ACTUS CESCM 2021/3

Événements

 

[2-3 juin 2021] : Indexer les images médiévales : du langage documentaire à la recherche scientifique

  • Mercredi 23 juin (13h30-16h30) : Atelier de réflexion en ligne de GRAPH-EAST, sur le thème « la mission de terrain, l’avant et l’après ».
  • Mercredi 30 juin et jeudi 1er juillet : « Workshop on Epigraphic Writing on Monuments, Objects, Seals and Coins in the Latin Kingdom of Jérusalem », organisé par Estelle Ingrand-Varenne dans le cadre de GRAPH-EAST avec Robert Kool (IAA-Archeological Research Department)

Les liens seront prochainement sur : https://grapheast.hypotheses.org/


Appel à communication

 

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)


Participations à colloque

 
* Stephen Morrison, Ileana Sasu et Véronique Soreau participent au 60e colloque de la SEAS Renaissances (3 au 5 juin 2021 à Tours) pour l’atelier Moyen Âge.
 
* Martin Aurell préside la Session 1 : Oppositions et redéfinitions entre communautés ecclésiastiques, au Colloque international Communautées déchirées ? Violences et divisions au sein des communautés de l’Occident grégorien (mi XIe-mi XIIe siècles) : entre pratiques et discours (1er-2 juillet 2021, organisé par les UMR TEMOS et LAMOP avec le soutien de l’Université d’Angers).
 

IMC 2021 :

  • 6 july – Sarah Casano-Skaghammar : Les relations intrafamiliales entre clercs et laïcs: L’exemple de la famille de Nemours, XIIe-XIIIe siècles.
  • 8 july – Estelle Ingrand-Varenne : The Use of Languages in the Inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem.
  • 8 july – Emilie Kurdziel participe à la table ronde « Carriers of Change and Records of Reform: Texts and/as Ideals of religious Life in the Early Middle Ages ».
  • 9 july – Tina Anderlini organise la session 2216 Inside out: Clothing as a Social Reveale et intervient : Hidden Faults?: Costumes and Clothing Accessories as Unveilers of Vices and Virtues.
  • 9 july – Emilie Kurdziel: Clerical and Cenobitic Status in the 9th-10th Centuries: A New Paradigm?
 
* Christelle Chaillou-Amadieu (CNRS/CESCM) et Viola Mariotti (ANR Maritem) participent au XIIIe Congrès international de l’AIEO (Univ. de Turin, 12-17 juillet 2021), en ligne : Le chansonnier du Roi, Paris, BnF fr. 844. Étude et édition. 
 
 

Publication

 

Les portails romans de Bourgogne


Divers

 

L’équipe GRAPH-EAST sera en mission de terrain en Chypre du 12 au 22 juillet.

***

Émilie Kurdziel et Fiona Griffith (U. Stanford) ont obtenu du France-Stanford Center un financement de 33 000 dollars pour un programme de recherche d’un an consacré aux « Femmes et concubines de prêtres en Occident (800-1200) / Priests’ Wives and Concubines in the Medieval West (800-1200) ». Il donnera lieu à deux manifestations scientifiques en 2022, l’une à Stanford, l’autre à Poitiers, et débouchera sur la rédaction d’un livre collectif bilingue.

***

Amicie Pélissié du Rausas a reçu le prix de thèse de l’École Doctorale « Humanités » pour sa thèse De guerre, de trêve et de paix. Les relations franco-anglaises de la bataille de Taillebourg au traité de Paris (1242-1259).

***

Thomas Guglielmo, en Master 1 mondes médiévaux au CESCM, réalise un mémoire sous la direction de Cécile Voyer portant sur la représentation du corps lépreux au Moyen Âge. Il est à la photothèque pour aider aux missions de conservation, notamment au rangement des archives photos dans le compactus et aidera au test de la nouvelle version de la base de données Romane.

Appel à communication : Politique et poétique du gueux (13-14 oct. 2022)

A Notable Discovery of Cozenage, 1591, Robert Greene

Politique et poétique du gueux : rogues et pícaros dans l’Espagne et l’Angleterre médiévales et renaissantes (13-14 oct. 2022)

Más abajo la versión en español 
Please scroll down for English

 

FRANÇAIS/FRANCÉS/FRENCH


Porteurs de projet :
Pierre DARNIS (Université de Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656)
Pascale DROUET (Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Date et lieu : 13-14 octobre 2022
Université de Poitiers, CESCM–UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Argumentaire :


Au sein de la littérature occidentale, on a rapidement perçu dans la picaresque une « tradition historiquement et géographiquement délimitée »1 propre à l’Espagne du « Siècle d’or », un genre à part quasiment sans précédent. À cette idée reçue, de récentes études viennent rappeler l’importance des origines apuléiennes et lucianesques de cette formule narrative « neuve ». Le gueux à l’esprit madré semble bien ainsi le fils prodigue des Anciens. Ne faudrait-il pas, dès lors, prolonger la réflexion et reconsidérer à tout le moins le cliché scientifique qui voit dans ce personnage le parfait exemple (dissident) du héros de la Renaissance ? Le Moyen Âge n’a-t-il pas participé lui aussi à l’engendrement de l’aigrefin ?

Du reste, sur la péninsule Ibérique, qui vit naître Lazarillo sur les rives du Tormès, il ne serait pas surprenant de voir affleurer quelques racines qui durent marquer de leur empreinte les vicissitudes de cet anti-héros propre à la première modernité. Que penser, en effet, de l’influent personnage de l’insubordonné qui, se
positionnant contre le monarque ou contre ses différents bras institutionnels, a trouvé de nombreux échos ? Le Cid Campeador, dont s’inspira Corneille en France, est certainement l’une des figures les plus marquantes du Moyen Âge sud-européen, dans la
continuité d’Achille contre Agamemnon et, plus proche de lui, de Renaud de Montauban contre Charlemagne.

En Angleterre, le débat scientifique invite à questionner la pluralité des métamorphoses picaresques. À la charnière du XVIe et du XVIIe siècle, les « connycatching pamphlets » de Robert Greene, ces opuscules qui détaillent par le menu les agissements frauduleux d’habiles plume-pigeons, rencontrent un franc succès. Thomas Nashe publie The Unfortunate Traveller, considéré comme roman picaresque. Avec les personnages de Falstaff dans King Henry IV et d’Autolycus dans The Winter’s Tale, Shakespeare met en scène des roublards somme toute sympathiques et dont la notion très relative de l’honneur n’est pas sans rappeler l’ethos paradoxal du pícaro,
« incarnation exemplaire de l’antihonneur »2 . Beaucoup de ces figures de fictions sont héritières de la mètis grecque, des ruses du baron de Maupertuis, traduites par William Caxton sous le titre The History of Reynard the Fox (1481), tout autant que des premiers récits picaresques espagnols. On pourra donc se demander comment la source espagnole « se greffe en Angleterre sur la tradition nationale (celle des livres de gueuserie et du Jack Wilton de Thomas Nashe), qu’il infléchit dans le sens d’un anathème contre le vice »3.

Les personnages marginaux appelés respectivement rogues et pícaros ont déjà fait, séparément, l’objet d’études variées4. La perspective ici envisagée propose de les mettre en regard et de les faire dialoguer, afin de s’interroger sur la création, la circulation et l’évolution des modèles littéraires d’une époque à l’autre (Moyen Âge et Renaissance) et d’un pays à l’autre (Espagne et Angleterre). Dans ce cadre, on invitera les chercheurs à considérer ce que ces représentations fictionnelles nous disent de la société dans laquelle ils agissent : les choix sociopolitiques qui s’expriment d’une part,
des attentes et les réponses éventuelles des lecteurs et des spectateurs de l’autre. On pourra se demander alors de quelle manière les gueux s’inscrivent dans la société ou s’en démarquent, quelle voie, peut-être, suggère leur auteur, dans un contexte où le
conformisme et l’utopisme s’entrecroisent fréquemment.

N’est-ce pas, d’ailleurs, une nouvelle taxinomie qui émerge alors ? À quel moment ces termes spécifiques apparaissent-ils et pourquoi précisément à ce moment là ? Selon l’Oxford English Dictionary, la première occurrence rogue daterait de 1489, avec pour sens de « idle vagrant, vagabond », alors que l’acception varie en 1568 où il se
met à désigner « a dishonest, unprincipled person ; a rascal, a scoundrel »5 ; la langue anglaise s’approprierait le terme de pícaro en 1622, comme synonyme de « rogue, scoundrel »6. Or, ces deux termes, qui ne sont pas exactement synonymes, ne recouvrent-pas une réalité semblable. Des emprunts existent-ils d’un pays à l’autre qui conservent la spécificité de chaque terme ? À quel moment les divers ouvrages (opuscules populaires, ballades en prose, récits, pièces de théâtre) qui les représentent sont-ils traduits de l’anglais à l’espagnol ou de l’espagnol à l’anglais ? Dans quelle optique ? Pourquoi, par exemple, environ vingt-quatre années s’écoulent entre la parution du Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán et sa traduction par James Mabbe ? Comment la représentation de l’anti-honneur évolue-t-elle ? Pourquoi Richard Head reprend-il la veine picaresque à l’époque de la Restauration avec The English Rogue ? Ce sont là quelques questions, parmi d’autres, auxquelles ce colloque espère pouvoir répondre.


Comité scientifique :

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

+ une bio-biblio rédigée de 200 mots maximum + merci de préciser si vous êtes intéressé par une publication ultérieure) avant fin août à pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.fr et pascale.drouet@univ-poitiers.fr

Les communications pourront se faire en 3 langues : français, anglais, espagnol


Política y poética picarescas: rogues y pícaros en la España y la Inglaterra medievales y renacentistas (13-14 de oct. de 2022)

Convocatoria:

Dentro de la literatura occidental, la crítica vio muy pronto en la picaresca una “tradición histórica y geográficamente acotada”7, propia de la España del Siglo de Oro,  un género aparte casi sin precedentes. A este respecto, estudios recientes comienzan a poner de relieve la importancia de los orígenes apuleyano y lucianesco de esta “nueva” fórmula narrativa. Con su espíritu ladino, el pícaro se presenta como el hijo pródigo de los Antiguos. ¿No convendría, por lo tanto, seguir rastreando sus huellas y cuestionar el clisé científico que ve en este personaje un acabado ejemplo del antihéroe renacentista? ¿No participó también la Edad Media en la gestación del futuro “mozo de muchos amos”?

Sea como fuere, no sería de extrañar que la particular y moderna configuración de este antihéroe encontrara en la península ibérica algunas raíces viejas capaces aún de dar nuevos frutos. ¿No podemos pensar, por ejemplo, que el influyente personaje del rebelde, por su oposición al monarca o a sus distintos brazos institucionales, desencadenará profundas repercusiones intertextuales? La figura de El Cid campeador, que Pierre Corneille retomó en Francia, fue sin duda una de las más importantes del Medievo meridional, en la línea del Aquiles contra Agamenón y del Reinaldos de Montalván contra Carlomagno.

En Inglaterra, el debate científico invita a cuestionar la pluralidad de las metamorfosis picarescas. En el umbral del siglo XVII, los “cony-catching pamphlets” de Robert Green, aquellos opúsculos que cuentan con todo lujo de detalles las ingeniosas trampas de agudos estafadores, empiezan a triunfar. Thomas Nashe publica The Unfortunate Traveller, que entronca con el género picaresco. Con los personajes de Falstaff en King Henry IV y de Autolycus en The Winter’s Tale, Shakespeare pone en escena unos trúhanes bastante simpáticos, cuyo singular concepto del honor recuerda el ethos paradójico del pícaro, “ejemplar encarnación del antihonor”8. No pocos protagonistas de estas ficciones son los herederos de la mètis griega, de las astucias del barón de Maupertuis, que William Caxton tradujo al inglés con el título The History of Reynard the Fox (1481), y de los primeros relatos picarescos españoles. Habría que preguntarse entonces cómo el subtexto español “casa en Inglaterra con la tradición nacional (la de los libros de vagabundos y del Jack Wilton de Thomas Nashe), y lo reviste con un acusado matiz de condena del vicio”9. Los personajes marginales, llamados respectivamente rogues y pícaros, han sido objeto ya de varios estudios independientes10. La perspectiva que propone este encuentro busca, pues, cotejarlos y relacionarlos entre sí para que la crítica se interrogue sobre la creación, la circulación y la evaluación de los modelos literarios desde una época hacia otra (Edad Media/Edad Primomoderna) y de un país a otro (España/Inglaterra). En este marco, el CESCM invita a los investigadores a que examinen lo que estas representaciones ficcionales revelan sobre la realidad sociopolítica en que se enmarcan, así como las expectativas y eventuales respuestas de lectura que inducen. Asimismo, cabría preguntarse de qué manera los pícaros se inscriben dentro de la sociedad, o se desmarcan de la misma, en un contexto en que el conformismo y el utopismo se entrecruzan a menudo.

Una nueva taxonomía parece también tomar forma. ¿En qué momento, por consiguiente, se irá perfilando un léxico específico y por qué precisamente en aquellos años? Según el Oxford English Dictionary, la primera ocurrencia del rogue dataría de 1489 con el sentido de “idle vagrant, vagabond”, mientras que el significado del vocablo cambiaría en 1568, cuando empezó a designar a un “dishonest, unprincipled person; a rascal, a scoundrel”11; la lengua inglesa se apropiaría el término pícaro en 1622, como sinónimo de “rogué, scoundrel”12. Ahora bien, estos dos términos no son rigurosamente sinónimos. ¿Existen, pues, de una lengua a otra préstamos que conservan las especificidades de cada término original? ¿En qué momento las distintas obras (opúsculos populares, baladas en prosa, relatos, comedias) que los acogen se traducen del inglés al castellano y del castellano al inglés? ¿Con qué finalidad? ¿Por qué, por ejemplo, entre la publicación del Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán y la de su traducción por James Mabble transcurren nada menos que veinticuatro años? ¿Qué evolución se puede percibir en la representación del antihonor? ¿Por qué retomará Richard Head la vena picaresca durante la época de la Restauración con The English Rogue? Estos son sólo algunos de los interrogantes a los cuales el coloquio que presentamos tratará de dar respuesta.

Lugar:

Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Comité organizador:

Pierre Darnis (Université de Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656) Pascale Drouet (Université de Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Comité científico:

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

Las propuestas, que se pueden enviar hasta el 31 de agosto de 2021 en formato PDF, deben incluir

  • un título,
  • un resumen de 300 palabras como máximo con el eje temático al que se adscribe
  • una bibliografía indicativa (hasta 200 palabras).

Email de contacto:

pascale.drouet@univ-poitiers.fr

pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.com


ANGLAIS/INGLÉS/ENGLISH

Política y poética picarescas: rogues y pícaros en la España y la Inglaterra medievales y renacentistas (13-14 de octubre de 2022)

Rogues and Pícaros in Medieval and Early Modern Spain and England: Politics and Poetics International Conference in Poitiers (France)

Conference Organizers:

Pierre DARNIS (University of Bordeaux 3, AMERIBER – EA 3656) Pascale DROUET (University of Poitiers, CESCM – UMR 7302)

Venue:

13-14 October 2022

University of Poitiers, CESCM – UMR 7302 (Hôtel Berthelot, 24 rue de la Chaîne, Poitiers, France – https://cescm.labo.univ- poitiers.fr)

Argument:

Within Western literature, the picaresque was quickly perceived as a “historically and geographically delimited tradition”13 specific to Spain during the Golden Age, a genre apart from the rest, almost without precedent. Going against this common misconception, recent studies have reminded us of the importance of the Apuleian and Lucian origins of this ‘new’ narrative formula. The wily beggar thus seems the prodigal son of the Ancients. Shouldn’t we therefore extend the reflection and, at the very least, reconsider the scientific cliché that sees in this character the perfect (dissident) example of the Renaissance hero? Didn’t the Middle Ages also contribute to the creation of the cunning rogue?

Moreover, on the Iberian peninsula, where Lazarillo was born on the banks of the Tormès River, it would not be surprising to find some precursors of this early modern antihero. What about the influential character of the insubordinate, who, whether  against the monarch or his various institutional arms, found an interesting echo? The

Cid Campeador, on whom Corneille drew inspiration in France, is certainly one of the most striking figures of the South European Middle Ages, in the continuity of Achilles against Agamemnon and, closer to him, of Renaud de Montauban against Charlemagne.

In England, the academic debate invites us to question the plurality of picaresque metamorphoses. At the turn of the sixteenth and seventeenth centuries, Robert Greene’s conny-catching pamphlets, which detailed the fraudulent activities of cozeners, were a great success. Thomas Nashe’s The Unfortunate Traveller was considered as a picaresque novel. With the characters of Falstaff in King Henry IV and Autolycus in The Winter’s  Tale, Shakespeare portrayed a number of endearing rogues whose notion of honour was reminiscent of the paradoxical ethos of the pícaro, “the exemplary embodiment of anti- honour”14. Many of these fictional figures are heirs to the Greek mètis, to the ruses of the Baron de Maupertuis, translated by William Caxton in 1481 as The History of Reynard the Fox, and to early Spanish picaresque novels. The question is how the picaresque novel “grafted itself in England on the national tradition (that of the beggar books and Thomas Nashe’s Jack Wilton), which it inflected in the direction of anathema against vice”15.

The marginal characters known respectively as rogues and pícaros have already been the subjects of various academic studies, yet separately16. The perspective envisaged here proposes to compare them and place them in dialogue, in order to question the creation, circulation and evolution of literary models from one period to another (Middle Ages and Renaissance) and from one country to another (Spain and England). One may thus wonder what these fictional representations tell us about the society in which they acted, about its socio-political choices on the one hand, and about the expectations and answers of readers and spectators on the other. One may wonder whether (and/or how) rogues find their places in society or how they stand out from it, and where the author stand especially in a socio-political context in which conformism and utopianism often intersect.

When do these specific terms, ‘rogues’ and ‘pícaros’, appear and why precisely at this point? According to the Oxford English Dictionary, the first occurrence of ‘rogue’ dates back to 1489, meaning “idle vagrant, vagabond”, but the meaning changes in 1568, when it begins to designate “a dishonest, unprincipled person; a rascal, a scoundrel”17; the English language appropriated the term ‘pícaro’ in 1622, as a synonym of ‘rogue, scoundrel”18. However, these two terms, which are not exactly synonymous, do not cover a similar reality. Do borrowings exist from one country to another, thus  preserving the specificity of each term? When were the various works (popular pamphlets, prose ballads, stories, plays) that represent them translated from English to Spanish or from Spanish to English? What did these translations target? For example, why is there a gap of about twenty-four years between the publication of Mateo Alemán’s Guzmán de Alfarache and its translation by James Mabbe? How did the representation of the notion of anti-honour evolve? Why did Richard Head take up the picaresque vein at the time of the Restoration with The English Rogue and not earlier? These are some of the questions this conference aims at answering.

Scientific Committee:

William C. CARROLL (Boston University, USA)
Michel CAVILLAC (University of Bordeaux Montaigne)
Pierre DARNIS (University of Bordeaux Montaigne)
Pascale DROUET (University of Poitiers)
Gordon MCMULLAN (King’s College London, England)
Valentín NUÑEZ RIVERA (Université de Huelva, Espagne)
Fabrice QUERO (University of Paul-Valéry Montpellier 3)

Proposals (300 words maximum for the abstract + a written bio-biblio of 200 words maximum + please specify if you are interested in having your paper published) should be sent before late August 2021 to pierre.darnis@u-bordeaux-montaigne.fr and pascale.drouet@univ-poitiers.fr

Proposals may be submitted (and papers given) in 3 languages: French, English and Spanish.

  1. Gérard Genette, Des genres et des oeuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  2. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  3. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  4. Voir, par exemple, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de
    Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013. []
  5. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  6. Ibid., « picaro ». []
  7. Gérard Genette, Des genres et des œuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  8. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  9. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  10. Voir, par exemple, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013 []
  11. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  12. Ibid., « picaro ». []
  13. Gérard Genette, Des genres et des œuvres, Paris, Seuil, 2012, p. 131. []
  14. Maurice Molho & Jean-François Reille (éd.), « Introduction à la pensée picaresque », Romans picaresques espagnols, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. cv. []
  15. Marcel Bataillon, Le Roman picaresque, Paris, La Renaissance du livre, 1931, p. cxxx. []
  16. See, for example, Craig Dionne and Steve Mentz (eds), Rogues in Early Modern English Culture, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2006 ; Pascale Drouet, De la filouterie dans l’Angleterre de Shakespeare : Études sur Shakespeare et ses contemporains, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2013. []
  17. Oxford English Dictionary, « rogue, n. and adj.», A.n.1, puis 2.a. []
  18. Ibid., « picaro ». []

[7 mai 2021] STEMMATA QUID FACIUNT ? NOBLESSE D’AME OU DE SANG AU MOYEN ÂGE

Journée d’étude, CESCM (Poitiers), le vendredi 7 mai 2021

Dir. Martin Aurell et Clément de Vasselot

Journée d’étude en présentiel au CESCM, salle Crozet, dans la limite des places disponibles dans le respect des consignes sanitaires.

La journée sera retransmise en distanciel, les personnes intéressées doivent contacter l’adresse suivante : clement.devasselot@univ-angers.fr pour obtenir un accès à la salle virtuelle.

 

« À quoi bon les arbres généalogiques ? À quoi sert d’être célèbre en raison d’une longue suite d’aïeux ? La seule noblesse est la vertu. » Cité à satiété par les intellectuels du XIIe siècle, le célèbre passage des Satires de Juvénal résume une croyance fort répandue dans leur milieu. Cette idée est-elle spécifique à quelques clercs savants, férus de classiques latins et défenseurs de l’idée paulinienne de l’égalité radicale des baptisés « ne faisant qu’un dans le Christ » (Gal 3, 28) ? À l’encontre de la taxinomie sociale de l’époque, une telle conception ne leur serait-elle pas exclusive ?

N’en déplaise à Juvénal et à ses commentateurs médiévaux, la généalogie compte pour beaucoup dans la conscience que les nobles ont d’eux-mêmes, alors que leurs aïeux héroïques leur semblent bien supérieurs au commun des mortels. Au sein du lignage, la transmission onomastique ou héraldique corrobore une filiation prestigieuse. Il en va encore davantage avec le domaine familial, doté d’un château, symbole de leur seigneurie, et d’une nécropole où reposent les ancêtres. De longue date, les médiévistes suivent ces pistes. La prosopographie les pousse à structurer chaque lignage dans un tableau de filiation, et à retracer les réseaux consolidant sa domination. Ils définissent ainsi la noblesse en fonction de son monopole de la guerre, de son autorité sur les hommes et de sa possession de la terre. Sa capacité à transmettre à sa descendance l’héritage ancestral leur semble capitale.

Au-delà de ses biens matériels, l’aristocratie médiévale perdure à cause d’une large reconnaissance sociale. Elle devient ainsi « noblesse », selon la vieille définition des Étymologies d’Isidore de Séville, qui joue sur notus (participe passé adjectivé de gnosco, « connaître ») et sur ses dérivés notabilis et nobilis pour conclure : « Le noble est celui dont le nom et la famille sont connus. » Cette reconnaissance sociale est la réputation ou fama, le regard qu’autrui porte sur chacun. Elle se mêle inextricablement de l’honneur, mais aussi de la honte (verecundia) qu’entraîne sa perte. C’est pourquoi le comportement individuel rejaillit sur chaque dynastie nobiliaire. « Dans les nobles doit reparaître la grandeur d’âme de leurs ancêtres qui conquirent la noblesse par leurs exploits », affirme Jean de Meung. La prééminence sociale dépend étroitement de la vertu, qu’on conçoit certes comme la qualité découlant des actes bons posés par le libre arbitre individuel, mais aussi comme une virtus ou force charismatique se transmettant de père en fils dans quelques lignées privilégiées.

 

Programme

 

9h-9h30 – Martin AURELL (Univ. Poitiers) et Clément de VASSELOT (Univ. Angers) : Introduction

9h30-10h – Michel FAUQUIER (Institut Albert-le-Grand, Université de Poitiers, Rennes School of Business) : Faut-il être noble pour être saint ? Les faux-semblants de l’hagiocratie à travers l’exemple mérovingien

10h-10h30 : Discussion

10h30-10h45 : Pause

10h45-11h15Guy PERRY (Univ. Oxford) : Advertising virtue and minimizing vice : the case of the house of Brienne, c.950-1356

11h15-11h45 : Discussion.

11h45-12h15 – Gregory LIPPIATT (Univ. Exeter) : Creating Real Crusading Dynasties : The Montforts and the Briennes around the Mediterranean in the Thirteenth Century

12h15-12h30 : Discussion

 

14h00-14h30Rodolphe BILLAUD (ICES) : Le futur Édouard Ier et les faiblesses du lignage noble en Angleterre au milieu du XIIIe siècle

14h30-15h : Discussion.

15h-15h30 : Charles de MIRAMON (CNRS) et Maaike van der LUGT (Univ. Versailles) : L’angoisse de la descendance. Noblesse, hérédité et eugénisme à la fin du Moyen Âge

15h30-16h : Discussion

16h-16h15 : Pause

16h15-16h45Adriane BOUSSAC (EPHE) : Pour faire cas vilain homme noble perd sa noblesse. Théories et pratiques de la déchéance de la noblesse dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge

16h45-17h15 : Discussion.

17h15-17h45  – Thierry DUTOUR (Sorbonne Univ.) : Nous sommes esgaulx à peu près. Les incertitudes de la justification de la supériorité nobiliaire à la fin du Moyen Age en France

17h45-18h : Discussion. Fin du colloque

 

Liste d’adresses e-mails

Martin Aurell : Martin.aurell@univ-poitiers.fr

Rodolphe Billaud : drrodbillaud@gmail.com

Adriane Boussac : adriane.boussac@ephe.psl.eu

Thierry Dutour : dutour@me.com

Michel Fauquier : michel.fauquier@orange.fr

Gregory Lippiatt : gemlippiatt@gmail.com

Maike van der Lugt : maaike.vanderlugt@uvsq.fr

Charles de Miramon : miramon@ehess.fr

Guy Perry : guy.perry@keble.ox.ac.uk

Clément de Vasselot : clement.de.vasselot@univ-poitiers.fr