[1er juin 2022] : Le rituel au Moyen Âge

Journée d’études

Le rituel au Moyen Âge

 

Universitätsbibliothek Heidelberg, Cod. Pal. germ. 848 f. 48 Eberhard von Sax

Date : 1er juin 2022

Lieu : CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Salle Crozet, 24 rue de la Chaîne, Poitiers.

Entrée libre.

Contact : Sini Kangas sini.kangas@univ-poitiers.fr

Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais.

 

Lien pour suivre la journée :

https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mb3713f80d25fb77947d2095d4b567e18

Le terme ”rituel” couvre un éventail ouvert de nombreuses activités médiévales. Selon une définition large, il comprend des comportements répétés et souvent formels qui associent des processus cognitifs à des actions physiques. Qu’ils soient pratiqués en privé ou en public, les rituels médiévaux ont inévitablement une fonction sociale ; ils sont exécutés pour et en interaction avec des publics présents, qu’ils soient humains ou surnaturels. Cette dimension performative implique une expérience partagée de pratiques visuelles, auditives, voire sensorielles tout court, qui donnent forme aux rituels.

Les rituels poussent à penser et à agir. Ils suscitent aussi des réactions émotionnelles. Ils servent à renforcer un sentiment d’inclusion et d’appartenance et à offrir une protection contre le mal. Ces fonctions profondes soulignent leur importance dans la vie sacrée et quotidienne ainsi que dans les moments de transition ou de péril. Même si des facteurs contextuels déclenchent et affectent le comportement cérémoniel, le contenu d’un rituel ne peut jamais être entièrement spontané.

L’environnement matériel joue un rôle important dans le déroulement des cérémonies médiévales. Des espaces, tels que des salles d’apparat ou de banquet, ont été conçus pour l’usage rituel. Dans les églises paroissiales, les rites sacrés symbolisent et accueillent un riche ensemble de pratiques, notamment la messe et les prières, surtout à l’occasion des fêtes religieuses. La liste des objets matériels d’une église médiévale rattachés à des rituels particuliers serait longue. La signification symbolique de la croix est si grande que, dans des situations extrêmes, les chevaliers vont jusqu’à en fabriquer.

La diversité des rituels médiévaux est énorme. C’est oralement que se déroulent les cérémonies et elles sont donc documentées de façon variée. Au cours des rites du souvenir, l’histoire est revécue par les populations sous forme coutumière. Leur identité est affectée et peut-être façonnée par les rites de passage et d’initiation du baptême, du mariage ou de la paix. Du point de vue juridique, les rituels obligent, autorisent, sanctionnent et fixent les relations humaines. Ils justifient et renforcent l’autorité royale, seigneuriale ou cléricale. A l’opposé, ils entérinent la soumission des sujets.

Aussi importants soient-ils pour les médiévaux, les rituels suscitent parfois de la méfiance. Même si, à la guerre, ils encouragent la loyauté et l’obéissance des chevaliers, sergents d’armes et piétons avant, pendant et après la bataille, ils comportent des connotations négatives de mort et de destruction pour la plupart des non-combattants.

Ce colloque réunit des spécialistes de divers domaines pour aborder la théorie et la pratique des rituels dans la culture médiévale sous plusieurs angles :

– Aspects socio-culturels des rituels religieux, juridiques et militaires.

– Rituels tenus en public ou réservés à la vie privée.

– Rituels de coercition, de négociation et de défi.

– Bornes de tolérance : rituels d’inclusion et d’exclusion.

– Représentation littéraire des rituels et formes ritualisées de l’écrit.

– Dimension visuelle et auditive de la performance rituelle.

– L’espace rituel.

 


Programme

 

9.00 Accueil et présentation de la journée par Martin AURELL

9.10-11.10 Le rituel dans l’espace de la puissance sacrée ou militaire – Présidente de séance Sini KANGAS

 

Iris SHAGRIR (Professeure en histoire médiévale, The Open University of Israel) : Liturgy and Ritual Space in Latin Jerusalem

Sercan SAGLAM (Postdoctorant CNRS pour l’ERC GRAPH-EAST, CESCM, Univ. de Poitiers) : Asking for Divine Help Twice: Reduplicated Dedications in the Fortifications of Pera / Galata.

Pierre LEVRON (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : Rituels et règles sociales: les rites, marqueurs de la régularité d’une situation dans le Livre de Jérusalem.

11.30-13.00 Les rituels judiciaires et doctrinaux – Présidente de séance Harmony Dewez

 

Mia KORPIOLA (Professeure en histoire du droit, Univ. de Turku) : The Ritual of Oathgiving in Medieval Scandinavia.

Benjamin WEBER (Chercheur en histoire des croisades, Univ. de Toulouse) : L’élaboration d’un rituel : les origines médiévales de la bulle In Coena Domini.

15.00-18.00 À la croisée des pratiques cléricales et laïques – Présidente de séance Justine MORENO

 

Martin AURELL (Professeur en histoire médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : L’impossible adoubement par le prêtre (XIIe-XIVe siècles).

Vladimir AGRIGOROAEI (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : The Odd Case of the Four Old French Prayers in the End of the Winchester Psalter.

Katherine ZIEMAN (Maître de conférence en littérature anglophone, CESCM, Univ. de Poitiers) : Devotion and the Ritualization of Attention.

Sini KANGAS (Chercheuse invitée au CESCM, Univ. de Poitiers/Univ. de Tampere) : Prayers by the Crusader Knights: Adaptations of Ritual Observance.

Conclusions


Ritual in the Middle Ages

 

The colloquium is open for the public.

Date : 1st June 2022

Place : CESCM (Université de Poitiers-CNRS), Salle Crozet, 24 rue de la Chaîne, Poitiers.

Meeting link:


https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mb3713f80d25fb77947d2095d4b567e18

Contact : Sini Kangas sini.kangas@univ-poitiers.fr

The languages of the colloquium are French and English.

The term “ritual” covers a wide field of medieval activities referring to repeated and often formal behaviour that combine cognitive processes with physical actions. Whether carried out in privacy or in public, medieval rituals invariably had a social function; they were performed for and in interaction with audiences, whose presence may have been tangible or superhuman. The performative aspect involved a shared experience of visible, audible and, in all, sensory practices that gave form to the rituals.

In addition to thinking and doing, rituals invoked emotional responses in the participants. They functioned to bolster the feelings of inclusion and belonging and to offer protection from harm. Such deep undercurrents underlined the importance of ritual in sacral and daily life as well as in moments of transition or peril. Even if contextual factors triggered and affected ceremonial behaviour, making it far from stagnant, the content of a ritual could never be entirely spontaneous.

The material environment played an important role in the performance of medieval ceremonies. Spaces like courts and dining halls were created with regard to ritual usage. Sacred sites like parish churches both symbolized and hosted a rich cluster of ritualized practice, including hearing the mass, saying prayers, and participating in various religious feasts. The list of material objects from a medieval church attached to particular rituals would be long. The symbolic meaning of the cross was so great that in emergencies knights were said to have made ad-hoc crosses in the absence of consecrated objects.

The variation of medieval rituals is huge. Rituals were performed orally, but also documented in various ways. During the rites of remembrance, medieval people relived history in ritual form. Their identities were affected and perhaps formed by the rites of passage and initiation such as baptism, marriage, or the ritual of knighting. From the legal point of view, rituals obliged, entitled, sanctioned and set expectancies for behaviour and human relations. Royal, seignorial and clerical authority was justified and reinforced by rituals. Vice versa, for the subjects, the same rituals affirmed the boundaries of submission.

As important as rituals were for the medieval contemporaries, they were not necessarily liked. The rituals of war, designed to provoke loyalty and obedience among the warriors before, during and after battle, bore negative connotations of death and destruction for the majority of population.

The colloquium gathers together specialists from various fields to discuss the theory and practice of rituals in medieval culture including e.g.

  • Socio-cultural aspects of religious, legal and military rituals
  • Rituals held in public or reserved for private life
  • Rituals of coercion, negotiation, and defiance
  • The borders of toleration: rituals of belonging and exclusion
  • Literary depiction of rituals and ritualized forms of the written word
  • Visual and auditive aspects of ritual performance
  • Ritual space

Programme

 

9.00 Welcome by Martin AURELL

9.10-11.10 Ritual Practice in Sacred and Military Space – Chair of the meeting Sini KANGAS

 

Iris SHAGRIR (Professeure en histoire médiévale, The Open University of Israel) : Liturgy and Topography in Latin Jerusalem.

Sercan SAGLAM (Postdoctorant CNRS pour l’ERC GRAPH-EAST, CESCM, Univ. de Poitiers) : Asking for Divine Help Twice: Reduplicated Dedications in the Fortifications of Pera / Galata.

Pierre LEVRON (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : Rituels de consécration ou de re-consécration d’églises dans les récits de croisades.

11.30-13.00 Legal and Doctrinal Tradition – Chair of the meeting  Harmony DEWEZ

 

Mia KORPIOLA (Professeure en histoire du droit, Univ. de Turku) : The Ritual of Oathgiving in Medieval Scandinavia.

Benjamin WEBER (Chercheur en histoire des croisades, Univ. de Toulouse) : L’élaboration d’un rituel : les origines médiévales de la bulle In Coena Domini.

15.00-18.00 In the Crossroads of Clerical and Lay Belief – Chair of the meeting Justine MORENO

 

Martin AURELL (Professeur en histoire médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : L’impossible adoubement par le prêtre (XII-XIVe siècles).

Vladimir AGRIGOROAEI (Chargé de recherche CNRS en littérature médiévale, CESCM, Univ. de Poitiers) : The Odd Case of the Four Old French Prayers in the End of the Winchester Psalter.

Katherine ZIEMAN (Maître de conférence en littérature anglophone, CESCM, Univ. de Poitiers) : Devotion and the Ritualization of Attention.

Sini KANGAS (Chercheuse invitée au CESCM, Univ. de Poitiers/Univ. de Tampere) : Prayers by the Crusader Knights: Adaptations of Ritual Observance.

Conclusions

Actus CESCM 2022/2

Événement

 

[16 févr. 2022] : les conférences de la SAO


Publications

 

Harald à la Dent bleue. Viking, roi, chrétien

***

Cahiers de civilisation médiévale 64 (fascicule 256)

***

Pascale Drouet a traduit l’ouvrage d’Howard Baker, Elle à 80 ans toujours si tellement / She At 80 Still So Very (éditions théâtrales, 2022).

Participations à colloque

 

Martin Aurell intervient au séminaire de Frédérique Lachaud (professeur à Sorbonne Université), Penser les pouvoirs dans l’Angleterre médiévale, Xe-XIIIe siècle, le mardi 15 février à 17h, bibliothèque Boutruche (bâtiment Sorbonne) : Une autorité contestée ? La mauvaise réputation d’Aliénor d’Aquitaine.

***

 

La 2e session, Justice and final Judgement: some questions of monumental representations in the thirteenth and  fourteenth centuries, des Dialog of Art, History and Law accueille Marcello Angheben le 4 mars (16h30-18h30) : De un juicio a otro : la représentación del juicio immediato en los Juicios finales de los siglos XII-XIII.

 


Pôle documentaire

 

[10 févr. 2022] Les ateliers de la doc

***

Le Jeudi 17 février (10h-12h), Cécile Treffort  : La transmission manuscrite de la poésie épigraphique carolingienne, dans le webinaire SEMPER, Transmissions épigraphiques.

Webinaire SEMPER: Transmissions épigraphiques

 

 

 

 

 

Cahiers de civilisation médiévale 64 (fascicule 256)

Parution du dernier numéro des Cahiers de civilisation médiévale, 64e année, numéro 256, octobre-décembre 2021.

 

Table des matières

 

Articles

Soline Kumaoka, La tradition des oracles sibyllins dévoilée par les inscriptions des peintures des écoinçons du rond-point de Notre-Dame-la-Grande de Poitiers (fin XIe-début XIIe siècle) : à propos d’un article récent.
 
Bernard Ribémont, Sexualité et mariage dans les chansons de geste et juridiction de l’Église.

Nécrologie
 
Jean-Pierre Martin – Dominique Boutet (1949-2021) – p. 357-361.
 
Denise Aigle et Sylvie Denoix – Jean-Claude Garcin (1934-2021) – p. 363-365.

Comptes rendus
 
Cécile Voyer – Collectif, The Art of Medieval Hungary, Xavier Barral i Altet, Pál Lövei, Vinni Lucherini et Imre Takács (éd.), Rome, Viella (Bibliotheca academiae hungariae – Roma, Studia, 7), 2018. – p. 367-369.
 
Didier Méhu – Anne Baud et Christian Sapin, Cluny : les origines du monastère et de ses églises, Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion (collab.), Paris, Éditions du CTHS (Collection archéologie et histoire de l’art, 35), 2019. – p. 369-373.
 
Camille Gerzaguet – Patrick Boucheron, La Trace et l’aura : vies posthumes d’Ambroise de Milan (IVe-XVIe siècle), Paris, Éditions du Seuil (L’Univers historique), 2019. – p. 374-376.
 
Jean Berger – Collectif, Communitas regni : la “communauté de royaume” de la fin du Xe siècle au début du XIVe siècle (Angleterre, Écosse, France, Empire, Scandinavie), actes de colloque (Nancy, 6-8 novembre 2014), Dominique Barthélémy, Isabelle Guyot-Bachy, Frédérique Lachaud et Jean-Marie Moeglin (dir.), Paris, Sorbonne université presses (Cultures et civilisations médiévales, 72), 2019. – p. 377-382.
 
Bernard Darbord – Federico Corriente, Christophe Pereira et Ángeles Vicente,Dictionnaire des emprunts ibéro-romans : emprunts à l’arabe et aux langues du monde hispanique, Berlin/Boston, De Gruyter (Encyclopédie linguistique d’Al-Andalus, 3), 2019. – p. 382-385.
 
Enrico Faini – Peter Coss, The Aristocracy in England and Tuscany, 1000-1250, Oxford, Oxford University Press, 2020. – p. 385-388.
 
Arnaud Baudin – Adam J. Davis, The Medieval Economy of Salvation: Charity, Commerce, and the Rise of the Hospital, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2019. – p. 388-391.
 
Arnaud Fossier – Wouter Druwé, Scandalum in the Early Bolognese Decretistic and in Papal Decretals (ca. 1140-1234), Louvain, Peeters (Studia breviora, 1), 2018. – p. 391-392.
 
David Ganz – Richard K. Emmerson, Apocalypse Illuminated: The Visual Exegesis of Revelation in Medieval Illustrated Manuscripts, University Park (Pennsylvania), Pennsylvania State University Press, 2018. – p. 393-394.
 
Pierre Levron – Collectif, Expériences critiques, approche historiographique de quelques objets littéraires médiévaux, Véronique Dominguez-Guillaume et Elisabeth Gaucher-Rémond (dir.), Paris, Presses universitaires de la Sorbonne (Cultures et civilisations médiévales, 69), 2019. – p. 394-397.
 
Philip E. Bennett – Gui de Bourgogne, Chanson de geste du XIIIe siècle, Françoise E. Denis et William W. Kibler (éd.), Paris, Honoré Champion (Classiques français du Moyen Âge, 187), 2019. – p. 397-400.
 
Maud Pérez-Simon – Jacqueline Leclercq-Marx, Iconographie médiévale entre Antiquité et art roman : d’acanthes et d’écailles, recueil d’articles, Brigitte D’Hainaut-Zveny, Alain Dierkens et Constantin Pion (éd.) et Marie Grappasonni (collab.), Turnhout, Brepols (Répertoire iconographique de la littérature du Moyen Âge, Les Études du RILMA, 9), 2019. – p. 400-403.
 
Georges Pon – Collectif, Le légendier de Moissac et la culture hagiographique méridionale autour de l’an Mil, Fernand Peloux (éd.), Turnhout, Brepols (Hagiologia, 15), 2018. – p. 403-405.

Harald à la Dent bleue. Viking, roi, chrétien

Harald à la Dent bleue. Viking, roi, chrétien

Lucie Malbos

Paris : Passés/Composés, 2022

ISBN : 978-2-3793-3625-6

288 p., 22€

Roi des Danois au temps des vikings, Harald est un personnage à la postérité contrastée : si son surnom « à la Dent bleue » est devenu mondialement célèbre grâce au Bluetooth, le personnage reste méconnu hors du Danemark. Son règne, dans la seconde moitié du Xe siècle, a pourtant marqué des changements profonds en terre scandinave : artisan de l’unification du royaume des Danois, Harald fut également celui qui le convertit au christianisme. Le roi viking étendit même son influence à la Norvège et à la Suède. Par son action et les liens qu’il entretint avec l’Empire ottonien, le Danemark intégra pleinement un monde européen alors engagé dans une période de transition majeure, à tel point que Harald apparaît aujourd’hui comme le symbole d’une société de plus en plus connectée.

En relisant les sagas et les récits des auteurs chrétiens occidentaux, en analysant les pierres runiques et en intégrant les derniers apports de l’archéologie, Lucie Malbos livre la première biographie du roi qui fit entrer le monde scandinave dans l’histoire de l’Occident médiéval.


Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), agrégée et docteure en histoire, Lucie Malbos est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du CESCM. Elle est l’auteure d’une thèse remarquée, publiée sous le titre Les Ports des mers nordiques à l’époque viking (VIIe-Xe siècle).