (2014) 

Éric Palazzo

L’invention chrétienne des cinq sens dans la liturgie et l’art au Moyen Âge 

 Paris : Les éditions du CERF, octobre 2014, 512 p. 

 Ce livre, qui renouvelle l’approche de la liturgie et de l’art au Moyen Âge, offre une vaste réflexion sur la relation entre l’homme et l’univers, permet d’apprendre ou de réapprendre la sagesse de l’émerveillement, constitue un contribution  essentielle à l’anthropologie. 

 Une étude magistrale au carrefour de l’histoire de l’art, la liturgie et la théologie

 Sortie en librairie le 23 octobre 2014

Comment rendre visible l’invisible ? Quel rôle peuvent jouer les sens dans la découverte de l’indicible ? La mystique passerait-elle par le sensible ?

Telles sont les questions fondamentales que le Moyen Âge s’est posé avec une liberté et une audace insoupçonnées. S’appuyant sur la tradition biblique et la philosophie antique, en particulier Platon et Aristote, mais aussi la pensée des Pères, dont saint Augustin, l’homme médiéval a choisi d’entrer en dialogue avec Dieu à travers le corps.

La louange mobilise, anime et exalte les cinq sens. Le rite convoque la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat, le toucher afin de plonger dans l’invisible. Le rite, ses œuvres et ses objets, les fresques, enluminures ou sculptures qui le représentent, les vêtements, livres ou meubles qui l’ornent, est le lieu de cette élévation et contemplation.

En une étude magistrale qui explore et commente les grands témoignages de cet art chrétien dont nous avons aujourd’hui perdu la signification, Éric Palazzo dresse le récit passionnant d’une aventure majeure de l’esprit, telle qu’elle a été vécue sur plusieurs siècles en Europe.

Membre senior de l’Institut universitaire de France et du Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale (CESCM), Éric Palazzo est professeur d’histoire de l’art au Moyen Âge à l’Université de Poitiers. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Liturgie et société au Moyen Âge (2000)1 et L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme (2008)2

Voir annonce sur le site des éditions du CERF

Écouter M. Palazzo dans les émissions de radio sur Fréquence protestante et RCF

  1. Éric PALAZZO, Liturgie et société au Moyen Âge, Paris : Aubier, 2000, 276 p. []
  2. Éric PALAZZO, L’Espace rituel et le sacré dans le christianisme : la liturgie de l’autel portatif dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Turnhout : Brepols, 2008, 205 p. (Culture et sociétés médiévale, 15) []

[18-20 sept. 2014] EMPRESAS – DEVISES – BADGES

Colloque International, Batalha (Portugal) : Un code emblématique européen (1350-1550) = Um codigo emblematico europeu (1350-1550)

   La devise, code emblématique original apparu dans le courant du XIVe siècle, connaît actuellement un renouvellement scientifique particulièrement dynamique à travers toute l’Europe et même au-delà. Les nombreuses et récentes publications internationales (ouvrages, articles, sites internet) ont attiré l’attention sur ces emblèmes omniprésents dans le vocabulaire emblématique et ornemental de la fin du Moyen Age et des temps modernes. Ce sujet d’étude, véritable reflet de la culture et des mentalités de cette période, n’a pourtant jamais fait l’objet d’une rencontre scientifique spécifique permettant aux chercheurs de confronter leurs savoirs et de partager leurs questions.
Porté par deux chercheurs reconnus dans ce domaine, Laurent Hablot (CESCM – Université de Poitiers) et Miguel Metelo de Seixas (IEM/CHAM – Université Nova de Lisbonne), ce projet ambitionne de rassembler, en juin 2014 durant trois jours, l’ensemble des spécialistes de l’emblématique de la fin du Moyen Age. Le site retenu, l’abbaye de Batalha, nécropole de la dynastie d’Avis, en plus d’attirer l’attention de la communauté scientifique sur les richesses trop souvent négligées du Portugal médiéval et le dynamisme de la recherche dans ce pays, constitue par son décor un véritable musée de la devise, cadre idéal d’une rencontre sur ce thème. Ce code emblématique connaît en effet chez les Avis des développements particulièrement brillants, sans cesse renouvelés par l’influence des royaumes européens dont le Portugal constitue en quelque sorte un véritable carrefour.

Voir le site de présentation du colloque

Renseignements utiles :

CEPAE                                 cepae@sapo.pt                           (+351) 244 766 199

Mosteiro da Batalha      geral@mbatalha.dgpc.pt      (+351) 244 765 497

Prix de l’inscription : 30€

Contact :

E-mail: contacto@empresasdevisesbadges.com

CESCM (Université de Poitiers)

IEM (FCSH/UNL)CHAM (FCSH/UNL)

Mosteiro da Batalha

Centro de Estudos de Património da Estremadura

Programme :

JEUDI 18 SEPTEMBRE
9h-9h30 Accueil des participants
Allocution de bienvenue Joaquim Ruivo / Miguel Metelo de Seixas
9h30-10h00 Laurent Hablot, Introduction
10h00-10h30 Michel Pastoureau, «La devise avant la devise : emblèmes para-héraldiques des XIIe et XIIIe siècles»
 
Session 1 : Formation et diffusion des devises
11h-11h20 Alessandro Savorelli, «L’anneau manquant. Les devises des Medici et des Rucellai (Florence, XVe siècle)»
11h20-11h40 Luisa Gentile, «Divixie et imprese: les emblèmes dans l’Italie du Nord (XIVe-XVIe siècle)»
11h40-12h00 Christian de Mérindol, «Une rare devise méconnue du roi Charles VII»
12h00-12h30 discussions
 
Session 2 : Devise et espace sacré
14h-14h20 João António Portugal, «Empresas e heráldica – conjunção e disjunção emblemática na fixação da memória: o caso do Mosteiro de Santa Maria da Vitória»
14h20-14h40 Catarina Fernandes Barreira, «De D. Duarte a D. Manuel: as gárgulas das Capelas Imperfeitas»
14h40-15h00 Laurent Vissière, «Les Saintes-Chapelles des Bourbons (1315-1540) et leurs devises. Exaltation et sanctification d’une lignée»
15h00-15h30 discussions
 
Session 3 : La devise au service du prince
16h00-16h20 Joan Domenge Mesquida, «La devise de la ‘corona doble’ des rois d’Aragon»
16h20-16h40 Thibaud Fourier et François Parot, «La devise du roi François 1»
16h40-17h10 João Pedro Monteiro, «A Empresa de D. Manuel I em azulejos: a esfera armilar no contexto das representações de poder em cerâmica no Portugal quinhentista»
17h10-17h40 discussions
17h45-18h45 Saul António Gomes et Pedro Redol, «Empresas, símbolos e significados no Mosteiro da Batalha», suivie de visite à l’abbaye royale de Batalha
 
VENDREDI 19 SEPTEMBRE
Session 4 : La devise au service du prince
9h00-9h20 Lea Debernardi, «L’aubépine de Valeran de Saluces: une devise entre mythologie dynastique, dévotion et art courtois»
9h20-9h40 Mégumi Tanabe, «L’Hermine – une devise éloquente dans les Heures de Marguerite d’Orléans»
9h40-10h00 Laure Fagnart et Pierre-Gilles Girault, «L’emblématique de Louise de Savoie»
10h00-10h30 discussions
 
Session 5 : Devises de la maison royale de Portugal
11h-11h20 Miguel Metelo de Seixas, «As empresas da dinastia de Avis: coerências de um programa estético e doutrinário»
11h20-11h40 Humberto Nuno de Oliveira, «Revisitando a empresa do ‘Africano’»
11h40-12h00 Leonor Calvão Borges, «O papel das empresas heráldicas filipinas como estratégia de consolidação de poder»
12h00-12h30 discussions
 
Session 6 : La devise familiale
14h-14h20 Stéphane Rolet, «Passer de la devise à l’emblème littéraire : l’utilisation d’une devise de Ludovico Sforza dans l’emblème d’Alciat Virtuti fortuna comes»
14h20-14h40 Maria Alice Pereira dos Santos, «A empresa de Gil do Sem e de João do Sem»
14h40-15h00 Filipa Gomes do Avellar, «Algumas empresas portuguesas do século XV: contextualização e interpretação»
15h00-15h30 discussions
 
16h- (excursion et dîner à définir)
SAMEDI 20 SEPTEMBRE
Session 7 : Autres usages de la devise
9h00-9h20 Fulvio Cervini, «L’armure qui parle. Des rapports entre les mots et les armes entre Moyen Age et Renaissance»
9h20-9h40 Maria Narbona Carceles, «Les devises et la foi : l’interprétation des devises princières selon une lecture spirituelle, à partir de quelques cas de rois ibériques des XIVe et XVe siècles»
9h40-10h00 Tiago Viúla de Faria, «The badge of Duke Pedro of Coimbra and his diplomatic representation»
10h00-10h30 discussions
 
Session 8 : Survivances de la devise
11h-11h20 Yvan Loskoutoff, «La devise médiévale vue par les théoriciens du genre à l’époque moderne»
11h20-11h40 Johnatan Saso, «Rien ne m’est plus, plus ne m’est rien: la valeur dynastique de la devise de la chantepleure entre Valentine Visconti et Marie de Clèves, duchesses d’Orléans»
11h40-12h00 Marta Gomes dos Santos, «Empresas régias na heráldica municipal»
12h00-12h30 discussions
12h30-13h00 Werner Paravicini, conclusions
 

A Perfect Opportunity for a Perfect End to a Year in Medieval Poitiers

As my days at the University of Poitiers drew to a close, I was determined to make the most of the last weeks of my Year Abroad in France. During my course, I was lucky enough to have translation classes with Stephen Morrison, a researcher specialising in the medieval period and director of the Centre for Medieval Studies in Poitiers (CESCM). I began speaking to him about my course at Birmingham and my interest in medieval art history and, then later, about possible work experience at the research centre. I am grateful for all his efforts, as in June I began work at the centre’s journal, the Cahiers de civilisation médiévale.

The Cahiers de civilisation médiévale, where I worked under the direction of editor Blaise Royer.
The Cahiers de civilisation médiévale, where I worked under the direction of editor Blaise Royer.

The journal began in 1958 and covers a variety of areas including philosophy, art history, literature, and musicology. It aims to bring together summaries of topics that deepen understanding in medieval civilisation and articles are submitted by researchers from all over the world. The articles include a short summary abstract in English, and literature reviews were also often published in both English and French. I was therefore given a range of pieces to translate, which was not only brilliant practice for my French but allowed me to learn about subjects I had never come across before such as the celtic ‘evil eye’ which cropped up while translating a review of a work by Jacqueline Borsje. Some of the texts tackled extremely specific areas of the early medieval period so there were sentences that I did not even understand in English! However, in the three weeks that I was there I did manage to translate substantial amounts of text. I was able to develop my translation skills immensely as I had to work around difficult sections to be able to communicate their broader sense.

It was very fortunate that the weeks I spent at the journal coincided with the annual conference held by the centre, the Semaines d’études médiévales in which students from many different countries flock to Poitiers to hear speakers present a variety of papers. I was very kindly invited by Blaise Royer and the team to attend the opening lecture by Piotr Skubiszewski from the University of Warsaw on a manuscript found in Poitiers and the tradition of author ‘portraits’. Back at the journal, the team took a lot of interest in my own studies, for example I was able to attend the lecture by Stephen Morrison the topic of which was relevant to my own dissertation project, an early fifteenth-century tomb in Canterbury Cathedral. I gained an insight into the Lollard movement whilst also practising my French! I could not have asked for more.

A flyer presents the conference, detailing the great international presence among the speakers.
A flyer presents the conference, detailing the great international presence among the speakers.

The three weeks spent at the journal were often overwhelming as the team were working on lots of  different projects . As well as translation, I gained experience in the digitisation of previous issues of the journal and the translation of searchable terms for the Brepols database of the International Medieval Bibliography which is primarily linked to the University of Leeds. I worked with Karine Corre who looks after the indexation of books for the development of the database. It is a mammoth task with hundreds of books being sent in. I often felt sorry for her as I entered the office in the morning to find her surrounded by piles of yet more new books! I was also given access to the database so I could use it for my own research. Karine Corre was extremely helpful and we found several very promising articles for my dissertation.

The site of the CESCM, Hôtel Berthelot (although due to building works the team at the journal were relocated, so I spent my time in a much less picturesque university building!)
The site of the CESCM, Hôtel Berthelot (although due to building works the team at the journal were relocated, so I spent my time in a much less picturesque university building!)

After finishing exams and feeling like my year abroad was fading away, work experience at the Cahiers was a brilliant insight into the world of medieval research and the demands of translation. The team were extremely welcoming and enabled my year abroad to be more than lessons at the University, but a full experience in the medieval world of the CESCM.

Inscription au master Civilisation antique et médiévale (Université de Poitiers – CESCM/HeRMA)

La spécialité Civilisation antique et médiévale est un master recherche qui s’articule en deux années, comportant chacune des enseignements, la rédaction d’un mémoire de recherche (TER), et un stage, facultatif en Master 1, obligatoire en Master 2.
L’inscription administrative est conditionnée à la définition d’un projet de recherche validé par un enseignant-chercheur de l’Université de Poitiers.

SHA/Université de Poitiers
SHA/Université de Poitiers

Réunion de rentrée le mardi 2 septembre en amphi Bourdieu :
– 14h-15h30 pour les M1
– 15h30-16h30 pour les M2

 

L’admission directe en 2e année de master est possible pour les étudiants ayant obtenu une 1ère année de master dans une autre université, après examen de leur dossier.

Ce Master est ouvert également aux étudiants de l’UFR Lettres et Langues de l’Université de Poitiers.

Laboratoires de recherche : équipe HeRMA et laboratoire CESCM

Lien vers les Modalités et dossier d’inscription, programmes des enseignement et contacts

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)