Matteo Ferrari : un chercheur italien pour l’héraldique à Poitiers

Depuis le début de janvier 2014, le CESCM de Poitiers accueille Matteo Ferrari, docteur en histoire de l’art médiéval et ancien élève de l’École Normale Supérieure de Pise (Scuola Normale Superiore), qui bénéficie d’une bourse postdoctorale de six mois financée par l’Université de Poitiers dans le cadre des Actions Incitatives à la Recherche 2013. Sous la direction de Laurent Hablot, dans la période de son séjour, il participera au programme CESCM-DRAC, Décors héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes, consacré au recensement et à l’étude des attestations héraldiques monumentales médiévales dans la région.

Cliché É. Mineo
Cliché É. Mineo

Spécialiste d’art médiéval lombard et travaillant spécifiquement sur la communication par l’image des communes italiennes aux XIIIème-XIVème siècles, Matteo Ferrari a soutenu son doctorat à l’École Normale de Pise en mai 2011 (sous la direction de Maria Monica Donato). Sa recherche portait sur les décors peints dans les hôtels de ville de Lombardie (notamment de Brescia, Côme, Crémone, Mantoue et Milan), conservés ou documentées par des sources indirectes. Il s’agit d’un corpus vaste et hétérogène d’images, pour la plupart réalisées entre le milieu du XIIIème et le début du XIVème siècle, qui auparavant n’avait jamais été l’objet d’une étude systématique. On y trouve des représentations à sujet “historique”, des figurations infamantes ou sacrées, des éléments décoratifs, des armoiries ou des enseignes d’offices, des inscriptions, dont Matteo Ferrari a fourni une nouvelle interprétation tout en mettant en exergue le rapport entre l’image, son public et l’utilisation fonctionnelle des espaces.

A l’issue de sa thèse, Matteo Ferrari a été successivement chargé de recherches à l’École Normale de Pise et à l’Université de La Sapienza de Rome autour de programmes consacrés à la communication par l’image dans les Communes, dans l’objectif de parvenir à un recensement exhaustif des images peintes et sculptés, conservés et perdues, dans les palais communaux italiens (ce programme, actuellement en cours, est conduit sous la direction de Giuliano Milani, professeur à La Sapienza de Rome). Plus récemment Matteo F. a participé à l’organisation scientifique de l’exposition Dal Giglio al David. Arte civica a Firenze fra Medioevo e Rinascimento (Florence, Galleria dell’Accademia, 14 mai-8 décembre 2013), consacrée à l’art civique florentin entre le XIIIème et le début du XVème siècle, la première initiative de ce genre jamais organisée en Italie1.

Dans le cadre de ces recherches Matteo a développé un intérêt spécifique vers l’héraldique qui, au bas Moyen Age était incontestablement un instrument essentiel de la présentation et de la représentation des individus aussi bien que des institutions civiles. Auteur de plusieurs travaux consacrés à cette thématique – avec Marco Foppoli, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini2 – et membre associé de l’Académie Internationale d’Héraldique depuis 2013, il participe depuis quatre ans aux journées héraldiques organisées à Poitiers par Laurent Hablot et aux activités de son groupe de travail « héraldique et emblématique », dans le cadre de l’axe de recherche du CESCM, Signes, formes et représentation.

Le programme Décor héraldiques médiévaux en Poitou-Charentes trouve son origine, d’un coté, dans la richesse du patrimoine régional en matière de figurations héraldiques et de l’autre, dans l’exigence de plus en plus manifeste de pouvoir encadrer scientifiquement leur analyse. Cette nécessité est d’ailleurs partagée par les institutions locales de conservation et de sauvegarde, notamment par la DRAC du Poitou-Charentes qui a accordé un soutien financier pour mener à terme l’initiative.

Le programme a été initié en 2013 par une enquête sur les témoignages héraldiques encore visibles dans la ville de Poitiers. Grâce au soutien scientifique et technique de Matteo Ferrari, ces premiers résultats seront bientôt étendus à l’échelle départementale puis régionale. L’objectif du programme est d’inventorier les décors héraldiques figurés (peintures et sculptures) conservés dans les édifices monumentaux civils et religieux de notre territoire, tout en complétant ces informations à partir des sources relatives aux décors disparus. L’enquête sera accompagnée par des missions de terrain qui nous permettront de vérifier la présence, l’emplacement et l’état de conservation des témoignages héraldiques, associée à une campagne de couverture photographique documentant un patrimoine jusqu’à présent très peu connu et rarement étudié. Cette matière fournira une base de travail pour une étude dépassant la seule identification des armoiries – qui reste essentielle pour la connaissance de l’histoire du monument – pour proposer des interprétations de mise en signe de l’espace, soulignant l’importance de ces compositions en terme de représentation sociale, politique, symbolique et religieuse. Cette enquête permettra d’élaborer un armorial monumental du Poitou médiéval, précieux outil de connaissance et d’analyse des pratiques héraldiques locales.

L’objectif final de cette enquête sera de contribuer à la compréhension, à la conservation et à la valorisation d’une production figurative qui enrichit le patrimoine artistique de la région, mais dont l’importance est encore trop souvent négligée et méconnue.

Liste des publications : https://scuola.academia.edu/MatteoFerrari

  1. http://www.uffizi.firenze.it/en/mostre/mostra.php?t=518b6364f1c3bc9013000053 []
  2. M. FERRARI i M. FOPPOLI, Il bianco scaglione. Lo stemma del Comune di Ghedi nell’araldica civica lombarda delle origini, Ghedi, Citta di Ghedi, 2009, 115 p. []

Une musicologue américaine à Poitiers

Barbara Haggh-Huglo, professeur de musicologie à l’université de Maryland, College Park, est très heureuse de pouvoir passer un semestre à Poitiers, comme chercheur invitée de la Région Poitou-Charentes au CESCM.

cliché V. Ernst-Maillet
cliché V. Ernst-Maillet

Barbara, sur quoi portent vos activités d’enseignement et de recherche ?

A l’Université de Maryland, College Park, j’enseigne l’histoire de la musique, l’histoire de la notation musicale jusqu’à 1600 et la méthodologie de la recherche en musicologie. J’anime également des séminaires sur la musique médiévale de la péninsule ibérique, sur le chant médiéval (en particulier l’Alléluia), sur la musique dans les villes à l’époque du Moyen Âge et de la Renaissance, sur la musique à la cour des ducs de Bourgogne et des empereurs Habsbourg.

De 2006 à 2010, j’ai dirigé, au sein de la Société internationale de musicologie, le groupe de recherche Cantus planus, qui rassemble les spécialistes du chant liturgique travaillant sur les répertoires de la Chrétienté latine et orientale, voire d’autres confessions, du Moyen Âge à nos jours. Je fais partie de plusieurs comités éditoriaux et directions de projets scientifiques. J’ai présidé le comité de la Société américaine de musicologie qui est chargé du RISM (Répertoire international des sources musicales), en lien avec le bureau international du RISM.

Quels sont vos projets de recherche à Poitiers ?

Je vais travailler sur les textes et les chants liturgiques composés pour les saints Hilaire et Radegonde en vue de les éditer dans la série Historiae publiée par l’Institute of Mediaeval Music à Lions Bay (Canada) et d’en faire également une édition en France. Dans un second temps, je commencerai à écrire un livre sur l’architecture et la musique, avec un volet concernant la chapelle de Charlemagne à Aix-la-Chapelle, un autre sur la question de la musique et de l’architecture gothique, enfin une topographie des fondations musicales dans les églises de Gand au XVe siècle.

Au cours de mon séjour à Poitiers j’espère avoir l’opportunité d’échanger des idées avec les médiévistes locaux et renouveler ma pratique des langues étrangères, qui a souffert des années où j’ai été occupée par des responsabilités administratives.

Parlez-nous de vos publications en cours …

Actuellement, je termine un livre sur un sujet qui m’a occupée pendant près de trente ans : il s’agit de l’office de la Vierge introduit en 1457 à la cathédrale de Cambrai. Les textes de cet office sont dus au théologien Gilles Carlier et les chants au grand compositeur de la fin du Moyen Âge,  Guillaume Dufay (v. 1400-1474). Cet office était en usage dans une vingtaine d’églises et monastères des anciens Pays-Bas et du Nord de la France. Réformé à la suite du concile de Trente, il a continué à être célébré jusqu’au concile de Vatican II. J’ai réalisé une édition critique, une analyse et une étude historique des deux versions de cet office.

Pour en savoir plus sur Barbara Haggh-Huglo et consulter la liste complète de ses publications, cliquez ici.

 

Cahiers de civilisation médiévale 55/hors-série : Les 5 sens au Moyen Âge

Couv_220bis_web2Le fascicule hors-série 2012 des Cahiers de civilisation médiévale est paru !

Retrouvez le sommaire sur Academia.edu.

Pour le commander, c’est ici.

Les articles ont été sélectionnés sous la direction d’Éric Palazzo. La publication a reçu le concours du programme de recherche mené par Éric Palazzo sur les cinq sens au Moyen Âge, financé par l’Institut universitaire de France

Avant-propos

Les auteurs des Cahiers continuent d’explorer les cinq sens au Moyen Âge. À l’époque carolingienne, les savants sont convaincus qu’une lumière émane de l’œil dont le champ d’action est considérable, en écho à l’exégèse de l’« énamourement » du roi David par son regard jeté sur Bethsabée. G. Bührer-Thierry développe l’idée du roi carolingien et de ses évêques dont le pouvoir et la hiérarchie se concrétisent dans leur rôle de speculatores (« observateurs », voire « espions ») au sens propre et figuré. Dans les hiérarchies médiévales relatives à la croyance, le toucher se situe bien plus bas que la vue. Il se retrouve confronté à ses enjeux théologiques, vers 1100, dans les ivoires de Salerne représentant le Noli me tangere, ordre par lequel Marie Madeleine est écartée du corps glorieux du Christ, et dans de Thomas, qui veut mettre les doigts dans ses plaies pour croire en la Résurrection. Les conceptions médicales de l’école salernitaine transparaissent peut-être derrière ces images (F. Dell’Acqua). Le voir et le toucher concernent l’enluminure de la Majestas Domini de l’Évangéliaire de Sainte-Croix de Poitiers. Cette image fut maintes fois touchée avec dévotion, alors que, par ses effets inattendus, elle trompe l’œil du spectateur et le conduit à une véritable exégèse visuelle (L. Herbert).

L’ouïe figure toujours en bonne place. C’est à travers elle que le croyant est saisi par la foi : fides ex auditu (Rm 10, 17). Il entend continuellement les cloches qui scandent sa journée, lui signalant les heures de la liturgie. Un tel instrument est voix de Dieu qui indique à chacun le chemin à suivre. Voué à une si haute fonction, il ne saurait être fabriqué de façon profane. La fusion de son métal au four s’accompagne d’exorcismes et de bénédictions, tout comme son installation au clocher fait l’objet d’un baptême qui lui accorde un nom (E. Neri). Souvent, la vibration des cordes vocales, captée par l’ouïe, se mêle inextricablement à l’image. Lors de la veillée de la Pâque juive, l’ancien récite par cœur, dans chaque foyer, l’exode d’Égypte. À partir du xiiie siècle toutefois, l’écrit et l’image accompagnent la mémoire, et participent de l’expérience sensorielle du rituel, comme dans ces beaux manuscrits de la Haggadah dont les enluminures complètent par l’iconographie la commémoration orale et son audition (A. S. Cohen). Si, avec la renaissance du xiie siècle, l’alphabétisation progresse, la théologie connaît également des bouleversements. L’un d’entre eux consiste à délaisser le binôme visible-invisible au profit de naturel-surnaturel. Une comparaison entre Saint-Bénigne de Dijon au xie siècle et Saint-Andrew de Wells au xiiie siècle tendrait à soutenir cette thèse. Semblant faire écho à des conceptions de l’univers différentes, les dispositifs architecturaux des édifices et les liturgies qui y furent pratiquées à deux siècles d’intervalle stimulaient de manières différentes les sens des participants à des rituels précis (C. M. Malone). C’est par l’odorat que le croyant sent l’encens au cours des cérémonies religieuses. Il vit son expérience spirituelle dans la synesthésie, tous les sens se joignant à l’odorat. La description des différents encensoirs du haut Moyen Âge, qu’ils soient païens, juifs, chrétiens ou musulmans, nous engagent dans un comparatisme religieux de bon aloi (L. Nees).

Les articles recueillis ici font écho à la seconde table ronde organisée par Éric Palazzo au CESCM les 29, 30 et 31 mai 2013. Ils prolongent les enquêtes sur les modalités selon lesquelles les sens sont conçus et activés au Moyen Âge, tout en ouvrant de nouvelles perspectives sur la manière dont ils contribuent à forger pratiques et mentalités, monuments, images et objets. Confrontée au rituel religieux, à l’acte de dévotion, à la pratique du pouvoir ou à l’expérience intime de la foi, l’histoire des sens offre un nouveau regard sur les champs d’investigations classiques des médiévistes.

Martin Aurell et Blaise Royer.

Dire le silence au Moyen Âge

Le 14 février prochain se tiendra à Poitiers une journée d’étude sur le silence au Moyen Âge. Le thème de cette rencontre peut paraître surprenant, surtout quand elle n’est pas organisée par des musicologues !

BeatusÀ la lecture du programme, on réalise en effet que c’est davantage l’idée médiévale du silence (sa réalité, sa définition, son statut) qui est au cœur des réflexions des conférenciers réunis par Vincent Debiais au CESCM. Pour parvenir à envisager cette notion, qui n’apparaît que de façon discrète dans les sources, les communications s’attacheront à repérer les traces des pratiques silencieuses dans la discipline monastique, dans la prédication, dans la musique, dans les représentations visuelles, etc. L’originalité de cette interrogation repose sur la dimension positive, active et matérielle du silence. Pas question donc de se limiter à chercher en creux le silence, dans sa relation exclusive à la privation de parole et à l’impossibilité du son. La recherche sur le silence possède également des liens avec la réflexion sur l’absence, sur le vide, sur le blanc… autant de notions qui, si elles ne peuvent être considérées seules comme des objets d’études, en disent beaucoup des conceptions médiévales quant au signe, à la trace, à l’empreinte.

La journée d’étude du 14 février est le premier volet d’une série de trois rencontres. La seconde aura lieu à New York à la fin du mois d’avril, la troisième quelques jours plus tard dans le cadre de l’International Congress on Medieval Studies à Kalamazoo (Etats-Unis). La rencontre de Poitiers a été conçue comme un espace de discussion ouvert, animé par Laurent Hablot et Éric Palazzo, afin de jeter les bases de ce qui pourra devenir un ouvrage collectif réunissant l’ensemble des communications prononcées au cours des trois journées d’études, augmenté de textes commandés à des médiévistes, mais aussi à des artistes.

Présentation et programme

Centre d'Études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search