[8 décembre 2015] Monique Bourin : Du nom propre au nom de famille

La prochaine conférence de la Maison du Moyen Âge aura lieu le 8 décembre à 18h30 dans la Salle Crozet du CESCM.

Monique Bourin traitera le sujet suivant : Du nom propre au nom de famille : itinéraires anthroponymiques du Moyen Âge.

Noms, prénoms, surnoms au Moyen Âge rassemble quelques éléments d’une longue et vaste enquête, conduite à travers l’Europe, pour éclairer la genèse médiévale du système anthroponymique moderne. Il est composé aujourd’hui de ce qu’on appelle en français un nom de famille, hérité des ancêtres, et d’un prénom qui identifie chaque membre de la famille. La langue anglaise a, en revanche, gardé le souvenir du moment où notre prénom était le « nom propre » (name) et le nom de famille encore appelé aujourd’hui comme surname, même si on use parfois du family name.Ste_Radegonde-960x600

L’enquête, menée par région, selon des protocoles et avec des traitements statistiques communs, à partir de documents contenus par les cartulaires, part des formes de désignation des hommes laïcs, pour et par qui le système a été conçu et analyse le passage, pour l’essentiel au cours du XIIe siècle, du nom unique (nomen proprium) à la désignation double – nom complété par un surnom. Ce surnom, d’abord personnel, s’hérite peu à peu et se mue en nom de famille. Dans le détail, plusieurs systèmes de référence se partagent l’Europe des surnoms et les nomina propria permettent de dessiner une géographie régionale.

Les clercs, les femmes et certaines régions restent un temps plus ou moins long en dehors de ce système qui les gagne peu à peu. En revanche la population servile ne semble pas distinguée par une anthroponymie particulière stigmatisante.

Reprenant une à une les diverses catégories sociales étudiées par l’enquête, Noms, prénoms surnoms rassemble deux types de contributions : les unes générales, synthétisant les résultats régionaux et les autres, toutes consacrées à une région qui sert d’exemple, le Languedoc.

Avec l’aimable rédaction de Monique Bourin.

Arrêt sur images (2) : les Pyrénées-Orientales sur la base de données Romane

La richesse du fonds photographique de la Photothèque du CESCM et l’aimable collaboration du Ministère de la culture et de la communication – Médiathèque de l’architecture et du Patrimoine – ont récemment permis d’amplifier les notices de plusieurs sites déjà indexés dans la base Romane, par le traitement de nouveaux documents et l’ajout progressif de références bibliographiques.

Un certain nombre de sites des Pyrénées orientales ont ainsi été augmentés par l’adjonction de contenu. La base de données met photographies anciennes, cartes postales, diapositives, clichés récents, relevés d’archéologie du bâti, plans et élévations à disposition des utilisateurs, le tout complété d’une bibliographie succincte et, autant que possible, issue des dernières recherches[1]. Celles-ci motivent en partie ce billet, dans le contexte de la récente parution du dernier volume des Cahiers de Saint-Michel-de-Cuxa sur les cloîtres romans (disponible à l’espace recherche Aliénor d’Aquitaine, BU Michel Foucault de Poitiers).

Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)
Saint-Michel-de-Cuxa, vue extérieur (crédit photo Wiedemann)

L’illustre abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps focalisé tout l’intérêt des chercheurs ; il est vrai que l’importance du site est indéniable et la richesse du fonds photographique du CESCM en témoigne (214 fiches et 279 photographies et documents). Au-delà des questions d’archéologie du bâti et de l’histoire de l’art, l’histoire du lieu nous ramène également à l’histoire des Monuments historiques. L’ « affaire » de l’acquisition des chapiteaux du cloître par le sculpteur et collectionneur américain George Grey Barnard en 1907 et 1913 a joué un rôle dans l’élaboration de la loi française adoptée en 1913, justement, et au regain d’intérêt pour l’art roman, avec la reconstruction du cloître in situ dans les années 1950.Par conséquent, toute recherche sur Saint-Michel-de-Cuxa et sur les chapiteaux du cloître en particulier nécessite beaucoup de prudence et une profonde critique d’authenticité face à des reprises ou des copies contemporaines.

bis00007699c
Saint-Michel-de-Cuxa, cloître (crédit photo CESCM-Durand)

L’intérêt focalisé sur Saint-Michel-de-Cuxa a longtemps éclipsé d’autres sites tout aussi fascinants. Il en est ainsi pour l’abbaye Sainte-Marie d’Arles-sur-Tech, laquelle compte parmi les ensembles monastiques majeurs de la Catalogne médiévale. Les documents d’archives attestent de la puissance et du rayonnement de la première fondation bénédictine de la région (vers 780), témoignage de l’architecture et de l’art claustral des XIe-XIVe siècles. L’église se démarque dans le paysage monumental par sa polarité occidentale, dont l’aménagement ne résulte d’aucune nécessité topographique mais peut-être d’une construction antérieure datant du IXe siècle et d’exigences liturgiques propres au culte des reliques des saints Abdon et Sennen.

bis00016690
Arles-sur-Tech, plan (crédit photo Ministère de la Culture et de la Communication, STAP 66- Raphaël Mallol

Si les premiers travaux historiques et archéologiques datent des années 1954 et 1955 avec le Congrès archéologique de France tenu en Roussillon, puis avec les études menées par Marcel Durliat sur le monument et son décor sculpté (Roussillon roman, Zodiaque, 1958, rééditions jusqu’en 1986) et celles d’Yvette Carbonell-Lamothe et d’Henri Loreto (Le paysage monumental autour de l’an mil, Picard, 1987), il faut attendre les nouveaux résultats issus des découvertes réalisées dans le cadre du projet collectif dirigé par Géraldine Mallet avec l’appui du laboratoire de Lattes (UMR 154, CNRS-UPV-MCC). Quatre campagnes de fouilles et d’études du bâti, réalisées de 2001 à 2004, un colloque tenu en 2013 à Arles-sur-Tech ainsi que des publications universitaires ont approfondi les connaissances sur l’ancien monastère. Actuellement, la base Romane offre 79 fiches référentes à autant d’images relatives à l’architecture et au décor monumental de l’église roussillonnaise.

Trois sites majeures pour la peinture monumentale ont également bénéficié d’une valorisation dans Romane. Il s’agit des églises de Saint-Julien d’Estavar (91 fiches, 91 images), de la chapelle de Saint-Martin-de-Fenollar (97 fiches, 191 images) et de Saint-Nazaire-de-l’Écluse-Haute dans la commune des Cluses (59 fiches, 97 images). Comme pour tout site indexé, chaque image est décrite par une série de mots-clefs, permettant de repérer les occurrences d’un sujet, d’un thème ou d’un motif parmi des milliers d’images. Au-delà de l’aspect pratique de la constitution de séries thématiques autorisées par la rigueur de l’indexation à partir du TIMEL, celle-ci permet une analyse détaillée de chaque image et de l’espace dans lequel elle s’insère.

Estavar, abside (crédit phoho CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Estavar, abside (crédit photo CESCM-Brouard 1993), détail (crédit photo CESCM-Brouard 1993) ; Saint-Martin-de-Fenollar (crédit photo CESCM-Brouard 1996)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)
Les Cluses (crédit photo CESCM-Brouard 1993)

Enfin, parmi les sites majeurs de la région, on ne peut omettre Le Boulou (18 fiches, 18 images) dont il ne subsiste aujourd’hui que l’ensemble du portail attribué au Maître de Cabestany plaqué sur la façade occidentale d’une église postérieure, Saint-Génis-des-Fontaines avec la Chapelle de Cabanes (2 fiches, 2 images) et le monastère Saint-Michel (43 fiches, 59 images), célèbre pour le linteau de la porte d’entrée daté de 1020.

Les perspectives à moyen terme concernent la mise en œuvre de la visite virtuelle de l’ensemble de ces sites, ainsi que l’indexation d’Elne et du cloître de Serrabone (commune de Boule-d’Amont), deux bijoux de l’art monumental roman dont le fonds iconographique, consultable à la photothèque, est riche pour le premier de 141 clichés noir/ blanc et de 109 clichés numériques issus de la collection Leonet-Bastien et pour le second, de 92 clichés noir/ blanc, de 67 diapositives et de 102 clichés numériques issus de la même collection.

[1] Mission en cours de réalisation pour l’ensemble des sites indexés jusqu’à présent.

[3 décembre 2015] Actualités de la recherche en archéologie castrale

Séminaire d’archéologie antique et médiévale – Master 1 Civilisation, histoire, patrimoine, sources

Journée organisée sous la direction de Nicolas Prouteau

Date : Jeudi 3 décembre de 9h30 à 17h

Lieu : Salle Crozet – CESCM, Hôtel Berthelot – 24 rue de la Chaîne – Poitiers

Dégagement en cours d'une tour totalement inédite au Nord du château du Haut-Clairvaux (86)  (Cl. N. Prouteau 2015)
Dégagement en cours d’une tour totalement inédite au Nord du château du Haut-Clairvaux (86)
(Cl. N. Prouteau 2015)

Programme :

• 9h30 – Éric Normand (Service Régional de l’Archéologie Poitou-Charentes) et Alain Champagne (Université de Pau)
« Broue, un site castral au coeur du marais – Présentation des
premières reconnaissances »

• 10h20 – Didier Delhoume (Service Régional de l’Archéologie Poitou-Charentes), Nicolas Prouteau (Université de Poitiers) et Patrick Bouvart (Hadès)
« Projet Collectif de Recherches sur le château du Haut-
Clairvaux (Vienne) : Bilan de la fouille programmée 2015 »

• 11h30 – Laure Leroux (doctorante Université de Caen Normandie / CRAHAM)
« Fouilles programmées au château de Biron (Dordogne) :
genèse et évolutions d’une forteresse du Moyen Âge central »

• 14 h – Céline Chauveau (Hadès)
« Le front sud-est du vieux château de Châteaubriant : bilan
de l’étude de bâti réalisée depuis 2012 »

• 15h – Nicolas Bilot (archéologue indépendant)
« Résultats des deux premières campagnes de fouille
archéologique au château de Montépilloy (Oise) »

• 16h15 – Lucie Jeanneret (doctorante Université Rennes-II)
« De la Motte au Camp de Beugy (Sainte-Suzanne, Mayenne) :
bilan de trois années de fouilles sur les traces de Guillaume
le Conquérant »

Voir le programme de la journée

Selon la disponibilité de certains intervenants, des aménagements sont susceptibles d’être réalisés au cours de la journée.

archeo_castral_1000

[9 déc. 2015] Atelier ressources numériques : outils numériques autour de l’archéologie médiévale

Anne-Sophie Traineau-Durozoy (Conservateur au SCD de Poitiers, responsable du fonds ancien et du pôle Moyen Âge) propose une nouvelle saison de 7 séances d’atelier de formation d’une heure, visant à présenter les outils en ligne autour du Moyen Âge.

Christine de Pizan Multi-Tasking, par Mike Licht. Flickr.com. CC BY 2.0
  • Date : mercredi 9 décembre 2015 de 12h à 13h
  • Lieu : Pôle documentaire (rez-de-jardin) du CESCM
  • Thématique : outils numériques autour de l’archéologie médiévale
  • Intervenants :

– Anne-Sophie Traineau-Durozoy,

– Nicolas Prouteau

  • Public : étudiants (master 1 et 2), doctorants, enseignants-chercheurs, personnel

 


La séance de janvier se fera pendant l’atelier interdisciplinaire :

Lundi 11 janvier (vers 14h) Les bibliographies médiévales BCM et IMB, présenté par Karine Corre et Matthieu Cosson

Les 3 séances suivantes restent à définir ……

Nous espérons vous y voir nombreux, ces ateliers étant destinés à échanger et à compléter nos interrogations.

[10 décembre 2015] Séminaire de Master 2 Archéologie de l’Antiquité et du Moyen Âge – master CHPS spécialité Civilisation antique et médiévale

Séminaire : Un art du feu méconnu : production, usages et diffusion du verre antique et médiéval

• 10 décembre 2015 – 10h / 17h

•Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts, CESCM – Bat E13 (hôtel Berthelot, 24 rue de la chaîne) salle Crozet2015_Verre_400x240

• Séminaire de Master 2 Archéologie de l’Antiquité et du Moyen Âge – master CHPS spécialité Civilisation antique et médiévale, organisé sous la direction de Nicolas Prouteau.

Télécharger le programme du séminaire

Programme

• 10h – Laudine Robin, Evéha Lyon
Les ateliers de verriers de Lugdunum durant le Haut-Empire : approches méthodologiques et techniques

• 11h – Françoise Labaune, Inrap
Le verre en Bretagne du IIIe siècle au VIIIe siècle

• 14h – Inès Pactat, Université Bourgogne-Franche-Comté
De sable et de cendres, l’artisanat du verre au Moyen Âge

• 15h – Isabelle Commandré, Inrap
Verre et artisanat verrier en Languedoc méditerranéen au Bas Moyen Âge et à l’époque moderne

• 16h – Sophie Lagabrielle, Conservatrice en chef, Musées de Cluny
Verre, vitrages et demeures à la fin du Moyen Âge

2015_Verre-aff_1000

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search