ACTUS CESCM 2021/4

Événements

 

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

 

Il reste des places pour aller voir le Palais de Poitiers les fouilles de la Tour Maubergeon, la semaine prochaine (jusqu’au 9 juillet) sur inscriptions.

Toutes les informations ICI


Publications

 

La rumeur des distances traversées

***

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

***

Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

***

La mise en ligne de la première partie de la collection Civilisation médiévale (9 premiers numéros) est effective : https://www.persee.fr/collection/civme.

***

Une traduction de traduction de Pascale Drouet – Albert Manguel, La Perle d’Estrémadure. Une histoire de l’île de Ré, photographies de Thierry Girard, L’Atlantique & l’Escampette, mai 2021, 125 p.
 

Colloque

 

[9-10 sept. 2021] : l’absence au Moyen Âge


Appel à communication (rappel)

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)


Épigraphie

 
 
  • Mardi 29 juin, 17h, conférence organisée par le groupe “Epigraphik in der Hollandstraße” : Sara Tucci, A New Area of Graphic Particularism? Lombardic Writing in the Adriatic Arc (7th-11th cent.), informations icimerci de contacter par mail andreas.zajic@oeaw.ac.at

 

  • Mercredi 30 juin- Jeudi 1er juillet, workshop Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem, co-organisé avec Robert Kool (IAA, Israel) ; informations : https://grapheast.hypotheses.org/158 et lien Zoom sur demande (n’hésitez pas à écrire à Estelle Ingrand-Varenne). 

Photothèque

 

La photothèque sur le terrain

***

Résumé des journées d’études « Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique » à lire ICI

 


Soutenances de thèse

 

  • Lise Boulesteix soutiendra sa thèse le 2 sept. 2021 « Les cryptes du Limousin (VIIe-XIIe s.) »

 

  • Marion Loiseau soutiendra sa thèse le 24 sept. 2021 « Les femmes et leurs images : identité, projection, invention de soi dans les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVe siècle »

Plus de détails sur les lieux et horaires à la rentrée.


Participation à colloque

 

Participent aux XXIIIèmes rencontres « Dîwân », du 1er au 3 juillet, Abderrazak Halloumi : « Le monde des anges dans le Livre de l’eschielede Mahomet » et Sami Benkherfallah : « Les logiques de transmission du pouvoir à la fin de la période mamelouke (1468-1517) »

Nomination de Cécile Treffort à l’IUF (projet CARMECA)

Billet écrit à quatre mains, par M. Durier et C. Treffort.

Cécile Treffort vient d’être nommée membre senior de l’Institut universitaire de France (IUF), au terme d’une sélection confiée à un jury pluridisciplinaire international qui entend ainsi récompenser et soutenir, au sein d’une riche carrière académique, une recherche scientifique de haut niveau. Elle reste en poste à l’Université de Poitiers, mais cette distinction est accompagnée, pour une durée de cinq ans à partir du 1er octobre 2021, d’une importante décharge de cours et de crédits scientifiques lui permettant de mener à bien un programme personnel tout en favorisant l’émergence de nouveaux travaux collectifs, par exemple par l’organisation de rencontres scientifiques, et en assurant la diffusion de ses résultats auprès des étudiants comme du grand public.

Si le projet présenté à l’IUF s’inscrit dans la lignée de plusieurs de ses travaux précédents1, Cécile Treffort entend surtout, grâce à cette nomination, explorer un champ en grande partie nouveau pour elle : le monde vaste et multiforme de la poésie dite épigraphique, jusqu’alors délaissée par les historiens et pourtant omniprésente, tant dans les manuscrits que dans les inscriptions matérielles. Son projet de recherche, intitulé CARMECA (Carmina epigraphica carolingiens) repose d’abord sur l’inventaire, l’édition, la traduction et l’étude des poèmes d’usage ou à vocation épigraphique des VIIIe-Xe siècles, y compris ceux transmis par voie uniquement manuscrite. Il vise à comprendre les modalités de leur composition littéraire, leur relation à la matière et à l’espace, leur enjeu historique. Les Carmina epigraphica (ou épigrammes) relèvent en effet d’une production versifiée (notamment métrique) inscrite ou rédigée dans l’intention plus ou moins explicite de la faire apposer sur la pierre, le métal, la peinture murale, la mosaïque, voire le tissu, le verre, l’os ou tout autre matériau.

Révélant le sens de l’objet ou de l’édifice-support, ces poèmes font partie intégrante de la culture écrite, visuelle et monumentale du regnum Francorum. Loin d’être un genre littéraire mineur, cette production représentait 1 à 2 % des 400 000 inscriptions de l’empire romain et certains recueils tardo-antiques (l’Anthologie latine, la sylloge de Tours) ont été copiés massivement dans les scriptoria carolingiens. Les inscriptions rédigées aux VIIIe-Xe siècles sont beaucoup moins nombreuses, mais la proportion de textes versifiés plus importante. En embrassant tous les types (épitaphes, dédicaces, objets parlants…), on parvient déjà, après un premier repérage rapide, à plusieurs centaines de pièces poétiques. Il s’agit donc d’une production significative, puisant ses racines dans une tradition ancienne, dont les plus grands littérateurs carolingiens se sont emparée, lui octroyant de nouvelles lettres de noblesse : ainsi, Alcuin, Théodulf, Walafrid Strabon, Raban Maur, Micon en ont composé pour les communautés religieuses de Poitiers, Tours, Lyon, Saint-Riquier en Francie occidentale, Cologne, Salzburg, Fulda ou encore Reichenau en Francie orientale.

Poèmes d’Alcuin pour les lieux d’un monastère, ici le dortoir et les latrines (Wien, Österreischische Nationalbibliothek, ms 808, fol. 229, en ligne sur le site de la ÖnB)

La place de ces poèmes dans la culture carolingienne a déjà suscité un réel intérêt chez certains chercheurs, pour reconstituer un paysage architectural disparu (même si l’exercice est délicat) ou en tant qu’épigraphie littéraire, sorte de poésie du lieu, de l’image et de la matière. Ils n’ont en revanche pas été analysés comme phénomène culturel en soi et n’ont pas suscité de réflexion de fond quant à leur nature, leur fonction, voire leur légitimité scientifique en tant que type documentaire spécifique. Or, indépendamment de son support, la poésie épigraphique carolingienne semble présenter une vraie cohérence, formelle et fonctionnelle. L’établissement d’un inventaire, indispensable pour réunir un solide corpus d’étude, permet d’abord de réfléchir à la caractérisation du « poème épigraphique ». L’hésitation terminologique (versus, titulus, carmen, inscriptio, epigramma) pose en effet la question de la limite du genre, difficile à établir notamment pour les témoins manuscrits qui oscillent entre intention et fiction de monumentalisation. Dans certains recueils, des épitaphes alternent ainsi avec des poèmes destinés à des objets parlants, qui pouvaient tout aussi bien être lus comme des énigmes, tandis que par les formules ou les lieux communs convoqués, certaines d’entre elles, très longues, se rapprochent du genre de la déploration funèbre (planctus).

Les carmina epigraphica sont donc au cœur de cette poésie de la « renaissance » carolingienne, métrique, rythmique ou autre, usant volontiers de la rime ou de l’allitération pour donner au discours une musicalité particulière. À la triple perspective de visibilité, de lisibilité et de publicité généralement reconnue à l’écriture « exposée », s’ajoute donc une recherche de rythme et d’harmonie dont on se demande si elle a, ou non, une incidence sur la mémorisation des textes, voire sur une éventuelle performance orale. Marquée par une forte intertextualité qui transcende les supports et les lieux, ces carmina forment une matière littéraire mouvante, avec des formules, des vers, des distiques qui passent d’une inscription à l’autre, des carmina qui puisent citations ou allusions dans des poèmes extérieurs, des compositions en apparence identiques qui présentent d’importantes variantes selon les manuscrits.

L’étude de la tradition manuscrite va de fait bien au-delà d’une simple pratique éditoriale. En effet, les carmina epigraphica peuvent revêtir une tonalité particulière selon leur contexte de copie, qu’ils soient ordonnés en série plus ou moins fixe, dispersés parmi d’autres écrits ou intégrés dans une trame narrative. On peut d’ailleurs s’interroger sur la fréquence et la raison de leur intégration massive dans des récits qui révèlent les circonstances de leur mise en écriture, en matière, presque en scène. L’analyse des procédés rhétoriques inhérents à la narration devient alors nécessaire pour déterminer les degrés relatifs de réalité et de fiction à l’œuvre dans cette rédaction enchâssée.

Poème de Théodulf d’Orléans inscrit sur la mosaïque d’abside de l’église de Germigny-des-Prés (cliché J.-P. Brouard / CESCM)

La fascination carolingienne envers ces inscriptions poétiques réelles ou fictives oblige à s’interroger in fine sur ce qui leur donne tant de valeur aux yeux des élites politico-religieuses. Suscitant un réel engouement, les carmina epigraphica marquent en effet les plus grandes œuvres d’art et constructions monumentales de l’époque, portant la titulature des autels et des églises, révélant le nom des commanditaires, appelant à la prière, complétant le message iconographique par des mots qui font écho à la culture religieuse ou savante contemporaine. Circulant dans tout l’empire par copies manuscrites interposées, ces textes présentent, au-delà d’une apparente diversité, une réelle unité formelle et thématique aux fortes résonnances politico-religieuses. S’affranchissant des contraintes physiques d’un ancrage dans un lieu donné (y compris quand le « lieu » est un « objet »), on peut se demander dans quelle mesure ils peuvent participer à la construction d’un monde idéel qui porte les valeurs et les espoirs des Carolingiens, parallèlement au monde réel qu’ils ponctuent de leurs mots.

  1. Mémoires carolingiennes, PUR, 2008, Corpus des épitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, CNRS Éditions, 2020, articles dédiés à Alcuin et Théodulf notamment []

[9-10 sept. 2021] : l’absence au Moyen Âge

Journées doctorales internationales du CESCM (Université de Poitiers, France)

Lieu : CESCM, Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, POITIERS

Dates : 9 et 10 septembre 2021

Le Pass sanitaire (vaccin ou PCR de moins de 72h) sera demandé pour l’accès aux pauses cafés et aux repas

Pour les personnes ne pouvant être sur place voir les liens en distanciel :

Jeudi 9 : https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=mb22300a8ee533efa4f8be496adddeb2b

Vendredi 10 : https://univ-poitiers.webex.com/univ-poitiers/j.php?MTID=ma2d4515eb0a4331c2d35eb327d35bb44

 

Jeudi 9 septembre

 

Modération : Cécile MARUEJOULS et Élise VERNEREY

 

09.00 – Accueil des participants

09.30 – Martin AURELL, Professeur d’histoire médiévale, directeur du CESCM : Introduction aux journées d’études

 

Le médiéviste face à l’absence

 Composer avec l’absence de sources

 

 10.00 – Claire BOISSEAU (Univ. Poitiers) : Étudier les peintures murales : l’archéographie comme remède à la disparition de vestiges picturaux

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (Univ. Madrid) : The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages

Discussion / Pause

Considérer l’absence délibérée

11.00 – Julie RICHARD DALSACE (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Absence de la carte, absences de textes dans les manuscrits carolingiens du livre XIV des Étymologies

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (Univ. Copenhague) : Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity

Discussion / Déjeuner

 

La quête de l’absence

Matérialiser l’absence

14.00 – Gabrielle SCHMID (Univ. Poitiers) : Pallier l’absence : voir, c’est toucher. Thomas l’apôtre comme médiateur vers le corps du Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (Univ. Poitiers) : Absence du Graal et transformation des corps vivants en reliques dans les romans du Graal : exemples du Haut Livre du Graal et de la Quatrième21Continuation de Perceval

Discussion

 Penser le repli

 15.00 – Annabel DUKES (Univ. York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems

15.20 – Marta MILAZZO (Univ. Padoue) : L’expérience de l’absence de Merlin : un cas inédit d’interfictionalité

Discussion / Pause

Le langage de l’absence

 16.00 – Julien STOUT (Univ. de Montréal) : En présence de l’auteur, en l’absence de grammaire, aux limites de la ville et de la vie : l’impossible autorité livresque d’Adam de la Halle, poète arrageois de langue d’Oil, dans le manuscrit de Paris, BnF fr. 295566

16.20 – Maxime JUIN (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Libérer l’absence

L’image à l’épreuve des passés contingents

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (Univ. Poitiers) : La révélation voilée. Le langage apophatique dans le Livre de l’Eschiele Mahomet et dans les récits du mi’rāj en arabe

Discussion 

18.00 – Conférence d’Olivier BOULNOIS, Professeur à l’École Pratique des Hautes Études

 

 Vendredi 10 Septembre

 

Modération : Émilie MARGAIX et Corinne LAMOUR

Faire face à l’absence

Ressentir l’absence : une expérience familiale

 

9.00 – Justine AUDEBRAND (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Pourquoi donc, mon frère, as-tu laissé s’écouler tant de temps sans venir me voir ? » : dire et pallier l’absence du frère au début du Moyen Âge (VIIe-Xe siècles)

9.20 – Antonin BESSON (Univ. d’Orléans) : Le bruit et le silence. Autour du Deuil d’Aude dans le manuscrit de Châteauroux de La chanson de Roland

9.40 – Teresa STEFFENINO (Univ. Bâle) : La maternité absente et l’absence de la maternité absente. Le cas d’Aurembiaix d’Urgell en contexte

Discussion / Pause

 

En l’absence du pouvoir : Déléguer et pallier

10.20 – Camille RUTSAERT (Univ. Saint-Louis-Bruxelles) : Absence de père, absence de frère, la fragilité d’une succession féminine. Préparer l’héritière et les mentalités dans les principautés des Pays-Bas aux XIVe-XVe siècles

10.40 – Diana MARTINS (Univ. Lisbonne) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the protuguese ambassador Joao Simao (1300-1304)

Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (Univ. Bretagne Occidentale) : Pallier l’absence de l’émir à La Mecque (XIIIe-XIVe siècle)

11.20 – Marie DELEZENNE (Univ. d’Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Pallier les absences de Robert II en Artois (1270-1292)

Discussion / Déjeuner

 

L’absence et la loi

Légiférer l’absence 

14.00 – Margot LAPRADE (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcer l’absence : la séparation de corps du couple clérical en Gaule au haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle)

14.20 – Sami BENKHERFALLAH (Univ. Poitiers et Univ. de Tlemcen) : S’absenter bon gré, mal gré : fuir, se cacher, s’exiler à la cour mamelouke

Discussion / Pause

 

Légiférer en l’absence 

15.00 – Bastien MICHEL (Univ. Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : l’absence de Robert de Tancarville à l’ost de Flandre (1297)

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Les incertitudes procédurales autour des pairs de France absents pour juger au Parlement de Paris (XIIIe-XVe siècles)

Discussion / Conclusions


Absence in the Middle Ages, 9 and 10 September 2021

CESCM International Doctoral Days

(University of Poitiers, France)

 

Practical information :

Date : 9 and 10 September 2021

Place : CESCM, University of Poitiers, Crozet Room, 24 rue de la Chaîne, 86000 Poitiers

The health pass (vaccine or PCR of less than 72 hours) will be requested for access to coffee breaks and meals

  

Thursday 9 September

Moderation: Cécile Maruéjouls and Elise Vernerey

 

09.00 – Welcome of the participants

09.30 – Martin AURELL, Professor of medieval history, director of the CESCM: Introduction to the symposium

 

The medievalist faced with absence

Dealing with the absence of sources

 

 10.00 – Claire BOISSEAU (University of Poitiers): Studying wall paintings: archaeography as a remedy for the disappearance of pictorial remains.

10.20 – Isaac MARTINEZ ESPINOSA (University of Madrid): The absence of war and castles on the Northern Border: absence of control and revolts in the late Middle Ages.

Discussion / Break

 

Considering deliberate absence

 11.00 – Julie RICHARD DALSACE (University of Paris I Panthéon-Sorbonne): Absence of the map, absences of texts in Carolingian manuscripts of book XIV of the Etymologies.

11.20 – Lorenz A. HINDRICHSEN (University of Copenhagen): Reading absence: Interpreting erasure in late medieval visual representations of ethnicity.

Discussion / Lunch

 

The quest for absence

 Materializing absence

  

14.00 – Gabrielle SCHMID (University of Poitiers): Overcoming absence: to see is to touch. Thomas the apostle as mediator towards the Body of Christ.

14.20 – Marie-Anne LE LANNOU (University of Poitiers) : Absence of the Grail and transformation of living bodies into relics in the Grail novels: examples of the High Book of the Grail and the Fourth Continuation of Perceval.

Discussion

 

Thinking about withdrawal

15.00 – Annabel DUKES (University of York) : Sore he may wepin. Ant bittre teris letin. Mon þad of luue con. Experiencing the Crucifixion through Interacting Types of Absence in Thirteenth-Century Middle English Poems.

15.20 – Marta MILAZZO (University of Padua) : The experience of Merlin’s absence: a new case of inter-fictionality.

Discussion / Break

 
The language of absence

 

16.00 – Julien STOUT (University of Montreal) : In the presence of the author, in the absence of grammar, at the limits of the city and of life : the impossible bookish authority of Adam de la Halle, poet from Arras, in the Paris manuscript, BnF fr. 295566.

16.20 – Maxime JUIN (University Paris I Panthéon-Sorbonne/EHESS) : Releasing absence, the image in the test of the contingent past.

16.40 – Abderrazak HALLOUMI (University of Poitiers) : Veiled revelation. Apophatic language in the Book of Eschiele Muhammad and in the narratives of the mi’rāj in Arabic.

Discussion

18.00 – Lecture by Olivier BOULNOIS, Professor at the École Pratique des Hautes Études

 

Friday 10 September 

Moderation: Émilie Margaix and Corinne Lamour

Coping with absence

Feeling the absence: a family experience

 

9.00 – Justine AUDEBRAND (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Why then, my brother, have you let so much time pass without coming to see me? : saying and coping with absence of a brother in the early Middle Ages (7th-10th centuries).

9.20 – Antonin BESSON (University of Orléans) : Noise and Silence. Around Aude’s mourning in the Châteauroux manuscript of La chanson de Roland.

9.40 – Teresa STEFFENINO (University of Basel) : Absent motherhood and absence of absent motherhood. Aurembiaix d’Urgell’s case in context.

Discussion / Break

 

In the absence of power: Delegating and compensating

 

10.20-  Camille RUTSAERT (Université Saint-Louis-Bruxelles) : Absence of a father, absence of a brother, the fragility of a female succession. Preparing the heiress and mentalities in the principalities of the Netherlands in the 14th-15th centuries.

10.40 – Diana MARTINS (University of Lisbon) : Eyes, mouth and ears of an absent King: the actions of the Portuguese ambassador Joao Simao (1300-1304).

 Discussion

11.00 – Clarck Junior MEMBOUROU MOICHEMEME (University of Western Brittany) : Coping with Emir’s absence in Mecca (13th-14th centuries).

11.20 – Marie DELEZENNE (University of Artois) : Kant mesirez en ala horz du pais. Coping with Robert II’s absences in Artois (1270-1292).

Discussion / Lunch

 

Absence and the law

 Legislating absence

 

14.00 – Margot LAPRADE (University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Forcing absence: the legal separation of the clerical couple in early medieval Gaul (4th-11th century).

14.20 – Sami BENKHERFALLAH (University of Poitiers) : Being absent willingly or unwillingly: fleeing, hiding, going into exil at the Mamluk court

Discussion / Break

 

Legislating in absence

 

15.00 – Bastien MICHEL (University of Caen) : Défaillants et justiciés pour leurs deffaultes : Robert de Tancarville’s absence from the Flanders ost (1297).

15.20 – Vincent LÉTHUMIER (University of Paris I Panthéon-Sorbonne) : Le roy ne doibt surseoir de procedder audict proces par leur absence. Procedural uncertainties surrounding peers of France absent to judge at the Parliament of Paris (13th-15th centuries).

Discussion / Conclusions

   


Comité scientifique :

Corinne Lamour, Cécile Maruéjouls, Émilie Margaix et Elise Vernerey

   

Transferts culturels entre France et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

 Transferts culturels entre France
et Orient latin (XIIe-XIIIe siècles)

Sous la dir. de Martin Aurell, Marisa Galvez et Estelle Ingrand-Varenne

Paris : Classiques Garnier, 2021

(Rencontres, Série Histoire, n° 10)

ISBN : 978-2-406-11405-5 (br.)  36€ / 978-2-406-11406-2 (rel.) 75€

Comment comprendre les relations entre France et Orient au Moyen Âge ? La méthode des transferts culturels permet de réfléchir aux circulations et interactions des langages, idées, biens et modes de vie, dans le va-et-vient incessant entre mondes latin, byzantin et arabo-musulman aux XIIe-XIIIe siècles.

How can we understand the relationship between France and the East in the Middle Ages? The method of cultural transfers allows to reflect on the interactions of languages, ideas, goods and ways of life, in the incessant to-and-fro between the Latin, Byzantine and Arab-Muslim worlds in the 12th-13th c.

 

Table des matières

 

Martin AURELL, Marisa GALVEZ et Estelle INGRAND-VARENNE : Introduction


Première partie

Échange, circulation, imitation


Jaroslav FOLDA : Crusader Gothic. Artistic Imitation, Interaction, and Transfer

Stéphane BOISSELLIER : Religious elites in Christian and Islamic societies, a possible comparison?

Estelle INGRAND-VARENNE : Transferts épigraphiques. Les inscriptions de l’abbaye du Val de Josaphat à Jérusalem

Robert KOOL : Finding French Deniers in the Latin Kingdom of Jerusalem. The Archaeological and Cultural Perspective

Sébastien GASC : Les monnayages méditerranéens des XIIe et XIIIe siècles. Exemples numismatiques des influences et transferts culturels entre Islam et chrétienté latine


Deuxième partie

Interaction linguistique, littéraire et scientifique

Laura MiINERVINI : Les manuscrits français d’Outremer. Un nouveau bilan

Cyril ASLANOV : Old French and Armenian in Contact in Cilicia.
A Short-Lived Episode?

Cinzia PiGNATELLI : Deux guides de Terre Sainte dans les Otia imperialia de Gervais de Tilbury et leur traduction par Jean d’Antioche

Catalina GIRBEA : Des transferts culturels épiques et romanesques
aux XIIe-XIIIe siècles

Abderrazak HALLOUMI : Le Livre de l’Eschiele Mahomet : un exemple d’un double transfert ? Adaptation ou réécriture ?

Olivier HANNE : Adélard de Bath et les Arabes. Le renouvellement des sciences en Syrie du Nord au XIIe siècle

Troisième partie

Altérité et acculturation

Florian BESSON : Devenir étranger. Des anti-transferts culturels
en Orient latin

Martin AURELL : De l’acculturation à l’ethnotype.
L’altérité du Latin d’Orient

Adrian BOAS : The Acclimatisation of the Frankish Population
to Life in the Latin East. Some Examples from Daily Life

Clément de VASSELOT de RÉGNÉ : Guy de Lusignan. Pouvoir et récits du règne entre Occident, Orient latin et Chypre

Steven ISAAC : “There and Back Again”. Women and Holy War

Claudio GALDERISI : Conclusions. De la translatio studii et imperii à la translatio imperii et studii

Index des personnes
Index des lieux
Résumés

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Fontevraud et ses prieurés. Etudes d’histoire, histoire de l’art et archéologie

Claude Andrault-Schmitt, Patrick Bouvart et Cécile Treffort

Limoges : Presses universitaires de Limoges, 2021

302 p.

ISBN : 978-284-287-817-7

Présentation

Si le monastère de Fontevraud est étudié depuis longtemps, et savamment, le réseau de ses prieurés reste insuffisamment exploré, qu’il s’agisse des établissements installés au plus près du Moûtier principal, dans la même enceinte, ou des satellites dispersés en France, en Angleterre et un peu en Espagne. En septembre 2015, un colloque a permis d’ouvrir ce dossier passionnant. Chacun des sites évoqués a été traité de façon autonome, mais l’ensemble a mis en cause la pertinence des listes tardivement établies, l’universalité du système des prieurés doubles (femmes et hommes dans deux cloîtres proches), la façon de nommer les dépendances.

La recherche n’est qu’amorcée. Toutefois, les Actes ici réunis montrent que si la problématique est originale, en raison d’un gouvernement centralisé, exercé par une femme, elle est susceptible d’éclairer l’étude d’autres ordres religieux. Ainsi, interroger la terminologie et la notion de prieuré, qui au Moyen Âge central renvoie exclusivement aux personnes, prieurs et prieures, se situe au cœur de l’actualité scientifique.

Introduit par un avant-propos de Jacques Dalarun, l’ouvrage aborde ensuite des sujets soulignant l’originalité du phénomène fontevriste : les questions de l’inventaire, de la genèse, voire de l’échec, des prieurés; la présentation des fonds d’archives disponibles ; une mise en perspective politique et artistique dans l’Aquitaine plantagenêt. La quatrième et plus importante partie du recueil réunit six ensembles claustraux en huit contributions. Ces monographies sont diversement argumentées en raison des conditions de l’investigation archéologique mais aussi des rythmes d’évolution des fondations; elles appellent au lancement de nouveaux chantiers et à la multiplication des enquêtes.

Sommaire

– Présentation – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Avant-propos : Le projet de Fontevraud – Jacques DALARUN

I – La question de l’ordre fontevriste

– Les prieurés de l’ordre de Fontevraud : définition et inventaire des sites – Patrick BOUVART

– Divorcer de Pétronille ou adhérer à Fontevraud. Géraud de Salles et la genèse de l’Ecclesia fontevriste – Alexis GRELOIS

II – Les sources

– Le « Trésor » de l’abbaye de Fontevraud  aux Archives départementales de Maine-et-Loire – Élisabeth VERRY

– Le grand cartulaire de Fontevraud, un monument pour le premier siècle de l’ordre – Robert FAVREAU

– Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne  du XIIe siècle, Gema del Vino – Charles GARCIA

III – Le contexte de l’Aquitaine Plantagenêt

– The Plantagenets and the Priories of Fontevraud: New Connections, Old Resonances? – Nicholas VINCENT

– Fontevraud et les ordres « au désert ».  L’expression architecturale de l’austérité et sa chronologie en territoire Plantagenêt – Claude ANDRAULT-SCHMITT

– Les prieurés fontevristes de Lencoître et Villesalem : la place de la sculpture dans les églises – Bénédicte FILLION-BRAGUET

IV- Les prieurés à la lumière des enquêtes archéologies

– Saint-Lazare de Fontevraud – Daniel PRIGENT

– Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie – Stéphane AUGRY

– Quelques réflexions sur le Clos de la Madeleine à Fontevraud : bilan et perspectives – Patrick BOUVART et Stéphane AUGRY

– Les fouilles archéologiques du prieuré de la Madeleine-lez-Orléans – Philippe BLANCHARD

– Une installation difficile pour les moniales,  une archéologie complexe. L’exemple de Montazais – Patrick BOUVART

– Tusson : de la recherche archéologique à la valorisation patrimoniale – Didier DELHOUME, Patrick BOUVART

– 50 ans de recherches au prieuré de  Moreaucourt (Somme) : des résultats et un potentiel à explorer – Sébastien SIREAU

– Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (XIIe-XVIIIe siècle) – Christophe CLOQUIER

– Conclusions – Cécile TREFFORT

– Références complètes des ouvrages cités

– Index des noms de personnes (antérieurs à la Révolution)

– Établissements religieux et églises cités