[7 avril 2022] : ateliers de la doc

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) et Martine Henrot (CNRS, bibliothèque du CESCM) proposent une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : jeudi  7avril 2022 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique :

Découvrir des bases de données  … De Collecta : Archives numériques de la collection gaignières (1642-1715) … à Sigilla : outil de recherche des sceaux conservés en France.

  • Intervenantes :

– Sarah Casano-Skaghammar

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel (masque obligatoire)

Nous espérons vous y voir nombreux, cet atelier est ouvert à tous, destiné à échanger sur les ressources numériques et axé sur l’interactivité : vous êtes chaleureusement conviés à partager ce moment !

[1er avril 2022] : Atelier du groupe « dates et formules » – COSME

Atelier du groupe de travail « Dates et formules » du Consortium Sources Médiévales (COSME2) : « Le traitement de la donnée « date » dans les éditions numériques de corpus de sources médiévales ».

Organisation : Emilie Kurdziel (U. Poitiers/ CESCM) et Thomas Brunner (U. Strasbourg/ ARCHE).

Lieu : CESCM, salle Berger, de 9h30 à 17h.

La date est l’un des premiers critères d’identification et d’analyse de tout document ancien, et pour cette raison l’élément qui figure normalement en tête de toute édition, quelle que soit la nature du corpus (diplomatique, épigraphique, sigillographique, etc.). Dans les entreprises d’édition numérique et de bases de données, le traitement de l’élément date n’est pourtant pas sans poser problème. Cela tient à la diversité des modes d’expression de la date en usage au Moyen-Âge, dans certains cas à l’absence de datation explicite et plus marginalement aux opérations de falsifications, qui imposent à l’éditeur de réattribuer à chaque document ou objet une date ou une fourchette de dates exprimée dans un système contemporain et standardisé. Or ces opérations de normalisation sont en elles-mêmes problématiques, par les choix qu’elles impliquent (quel format et quelles règles de datation adopter ? comment traiter des dates incertaines ? etc.) et parce qu’elles comportent un risque de déperdition d’information, lié à la rigidité des formulaires établis dans le cadre de l’édition numérique. Un autre enjeu est celui de l’interopérabilité.

Deux ateliers consacrés à ces problèmes sont organisés en 2022 (le 1er avril à Poitiers, à l’automne à Strasbourg) avec pour objectifs :

  • de dresser un état des lieux des pratiques et des problèmes en matière de traitement de l’élément « date » dans les corpus et bases de données numériques récents ou en cours d’élaboration ;
  • de recenser et d’évaluer les outils susceptibles de faciliter l’interopérabilité et les interrogations croisées (permettant par exemple l’analyse automatique de datation ou la mise en concordance des systèmes de datation médiévaux) ;
  • de penser les moyens d’une interrogation croisée des différents corpus (moteur(-s) de recherche(-s) commun(-s) ou partagé(-s)) et donc d’une interopérabilité renforcée, sur le critère de la date.
  • d’établir un référentiel (livre blanc) pour le traitement et l’encodage de l’élément « date » formulant des recommandations pour l’harmonisation du traitement de cette information dans les futurs corpus et bases de données de sources médiévales ;

Associant chercheurs et ingénieurs d’études actifs dans le champ des Humanités Numériques et étudiants avancés (master et doctorat), ces deux ateliers se conçoivent autant comme un temps d’élaboration scientifique que de formation.


Participants :

 

Thomas Brunner (U. Strasbourg, ARCHE) et Guillaume Porte (U. Strasbourg, ARCHE) : Le traitement des dates dans les bases de l’ARCHE sous Telma et Heurist (Chartae Galliae, Chirographum, Strasbourg XV, etc.)

Manon Durier (CESCM, ERC GRAPH-EAST) : La datation des inscriptions au sein du projet GRAPH-EAST : enjeux méthodologiques et solutions mises en œuvre

Philippe Jacquet (SIGILLA) : Enjeux et traitement de la date dans SIGILLA

Eliana Magnani et Nicolas Perreaux (LAMOP) : Enjeux et traitement de la date dans le Corpus Burgundiae Medii Aevi (CBMA), le Corpus des actes royaux (CARo) et les Cartae Europae Medii Aevi (CEMA)

Anne Massoni (U. Limoges, CRIHAM) et Rémi Crouzevialle (U. Limoges) : Enjeux et traitement de la date dans le projet COL&MON – Analyse spatiale du phénomène religieux (ANR-15-CE27-0005)

Cécile Treffort (U. Poitiers, CESCM) : L’évolution du traitement de la date dans le Corpus des inscriptions de la France médiévale

Hanno Wijsman (IRHT) : Enjeux et traitement de la date dans BIBALE

Morgane Uberti (Groupe TEAPIMEG, U. Complutense, Madrid) : Quand la date devient l’objet même du corpus : le projet ITLAMA (Inscribing Time from Late Antiquity to Middle Ages)

Discutants : Fatiha Idmhand (U. Poitiers, consortium CAHIER), Emilie Kurdziel (U. Poitiers, CESCM),

 

 

Appel à com’ du 54e congrès de la SHMESP (Poitiers, 11-14 mai 2023)

Appel à communication du 54e congrès de la SHMESP (Poitiers, 11-14 mai 2023)

« Environnement et sociétés au Moyen Âge »

Appel à communication jusqu’au 30 avril 2022

 

Le 54e Congrès de notre société se tiendra au CESCM à Poitiers, du 11 au 14 mai 2023 sur le thème « Environnement et sociétés au Moyen Âge ». Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-joint l’argumentaire scientifique : SHMESP 2023 Poitiers – appel à communication.

Les propositions de communication en français, accompagnées d’un résumé d’une page maximum (à défaut duquel il ne sera pas possible de les prendre en compte), doivent être envoyées d’ici le 30 avril 2022 à : secretariat@shmesp.fr. Les sociétaires intéressés sont invités à prendre attentivement connaissance des grandes orientations fixées par le comité scientifique. Celui-ci fera connaître courant juin les contributions retenues.

Nous rappelons que la Société ne prend pas en charge les frais des intervenants. Des bourses sont toutefois proposées aux doctorantes et doctorants, ainsi qu’aux jeunes chercheuses et chercheurs, qui interviendraient lors de ce congrès.

 Les actes des congrès de le SHMESP paraissent régulièrement à l’occasion de l’Assemblée générale de l’année qui suit, grâce notamment au travail des responsables des publications. Les collègues qui proposent une communication s’engagent donc moralement à publier leur texte en le rendant dans les délais imposés par ce calendrier serré, soit le pour 1er septembre 2023, et en respectant le nombre de signes défini par les responsables des publications, soit un texte de 35 000 signes (espaces, notes et documents compris), en vue d’une parution de l’ouvrage à l’automne 2024.

 Nous encourageons vivement les jeunes chercheurs à participer à ce congrès. Les directeurs de thèses sont donc invités à informer au plus vite les doctorants susceptibles d’être intéressés.



Prise de conscience des dérèglements climatiques, menace de crises écologiques majeures, débat sur le concept dAnthropocène ont donné ces dernières décennies une dimension nouvelle à lintérêt déjà bien établi des sciences humaines et sociales pour l’étude des relations entre l’homme et son environnement. C’est ce champ de recherche transdisciplinaire et dynamique que la SHMESP entend investir pour son 54e congrès dédié aux rapports entre « Environnement et sociétés au Moyen Âge » dans les espaces occidentaux, byzantins et arabomusulmans, aussi bien que nordiques et slaves non chrétiens.

En ancien français, aux XIIIeXIVe siècles, le mot « environnement » désigne l’action d’entourer, mais aussi ce qui entoure, ce qui se trouve tout autour de l’homme ou des êtres vivants. Passé depuis le français médiéval dans la langue anglaise, c’est dans ce sens qu’il est
d’abord réintroduit et utilisé en français moderne au XIXe siècle, par exemple chez Jules Michelet lorsqu’il interroge l’incidence des actions humaines sur l’équilibre des milieux. Privilégié aujourd’hui en sciences humaines et sociales par rapport au concept de « nature » (présent dans les sources mais très polysémique et revêtant une dimension plus statique), mais aussi à celui de « milieu » (plutôt employé dans le sens restrictif de « milieu physique »), l’environnement peut être défini comme l’« ensemble des facteurs naturels, ou naturels modifiés par l’homme, voire artificiellement créés, qui conditionnent son existence (ou celle d’un autre organisme) » (Robert Delort). Autrement dit, il résulte de la combinaison des facteurs physicochimiques, biologiques et socioéconomiques qui forment le cadre de vie des groupes humains.

Le renouvellement en cours, en histoire médiévale, des questionnements liés à l’interrelation entre homme et environnement hérite à la fois des travaux fondateurs des géographes et des archéologues, d’une longue tradition d’histoire rurale et de géohistoire à la française et des premiers jalons d’une histoire du climat et des catastrophes naturelles posés dans les années 19701990 par des historiens comme Emmanuel Le Roy Ladurie ou Jacques Berlioz. Il se nourrit également des liens avec le courant d’histoire environnementale né aux ÉtatsUnis dans les années 1970 et fortement lié dès l’origine à l’écologisme ; ainsi que de l’apparition de nouvelles spécialités, telles que l’archéogéographie et des développements les plus récents des études paléoenvironnementales et des techniques et méthodes o et bioarchéologiques (palynologie, carpologie, anthracologie, sédimentologie, sans oublier l’archéozoologie, essentielle pour comprendre les relations entre homme et animal). Autant d’approches qui contribuent à renouveler notre façon d’appréhender et de comprendre les conséquences des implantations humaines sur les équilibres écologiques. La réflexion récente menée dans d’autres champs des sciences humaines et sociales lanthropologie, l’écocritique, l’écosophie ou l’écothéologie contribue également à enrichir les questionnements des médiévistes, incitant par exemple à se demander si le concept dhomo ecologicus, qui s’impose des obligations d’ordre éthique envers son environnement, a une réalité au Moyen Âge ou s’il s’agit d’une création du monde contemporain. Plus récemment, c’est à travers des problématiques novatrices émanant de l’histoire des émotions ou même de nouvelles approches en histoire politique que certains médiévistes ont réévalué la place de l’environnement dans l’histoire sociale, manifestant là encore la valeur heuristique du prisme environnemental pour l’appréhension des sociétés du passé. Les recherches sur des sujets aussi variés que l’histoire des paysages, les relations entre les hommes et les animaux, mais aussi entre les hommes et les plantes, l’exploitation des ressources minières ou aquacoles, ou encore les représentations de la nature, y compris dans l’art et la littérature, se sont ainsi multipliées ces dernières décennies, témoignant de la diversité des angles possibles pour appréhender le rapport, construit, entre sociétés humaines et environnement.

Autant de voies qui pourront être explorées lors de ce congrès, sans jamais étudier pour euxmêmes les phénomènes extérieurs à l’homme, mais en se concentrant sur les interactions de ces phénomènes avec les sociétés médiévales, selon trois axes. Pour ce faire, tous types de supports pourront être mobilisés dans la lignée de nombreux travaux récents associant, par exemple, documents d’archive, données archéologiques, iconographie ou textes littéraires afin de représenter au mieux la diversité des modes d’expression, des échelles et des temporalités complémentaires de ces rapports, du local au global, des temps géologiques à l’événement.

1. Aménagement, exploitation, pratiques sociales et spatiales

Ce premier axe cherchera à comprendre comment les sociétés médiévales s’adaptent à leur environnement et le transforment, intégrant ou contournant ses contraintes et exploitant ses atouts. La réflexion, en évitant toute approche déterministe, pourra s’articuler autour de l’occupation et de l’aménagement de l’environnement par l’homme, de ses habitats, de ses activités et des infrastructures qu’il met en place. Les interactions entre homme et environnement s’y traduisent de plusieurs façons : rapports de production, construction et pratiques de l’espace, concurrence et collaboration autour de l’accès aux ressources, impact sur les espèces animales et végétales…
Les activités de production incluent l’exploitation du sol, qu’il s’agisse de l’espace cultivé ou dédié à l’élevage (pratiques agraires, modes de culture et de gestion des sols,
extension des terroirs par assèchement de marais, défrichements ou autres ; structures agricoles spécifiques telles que les salines ou endiguements ; équilibre élevage/culture céréalière ; emprise spatiale de l’élevage ; élevage itinérant ; diffusion de pratiques telles que les garennes), mais aussi des ressources du soussol (minerais et métaux, pierre, tourbe, sel, etc.), des forêts (bois de charpente ou de chauffe, charbon, chasse et braconnage, etc.), ou d’autres milieux plus spécifiques. La pêche et la pisciculture, en mer ou en eau douce (gestion des étangs, pêcheries), et leur impact sur les écosystèmes comme sur les sociétés seront également à prendre en compte. Nombre de ces activités posent aussi la question de la temporalité, des rythmes, de la saisonnalité : certaines ont par exemple une dimension cyclique (le temps de la reconstitution du couvert forestier, du stock de poissons ou de gibier…), incitant à une approche évolutive et non statique des interactions entre les sociétés médiévales et leur environnement.
Audelà des considérations pratiques, on s’interrogera sur la dimension sociale de l’activité productive : usage collectif ou concurrentiel (communs, assolement, chasse, droits de boisillage ou de glanage…) ; organisation sociale autour de l’exploitation ; ou encore compétition pour l’accès aux ressources. En effet, le partage des ressources naturelles est un enjeu crucial pour toute société, particulièrement en cas de rareté (manque d’eau et de bois d’œuvre en zone aride par exemple), jusqu’à faire l’objet de réflexions juridiques sur la « propriété » et les usages coutumiers.

Ces questionnements seront l’occasion de mettre en exergue les nouvelles façons d’appréhender les dynamiques entre hommes, animaux, plantes, ressources et espaces développées ces dernières années, que ce soit à travers des études microhistoriques ou des
perspectives relevant de l’histoire globale.


2. Équilibres environnementaux, crises et résilience

Certaines de ces activités humaines sont source de déséquilibres et de nuisances (pollution, déforestation, amenuisement des ressources…), pouvant aller, dans des cas extrêmes, jusqu’à la destruction de certaines ressources. La thématique des pollutions et contaminations en particulier peut être développée dans des directions très diverses : pollution d’un espace rural ou urbain, mais aussi des corps euxmêmes, amenant à considérer les conséquences sanitaires, les maladies liées à l’environnement (pollution au plomb par exemple). Si une forme de surexploitation peut être la cause de ces dérèglements, d’autres facteurs peuvent être considérés, comme les déprédations et ravages des guerres (politique de la terre brûlée).
On pourra réfléchir sur les notions de seuil et d’extrême : commencent la surexploitation, le déséquilibre, voire la crise ? Observeton l’existence d’un effort de préservation par les hommes et femmes du Moyen Âge d’une partie de leur milieu (sauvegarde d’une partie du couvert forestier, gestion de l’eau en zone sèche ou de la pollution et du débit des cours d’eau…) ? Autant de questions qui amènent à interroger les notions d’équilibre et de « crises environnementales », notamment pour le XIVe siècle dans le cas de l’Europe.

Ces déséquilibres et le problème de l’accès aux ressources (terres, minerais, bois, eau…) posent aussi la question des liens entre crises et pouvoirs politiques : comment ces derniers anticipentils éventuellement une catastrophe ou y réagissentils a posteriori ? La période de l’aprèscrise constitue un moment intéressant à étudier : quelles sont les réactions ? Quels dispositions et aménagements suivent, qu’il s’agisse d’abandon ou de reprise d’infrastructures ou d’espaces, plus largement de réorganisation ? Selon quels rythmes ? Les réponses peuvent
également être d’ordre religieux : processions, litanies, rédaction de traités pour la prévention des épidémies
Ce deuxième axe sera ainsi l’occasion de croiser la part des facteurs « naturels » (aléas climatiques, sismicité, invasions de nuisibles…) et celle des facteurs sociaux dans l’émergence de crises environnementales. Dans le cas des crises alimentaires, la ligne de partage entre les deux n’est pas toujours claire : si des facteurs climatiques peuvent les engendrer, elles peuvent également être dues à une mauvaise gestion des stocks ou à des phénomènes d’accaparement et de spéculation.


3. Représentations et perceptions de l’environnement

Confronté au monde qui l’entoure, l’homme a cherché à appréhender et à rendre compte de cet environnement, ainsi qu’à trouver des explications aux manifestations de la nature, aux phénomènes géomorphologiques, météorologiques et climatiques, aux maladies. Toutes les formes de constructions intellectuelles (textuelles ou figurées) élaborées par les acteurs du Moyen Âge afin d’appréhender et d’interpréter leur environnement seront ainsi au cœur de ce dernier axe : conceptions théologiques, philosophiques, juridiques, littéraires, esthétiques, mais aussi didactiques ou géographiques (cartes par exemple), permettant à la fois de représenter le monde environnant, de se l’approprier et de l’expliquer.
Au cours de la période médiévale se développent de nouveaux rapports dynamiques entre l’homme, le monde et Dieu, qui témoignent d’une attention croissante pour la nature. L’étude de la théologie et des cadres juifs, chrétiens et musulmans d’explication du monde est une des perspectives qui permettent d’envisager ces rapports. La perception de la nature comme produit de la Création induit des schémas d’interprétation, des pratiques, des comportements : l’idée de colère ou de bienveillance divine, une conception providentialiste du monde, une certaine efficience prêtée à la parole tournée vers le Ciel ou adressée aux saints. Pourront ainsi être mobilisés les récits de miracles liant le saint et la nature dans la littérature hagiographique, les mentions de bénédictions destinées à favoriser les cultures dans certains sacramentaires, ou de messes votives destinées à faire tomber la pluie, repousser la tempête ou la maladie des animaux.

Alors que l’essor des sciences arabes, au carrefour d’influences multiples, est déjà ancien, en Occident, c’est avec le développement scolastique et l’apport de nombreux textes philosophiques et scientifiques traduits depuis le grec ou l’arabe que les descriptions et
explications de phénomènes « naturels » se multiplient. Tandis que la philosophie naturelle étend son domaine disciplinaire audelà de l’ancien quadrivium, on observe un intérêt croissant pour l’explication rationnelle du monde. On pourra se demander quels sont les facteurs qui expliquent de tels changements de perspective, mais également quelle est la part de la mystique dans l’investigation de la nature. Le développement de la médecine, de la pharmacopée, de la botanique influe sur les conceptions et le discours sur l’environnement, entraînant la multiplication de nouveaux écrits : traités de médecine ou vétérinaires, d’astronomie, de chasse, encyclopédies… À la fin du Moyen Âge, alors que le monde commence à être compris par l’observation, les peintres témoignent aussi, à leur façon, de ces nouvelles façons d’appréhender l’environnement, en introduisant un souci nouveau de réalisme dans sa représentation.

In fine, ce congrès sera l’occasion de se demander comment ces différentes dimensions des relations entre les sociétés médiévales et leur environnement peuvent permettre aux médiévistes, quel que soit leur espace d’étude, de se réapproprier et de reconsidérer sous un jour différent des thématiques anciennes, tout en faisant dialoguer approches matérielles, textuelles et iconographiques afin de croiser les regards sur les représentations et les pratiques sociales médiévales.

Actus CESCM 2022/3

Evénements

 

[17 mars 2022] : ateliers de la doc

***

Les Journées de Poitiers,  ville d’art sous la conduite de Claude Andrault-Schmitt, du 25 au 27 mars 2022 : trois jours de visites organisées par la Société française d’Archéologie. Voir leur site : http://www.sf-archeologie.net/Poitiers-une-capitale-medievale.html

***

[8 avril 2022] : La tour-porche de Saint-Hilaire de Poitiers. Milieu culturel et commanditaires autour de l’an Mil, nouvelles perspectives de recherches

***

[14-15 avril 2022] Journées d’étude jeunes chercheurs 2019 – Association JANUA

***

[20 mai 2022] : Végétal Moyen Âge ! Plantes, santé et alimentation

***

[1er juin 2022] : Le rituel au Moyen Âge


Participation à colloques

 

  • Martin Aurell anime un séminaire sur l’imaginaire de l’épée à l’université de Sapienza (Rome) le  15 mars : L’épée médiévale est-elle une personne ? Lien vers le séminaire : https://cescm.hypotheses.org/files/2022/03/seminari-2021_22-Aurell.pdf
  • Le colloque international I re poeti, Université de l’Aquila le 16 mars, sera ouvert par Martin Aurell : Entre l’ordre littéraire et l’ordre équestre: la poésie du roi lettré.
  • Le 23 mars, Rappresentare il tempo. Architettura, geometria e astronomia, Palazzo Spada à Rome auquel participe  Angélique Ferrand : Penser le temps dans l’espace: les signes du Zodiaque et les Occupations des mois rythmant l’architecture ecclésiale (XIe-XIIIe siècles). La journée pourra également être suivie en ligne sur Teams : https://rebrand.ly/r2gfu0b
  • Harmony Dewez sera le 25 mars au Séminaire de sociAAM (ULB, Bruxelles)  : Les traités domaniaux et comptables du XIIIe au XVe s. entre droit, morale et agriculture.
  • Du 28 au 30 mars,  Colloque bisannuel de la British Archaeological Association à Rome, British School, sur le thème Image and Narrative in Romanesque Art. Y participent : Marcello Angheben : The Apsidal Mosaics of San Clemente, Rome and the hypothetical influence of the Gregorian Reform / Claude Andrault-Schmitt : An Unusual Scenography in the Service of Popular Devotion. The Deathbed Scene at Saint-Hilaire-de-la-Celle in Poitiers.
  • Alexandre Noguera  participe le 9 avril à la journée doctorale organisée par le département d’histoire de l’université Laval : Voyage et géographie administrative sous Charles VII.

Pôle documentaire

 

 Galata and its walls: expansion phases, mural inscriptions and written sources. lecture Hasan Sercan Sağlam (CNRS – CESCM, Poitiers, France) ), Thursday, March 17th 2022, 08.30

Room FB4.B209 ZOOM MEETING https://ozyegin-edu-tr.zoom.us /j/98233898966?pwd=a2JjNERCK0g4 QUhXQ3N5WS96UGNZQT09

Meeting ID: 982 3389 8966

Passcode: 148106

***

Le prochain webinaire “Transmissions épigraphiques” aura lieu jeudi 17 mars, de 10h à 12h, et nous aurons le grand plaisir d’écouter Vincent Debiais (EHESS, Paris), parler de : Inscriptions transmitting inscriptions: copying, repairing, increasing epigraphic texts (Spain, Empire, 13th-16th centuries). Lien : https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09 (ID réunion: 898 4254 1808 ; mot de passe: 013157)

Pour retrouver l’ensemble du programme : https://epimed.hypotheses.org/2375 

***

La 16e édition du festival du film d’archéologie d’Amiens aura lieu du 28 mars au 2 avril 2022. Parmi les 70 documentaires qui seront projetés, le film sur la mission de terrain à Chypre, réalisé par Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern, sera présenté le samedi 2 avril : https://grapheast.hypotheses.org/360
 

[17 mars 2022] : ateliers de la doc

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) et Martine Henrot (CNRS, bibliothèque du CESCM) proposent une nouvelle saison d’ateliers de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0

  • Date : jeudi  17 mars 2022 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire Berthelot du CESCM (rez-de-jardin)
  • Thématique :

Découvrir la BCM – Bibliographie de civilisation médiévale – Base de données bibliographiques multilingue incontournable pour vos recherches du IV au XVIe siècle

 

  • Intervenant.e.s :

– Philippe Paquant

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel (masque obligatoire)

Nous espérons vous y voir nombreux, cet atelier est ouvert à tous, destiné à échanger sur les ressources numériques et axé sur l’interactivité : vous êtes chaleureusement conviés à partager ce moment !

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)