[10 févr. 2016] Atelier ressources numériques : Les sources iconographiques

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 7 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : le mercredi 10 février 2016 de 12h à 13h
  • Lieu : plateau documentaire du CESCM (rez-de-jardin)
  • les sources iconograhiques
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

Cécile Voyer, Professeure d’histoire de l’art médiéval

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel
  • Renseignements : auprès de vanessa.ernst.maillet@univ-poitiers.fr

Les 2 séances suivantes :

Le mardi 22 mars (12h) : Édina Bozoky pour les Acta sanctorum

Le mardi 5 avril (12h) : Blanca Angeles  pour la Bibliographie Humanisme et Renaissance

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger et à compléter nos interrogations.

[Appel à communication] journée jeunes chercheurs Janua 2016

Les instruments de pouvoir

 

débat judiciaireJournée d’études Jeune chercheurs organisée par Janua, association des étudiants en Masters et doctorants en civilisation antique et médiévale de l’Université de Poitiers.

• Propositions de communications à envoyer avant le 5 février 2016 (inclus)
à association.janua@gmail.com

Les propositions de communication peuvent être rédigées en français ou en anglais sous la forme d’un résumé/abstract d’environ 250 mots
Elles doivent être accompagnées d’un curriculum vitae.
Durée des communications : 20 à 30 min

• Date et lieu de la rencontre : 7 avril 2016, CESCM (Poitiers)

Télécharger l’appel à communications

Janua, l’association des étudiants en master et doctorat des laboratoires CESCM et HeRMA (Université de Poitiers) organisera en avril prochain une journée d’études consacrée à la présentation des travaux de jeunes chercheurs : étudiants en Master Recherche, doctorants, docteurs ayant soutenu depuis moins de trois ans, spécialisés dans l’étude des civilisations antique et médiévale. Les contributions réalisées lors de cette journée ont vocation à être publiées l’année suivante dans les Annales de Janua.
Les intervenants devront s’attacher à respecter la thématique de l’édition 2016, étant d’aspect interdisciplinaire et méthodologique pour laisser place au dialogue. Le thème choisi est celui des instruments de pouvoir.

On définira le pouvoir tantôt par les « capacité, autorité, puissance, moyen d’action que détient une personne sur quelqu’un ou sur quelque chose », par la « situation de ceux qui gouvernent », par la « puissance qui gouverne un groupe d’individus » ou encore par l’ « autorité à laquelle est soumis un groupe social ». Multiples sont donc ses définitions. Le pouvoir est résolument subjectif : il peut être décliné sous différentes formes et être exercé par différents acteurs. Mais il est aussi universel. Entendu au sens large, il est une autorité qui s’applique à toute échelle – laïque, mais également religieuse. Ceci devrait permettre une diversité dans les communications amenant à des échanges et réflexions fructueux.reconstitution d'un palais babylonien

Pourquoi se focaliser sur les instruments de pouvoirs ? Ils sont les témoins d’un pouvoir passé. C’est à travers eux que nous pouvons, en tant que chercheurs, tenter de comprendre les autorités du passé. De plus, ces outils touchent toutes les disciplines et toutes les périodes de l’histoire. Ils sont fédérateurs. Ils peuvent revêtir de multiples formes : du plus monumental (châteaux forts, cathédrales, murailles), au plus minimaliste (pièces de monnaies, anneaux, sceaux) ; du plus singulier (peintures, sculptures, vitraux) au plus ordinaire (épées, crosses, pierres tombales). Cette multiplicité de formes qu’incarnent les instruments de pouvoir offre un large éventail de possibilités de propositions de communication, touchant tous les domaines d’étude.

En fonction de leur discipline et de leurs thématiques de recherche, les intervenants sont invités à exposer leurs conceptions et usages des instruments de pouvoir. Ils auront, en outre, l’opportunité d’échanger avec des chercheurs issus d’autres spécialités, afin que chacun puisse enrichir ses réflexions méthodologiques et développer ses connaissances.

Comité scientifique

Martin Aurell (Professeur d’Histoire médiévale)

Nadine Dieudonné-Glad (Professeure d’Archéologie antique)

Laurent Hablot (Maître de conférence en Histoire médiévale)

Estelle Ingrand-Varenne (Ingénieure d’études au CNRS, Histoire médiévale)

Yves Lafond (Professeur d’Histoire grecque)

Vincent Michel (Maître de conférences en Histoire de l’art et Archéologie antique)

Nicolas Prouteau (Maître de conférences en Archéologie médiévale)

Ghislaine Stouder (Maître de conférence en Histoire romaine)

 

Soutenance de thèse de Guilhem de Corbier, CESCM (15 décembre 2015)

Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité.

Mardi 15 décembre 2015, Guilhem de Corbier soutient sa thèse de doctorat intitulée Les ouvrages historiques des guerres de Religion de Lancelot Voisin de La Popelinière : élaboration et postérité, devant un jury composé de Denise Turrel (Université de Poitiers, directrice), Benoist Pierre (Université François-Rabelais de Tours, président), Philip Benedict (Université de Genève), Hugues Daussy (Université de Franche-Comté), François Brizay (Université de Poitiers) et Geneviève Guilleminot (Bibliothèque nationale de France).

0003
Couverture du 1er volume de L’Histoire de France (cliché : Médiathèque François-Mitterrand. Poitiers. Olivier Neuillé)

C’est autour de l’écrivain et historien français protestant, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière (1540/45-1608) et de ses deux succès éditoriaux, consacrés aux guerres de Religion, c’est-à-dire à l’histoire de son temps, La Vraye et Entière Histoire et L’Histoire de France (publiées entre 1571 et 1581), que Guilhem de Corbier a construit son travail de recherche[1]. Alors qu’au XVIe siècle la hiérarchie des savoirs se recompose et que l’histoire est considérée comme un art, ars historica, avant de devenir une science, La Popelinière est guidé par l’idée que cette discipline est à l’origine de toutes les autres sciences et propose une écriture « neutre », véritable innovation, surtout lorsqu’il aborde l’actualité brûlante des conflits religieux.

Résultat d’un minutieux travail d’enquête, traquant la vérité, remontant de manière généalogique aux origines, suivant de manière critique chaque pièce du dossier aux archives régionales, nationales, à l’étranger (ce qui a permis à GC de retrouver une lettre manuscrite inédite de l’auteur à Londres, souligne Denise Turrel), cette thèse est une contribution décisive pour faire connaître « un auteur plus loué que lu » (Philip Benedict), d’autant plus méritoire qu’elle a été menée en même temps qu’un travail salarié.

GC présente sa recherche sous forme de diptyque, qui aurait mérité de se décliner en trois, quatre voire cinq parties, selon le jury. La reconstruction de la vie de La Popelinière, tout d’abord, jusqu’à la publication de ses premières œuvres montre la formation d’un auteur et d’un acteur des guerres de religion, et ses stratégies de publication. Puis, la manière de construire l’opus magnum (apports, emprunts et postérité) est présentée. La Popelinière jouit en effet d’une grande réputation pour l’écriture de l’histoire en France au XVIe s ; son but est de construire une histoire générale, impartiale, attentive aux causes et aux résultats des actions.

Itinéraire et formation lettrée et sociale. Converti à la Réforme calviniste à l’âge de seize ans, La Popelinière est un ancien soldat et diplomate, et non un théologien, ayant ainsi œuvré au nom du parti protestant pendant quinze ans, tout en racontant l’histoire des troubles de son temps dus à la scission confessionnelle entre catholiques et huguenots. Le mérite de GC est de saisir les différents réseaux auxquels appartient l’historien : réseau familial et parentellaire d’origine poitevine[2], réseau des réformés, particulièrement des imprimeurs protestants, éditeurs, libraires jusqu’aux colporteurs, qui ont joué un rôle dans le succès de ses ouvrages (La Vraye et Entière Histoire, connaît trois éditions revues et augmentées de 1571 à 1579). Retracer ce milieu des imprimeurs et le choix de La Popelinière de confier ses manuscrits à des officines de Caen puis de La Rochelle au détriment d’autres est d’autant plus important que toutes ses éditions sont anonymes et sans privilège, leur publication n’étant pas autorisée par la monarchie ; leur adresse typographique est fausse afin de protéger auteur, imprimeur et éditeur contre les sanctions qui émanent du pouvoir.

Stratégies d’écriture de l’histoire. La méthode historique de La Popelinière peut se résumer en trois points : l’insertion de documents, nouveauté par rapport aux historiens et chroniqueurs du Moyen Âge ; l’emprunt à ses prédécesseurs, ce qui pose la question du rapport aux sources, à leur citation et déformation ; la volonté inébranlable de neutralité, jusqu’à adoucir le récit qu’il emprunte. Certaines de ces méthodes sont communes avec ses contemporains, tel Théodore de Bèze, à la différence près que La Popelinière n’écrit pas pour la gloire de Dieu, même si des connotations réformées sont sous-jacentes, mais pour la neutralité. Benoist Pierre fait remarquer que ce terme est sans doute anachronique pour le XVIe et qu’une sémantique propre à cette époque aurait été préférable, à travers des mots comme concorde, paix, édit de tolérance, de pacification, en lien avec la vérité/Vérité, donc la théologie et la spiritualité. La Popelinière est finalement victime de ce choix puisque ses œuvres subissent la concurrence éditoriale. Elles sont immédiatement reprises, légèrement modifiées par les protestants à Genève et plagiées par des écrivains catholiques à Paris. Ces derniers auteurs changent le sens souhaité par La Popelinière dans ses écrits.

Le dernier chapitre – particulièrement apprécié par Hugues Daussy – « La condamnation de l’Histoire de France et la postérité de l’œuvre » montre l’historien, déjà attaqué par les catholiques à partir de 1573, désormais condamné par le camp protestant auquel il appartient : ses coreligionnaires lui infligent un procès ainsi qu’à son imprimeur, car il aurait parlé de certains protestants en des termes diffamants. Il est condamné à se tenir à l’écart de la Cène jusqu’à ce qu’il s’engage à corriger ses fautes. Il promet vainement de le faire en février 1585, ce qui lui permet d’être réintégré à la Cène. Il reste exilé à Paris et cesse dès lors de livrer au public les événements de son temps en France et ailleurs en Europe. La suite de l’histoire, Lancelot Voisin de La Popelinière l’écrira autrement. Considérés comme des sources fondamentales pour l’étude de guerres de religion, ses écrits historiques influenceront pourtant les historiens postérieurs, tant catholiques que protestants, au cours des siècles suivants.

Témoignant d’une très bonne maîtrise des sources et de la bibliographie – celle-ci est riche de plus de 800 titres et comporte des thèses et des mémoires inédits – et de réelles qualités de chercheur croisant les données, GC se voit décerner par le jury le titre de docteur avec mention très honorable grâce à ce travail sur La Popelinière, historien des guerres de Religion.

 

[1] Le premier tome a fait l’objet d’une édition critique, d’après l’exemplaire de la Médiathèque de Poitiers (Genève : Droz, 2011), à laquelle ont collaboré Denis Turrel, Véronique Larcade, Pascal Rambeaud, Thierry Rentet, Guilhem de Corbier, Jean Hiernard. Ce travail a constitué l’un des axes de la Fédération FESMAR en projet entre le CESCM et le Centre d’études supérieures de la Renaissance – CESR de Tours, et il a bénéficié d’un partenariat avec la Médiathèque de Poitiers. Un deuxième est prêt à paraître, dirigé par D. Turrel et préparé par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre et Pierre-Jean Souriac

[2] Il est né en Bas-Poitou (actuel département de la Vendée) et vit principalement à La Rochelle, capitale huguenote du royaume de France au cours de cette période.

Cahiers de civilisation médiévale 58/3 et 58/4 (fascicules 231 et 232)

FASC231003   FASC231 sommaire

FASC232002  FASC232 sommaire

Parution des derniers numéros des Cahiers de civilisation médiévale, en 2 volumes, autour d’un dossier réuni par Thomas Deswarte, intitulé “La liturgie hispanique”.

Les fascicules 231 et 232, livraison d’automne et hiver du tome 58 sont disponibles.

Voir le lien pour s’abonner aux Cahiers

Formes et fonctions de l’emblématique européenne (XIIe-XVIe siècle) : HDR de Laurent Hablot (5 décembre 2015)

Samedi 5 décembre 2015, 14h, dans les locaux de l’EPHE en Sorbonne, Laurent Hablot (Maître de conférences au CESCM) présente son dossier d’habilitation à diriger des recherches.

Composition du jury : Martin Aurell (président de jury, Université de Poitiers), Michel Pastoureau (garant, EPHE), Andrea Zajic (Université de Vienne, Autriche), Jean-Marie Moeglin (Université Sorbonne Paris IV), Michel Nassiet (Université d’Angers) et Frédérique Lachaud (Université de Lorraine)

Fred III et Giovanni bianchini détail
Fred III et Giovanni bianchini détail

Le jury a déclaré Laurent Hablot habilité à diriger des recherches, en ajoutant leurs félicitations officieuses et unanimes, à l’issue d’une soutenance aux discussions nourries, suivie par une assistance nombreuse.

Après avoir présenté de façon précise son parcours (la rencontre avec le système héraldique, son accueil au sein du CESCM, le choix de son sujet sur le partage héraldique et les pistes futures de recherche) et rendu un hommage appuyé à sa famille et à sa « parenté choisie », celle des héraldistes et des médiévistes, la soutenance a commencé, vivement orchestrée par Martin Aurell. Les qualificatifs élogieux sur le travail de Laurent Hablot ont plu durant l’après-midi : « impressionnant », « neuf », « opus magnum en quantité autant qu’en qualité », « ampleur des problématiques », « renouvellement de la recherche » ; le dossier était composé d’un mémoire de synthèse (le mémoire d’egohistoire) dont chacun a souligné la qualité du style et du contenu, empreint de sincérité et qui permet de très bien retracer la vocation-passion de Laurent Hablot pour le système de signes et de couleurs de l’héraldique médiévale dont il continue d’admirer la complexité et la souplesse d’adaptation. Un deuxième volume rassemblait une sélection de « seulement » 16 articles sur un total de plus de 70. Enfin, le mémoire inédit de plus de 800 pages portait sur la pratique du partage héraldique sous le titre des « Affinités héraldiques, concessions, augmentations et partages d’armoiries en Europe, XIIe-XVIe siècle ».

Chaque membre du jury a appelé de ses vœux la publication des recherches, sous la forme de livres qui développeraient le traité d’héraldique déjà publié par Michel Pastoureau. La démarche de L.H. qui fait de l’héraldique un facteur essentiel de la compréhension de la société médiévale a été unanimement saluée. Il a contribué, de manière décisive, à faire sortir l’héraldique d’une position encore trop marginale au sein des études historiques. Les projets nombreux qu’il pilote (Sigilla, ARMMA, Devise), les rendez-vous réguliers que sont devenues les « journées héraldiques » du CESCM, l’animation de la recherche et notamment la direction de 30 masters à Poitiers y ont fortement contribué, et ce n’est qu’un aperçu de l’infatigable activité de L.H.

La lecture du mémoire inédit, stimulante pour les membres du jury, a encore amené à proposer d’autres pistes de recherche que celles ouvertes par L.H. : quel a pu être l’apport de la littérature médiévale au développement de l’héraldique, les liens entre héraldique et diplomatique à propos de chartes de concession d’armes, devant notamment permettre de mieux appréhender les origines mal connues du système héraldique, mais aussi approfondir la question de la culture héraldique médiévale (qui, en effet, compose les signes ; qui est en mesure de les comprendre au Moyen Âge ?).

La soutenance a montré combien féconde est la recherche de L.H. et déjà plusieurs sujets de thèses attendent désormais leur chercheur. D’autant que de nombreuses pistes de recherche ont été soulevées, en plus de celles, déjà abondantes, que L.H. a l’idée de proposer à de futurs doctorants. L’habilitation à la direction des recherches vient ainsi logiquement donner le développement et l’ouverture mérités aux travaux entrepris par Laurent Hablot.

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search