Appel à communication : Carnets de recherche. Histoire de l’art et Archéologie

Appel à communications à destination des étudiants de master
 

Journée d’études dédiée à l’actualité de la recherche par les étudiants de master en Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers (master Histoire, Civilisations et Patrimoine et master Mondes médiévaux), avec la participation de l’Institut Catholique de Paris.

Le Jeudi 10 octobre 2019

 
 
 
Dans le cadre de cette journée d’études, les étudiants ayant terminé leur année de Master 1 ou 2 pourront présenter les résultats de leur mémoire de recherche.
 
La durée de chaque communication est de 20 mn.
 
Propositions de communications :
 
Les propositions de communication sont à adresser avant le
16 septembre 2019 à :
 
 
Elles devront faire figurer un court résumé (200 à 300 mots), accompagné d’une courte biographie (comprenant vos nom, prénom, adresse email, laboratoire).
 
Université de Poitiers – Département d’Histoire de l’art et d’Archéologie
 
 

 
       
 
 

 

 

Johannes Junge Ruhland se raconte comme étudiant de Stanford

Interview de Johannes Junge Ruhland, doctorant à l’université de Stanford, et qui est venu présenter une communication ‘The Manuscript as Agent (London, British Library, Additional 15268)‘ au colloque Stanford (avril 2019).

Bonjour Johannes, peux-tu te présenter rapidement et nous dire quel est ton sujet de thèse ? Et qui est ton directeur ? Pourquoi l’avoir choisi spécifiquement comme directeur ?

Bonjour, je suis en première année dans le programme ‘graduate’ (i.e. post-bachelor) de Français à Stanford. Dans les institutions américaines, les étudiants prennent deux à trois années de cours avant de commencer leur recherche, et s’ils n’en ont pas, obtiennent un Master ce faisant ; en effet, le programme dure au moins cinq ans. Par conséquent, je n’ai pas encore déclaré de sujet de thèse, mais j’aimerais travailler à cheval sur l’ancien français et l’ancien occitan. Je m’intéresse aux manuscrits dans ces langues, produits en dehors du territoire que nous appelons « France ». C’est la raison pour laquelle j’ai voulu collaborer avec Marisa Galvez, parce qu’elle aussi travaille dans les deux traditions. Ce n’est pas souvent le cas ici.

Tu es doctorant à Stanford, mais peux-tu raconter ton parcours en quelques mots ?

J’ai obtenu un BA à l’Université de Genève en Français et Latin. Pendant ce temps, j’ai effectué une année d’échange à King’s College London. Ça m’a tellement plu que j’y suis retourné pour un MA. C’est d’ailleurs là que j’ai découvert la littérature médiévale. Avec Simon Gaunt et Charlie Samuelson, j’ai découvert des textes d’une subtilité et d’une sophistication redoutables, et j’ai développé une manière de les lire avec plaisir. Initialement, je pensais faire des études en deux branches qui s’enseignent dans le secondaire. J’ai cependant décidé de poursuivre des études doctorales. Mais il me fallait des subventions. À King’s, j’ai obtenu la bourse d’excellence Sévigné. À Stanford, comme dans la grande majorité des universités américaines, le doctorat est entièrement financé. Cela n’aurait pas été le cas en Europe, ou alors pas avec des sommes aussi généreuses.

As-tu dû passer le GRE (Graduate Record Examination) ? Et le TOEFL ? A quel point ces tests sont importants pour l’université ? Sont-ils décisifs pour pouvoir s’inscrire en thèse ?

Oui, les deux. Il faut garder en tête qu’on ne « s’inscrit » pas en thèse, on postule et le processus de sélection est extrêmement sélectif. Il faut donc exceller dans tout – lettre de motivation, travaux soumis, GRE, TOEFL, lettres de recommandation – mais il faut aussi se dire que chaque institution a sa propre manière de faire des choix.

Comment fonctionne l’accès aux bourses d’études ? Quels sont les critères pour en avoir une ? Un doctorat sans bourses à Stanford est-ce possible ?

Comme dit, une place d’études aux USA signifie une bourse. Cela couvre les frais de scolarité, l’assurance maladie, et les coûts de la vie. Sans bourse, il est très difficile de vivre, surtout à Stanford, parce que la vie, les assurances, les frais de scolarité, sont très chers. De même, il y a un mythe qu’il faut être riche ou alors s’endetter pour faire des études « undergraduate » (BA, BSc, etc.) dans les universités américaines. À Stanford, c’est faux, parce que l’université s’est fixé d’éradiquer l’endettement des étudiant-e-s, et subventionne tous ceux et toutes celles qui en ont besoin.

Est-il possible pour un doctorant de travailler sur le campus en même temps que sa thèse ? Et en dehors du campus ? Est-ce autorisé ?

Cela dépend du visa et du statut du ou de la doctorant-e. Mais comme dit, les études sont payées. Souvent, la bourse que nous recevons est constituée en partie d’un salaire d’assistant, de recherche ou d’enseignement. Dans mon cas, j’ai reçu une formation de pédagogie de langue secondaire et je vais commencer à enseigner le français cet automne.

Quels sont les avantages d’une thèse aux États-Unis concernant la période médiévale ?

Beaucoup d’Européens ont le préjugé maladif qu’on étudie mieux une langue, une littérature, ou un sujet sur place. Tant qu’il n’y a pas de fouilles ou de recherches d’archives à faire, cela est entièrement faux. Même, avec la distance, on prend du recul et on voit les choses autrement. Le genre de questions que je pose dans ma recherche ici ou au Royaume Uni n’ont rien à voir avec celles que je posais à Genève, et c’est tant mieux. Ensuite, il y a l’avantage financier. Les universités américaines sont très bien dotées et ont foi en leurs doctorants. Nous recevons donc beaucoup d’aides au voyage, à la recherche, à l’acquisition de documents, qui paradoxalement facilitent la recherche sur le Moyen Âge européen.

Pourquoi un médiéviste choisit-il de faire sa thèse en particulier à Stanford et pas dans une autre Université ?

Il faut garder en tête que dans le cadre du programme doctoral tel que je l’ai décrit, les cours donnés font partie intégrante de la formation. Ensuite, il faut tenir en compte un grand nombre de facteurs, tels que le directeur/la directrice de thèse, les ressources, la collection de la bibliothèque, la communauté de médiévistes, et plein de choses très importantes comme par exemple si l’on pense qu’on sera heureux dans tel ou tel endroit sur la planète. Un doctorat, c’est dur, et il faut penser à cela.

Selon toi faut-il des qualités particulières pour être doctorant aux USA ? Quels sont les changements majeurs que tu as constatés entre l’Europe et les États-Unis ?

Cela dépend beaucoup des programmes. Dans les différentes universités où j’ai été accepté, j’ai constaté que les étudiant.e.s avaient un profil assez homogène, dans le sens où le département fait un tri selon un type intellectuel qu’il veut intégrer en son sein. A Stanford, c’est souvent le contraire ; ils aiment les personnalités très fortes, les individus très proactifs et aventuriers… C’est la Silicon Valley après tout, et c’est une université connue pour former des entrepreneurs. Une des grandes différences – et je parle pour les Lettres, le reste je ne sais pas -, c’est qu’ici on peut faire des études sérieuses sans tomber dans le piège de la spécialisation excessive. Un terme qui revient, c’est « holistic ». Et je tiens à souligner que ce n’est pas un défaut, pour autant qu’on fasse son travail avec sérieux.

As-tu un bureau personnel ou partages- tu un espace avec d’autres doctorants où tu peux travailler (ou rester au calme) et où tu peux venir sans contraintes horaires ?

Les doctorant-e-s ont une salle commune qui leur est réservée et accessible toute l’année à n’importe quelle heure. En bibliothèque, nous pouvons obtenir des salles de lecture individuelles.

Quelle formation dois-tu suivre pendant ton doctorat ? Peux-tu ou dois-tu donner des cours ?

Voir plus haut : 135 crédits de cours (2-3 ans), cinq trimestres d’enseignement, divers examens de spécialisation. Mais cela peut varier selon le programme.

Peux-tu nous décrire une journée type s’il y en a une ?

Cela dépend beaucoup des personnes. En général, je travaille de 8h à 23h chaque jour de la semaine. Certains jours j’ai cours, d’autres jours non. J’essaie de préparer mes lectures obligatoires immédiatement ; comme ça, j’ai le reste de la semaine pour ma recherche. J’ai aussi des engagements administratifs : chaque semaine, nous invitons un.e médiéviste d’une institution américaine ou internationale, et je suis chargé de cela.

Comment consultes-tu les sources ? Quelles sources as-tu à disposition ?

La bibliothèque de Stanford est une des bibliothèques les mieux garnies des États-Unis, et nous avons des ressources financières infinies. Ainsi, nous avons une jolie collection de manuscrits et de cartes anciennes. Quand il me faut des documents que je n’ai pas, il y a un système de prêts inter- bibliothèques, ou alors notre bibliothécaire se charge de nous fournir des scans faits en Europe. Le lis les manuscrits en ligne, et quand ils ne sont pas numérisés, je demande une bourse de voyage pour aller les voir sur place. C’est assez facile à obtenir, mais il y a un prix corporel et écologique à payer pour tous ces déplacements.

Les américains ont souvent un fort sentiment d’appartenance à leur université. En échange ils citent souvent avant tout leur université. Est-ce le cas également pour les doctorants de Stanford ?

Si tu parles de citer dans les travaux académiques, c’est faux. Si tu parles de prendre son université comme référence, oui, peut-être, mais il faut se rappeler qu’il est très mal vu de rester dans la même institution pour toutes ses études (enkystement intellectuel), donc plus les gens sont avancés dans leurs études, plus ils ont vu d’institutions différentes.

As-tu suivi la tradition qui veut que les étudiants « tombent » dans la fontaine (the claw) de l’Université ? Si non est-ce juste un mythe véhiculé par les séries et les films selon toi ?

Aucune idée, jamais entendu parler de ça.

D’ailleurs y a-t-il des clichés sur les universités américaines que tu voudrais briser ?

J’aimerais souligner que nous ne faisons pas le même travail et qu’il est naïf de juger d’après ses propres critères. Cela dit, il y a un grand danger à ce que les chercheurs du monde anglophone (Royaume-Uni y compris) et du Vieux Continent (Royaume-Uni exclus) ne se parlent plus. C’est un gâchis.

En tant que doctorant je suppose que la bibliothèque est un lieu important, mais est-il possible de manger sur le campus ? D’aller en salle de sport ?

Oui, nous avons de nombreux restaurants, cafés, et cafétérias, et Palo Alto n’est pas loin. Nous avons deux centres sportifs gigantesques et gratuits ; natation, course, basket, volley, tennis, golf, équitation, il n’y a qu’à choisir.

Combien de temps dans les transports en commun ? Est-ce que c’est facile d’être étudiant à San Francisco ?

Stanford n’est pas à San Francisco. Les étudiants vivent en général sur le campus. Le trajet le plus long prend probablement vingt minutes à vélo, et il y a un système de bus gratuits sur le campus.

On entend souvent que c’est une ville très chère ? Est-ce qu’il est facile pour les doctorants de se loger ? Les doctorants peuvent-ils être en résidence étudiante sur le campus ?

Le logement subventionné est garanti la première année, et prioritaire les autres années (garanti pendant toutes leurs études aux étudiant.e.s de bachelor). Cela dit, certaines personnes choisissent de vivre à SF quand elles ont fini d’enseigner chaque jour ; San Francisco, c’est quand même plus amusant.

Y’a-t-il une association de doctorants à Stanford ? Si oui regroupe-t-elle tous les doctorants ou est-elle spécifique ?

Il y a un nombre gigantesque d’associations et un petit nombre de faîtières. C’est donc au cas par cas. Ce qui est bien, c’est que ces associations sont financées par Stanford ; nous pouvons donc faire des choses importantes grâce à cela.

Quelles sont les possibilités pour un doctorant américain de donner des conférences dans d’autres universités aux USA ? Est-ce courant ? Bien vu ? Valorisé ?

Il y a mille et une occasions, et, en tout cas à Stanford, beaucoup de sous pour y aller. En général, cela fait partie du processus de « professionnalisation », de même que les publications. Quelqu’un qui n’a pas donné de conférence et pas publié n’a aucune chance d’obtenir un poste académique, son CV passe à la poubelle directement.

Y’a-t-il des séminaires ou des semaines de colloques impliquant principalement les jeunes chercheurs qui se regroupent pour discuter de leurs recherches ?

Oui, mais là encore, c’est spécifique au programme et au domaine d’études. 

Est-ce facile pour un doctorant de voyager aux Mexique, au Brésil ou au Canada pour des conférences par exemple ?

Oui, si le visa le permet.

Est-il facile de venir en Europe pour consulter des ouvrages ? Et pour assister à des conférences comme celle sur les transferts culturels ?

Oui, tout à fait ; voir plus haut.

Actus CESCM 2019/6

Événements

 

[6-7 juin] Atelier international : Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1318)

***

L’épigraphie en mouvement II : actualités de la recherche

Le CESCM collabore aux XXIIe Rencontres des doctorants de l’association Dîwân qui se tiendront du 20 au 22 juin à l’INHA.

Y participent Sami Benkherfallah et Abderrazak Halloumi


Publications

 

Administrer par l’écrit au Moyen Âge (XIIe – XVe siècle)

 

La publication n° 7 des Annales de Janua en ligne, suite à la Journée Jeunes Chercheurs 2018 : La violence guerrière : de l’Antiquité au Moyen Âge


Divers

 

Vous pouvez revisionner une partie du colloque de Stanford sur UpTv

https://uptv.univ-poitiers.fr/program/transferts-culturels-france-et-orient-latin-aux-xiie-et-xiiie-siecles/index.html

***

Ainsi qu’une interview effectuée par Louis-Nobi Georgel :

Johannes Junge Ruhland se raconte comme étudiant de Stanford

***

Compte-­rendu des Journées Jeunes Chercheurs de l’association JANUA  

Le nouveau bureau de l’association Janua est constitué :

Mélanie Ferreira, future doctorante au CESCM : présidente
Mehdi Montet, futur masterant en M2 au CESCM : trésorier
Emilie Margaix, future doctorante au CESCM : secrétaire
Eugénie Moniot-Beaumont, future masterante en M2 au CESCM : chargée de communication

***

Le CESCM accueille du 27 mai au 3 juin une collègue espagnole dans le cadre d’un séjour enseignant ERASMUS. Leonor Zozaya-Montes (Madrid, 1975) est maître de conférences au département des sciences historiques de l’université de Las Palmas de Gran Canarias (ULPGC, Espagne). Elle a enseigné à l’université Complutense de Madrid, a bénéficié de bourses de recherche prestigieuses au CSIC et a fait des séjours académiques à l’université de Cambridge (Angleterre), à ​​l’EHESS (Paris) et au CHSC de l’université de Coimbra (Portugal). Voici son CV et quelques publications ici.


Les actus de la photothèque

 

[4 juin] Focus n° 6 : La cathédrale de Poitiers – le portail Saint-Thomas

 

Attention : La base Romane est de nouveau accessible depuis quelques mois.  L’ancien lien étant obsolète, il vous redirigera vers un site commercial. Nous vous demandons de ne plus l’utiliser et de le remplacer par le nouveau lien, qui est le suivant : http://base-romane.fr/accueil2.aspx. Vous pouvez retrouver cet accès facilement via le site du CESCM, dans la rubrique Documentation.

 

Besoin de consulter l’Index of Medieval Art de Princeton ? Contactez-nous : phototheque.cescm@univ-poitiers.fr
 

[6-7 juin] Atelier international : Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1318)

INTERNATIONAL  WORKSHOP  • ATELIER INTERNATIONAL

ReThinking the Aristocraty in Capetian France, 987-1328 = Repenser l’aristocratie dans la France capétienne (987-1318)

Lieu : CESCM, salle Crozet, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers

Voir l’affiche ICI et le programme ICI

L’aristocratie a longtemps été la pierre angulaire de nombreuses études de la médiévistique française. Les sessions tenues en 2018 à l’International Medieval Congress de Leeds et à la Conférence internationale de la Haskins Society ont présenté des recherches sur l’aristocratie française dans la longue durée du royaume capétien, en mettant l’accent sur une analyse nuancée et totale, en contraste avec des discours plus anciens, fragmentées ou simplistes.

 

À la lumière des récents échanges, cet atelier bilingue (français/anglais) se propose de rassembler des chercheurs, quelle que soit leur expérience, travaillant sur l’aristocratie capétienne, pour discuter de l’état de la question, partager des savoir-faire et encourager la collaboration et le dialogue. L’atelier mettra l’accent sur les questionnements, l’échange et l’exploration de nouvelles idées. Les communications serviront de point de départ pour la discussion, mais le format question-réponse sera évité en faveur d’un plus large échange entre tous les participants. Deux conférences seront données par le Professeur Xavier Hélary (Université Jean Moulin – Lyon III) et le Professeur Nicholas Vincent (Université de East Anglia). De plus, une session interactive intitulée « Google et l’archiviste : un combat perdu d’avance ? » sera présidée par Gaël Chénard (Directeur de archives départementale de la Vienne). Nous espérons que cet atelier permettra la construction d’un partenariat et d’un réseau durables et dévoués à l’étude de cet important sujet pour l’histoire de l’Europe médiévale.

 

Organisateurs : Sarah Casano-Skaghammar (Université de Poitiers), Charlotte Crouch (Université de Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinity College, Dublin)

 

Comité Scientifique : Professeur Martin Aurell (Université de Poitiers), Professeur Lindy Grant (Université de Reading), Professeur Daniel Power (Université de Swansea)

The aristocracy has long been the cornerstone of many studies of French medieval history. Recent sessions held at Leeds IMC 2018 and the Haskins Society Conference 2018 have presented research considering the French aristocracy across the longue durée of the Capetian kingdom, with emphasis on a nuanced and holistic analysis, in contrast to older, more fragmented or simplistic narratives.

 

In light of these recent discussions, this bilingual French/English workshop seeks to bring together researchers of all levels working on the Capetian aristocracy, to discuss the state of the field, share methodologies, encourage collaboration, and foster dialogues. The workshop will place an emphasis on questions, discussion, and the exploration of new ideas. Papers will serve as starting points for discussion in each session, but question-and-answer formats will be avoided in favour of wider discussion among all participants. Keynote lectures will be presented by Xavier Hélary (Université Jean-Moulin – Lyon III) and Nicholas Vincent (University of East Anglia) and an interactive session on Google and archivists, will be facilitated by Gaël Chenard (Archives Départementales de la Vienne). It is hoped that this workshop will result in the establishment of new and long-lasting partnerships and networks devoted to the study of this important topic in the history of medieval Europe.

 

Organisers: Sarah Casano-Skaghammar (University of Poitiers), Charlotte Crouch (University of Reading), Niall O’Suilleabhain, (Trinity College, Dublin)

 

Comité Scientifique: Prof. Martin Aurell (University of Poitiers), Prof. Lindy Grant (University of Reading), Prof. Daniel Power (Swansea University)

 

Thursday 6th June • Jeudi 6 Juin

 

9h • Welcome / Accueil

9h30 • Keynote 1 / Conference 1 • Moderator / Modératrice : Lindy Grant (University of Reading)

Xavier Hélary (Université Jean Moulin – Lyon III) – Joinville, seigneur, chevalier, croisé

10h30  Break / Pause

11h • Session 1 : Negotiating Power / La négociation du pouvoir • Moderator / Modérateur : Niall Ó Súilleabáin (Trinity College, Dublin)

Fraser Mcnair (University of Leeds) – Failed Counts in the Long Tenth Century

Amicie Pélissié du Rausas  (Université de Poitiers) – Le miroir de la diplomatie : aristocratie et pouvoir royal dans les négociations franco-anglaises, 1240-1260

Jillian Bjerke (University of Colorado) – Power, Property, and Paris: Creating Relationships between King and Subject

12h30 • Lunch / Déjeuner

14h • Session  2 : Sources For The History Of The Aristocraty /  Sources pour l’histoire de l’aristocratie • Moderator / Modératrice : Charlotte Crouch (University of Reading)

Sébastien Fray (Université Jean Monnet, Saint-Étienne) – Documentation hagiographique et histoire de l’aristocratie au Moyen Âge central (Xe-XIIe siècles)

Jérome Limorté (Université Paris-Sorbonne) – La chronique des seigneurs d’Amboise et les chartes : approche nouvelle au travers de sources complémentaires

David Bardey (Université de Bourgogne-Franche-Comté) – L’étude des pratiques documentaires pour repenser l’aristocratie : l’exemple du cartulaire et des actes de la seigneurie de Chassagne (fin XIIIe siècle)

15h30 • Break / Pause

16h • Session 3 : Aristocratic Art and Culture / L’art et la culture aristocratique • Moderator /  Modératrice : Lindy Grant (University of Reading)

Maeve Doyle (Eastern Connecticut State University) – Illuminating Aristocratic Networks in the “Clary Psalter” (BNF lat. 10435)

Sabine  Berger (Université  Paris-Sorbonne) – Service  royal  et patronage artistique  vers  1300  : Hugues II de Bouville (c. 1240 – 18 août 1304), conseiller de Philippe le Bel, et sa famille

17h • Free Time / Temps libre

19h30 • Workshop Dinner / Dîner de l’atelier

 

Friday 7th June • Vendredi 7 juin

 

9h • Session 4 : Constructing Aristocratic identities / La construction des identités aristocratiques • Moderator / Modérateur : Daniel Power (University of Swansea)

Alexander Hurlow (University of Manchester) – Remembering the Frankish Past: The Geste de France in thirteenth-century Normandy

Caroline Simonet (Université de Caen) – Les Rozoy : Peut-on être aristocrate sans titre comtal ?

Gregory Lippiatt (University of East Anglia) – Franks into Frenchmen?: The Crusades and the creation of French Aristocratic Identity

10h30 • Break / Pause

11h • Keynote 2 / Conférence 2Moderator / Modérateur : Martin Aurell (Université de Poitiers)

Nicholas Vincent (University of East Anglia) – The Introduction of Scutage into England (or should that be France?)

12h • Lunch / Déjeuner

13h30 • Interactive session / Session interactive

Gaël Chenard (Archives départementales de la Vienne) – Google et l’archiviste : un combat perdu d’avance ?

14h30 • Session 5 : Aristocratic Networks/ Les réseaux aristocratiquesModerator / Modératrice : Sarah Casano-Skaghammar (Université de Poitiers)

Amy Livingstone (Ball State University) – Searching for the Threads: Aristocratic Women’s Female Networks

Christian Thibaut (Université  de Poitiers) – Du  Poitou  à  l’Angleterre.  Itinéraire  d’une  famille châtelaine, les Rochefort (Xe-XIIIe siècles)

15h30 • Concluding remarks / Conclusion


[23 mai] Rencontres du GRIM (12e édition) Matérialité, visualité et signification

Journées d’études :

Date : 23 mai 2019, 10h – 16h

Lieu : Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari, Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne ou 6 rue des Petits- Champs – 75 002 Paris

Métro : Ligne 3 : Bourse Lignes 1 et 7 : Palais Royal – Musée du Louvre Lignes 7 et 14 : Pyramides

Pour plus d’information

Accueil INHA : 01 47 03 89 00 –  www.inha.fr

Télécharger le programme ICI

Evangéliaire de Bernward, Hildesheim, Dom-Museum, DS 18, f. 17, début xie, Photo © Dom-Museum Hildesheim (détail).

Le GRIM – Groupe de recherches en iconographie médiévale – est un collectif académique fondé par Christian Heck, qui s’intéresse à l’analyse et l’interprétation des œuvres médiévales ainsi qu’aux corpus et bases d’images qui les rendent possibles. Dorénavant lié à IMAGO et favorisant la prise de parole de jeunes chercheurs, il organise sa 12e journée d’études sur le thème « Matérialité, visualité et signification ».

Les notions de matérialité et de visualité constituent deux champs de recherche majeurs dans le domaine des sciences humaines et sociales. Centrées autour de l’œuvre comme artefact et comme chose vue, elles permettent de nouer un riche dialogue entre l’histoire de l’art, l’anthropologie, la culture matérielle et l’histoire des sciences et des techniques. Les interventions poseront la rencontre entre le matériau, le signe et l’image, et rendront compte des méthodes d’analyse engagées dans l’étude.

En partenariat avec le GRIM et IMAGO (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, université de Poitiers)

Comité scientifique

Charlotte Denoël (BnF), Isabelle Marchesin (INHA), Anne- Orange Poilpré (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Cécile Voyer (université de Poitiers)

Intervenants

Amal Azzi (Master 2, université de Nantes), Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise), Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble- Alpes), Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure-PSL et université de Grenade), Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers), Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne), Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté), Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès), Audrey Ségard (docteure, université Lille 3), Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)


Programme

 

10hIntroduction par Charlotte Denoël, Isabelle Marchesin, Anne-Orange Poilpré et  Cécile Voyer

10h10 – La charpenterie  mudéjar : le bois comme support d’un langage symbolique en Espagne, Francisco Mamani Fuentes (doctorant, École Normale Supérieure- PSL et université de Grenade)

10h30 – Focus sur la matérialité des murs, traces de l’intervention humaine et mémoire des hommes. L’exemple de saint Georges au château de Selles de Cambrai (Nord), Audrey Ségard (docteure, université Lille 3)

10h50 – Stratégies dévotionnelles de Marguerite d’Autriche. Le trésor de Brou : reconstitution in situ du trésor légué par Marguerite d’Autriche à sa fondation funéraire, Maria Lesimple (doctorante, université Grenoble-Alpes) Discussion et pause

11h10- Discussion et pause

11h40 – Entre matérialité et iconographie de l’architecture : la rotonde de Saint-Jean à Vigolo Marchese (Plaisance) comme interprétation du modèle du Saint-Sépulcre, Virginia Grossi (Master 2, université de Pise-Scuola, Normale Superiore de Pise)

12h – Une sculpture sans-papiers : approche méthodologique de la matérialité, Amal Azzi (Master 2, université de Nantes)

12h20 – Discussion

12h45 – Pause déjeuner

14h – Exacerber la matière picturale  pour faire connaître l’intervalle entre le sensible et le divin. L’exemple du sanctuaire de Saint-Martin de Fenollar, Élise Vernerey (doctorante, université de Poitiers)

14h20 – Le corps, le signe et l’image : autour  de la console figurative de la Dernière communion de Marie l’Égyptienne (Colmar, musée Unterlinden, v. 1150), Cécile Maruéjouls (doctorante, université de Poitiers)

14h40 – La danseuse et la relique. À propos d’un chapiteau roman de la cathédrale de Besançon et des nouvelles pratiques de l’image de saint Jean-Baptiste au tournant des XIe  et XIIe  siècles, Emeric Rigault (doctorant, université Toulouse-Jean Jaurès)

15h – Discussion et pause

15h30 – Salvum me fac deus : réflexions sur la matérialité d’un psautier- bréviaire bâlois féminin du XIIIe  siècle, Melissa Nieto (doctorante, université de Lausanne)

15h50 – Du portrait de Toute Belle à la statue de Pygmalion : l’image du féminin modelé comme support de prière amoureuse, aux XIVe  et XVe siècles, Audrey Pennel (docteure, université Bourgogne-Franche-Comté)

16h10 – Discussion

  

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)